Le premier député musulman de France a été élu en décembre 1896. Voici l’histoire d’un homme hors du commun.

Janvier 1897, Palais Bourbon. Toutes les têtes se tournent au passage du nouveau député de Pontarlier, Philippe Grenier, dans la salle des Pas-Perdus. On rit. On s’offusque. On réajuste sa redingote. Philippe Grenier, lui, est drapé dans un burnous, coiffé d’un turban, et chaussé de bottes marocaines en cuir rouge ornées d’arabesques d’or. À son arrivée, il s’est prosterné sur les marches du perron et les a embrassées à trois reprises. Il se prosternera à nouveau devant la porte d’entrée de la salle des séances. Puis, à quatre heures tapantes, il fera une courte prière dans la cour du palais. Car le nouveau député de Pontarlier est aussi le premier député musulman de France.

Illustration du Petit Journal de l’époque

Pontarlier → La Mecque

Philippe Grenier est né dans la ville qui l’a porté à la Chambre des députés, Pontarlier, dans le Haut-Doubs, en Franche-Comté. Son père, capitaine de cavalerie, meurt alors qu’il n’a que six ans, en 1871, et il est élevé par sa mère. En 1890, Philippe Grenier achève ses études de médecine à Paris lorsqu’elle l’envoie auprès de son frère Ernest à Blida, en Algérie, où il sert dans les Turcos, unités d’infanterie de l’Armée d’Afrique de l’empire colonial français. Elle craint en effet que son fils cadet ne s’éprenne d’une « indigène » et compte sur son fils aîné pour le surveiller. Mais ce dernier s’éprend de l’Algérie et de sa culture. Il y retourne une seconde fois, en…

Lisez la suite de l'histoire.

Vous pouvez acheter nos histoires à l’unité ou vous abonner pour accéder à toutes les histoires. Vous pouvez également offrir un abonnement.

Achetez l'histoire à l'unité. Dès lors, vous pourrez y accéder en permanence sur ordinateur, tablette et smartphone.
Abonnez-vous pour accéder à toutes les histoires. L’ensemble de nos collections vous sera accessible en permanence sur ordinateur, tablette et smartphone.