Ces anciens humains avaient des cerveaux minuscules mais extraordinairement complexes

par   Nicolas Prouillac   | 16/05/2018
Crédits : National Geographic

Le cerveau d’Homo naledi n’était pas plus grand qu’une orange, mais ses facultés intellectuelles rivalisaient avec les nôtres. C’est la conclusion d’une étude publiée le 14 mai dans les PNAS par une équipe de chercheurs américano-sud-africaine. Elle établit que le cerveau, bien que petit, du mystérieux nouveau venu du genre Homo découvert en 2013 dans une grotte reculée d’Afrique du Sud, présente des similarités stupéfiantes avec celui des êtres humains modernes.

Homo naledi vivait il y a  plus de 300 000 ans, et à de nombreux égards, son anatomie fait de lui un être très primitif. La taille réduite de son cerveau, notamment, laissait penser aux chercheurs que l’évolution n’avait pas encore doté notre lointain parent d’une intelligence digne de ce nom. Mais les recherches du paléoanthropologue Lee Berger, de l’université du Witwatersrand, et ses collègues montrent que l’organisation de son cerveau était en réalité très similaire à la nôtre.

Pour le Dr Berger, cela ne signifie qu’une seule chose : nos croyances à propos de l’évolution du cerveau humain sont  « fondamentalement erronées », et une grande partie des travaux archéologiques en Afrique vont devoir être reconsidérés. « Nous expliquons dans notre étude que les Homo naledi faisaient preuve de comportements complexes », a-t-il confié à The Independent. « Ils avaient même une main utilisée pour confectionner des outils – ou du moins capable d’en créer. » Oh, et ils avaient aussi de tout petits pieds aussi.

Les scientifiques estiment également que la grotte où l’on a retrouvé les corps pourrait bien être un site funéraire. Si tel est le cas, cela prouverait qu’il était beaucoup plus avancé que les autres espèces du genre Homo qui vivaient à l’époque. « Il est trop tôt pour dire s’ils avaient une forme de communication verbale », ajoute le chercheur. Quoi qu’il en soit, la taille de notre cerveau ne jouerait pas si grand rôle dans son efficacité.

Sources : The Independent/PNAS

PLUS DE SCIENCE