L’Iran menace d’augmenter la portée de ses missiles pour atteindre des villes européennes

Crédits :  AFP 2017 SEPAH NEWS

Les propos du général Hossein Salami, recueillis par Reuters le 25 novembre, sont sans équivoque.  Le numéro deux des Gardiens de la révolution islamique, les troupes d’élite iraniennes, explique que « si nos missiles ne peuvent actuellement parcourir que 2 000 kilomètres, ce n’est pas à cause d’un manque de savoir-faire technologique », mais plutôt car « jusqu’à présent, nous n’avions pas perçu de menace émanant de l’Europe, aussi n’avons-nous pas ressenti le besoin d’allonger la portée de nos missiles. Mais si l’Europe veut formuler des menaces, nous allons augmenter la portée de nos missiles. »

Cette déclaration pour le moins menaçante fait suite à la volonté du gouvernement français, au mois de novembre, d’évoquer le sujet du nucléaire iranien. Le 9 novembre, Emmanuel Macron avait rencontré le prince-héritier d’Arabie saoudite, Mohamed ben Salmane. Le chef d’État français avait alors tenté d’ouvrir un dialogue avec l’Iran, avant de déclarer le lendemain vouloir « revoir » l’accord sur le nucléaire iranien pour contrer, disait-il, « l’hégémonie iranienne dans toute la région ».

Rebelote le 17 novembre, Emmanuel Macron faisait part du souhait de la France que l’Iran adopte une stratégie régionale moins agressive et que le pays « clarifie sa politique balistique qui apparaît comme non maîtrisée ». À l’époque déjà, le président français en avait pris pour son grade. Ali Akbar Velayati, porte-parole de la diplomatie iranienne à la télévision d’État, se demandait « en quoi cela regarde Macron ? Qui est-il pour s’ingérer dans ces affaires ? »

Le commandant des Gardiens de la révolution, Mohammed Ali Jafari, avait quant à lui qualifié le 23 novembre Emmanuel Macron de chef d’État « jeune » et « inexpérimenté ». Ses nouvelles déclarations ne manqueront pas d’amplifier les tensions naissantes entre nos deux pays.

Source : Reuters