Voilà pourquoi les corbeaux ont des rapports sexuels avec leurs morts

par   Malaurie Chokoualé   | 19/07/2018
Crédits : Kaeli Swift

Kaeli Swift est depuis toujours intéressée par le comportement des animaux. Cette doctorante a tout d’abord eu une passion pour les loups, avant de se tourner avec ardeur vers les corvidés. Comme elle l’annonce d’emblée sur son site : « Mon domaine de recherche est la thanatologie des corbeaux. » En avril 2015, elle a posé le cadavre d’un corbeau au pied d’un cerisier, et elle a attendu patiemment. La suite l’a surprise au plus haut point : un corbeau – bien vivant celui-là – s’est alors posé non loin du corps, avant de s’accoupler violemment avec lui, expliquait-elle sur son blog le 16 juillet dernier dans un nouvel article.

Une fois le choc passé, cette candidate au doctorat à l’École des sciences environnementales et forestières de l’université de Washington, aidée de son superviseur John Marzluff, a commencé à planifier des expériences pour découvrir la place qu’occupe la nécrophilie dans la vie des corbeaux. Kaeli Swift a toujours voulu comprendre pourquoi un grand nombre de corbeaux se réunissaient autour d’un individu décédé et lançaient des signaux d’alarme pour prévenir leurs congénères du danger. Elle suppose que ces funérailles sont utilisées pour permettre aux corbeaux d’en apprendre davantage sur de potentielles menaces. Mais s’ils traitent les individus morts comme des signes de danger, pourquoi s’en approchent-ils et pourquoi ont-ils des rapports sexuels avec eux ?

Swift s’est donc procurée des corbeaux morts – chez des particuliers, des musées, etc. – et les a placés à des endroits stratégiques dans Seattle et ses environs. Pendant trois ans, elle a testé les réactions de 309 corbeaux sur leurs pairs décédés. Le plus souvent, les oiseaux lançaient un signal d’alarme et attaquaient le corps, ce qui correspondait à l’hypothèse selon laquelle les corbeaux traitent les morts comme des signes de danger. Mais dans 24 % des cas, les oiseaux touchaient, tiraient ou mangeaient les corps ; et dans 4 % des cas, ils ont eu des rapports nécrophiles violents avec eux. Selon Swift, c’est parce qu’ils mélangent tout et n’ont plus de repères : un corbeau mort possède des caractéristiques à la fois de nourriture, d’ennemi ou de compagnon. C’est pourquoi, d’après elle, il leur arrive de mélanger agressivité et accouplement.

Il s’agit de la première étude pour mesurer la prévalence de la nécrophilie chez un animal sauvage. Ce type de comportements ont été longtemps ignorés car « pendant longtemps, la possibilité que les animaux pourraient être en deuil ou partager un semblant de l’expérience humaine était risible », explique Swift.

Source : Corvid Research

PLUS DE SCIENCE