Lancée il y a moins d’un mois, l’application de freestyles et battles Keakr est en passe de subvertir le rap game français.

Regard fixe, sourcil légèrement froncé, Roony fait rimer la vieille école du hip-hop avec l’ère du temps. « Est-ce que tu connais Tupac ? Est-ce que tu connais Biggie ? Tu viens de te prendre une claque, maintenant tu connais Roony », balance le jeune rappeur des Hauts-de-Seine, téléphone en main, sur une antique instru d’EPMD. En quelques heures, le blaze de cet adolescent sorti de nulle part devient le plus connu de l’application Keakr. Sur Facebook, un amoncellement de commentaires élogieux célèbre sa vidéo de moins d’une minute. « Le game est là depuis longtemps les règles ne sont pas nouvelles », enchaîne-t-il. Les règles peut-être pas, mais le cadre a légèrement évolué.

Depuis la création de Keakr par le MC lillois Axiom, le 21 avril, la scène française se jauge par smartphones interposés. Des flows amateurs inondent la page d’accueil, beats de Kanye West, Dr Dre, Future, Jay Z, Young Thug ou encore Mobb Deep à l’appui. Ils se répondent en battles lancées sous un abribus, au lycée voire dans un frigo. Open mic à ciel ouvert, ouvert aux chanteurs, producteurs et danseurs, le « média social des cultures urbaines » possède-t-il un modèle assez solide et attrayant pour faire émerger le prochain Booba ? La lutte pour la succession du Duc a déjà commencé en ligne.

Roony en train de rapper
Crédits : Keakr/Facebook

Battle

Un vent de fraîcheur souffle sur le rap français. « En direct du frigo », annonce Sado MC en ouvrant la porte qui garde son portable froid. Majeur en l’air, bob sur la tête, le rappeur originaire de Douai entame un des freestyles les plus improbables de Keakr. Quand il a commencé les ateliers d’écriture, à 12 ans, Nassim ne s’imaginait sans doute pas en train de poser des rimes entre les yaourts et les bouteilles d’eau. Qui pouvait alors penser qu’une simple application permettrait de rapper n’importe où, n’importe comment en quelques secondes ? « Tout le secret réside dans un truc », explique Sado MC. « Ton micro est dans ton kit main libre, l’instru dans tes écouteurs. Donc tu ne déranges…

Lisez la suite de l'histoire.

Vous pouvez acheter nos histoires à l’unité ou vous abonner pour accéder à toutes les histoires. Vous pouvez également offrir un abonnement.

Achetez l'histoire à l'unité. Dès lors, vous pourrez y accéder en permanence sur ordinateur, tablette et smartphone.
Abonnez-vous pour accéder à toutes les histoires. L’ensemble de nos collections vous sera accessible en permanence sur ordinateur, tablette et smartphone.