7 applications qui profitent du succès de la weed aux États-Unis

Aux États-Unis, la progressive dépénalisation du cannabis entraîne l’émergence d’un marché dont les acteurs rivalisent d’originalité pour se positionner en incontournables du business de la weed. Les applications mobiles n’y échappe pas, comme le prouvent les sept suivantes, qui s’inspirent du fonctionnement d’apps célèbres pour gagner le public.

Leafly

C’est un peu le Yelp de la weed. Leafly permet à ses utilisateurs de poster des reviews de toutes les sortes de weeds possibles. Le service permet d’explorer son énorme base de données par effet, humeur, propriétés médicales et saveur.

leafly

Weedmaps

Même dans les États américains où la marijuana est autorisée, il peut être difficile de trouver un dispensaire proche de chez soi. Weedmaps singe donc Google Maps et permet de localiser facilement le point de vente ou de livraison le plus proche.

weedmaps

Eaze

Les services de livraison n’ont pas tardé à se mettre à la weed après la promulgation des lois dépénalisant l’usage médical de cannabis en Californie. Le plus populaire d’entre eux s’appelle Eaze, et il permet aux patients autorisés d’acheter et d’être livrés à domicile en peu de temps.

eaze

Cheech & Chong’s The Fatty

Il y a les apps qui rendent service, et il y a Cheech & Chong’s The Fatty. C’est un espèce de Snapchat de la weed dont l’utilité n’apparaît pas évidente, si ce n’est d’envoyer des notifications débiles, de proposer un univers graphique de très mauvais goût ainsi qu’un réveil invariablement réglé sur 16 h 20. Incompréhensible si on ne sait pas que Cheech & Chong sont un duo comique hippie très apprécié des années 1970 et 1980, grands amateurs de drogues en tout genre.

fatty

Weed Firm: RePlanted

Il fallait évidemment un FarmVille de la weed. C’est chose faite avec Weed Firm: RePlanted, qui place le joueur dans la peau d’un cultivateur de cannabis. Comme FarmVille, il mêle mécaniques de jeu de rôle, fonctions sociales et agriculture. Améliorer ses performances, le look de son dispensaire, battre des records et défendre son lopin de terre contre des menaces comme de vilains flics de l’espace… l’étendue des possibilités du jeu est honorable.

weedfirm

Duby

Il existe aussi une application Tinder-like centrée sur la weed. Duby permet en effet à ses utilisateurs de poster des photos qui tournent autour de la weed, puis de swiper vers la gauche ou vers la droite pour aimer ou non celles des autres. Naturellement, elle contient aussi une messagerie privée pour mettre les passionnés en contact.

duby

High There!

Mais la panoplie ne serait pas complète sans un vrai Tinder de la weed. C’est le parti pris de High There!, qui reprend toutes les mécaniques de l’application de rencontre mais avec un soupçon d’interdit en plus. Quitte à trouver l’âme sœur, autant se réunir autour d’une passion commune.

highthere

Source : Wired

On l’appelait « Kid Cannabis ». ↓

kidcc