Ce laboratoire sud-coréen ramène votre chien à la vie pour 80 000 euros

par   Mehdi Karam   | 16/04/2018
Crédits : Ulyces.co

La mort de votre animal domestique pourrait ne plus être une fatalité. Du moins, pas du côté de la Sooam Biotech Research Foundation, laboratoire coréen qui se propose tout simplement de « ressusciter » votre chien. Initialement dédiée au clonage de bovins et de porcs pour la recherche médicale, la firme a ouvert son service aux particuliers. Moyennant entre 40 000 et 80 000 euros, n’importe qui peut faire cloner son ami canin.

Et autant dire que la pratique est plébiscitée : depuis 2006, 800 caniches, labradors et autres bichons ont été dédoublés. Étant donné l’investissement que cela représente, la clientèle est principalement composée de princes, de célébrités (dont Barbara Streisand, rapportait Newsweek le 27 février) et de milliardaires. Les agences formatrices de chiens renifleurs ou de sauvetage, dont les capacités sont rares, sont aussi clientes.

Le processus est le suivant. Les scientifiques placent votre défunt animal dans le « réfrigérateur » – et non pas le congélateur. Après cinq jours de conservation, une cellule de l’animal est récoltable avec succès. Il ne reste plus qu’à la reproduire. L’ADN est ensuite fusionné avec un embryon auparavant dépouillé de tout matériel génétique d’origine. Il ne reste plus qu’à l’implanter dans une mère porteuse et deux mois plus tard, votre fidèle compagnon est redevenu un chiot.

Hormis les chihuahuas de stars, la fondation possède un fait d’arme qui avait fait grand bruit, en 2009. Comme l’écrivait alors ABC Newsles scientifiques ont créé cinq clones de Trakr, le chien de sauvetage qui a trouvé le dernier survivant dans les décombres du World Trade Center. Bien sûr, les pratiques de la firme ne sont pas du goût de tous. En cette même année 2009, rapportait NatureWoo Suk Hwang, fondateur du labo, était condamné à deux ans de prison ferme pour plusieurs violations de l’éthique.

Aujourd’hui, les affaires ont l’air de plutôt bien rouler.

Sources : ABC News / Nature / Newsweek

 

 

 

PLUS LOIN DANS LE TURFU