par Ulyces | 0 min | 18 novembre 2015

Dans chaque établis­­se­­ment correc­­tion­­nel aux États-Unis, un réseau de drogue comme celui que je suis sur le point de décrire fonc­­tionne et pros­­père. Vous pouvez me croire, je viens d’être libéré d’une prison fédé­­rale après avoir passé 21 ans de ma vie derrière les barreaux. Tandis que beau­­coup d’entre vous ont l’ha­­bi­­tude de lire des histoires sur les trafics de drogue qui sont déman­­te­­lés, vous avez peu de chances d’en­­tendre parler des busi­­ness floris­­sants. Pour aider à expliquer l’un de ces systèmes, je suis entré en contact avec un homme que j’ap­­pel­­le­­rai « Divine ». Afro-Améri­­cain, la cinquan­­taine, c’est un gang­s­ter à la voix suave, propre sur lui et éreinté par trop de muscu. Origi­­naire de New York, ses prouesses en tant que trafiquant de drogue ont même été célé­­brées dans la tradi­­tion lyrique du hip-hop. Il purge une peine à vie dans une prison fédé­­rale. Mais ce qu’il fait en prison lui rapporte de l’argent, du pouvoir, et le pres­­tige d’être l’homme dont tout le monde parle. Il a accepté de me dévoi­­ler de façon anonyme comment tout cela fonc­­tionne.

ulyces-drugprison-01
Un détenu en correc­­tion­­nelle
Crédits : David Ross Smith

La mule

« Je fais tran­­si­­ter de la drogue dans le BOP [Bureau fédé­­ral des prisons] depuis les années 1980 », commence Divine. Crimi­­nel de carrière, il a fait plusieurs séjours en prison fédé­­rale et y passe du temps depuis ses 20 ans. Chaque fois qu’il en sortait, il recom­­mençait son busi­­ness dans les rues de New York. Il finis­­sait toujours par enfreindre sa condi­­tion­­nelle ou accep­­ter un nouveau deal qui le condui­­sait à pour­­suivre sa voca­­tion en prison, d’où il est devenu un opéra­­teur de première classe : Il ne s’est jamais fait prendre pour ses trafics illé­­gaux à l’in­­té­­rieur du ventre de la bête. « Chaque fois que je rentre dans un établis­­se­­ment, la première chose que je fais est de repé­­rer qui fait quoi », raconte Divine. « S’il y a une struc­­ture établie, je m’in­­sère dedans. Sinon, je crée ma propre struc­­ture à partir de rien. Ce n’est pas si diffi­­cile. » Les substances illé­­gales sont les articles de contre­­bande les plus recher­­chés dans les établis­­se­­ments correc­­tion­­nels. En prison, où l’iso­­le­­ment, l’en­­nui et le stress sont monnaie courante, les mecs vendraient leur âme pour nour­­rir leurs addic­­tions – et les hommes comme Divine jouent de ce besoin.

ulyces-drugprison-02
Un détenu à l’iso­­le­­ment
Crédits : KPBS Online

Dans ce busi­­ness, la prio­­rité est de trou­­ver des mules pour faire entrer la drogue à l’in­­té­­rieur. « C’est souvent assez facile », me confie Divine. « J’ai juste besoin d’un blanc-bec qui reçoit pas mal de visites. De préfé­­rence avec une femme et des enfants qui viennent le voir tous les week-ends. Le meilleur moyen de trou­­ver une mule, c’est d’avoir quelqu’un qui est au parloir régu­­liè­­re­­ment et qui a beau­­coup d’ac­­ti­­vité autour de lui quand il y est. » « Pour être honnête, et je ne suis pas fier de dire ça », pour­­suit-il, « les enfants sont la meilleure couver­­ture lorsque vous avalez des ballons. Ils distraient les gardiens parce qu’ils sont hyper­­ac­­tifs, et ça permet à la meuf du type de lui passer les ballons à avaler sans que personne ne s’en aperçoive. » Les ballons peuvent être trans­­mis de bouche à bouche avec un baiser, ou cachés dans de la nour­­ri­­ture comme des sand­­wichs ou des paquets de chips. Mais pour en arri­­ver là, un système élaboré doit être mis en place. Dès que Divine trouve un candi­­dat appro­­prié pour faire passer la drogue à l’in­­té­­rieur, il doit tout mettre debout. C’est là qu’in­­ter­­viennent son exper­­tise et sa répu­­ta­­tion : Divine est réputé pour être un homme effi­­cace quand il s’agit de rame­­ner de la came en prison, même s’il n’y touche jamais lui-même.

Une fois que la drogue est dans l’éta­­blis­­se­­ment, les choses sérieuses peuvent commen­­cer.

« Dès que j’ai trouvé le type pour faire passer la drogue, j’ap­­pelle un vieil ami de la rue et lui fais savoir que les choses sont en marche », raconte Divine. Il trans­­met toutes les infor­­ma­­tions à son ami : la date de la visite, l’adresse où envoyer la drogue préem­­bal­­lée, et où envoyer l’argent pour payer la famille de la mule. Tout cela se passe en dehors de la prison et est géré en un coup de fil. Comme il est probable que les auto­­ri­­tés le mettent sur écoute (à moins qu’il n’ar­­rive à avoir accès à un télé­­phone de contre­­bande), l’in­­for­­ma­­tion doit être trans­­mise codée. « Tout est mis en place au préa­­lable avec mes hommes à l’ex­­té­­rieur », explique Divine. « Ils savent que quand j’ap­­pelle et que je dis certains mots ou certaines phrases, c’est pour lancer le mouve­­ment. Je fais ça depuis si long­­temps que ça marche comme sur des roulettes. » Une fois que la date de la visite est établie, les hommes de Divine à New York se procurent la drogue – de l’hé­­roïne, de l’herbe ou des Oxys –, l’em­­ballent dans des ballons et l’en­­voient au visi­­teur, qui la fera passer à son ou ses proches à l’in­­té­­rieur. Les avan­­tages pour la mule ? De l’argent pour sa famille et pour lui du matos gratuit. Une fois que la drogue est dans l’éta­­blis­­se­­ment, les choses sérieuses peuvent commen­­cer.

Les tran­­sac­­tions

« Quand je sais que c’est sur le point d’ar­­ri­­ver, je demande à mes hommes de se mettre en place pour vendre les paquets », dit Divine. D’autres sont recru­­tés pour collec­­ter la drogue de la mule, la cacher et l’em­­bal­­ler avant la vente. Encore une fois, Divine lui-même ne touche jamais la drogue.

ulyces-drugprison-03
Les hommes de l’ombre
Crédits : David Ross Smith

Il veut que ça reste un truc de new-yorker. Il utili­­sera des types de l’ex­­té­­rieur s’il le faut, mais il préfère employer ses homies. « Les gars de New York savent mieux faire », me fait-il savoir. « Et surtout ils savent la boucler quand les choses tournent mal. » Pour collec­­ter en toute sécu­­rité, Divin recrute égale­­ment deux hommes de main, des voyous connus dans la prison pour faire peur à tout le monde, « des mecs vice­­lards qui voient tout en noir et blanc », comme il les décrit. « Il est facile de les trou­­ver. Ils cherchent la moindre excuse pour écra­­ser des gens, et je leur donne la justi­­fi­­ca­­tion dont ils ont besoin pour suivre leurs bas instincts. » Ses exécu­­teurs feront des pieds et des mains pour proté­­ger Divine, parce qu’il les récom­­pense dûment de lui permettre de faire ses affaires tranquille­­ment. Si quelqu’un ne paie pas ou s’il y a un problème, il lui envoie ses sbires pour qu’ils lui mettent une raclée. Quand la drogue est vendue, les paie­­ments sont collec­­tés sous de nombreuses formes diffé­­rentes. Les plus petites tran­­sac­­tions sont effec­­tuées via la cantine de prison. Cela signi­­fie que Divine donnera à son client une liste d’ar­­ticles à ache­­ter le jour de la semaine où il pourra se rendre à la cantine. Le client lui achè­­tera des chaus­­sures, des sweats, des shorts, de la nour­­ri­­ture ou des produits d’hy­­giène en utili­­sant l’argent de son compte carcé­­ral, pour ensuite lui amener la marchan­­dise ou la confier à ses gars dans un sac à linge. Les timbres sont une autre méthode courante de paie­­ment, car ils sont petits et qu’ils ont une impor­­tante valeur en grand nombre.

ulyces-drugprison-04
Insi­­der
Crédits : David Ross Smith

Puis il y a des tran­­sac­­tions de rue à rue. C’est lorsque vous deman­­dez à un membre de votre famille ou à l’un de vos amis en dehors de la prison d’en­­voyer de l’argent à l’adresse four­­nie par le dealer. Disons que vous me devez 800 dollars. Je peux vous donner l’adresse de ma copine, vous appe­­lez vos potes et leur dites de lui envoyer ou de lui trans­­fé­­rer 800 dollars. Le trafic a beau avoir lieu en prison, la majeure partie de l’argent change de mains à l’ex­­té­­rieur, soit pour enri­­chir les membres de la famille du dealer, rembour­­ser ses asso­­ciés, ou amas­­ser un pécule pour quand il sortira de prison. Vous pouvez égale­­ment envoyer ou trans­­fé­­rer de l’argent à quelqu’un direc­­te­­ment à partir de votre compte carcé­­ral. En prison, beau­­coup de gens ont des dizaines de milliers de dollars sur ces comptes. Tout ce qui dépasse 500 dollars est censé être signalé et étudié, mais vous pouvez tout simple­­ment dire que vous envoyez l’argent à vos enfants, ou quelque chose comme ça. Peu importe la forme que prennent les paie­­ments, compte tenu des règles de l’offre et de la demande dans un envi­­ron­­ne­­ment contraint, Divine se fait un sacré paquet de blé. « À partir d’un gramme d’hé­­roïne, qui coûte entre 75 et 100 dollars dans la rue, je peux faire 1 200 dollars », me dit-il. « Un gramme se découpe en 12 parts à 100 dollars pièce. C’est ce que j’ai en retour. Mes gars à l’in­­té­­rieur gèrent la cantine et les timbres, les trans­­ferts et les tran­­sac­­tions de rue à rue avec mes gars à l’ex­­té­­rieur. Voilà comment je suis payé. »

Encais­­ser

Tout ceux qui s’in­­ves­­tissent dans le deal sont récom­­pen­­sés – avec de l’argent, de la drogue, des produits, des timbres ou juste en gagnant une répu­­ta­­tion. « Il y a des mecs qui veulent être impliqués pour l’argent, d’autres pour la drogue, mais certains veulent juste faire partie du busi­­ness pour être asso­­ciés avec moi », assure Divine. « Quand vous avez une répu­­ta­­tion et que vous êtes bien établi, les mecs savent qui vous êtes et il est facile d’ame­­ner des gens à se placer sous vos ordres. Je ne suis pas un mauvais mec, un tyran ou même le type le plus dur des alen­­tours, mais je suis juste et ferme. Si vous travaillez pour moi, je fais en sorte que vous soyez payé. Si vous avez fait entrer de la drogue, alors vous avez fait votre part. Tout le monde est payé quand je fais un deal. Ça marche mieux de cette façon et ça me permet de conti­­nuer à faire ce que je fais. »

ulyces-drugprison-05
« Tout le monde peut se faire prendre »
Crédits : David Ross Smith

Tout le monde peut se faire prendre. Tout le monde peut se relâ­­cher ou deve­­nir complai­­sant. Dans le commerce de la drogue en prison, vous devez toujours être sur le qui-vive et trou­­ver de nouveaux moyens. Car pendant que vous pensez à votre argent et que vous faites des plans avec, quelqu’un d’autre est aussi en train de penser à votre argent et faire des plans avec… Quelqu’un peut toujours mouchar­­der. Mais Divine se tient à carreau. Il a des gars pour gérer à la fois la drogue et les circuits, des gars pour le proté­­ger de ses rivaux en prison, et une person­­na­­lité de diplo­­mate qui le main­­tient au-dessus de tous soupçons. Il est presque impos­­sible d’ob­­te­­nir des preuves qui le lient à la drogue, et si les auto­­ri­­tés savent qui il est, c’est seule­­ment par ouï-dire. Oh bien sûr, on a enquêté sur lui, mais il a toujours été en mesure de résis­­ter à la pres­­sion. S’il est jeté au trou, expé­­dié dans une autre prison ou harcelé, il s’en sort tout simple­­ment, agit comme si de rien n’était et recom­­mence de zéro. Même s’il était pris, il pren­­drait un peu plus de temps derrière les barreaux, mais il est déjà condamné à vie.

Des hommes comme Divine existent dans chaque cour de prison.

Dans le système de Divine, tout le monde a un inté­­rêt dans la préser­­va­­tion du busi­­ness : les toxi­­co­­manes dans l’éta­­blis­­se­­ment, les reven­­deurs, ceux qui emballent et ceux qui cachent, les mules, les exécu­­teurs et évidem­­ment Divine, qui super­­­vise toute l’opé­­ra­­tion et empoche la majo­­rité des profits. Tout est orches­­tré par la ruse et la person­­na­­lité d’un seul homme. Peut-être que le pied que Divine prend à être cet homme est une façon pour lui de compen­­ser le fait d’avoir à passer le restant de ses jours derrière les barreaux. Et des hommes comme Divine existent dans chaque cour de prison.


Traduit de l’an­­glais par Sophie Cartier d’après l’ar­­ticle « How to Run a Drug Dealing Network in Prison », paru dans Subs­­tance. Couver­­ture : Une cellule dans un complexe carcé­­ral améri­­cain, par KPBS Online. Créa­­tion graphique par Ulyces.

Premium WordP­ress Themes Down­load
Down­load Premium WordP­ress Themes Free
Down­load Nulled WordP­ress Themes
Free Down­load WordP­ress Themes
free online course
Download WordPress Themes Free
Premium WordPress Themes Download
Download WordPress Themes Free
Download Best WordPress Themes Free Download
free online course

Plus de monde