Les connaissances astronomiques antiques du peuple dogon, au Mali, constituent peut-être l’un des plus grands mystères de la science moderne.

Sirius A est une étoile si brillante que longtemps son éclat a pudiquement dissimulé sa compagne, Sirius B, aux yeux des plus prestigieux astronomes occidentaux. Et il leur dissimulerait encore un autre objet céleste, Sirius C. Mais d’après les travaux des ethnologues Marcel Griaule et Germaine Dieterlen, certains membres du peuple dogon, qui vit dans le sud-ouest du Mali, connaissent leur existence depuis plusieurs siècles. Ainsi que celle des quatre plus grosses lunes de Jupiter et de l’anneau de Saturne. Un savoir inexplicable pour l’astrophysique telle qu’elle est comprise aujourd’hui…

Crédits : NASA/Ulyces

Sirius B et Sirius C

Le grand et bel Orion partit un jour chasser avec Artémis sur l’île de Chios. Apollon, craignant que la déesse ne succombât à ses charmes, envoya alors un scorpion à ses trousses. Orion tenta d’abord de le tuer à coups de flèches et d’épée. Puis, décidant de se servir de la mer comme d’un bouclier, il plongea dans les flots et prit la direction de l’île de Délos. Quand Orion ne fut plus qu’un point noir à l’horizon, Apollon le désigna à Artémis et prétendit qu’il s’agissait de la silhouette d’un monstre. La déesse lui décocha aussitôt une flèche mortelle et alla récupérer le corps de sa victime à la nage. Elle comprit alors son…

Lisez la suite de l'histoire.

Vous pouvez acheter nos histoires à l’unité ou vous abonner pour accéder à toutes les histoires. Vous pouvez également offrir un abonnement.

Achetez l'histoire à l'unité. Dès lors, vous pourrez y accéder en permanence sur ordinateur, tablette et smartphone.
Abonnez-vous pour accéder à toutes les histoires. L’ensemble de nos collections vous sera accessible en permanence sur ordinateur, tablette et smartphone.