par Ulyces | 0 min | 23 février 2015

Durant le mois de décembre, les États-Unis et certains de leurs alliés, ainsi que le régime de Bachar el-Assad à Damas, ont inten­­si­­fié la campagne de bombar­­de­­ment contre la place forte de l’État isla­­mique dans la ville de Racca, dans le nord de la Syrie (même si 97 % des frappes aériennes en Syrie ont été effec­­tuées par les États-Unis). Aux côtés des Améri­­cains dans les bombar­­de­­ments, on pouvait comp­­ter les Émirats arabes unis et l’Ara­­bie Saou­­dite. Les pays occi­­den­­taux tels que la Grande-Bretagne, la France et l’Aus­­tra­­lie, membres de la coali­­tion améri­­caine contre l’EI, ne prennent part qu’aux opéra­­tions se dérou­­lant sur le sol irakien. D’autres pays y parti­­cipent de façon moins active, en mettant à dispo­­si­­tion du person­­nel et du maté­­riel. L’or­­ga­­ni­­sa­­tion djiha­­diste est long­­temps restée impé­­né­­trable quant aux dépla­­ce­­ments de son leader, Abou Bakr al-Bagh­­dadi, et de ses respon­­sables.

ulyces-racca-map
Carto­­gra­­phie de la guerre civile syrienne
En gris : contrôlé par l’État isla­­mique ; en rouge : contrôlé par le gouver­­ne­­ment syrien
En jaune : contrôlé par les Kurdes ; en vert : contrôlé par l’ASL et d’autres factions rebelles
En blanc : contrôlé par Jabhat al-Nosra

Des habi­­tants de la région disent qu’ils se déplacent entre la Syrie et l’Irak. Mais Racca est géné­­ra­­le­­ment consi­­dé­­rée comme la « capi­­tale » du cali­­fat auto-proclamé de Daesh, la ville à laquelle l’or­­ga­­ni­­sa­­tion est le plus souvent asso­­ciée. À en juger par les images diffu­­sées par le groupe, Racca serait à la fois centre d’un État isla­­mique utopique et foyer d’ex­­tré­­mistes dont les habi­­tants brigue­­raient une version radi­­cale de l’is­­lam, joui­­raient d’exé­­cu­­tions publiques, et suppor­­te­­raient avec ferveur leurs impi­­toyables chefs de guerre vêtus de noir. La déca­­pi­­ta­­tion du jour­­na­­liste améri­­cain James Foley, ainsi que de nombreux autres otages, a été filmée sur une colline à la péri­­phé­­rie de la ville. Dans ses décla­­ra­­tions, l’EI prétend que ces exécu­­tions de victimes améri­­caines et anglaises sont leurs réponses aux bombar­­de­­ments améri­­cains en Syrie. Comme pour beau­­coup d’autres actions de l’or­­ga­­ni­­sa­­tion, il s’agit de renvoyer à l’Oc­­ci­dent une image de puis­­sance et d’hor­­reur. Et pour­­tant, cette ville provin­­ciale, qui selon les diffé­­rentes esti­­ma­­tions compte entre 250 000 et 500 000 habi­­tants, ne laisse pas forcé­­ment devi­­ner de telles tendances isla­­mistes ou djiha­­distes. Par ailleurs, Racca n’a pas été ratta­­chée au conflit syrien avant 2013.

Une posi­­tion stra­­té­­gique

Vivant à Damas avant la guerre, j’ai pu visi­­ter Racca à plusieurs occa­­sions, et j’ai été frap­­pée par sa bana­­lité. Un coin pous­­sié­­reux, à l’écart des grandes villes du pays. Elle comp­­tait peu d’équi­­pe­­ments publics, et la plupart des Syriens que je connais ayant eu l’op­­por­­tu­­nité de la visi­­ter s’en sont plaints. Il est vrai que la popu­­la­­tion locale, un mélange de tribus et de Bédouins séden­­ta­­ri­­sés, était presque entiè­­re­­ment d’obé­­dience sunnite, mais à la diffé­­rence de villes situées plus à l’ouest comme Hama et Alep, il n’y avait pas ici de tradi­­tion d’ac­­ti­­visme isla­­mique. Un habi­­tant d’al-Tabqah, une ville voisine de Racca dont la base aérienne a été conquise par l’État isla­­mique en août, affirme ainsi : « L’iro­­nie, c’est que nous étions répu­­tés pour ne pas prier ! » L’im­­por­­tance rela­­tive de Racca aux yeux du régime syrien les aura menés à céder le contrôle de la ville. Pour­­tant, sa taille consé­quente, sa proxi­­mité avec la fron­­tière irakienne et sa distance rela­­tive des lignes de front prin­­ci­­pales ont joué un rôle majeur dans la volonté de l’EI d’en faire le centre d’un grand État centra­­lisé. Suite à d’in­­tenses bombar­­de­­ments sur ses bases et ses équi­­pe­­ments, ses forces ont reculé de Kobané sur la fron­­tière turco-syrienne, mais elles ont gagné ou conso­­lidé leur main­­mise sur d’autres terri­­toires, dont les villes de Hit et Ramadi en Irak, et gardent ferme­­ment le contrôle de Racca.

ulyces-racca-02
Le centre-ville de Racca en 2010
Crédits

Depuis que Daesh a pris posses­­sion de Mossoul, la seconde plus grande ville irakienne, le 10 juin 2014, certains analystes avancent qu’elle est deve­­nue la nouvelle capi­­tale du groupe. Il est vrai que l’EI est histo­­rique­­ment une orga­­ni­­sa­­tion irakienne, excrois­­sance d’Al-Qaïda en Irak. La plupart de ses diri­­geants, y compris Abou Bakr al-Bagh­­dadi, sont irakiens. Mais à Mossoul, dont la popu­­la­­tion est esti­­mée à plus d’un million de personnes, le pouvoir est toujours dans une certaine mesure partagé avec d’autres groupes sunnites, qui comptent en leur sein d’an­­ciens baasistes du régime de Saddam Hussein, ainsi que d’autres tribus. L’EI doit faire face à davan­­tage de menaces armées en Irak qu’en Syrie, avec les milices chiites, les Pesh­­merga kurdes, l’ar­­mée irakienne dispa­­rate, ainsi que quelques tribus sunnites et la coali­­tion menée par les États-Unis. A contra­­rio, avant même que l’État isla­­mique ne prenne le contrôle de l’est de la Syrie, à commen­­cer par les petites villes et villages, puis Racca en juin 2013, pour s’étendre au reste du terri­­toire en 2014, le régime syrien avait large­­ment aban­­donné la région, afin de se concen­­trer sur celles plus densé­­ment peuplées de l’ouest du pays. Une fois le groupe au pouvoir dans la région, le régime l’a quasi­­ment laissé de côté, sa crois­­sance permet­­tant à Damas de présen­­ter unila­­té­­ra­­le­­ment l’op­­po­­si­­tion comme des « terro­­ristes ». Les rebelles syriens, à l’ori­­gine de la prise de Racca des mains du régime en avril 2013, sont un amal­­game de petits groupes bien plus faibles que l’EI. Même si des pays sympa­­thi­­sants tels que les États-Unis, la Turquie, le Qatar ou l’Ara­­bie Saou­­dite ont appris à mieux coor­­don­­ner leur finan­­ce­­ment des rebelles syriens, ces groupes demeurent frag­­men­­tés. Les orga­­ni­­sa­­tions isla­­mistes, même celles alimen­­tées par des fonds privés, sont plus puis­­sants que les combat­­tants laïques appuyés par l’Amé­­rique. Mais même ces derniers sont insi­­gni­­fiants compa­­rés à l’État isla­­mique. Racca est égale­­ment facile à rallier, en parti­­cu­­lier pour les recrues étran­­gères de l’EI, pour la plupart entrées en Syrie par la fron­­tière sud de la Turquie (le pays a depuis resserré les contrôles). Bien que les frappes aériennes des Améri­­cains et de leurs alliés arabes, ainsi que les récents raids du régime d’As­­sad, aient rendu la vie plus diffi­­cile à l’EI, la ville est deve­­nue l’axe central crucial d’un terri­­toire plus grand que bien des pays, et compte entre six et huit millions d’ha­­bi­­tants, de l’Irak à la Syrie. « On a toujours l’im­­pres­­sion que Racca est leur capi­­tale », affirme Sarmad Jilani, un exilé syrien vivant désor­­mais en Turquie. Il est le coor­­di­­na­­teur de Raqqa Is Being Slaugh­­te­­red Silently (On massacre Racca en silence), un groupe d’ac­­ti­­vistes ayant des corres­­pon­­dants au sein de la ville.

ulyces-racca-03
Abou Bakr al-Bagh­­dadi
Prêche de l’été 2014

L’État isla­­mique occupe plusieurs bâti­­ments de Racca, tels que le palais du gouver­­neur, la mairie et l’Église catho­­lique armé­­nienne des martyrs. Ils ont le contrôle des zones proches de la ville, comme la Divi­­sion 17, une ancienne base aérienne, ainsi que des complexes pétro­­liers. Nombre de ces lieux ont été la cible d’at­­taques aériennes améri­­caines. Et beau­­coup d’otages qui ont par la suite été exécu­­tés ou libé­­rés contre des rançons étaient déte­­nus dans ces sites à l’ex­­té­­rieur de la ville. Les leaders de Daesh comptent en la personne d’Abou Ali al-Anbari un ancien mili­­taire baasiste irakien, qui fut un temps géné­­ral sous Saddam Hussein. On dit qu’il est aujourd’­­hui l’adjoint d’al-Bagh­­dadi. Les leaders ont construit l’or­­ga­­ni­­sa­­tion du groupe sur la hiérar­­chie et la disci­­pline. Selon Abou Hamza, un rené­­gat syrien ayant œuvré dans leurs services de rensei­­gne­­ments, que j’ai rencon­­tré à l’au­­tomne dernier dans le sud de la Turquie, le groupe est dirigé par une ving­­taine d’hommes, qui ont séparé le bras armé de l’EI de sa branche sociale. Des diri­­geants spéci­­fiques sont respon­­sables des forces armées et de sécu­­rité de l’EI. Il existe aussi des admi­­nis­­tra­­tions civiles diri­­gées par des imams, bien qu’elles ne semblent pas être géogra­­phique­­ment centra­­li­­sées. Abou Hamza m’a expliqué que chaque province syrienne contrô­­lée par Daesh dispo­­sait d’un émir et d’adjoints civils et mili­­taires. Ils super­­­visent l’or­­ga­­ni­­sa­­tion de l’ad­­mi­­nis­­tra­­tion locale. Le groupe a instauré de nouveaux tribu­­naux, des forces de police locales, ainsi qu’une admi­­nis­­tra­­tion écono­­mique exten­­sive, tout en récu­­pé­­rant les systèmes exis­­tants d’édu­­ca­­tion, de santé, de télé­­com­­mu­­ni­­ca­­tions, ainsi que les réseaux élec­­triques (certains services publics restent gérés par le gouver­­ne­­ment syrien). Selon l’in­­ter­­pré­­ta­­tion stricte que l’État isla­­mique fait de la charia, les femmes doivent porter un niqab, les hommes ne doivent pas porter de t-shirts à motifs, fumer est inter­­­dit, les maga­­sins doivent fermer pour les cinq prières jour­­na­­lières (comme c’est le cas en Arabie Saou­­dite), et seules des femmes ont le droit de travailler dans des maga­­sins de vête­­ments fémi­­nins. Depuis août 2014, les femmes doivent avoir un mahram, un accom­­pa­­gna­­teur mascu­­lin, pour sortir. Le respect de ces règles est enca­­dré par une brigade entiè­­re­­ment fémi­­nine bapti­­sée al-Khansa, et par les forces de l’hisbeh mascu­­line. Deux femmes en ville m’ont confié que les membres saou­­diens de l’EI – venant donc d’un pays doté d’une police reli­­gieuse et d’une vision de l’is­­lam très proche de celle de l’EI – étaient souvent les plus à cheval sur la ques­­tion de ces trans­­gres­­sions morales. Racca est égale­­ment un modèle de mise en place des taxa­­tions pour l’EI : des commerçants de Racca rencon­­trés dans le sud de la Turquie m’ont expliqué que le groupe souti­­rait 2,5 % de leurs reve­­nus, consi­­dé­­rés comme le zakât (l’au­­mône pour les plus dému­­nis dans l’is­­lam), ainsi qu’une somme forfai­­taire mensuelle de 1 500 livres syriennes (SYP), soit envi­­ron 7 euros. Il n’y est jamais fait réfé­­rence comme à un impôt. L’EI collecte envi­­ron 400 SYP par mois pour les lignes télé­­pho­­niques, bien que les coûts soient encore suppor­­tés par le régime d’As­­sad. Des habi­­tants ont égale­­ment signalé que certains mili­­taires et membres de l’ad­­mi­­nis­­tra­­tion touchent un salaire mensuel d’au moins 400 dollars. Au nom du droit à la consom­­ma­­tion, l’EI régule le prix et la qualité des biens.

La prise de Racca

Tout cela aurait été inima­­gi­­nable ne serait-ce qu’il y a deux ans. Bien que certains aient protesté au début de la révo­­lu­­tion en Syrie en mars 2011, les habi­­tants de Racca sont restés plutôt loyaux au régime d’As­­sad, en partie à cause de l’ap­­pui fourni par Damas aux tribus locales, et en partie parce qu’une large portion des réfu­­giés syriens qui se sont instal­­lés dans la ville durant les premières années du conflit ne comp­­tait pas se rebel­­ler. Toute­­fois, en mars 2013, de nombreuses milices isla­­mistes, dont les dévots Ahrar al-Sham et Jabhat al-Nosra (la branche syrienne d’Al-Qaïda), ont arra­­ché Racca au régime d’As­­sad. La prise de pouvoir est venue de forces exté­­rieures, et de nombreux habi­­tants en étaient mécon­­tents.

La pres­­sion des groupes armés et le manque de finan­­ce­­ment régu­­lier du conseil ont empê­­ché la forma­­tion d’un gouver­­ne­­ment local à part entière.

Quand j’ai visité la ville deux mois plus tard, en mai 2013, on avait hissé les drapeaux noirs de Jabhat al-Nosra dans la rue, près du bureau du gouver­­neur, que le groupe occu­­pait désor­­mais. Mais la ville n’était pas aux mains d’une faction en parti­­cu­­lier. Les mili­­ciens et groupes rebelles préfé­­raient gagner l’ap­­pro­­ba­­tion des habi­­tants, plutôt que de leur impo­­ser leurs lois. Ils se sont dispu­­tés le terrain avec des acti­­vistes modé­­rés, qui orga­­ni­­saient des ateliers sur des sujets tels que le droit des femmes ou la tolé­­rance reli­­gieuse, et appuyaient l’élec­­tion de corps locaux, comme un conseil muni­­ci­­pal. On y trou­­vait encore des marques d’ou­­ver­­ture et de tolé­­rance, ce pour quoi la Syrie était répu­­tée. J’ai pu rencon­­trer par exemple une infir­­mière alaouite tout à fait ouverte quant à son culte, bien que la mino­­rité alaouite à Racca soit étroi­­te­­ment asso­­ciée au régime d’As­­sad (aujourd’­­hui, elle y serait déca­­pi­­tée sur le champ du fait de son appar­­te­­nance reli­­gieuse). Certains habi­­tants qui avaient à cœur de main­­te­­nir le fonc­­tion­­ne­­ment des services publics ont instauré ce conseil muni­­ci­­pal, plaçant un avocat à sa tête. Ils ont réussi un temps à main­­te­­nir les salaires des agents de voirie, ou bien la gestion d’un service d’am­­bu­­lances. Beau­­coup de jeunes gens se sont révé­­lés grâce à cette éman­­ci­­pa­­tion du régime d’As­­sad, nouvel­­le­­ment acquise. Les graf­­fi­­tis et les œuvres d’art étaient visibles partout. Mais la pres­­sion des groupes armés et le manque de finan­­ce­­ment régu­­lier du conseil (qui venait par inter­­­mit­­tence de nations étran­­gères, comme la France ou le Qatar), ont empê­­ché la forma­­tion d’un gouver­­ne­­ment local à part entière. C’est ce qui a permis à l’EI de prendre de force une grande ville, et d’en faire le cœur de leur soi-disant État isla­­mique. Y voyant une oppor­­tu­­nité, les leaders d’Al-Qaïda en Irak ont envoyé un groupe de djiha­­distes en Syrie au début de la guerre civile. Ils y ont créé le groupe Jabhat al-Nosra. En avril 2013, Abou Bakr al-Bagh­­dadi, alors leader de l’EI en Irak, affi­­lié à Al-Qaïda, a décidé de reven­­diquer la connexion, et déclaré que les deux groupes seraient fusion­­nés pour former l’EIIL (État isla­­mique en Irak et au Levant). Mais Abou Moham­­mad al-Joulani, le chef de Jabhat al-Nosra, a refusé la fusion des groupes. Contrai­­re­­ment à Jabhat al-Nosra, l’EI a immé­­dia­­te­­ment fait savoir que son but premier n’était pas de lutter contre Assad, mais bien de conqué­­rir des terri­­toires et d’y impo­­ser aussi­­tôt la charia. Il était prêt à user de tactiques bien plus brutales qu’Al-Qaïda pour y parve­­nir, en parti­­cu­­lier en assas­­si­­nant des civils. La direc­­tion d’Al-Qaïda a long­­temps critiqué sa branche irakienne, l’ac­­cu­­sant d’être trop brutale. Après le conflit entre Bagh­­dadi et al-Joulani, Daesh a rompu d’avec Al-Qaïda, faisant de Jabhat al-Nosra la branche syrienne de l’or­­ga­­ni­­sa­­tion terro­­riste.

ulyces-racca-04
Sympa­­thi­­sants de Daesh
Crédits : Arte

En août 2013, les forces de l’EI ont lancé une violente attaque contre les groupes rebelles à Racca, prenant rapi­­de­­ment le contrôle de la ville, alors que les autres milices se reti­­raient. Ainsi, l’EI est parvenu à déte­­nir une capi­­tale régio­­nale, et plus seule­­ment des villages et petites villes : Racca est de facto deve­­nue le QG de l’or­­ga­­ni­­sa­­tion. Les détails quant aux respon­­sa­­bi­­li­­tés respec­­tives restent flous. Mais le groupe a installé des bases à Racca, tenues par des Syriens et des Irakiens, ainsi que par de nombreux combat­­tants étran­­gers. Beau­­coup d’autres s’y sont instal­­lés alors que la ville gagnait en noto­­riété. Ils conti­­nuent toujours d’af­­fluer depuis que l’EIIL, rebap­­tisé État isla­­mique, en a fait son cali­­fat, suite à la prise de Mossoul en juin 2014. Reste la ques­­tion qui préoc­­cupe les agents améri­­cains : Pourquoi l’EI attire-t-il tant de combat­­tants ? Il s’agit de la plus rapide mobi­­li­­sa­­tion guer­­rière de combat­­tants étran­­gers, loin devant la guerre contre les sovié­­tiques en Afgha­­nis­­tan ou celle contre Saddam Hussein en Irak, selon les experts du djihad. La réponse repose en partie sur l’uti­­li­­sa­­tion sans précé­dent que fait Daesh des réseaux sociaux pour atti­­rer des candi­­dats, ainsi que sur la faci­­lité rela­­tive à entrer et à vivre en Syrie. À quoi il faut ajou­­ter que les gouver­­ne­­ments des pays du Moyen-Orient et d’Oc­­ci­dent manquent d’idéo­­lo­­gies convain­­cantes, et sont souvent perçus comme corrom­­pus par leurs citoyens, musul­­mans ou pas. On ne sait préci­­sé­­ment de quels soutiens l’EI béné­­fi­­cie à Racca, mais il est certain qu’ils sont moins nombreux qu’en Irak, où des groupes sunnites désa­­bu­­sés se sont alliés à l’EI après avoir été margi­­na­­li­­sés par le gouver­­ne­­ment chiite de Bagh­­dad qui a suivi la desti­­tu­­tion de Hussein. Pendant les premiers temps de l’EI au pouvoir, des habi­­tants m’ont révélé avoir été horri­­fiés par les excès de l’État isla­­mique, mais satis­­faits que ces derniers aient mis fin à la corrup­­tion et au chaos liés aux pratiques des groupes rebelles tels que Ahrar al-Sham, ou d’autres groupes moins dévots. Un homme d’af­­faires de Racca qui vit désor­­mais en Turquie m’a avoué qu’en dépit de sa haine pour l’or­­ga­­ni­­sa­­tion, il était plus facile de faire circu­­ler des marchan­­dises sur le terri­­toire de l’EI, car le bakchich aux points de contrôle ne s’y pratiquait pas, comme c’était le cas avec d’autres groupes rebelles.

ulyces-racca-05
Une école de méde­­cine de l’EI
Janvier 2015

Certains habi­­tants enclins à travailler avec n’im­­porte quel pouvoir ont témoi­­gné leur soutien à Daesh. Les leaders du groupe ont égale­­ment fait preuve de jugeote en conser­­vant des services muni­­ci­­paux (dont les opéra­­teurs télé­­pho­­niques gérés par le gouver­­ne­­ment) à Racca, gardant des employés formés à leurs postes, mais en leur faisant bien comprendre qu’ils travaillent désor­­mais pour l’État isla­­mique. On auto­­rise encore les ensei­­gnants à faire cours, mais le programme éduca­­tif a été modi­­fié, des matières comme la chimie et le français ont été suppri­­mées, et l’en­­sei­­gne­­ment cora­­nique imposé. Une interne des hôpi­­taux âgée d’une ving­­taine d’an­­nées, en exil depuis le mois de septembre, m’a raconté comment les chefs de service de son hôpi­­tal à Racca ont été rempla­­cés par des hommes de l’EI, arbo­­rant des titres tels que « émir en méde­­cine géné­­ra­­liste ». Les femmes méde­­cins ne sont désor­­mais auto­­ri­­sées à pratiquer que sur des patientes du même sexe, et seule­­ment recou­­vertes d’un voile inté­­gral. « Mais comment voulez-vous que j’opère quand je dois porter des gants noirs et que je peux à peine y voir ? » m’a-t-elle rétorqué.

al-Jahim

Il est vite apparu que la capa­­cité de l’EI à conser­­ver le pouvoir dépend indu­­bi­­ta­­ble­­ment de la répres­­sion pure et simple. Bien que les déca­­pi­­ta­­tions de deux jour­­na­­listes et d’un huma­­ni­­taire améri­­cains, ainsi que de deux agents huma­­ni­­taires anglais ont fait les gros titres, davan­­tage de Syriens et d’Ira­­kiens ont été victimes du groupe. Nombre d’entre eux ont été tortu­­rés. Un groupe syrien de moni­­to­­ring des droits de l’homme installé au Royaume-Uni estime que l’État isla­­mique est respon­­sable de la mort de 1 880 personnes depuis la décla­­ra­­tion de son cali­­fat en juin. Ce nombre inclut 1 177 civils, et au moins 120 de ses propres combat­­tants, qui auraient pu vouloir quit­­ter le groupe. Le rené­­gat Abou Hamza m’a confié que la volonté de l’État est prin­­ci­­pa­­le­­ment dictée par les forces de sécu­­rité, comme c’était le cas sous le régime baasiste en Irak, et conti­­nue de l’être sous Assad en Syrie. Les forces de sécu­­rité de l’EI, dit-il, sont compo­­sées de plusieurs natio­­na­­li­­tés mais comptent suffi­­sam­­ment de Syriens pour connaître le passé de leurs conci­­toyens. « Ils étudient toutes les menaces pour l’État isla­­mique, de Bachar el-Assad à l’Amé­­rique, mais leur ennemi numéro un, ce sont les rebelles », dit-il en se réfé­­rant aux nombreux groupes en acti­­vité en Syrie, d’Ah­­rar al-Sham aux unités soute­­nues par les États-Unis.

ulyces-racca-06
Daesh règne par la terreur
Cruci­­fiés une semaine pour faux témoi­­gnage

Les habi­­tants se disent terro­­ri­­sés par les odieux châti­­ments infli­­gés par le groupe. Sur la place centrale de Racca, des têtes ont été plan­­tées sur des piques, surmon­­tés d’écri­­teaux indiquant quels trans­­gres­­sions ont été commises pour méri­­ter ce sort. La place s’ap­­pe­­lait Sahat al-Naem, le para­­dis. On y fait désor­­mais réfé­­rence comme à Sahat al-Jahim, l’en­­fer. Le méde­­cin que j’ai rencon­­tré m’a dit avoir emprunté un chemin trois fois plus long pour se rendre au travail, afin de pouvoir l’évi­­ter. Aucun des habi­­tants avec qui j’ai pu m’en­­tre­­te­­nir n’était sûr que les tribu­­naux de la charia de l’EI prêtent une quel­­conque atten­­tion aux preuves four­­nies, mais beau­­coup ont remarqué que des châti­­ments horribles sont parfois infli­­gés sur le champ, pour propa­­ger la terreur. Un ancien profes­­seur de Manbij, une ville contrô­­lée par l’EI au nord-est d’Alep, m’a raconté comme s’il n’y croyait pas lui-même qu’il avait été témoin de la mise à mort d’un homme qui fumait une ciga­­rette, traver­­sant sans le savoir une zone de l’EI. Après son arres­­ta­­tion, il a tenté d’ex­­pliquer que fumer n’était pas inter­­­dit par l’is­­lam. Les mili­­ciens sont alors montés dans sa voiture et lui ont roulé sur la tête. Bien que l’EI soit inca­­pable de surveiller élec­­tro­­nique­­ment les télé­­phones et les ordi­­na­­teurs du régime syrien, le groupe parvient à réunir des infor­­ma­­tions sur pratique­­ment tout le monde. Il orga­­nise des contrôles inopi­­nés des télé­­phones, fait déca­­pi­­ter quiconque les utilise pour filmer (d’où la rareté des images prises en ville), et fait surveiller les rassem­­ble­­ments sur les places publiques. De nombreux Syriens m’ont dit avoir effacé photos et musique de leurs télé­­phones de peur d’être pris.

« Quand j’ai quitté Racca, elle n’avait plus rien d’une ville syrienne. » — Le méde­­cin

Il y a plusieurs mois de cela, des habi­­tants de Racca ont commencé à racon­­ter comment les djiha­­distes venus de l’étran­­ger faisaient venir leurs familles, ou épou­­saient des femmes, syriennes ou étran­­gères, qui, comme les hommes, ont été atti­­rées par l’EI en plus grand nombre que n’im­­porte quel autre mouve­­ment djiha­­diste précé­­dant. Beau­­coup de volon­­taires ont été impres­­sion­­nés par l’éta­­blis­­se­­ment d’un véri­­table « cali­­fat », et des béné­­fices qu’il y aurait à y vivre. L’État isla­­mique offre des loge­­ments à ses combat­­tants, et selon certains rapports, les veuves reçoivent des aides calcu­­lées en fonc­­tion de leur nombre d’en­­fants à charge. L’EI comprend l’im­­por­­tance des enfants pour son futur. Des parents m’ont affirmé que Daesh ne forçait pas les enfants à aller à l’école, mais qu’il recru­­tait les jeunes avant leur majo­­rité, orga­­ni­­sait un ensei­­gne­­ment et des acti­­vi­­tés cora­­niques pour les plus jeunes, et faisait en sorte que les jeunes enfants assistent aux déca­­pi­­ta­­tions et autres mani­­fes­­ta­­tions de violence pour les y habi­­tuer. Des images tour­­nées par une femme ayant caché son télé­­phone sous son niqab montrent des Françaises dans un cyber­­café, disant à leurs familles qu’elles ne rentre­­ront pas à la maison. Dans une ville où, il fut un temps, tout le monde se connais­­sait, un grand nombre d’ha­­bi­­tants ne parle plus la même langue, m’as­­sure le méde­­cin. « Quand j’ai quitté Racca, elle n’avait plus rien d’une ville syrienne. » Il reste à déter­­mi­­ner où les vidéos de l’EI et le maga­­zine en langue anglaise Dabiq sont conçus, mais des habi­­tants de Racca assurent de la présence d’équi­­pe­­ments high-tech en ville. Des échoppes vendent des kits de connexion à Inter­­net par satel­­lite, car il s’agit du seul moyen de dispo­­ser d’une connexion. Abou Hamza m’a indiqué qu’un réali­­sa­­teur islan­­dais avait rejoint le groupe (le gouver­­ne­­ment islan­­dais nie pour sa part la présence de ses ressor­­tis­­sants au sein de Daesh), et qu’il était l’au­­teur des vidéos profes­­sion­­nelles réali­­sées pour atti­­rer de nouvelles recrues et effrayer l’Oc­­ci­dent. Dans une de ces vidéos, des extraits d’ar­­ticles bilingues de Dabiq suggèrent que le maga­­zine est écrit et dirigé par des anglo­­phones. Par exemple, certains passages évoquent des discours de poli­­ti­­ciens améri­­cains comme John McCain, et dans le dernier numéro de Dabiq, on trouve une discus­­sion d’éco­­no­­mie mondiale, trai­­tant de la volonté de l’EI de créer sa propre monnaie.

ulyces-racca-07
Les stig­­mates d’un bombar­­de­­ment
Crédits

Malgré toute cette exper­­tise venue de l’étran­­ger (Abou Hamza m’a confirmé qu’on trouve entre autres dans le groupe des experts en drones chinois et des pirates infor­­ma­­tiques égyp­­tiens), beau­­coup d’ha­­bi­­tants de Racca estiment que l’État isla­­mique échoue à asseoir son pouvoir, parti­­cu­­liè­­re­­ment depuis le début des frappes aériennes améri­­caines à la rentrée 2014. Une habi­­tante, mère de deux enfants, m’a raconté l’au­­tomne dernier dans le sud de la Turquie que « les réseaux élec­­triques ne fonc­­tionnent presque jamais, tout le monde utilise donc des géné­­ra­­teurs. L’eau potable devient rare quand les pompes ne sont pas alimen­­tées ; l’aide médi­­cale se raré­­fie ; la plupart des écoles a fermé et les rues sont couvertes de détri­­tus. » Les frappes aériennes menées par l’Amé­­rique semblent avoir eu plus d’im­­pact sur la capa­­cité de l’EI à gouver­­ner que sur ses forces mili­­taires (bien qu’il leur soit désor­­mais impos­­sible de faire circu­­ler des convois dans le désert sans craindre une frappe). Elles ont touché au moins seize raffi­­ne­­ries, compro­­met­­tant une des ressources prin­­ci­­pales de l’État isla­­mique (mais seule­­ment en Syrie, le gouver­­ne­­ment irakien refu­­sant de porter atteinte à sa propre infra­s­truc­­ture). Les rési­­dents de Racca m’ont appris que les jours ayant suivi la première frappe améri­­caine, les combat­­tants de Daesh se sont mêlés à la popu­­la­­tion, les rendant ainsi plus diffi­­ciles à cibler. Mais ils ont aussi été obli­­gés de mettre en berne l’ap­­pa­­reil répres­­sif, en ville comme aux postes de contrôle. Ce n’est que le soir que le groupe a réin­­vesti la ville, pour assu­­rer aux habi­­tants que la campagne améri­­caine était une guerre contre l’is­­lam.

Pas d’al­­ter­­na­­tives

Certains habi­­tants de Racca déclarent qu’a­­vant les frappes améri­­caines, on était en sécu­­rité tant que les règles, aussi perverses soient-elles, étaient respec­­tées. Ces dernières sont affi­­chées sur les murs et circulent vite avec le bouche-à-oreille. Mais les frappes aériennes ont rendu l’EI para­­noïaque et enclin à procé­­der à des arres­­ta­­tions de manière arbi­­traire. Dans le même temps, certains disent que le comman­­de­­ment irakien de l’or­­ga­­ni­­sa­­tion essaie de conso­­li­­der sa main­­mise sur la popu­­la­­tion locale en le « syrian­­ni­­sant », c’est-à-dire en lui attri­­buant des respon­­sables locaux, comme cela a été le cas en Irak. Abou Hamza, qui a dirigé les programmes d’en­­traî­­ne­­ment de l’EI puis rejoint ses services de rensei­­gne­­ments, rapporte que les promesses de promo­­tion à des postes à respon­­sa­­bi­­lité au sein du groupe ont accru l’at­­trac­­ti­­vité de l’État isla­­mique auprès des Syriens – il admet d’ailleurs que cela l’a séduit au moment de rejoindre le groupe. En outre, Jilani, l’exilé à qui j’ai parlé en Turquie, m’a confié que depuis la fin novembre et le début des frappes aériennes par le régime d’As­­sad (frap­­pant plus de zones civiles que de bases armées), les habi­­tants sont plus à l’écoute du groupe, le voyant comme leur seule protec­­tion contre Damas.

ulyces-racca-08
Racca, fief de Daesh

Beau­­coup de gens se demandent pourquoi les popu­­la­­tions sous la coupe de l’EI ne se révoltent pas. Après tout, l’his­­toire de Racca, sous le régime d’As­­sad et durant les premiers mois sous contrôle rebelle, semble indiquer qu’une grande partie de la popu­­la­­tion origi­­naire de la ville aurait la volonté de résis­­ter à l’EI, qui, selon les dires de certains habi­­tants, est un régime bien pire que celui d’As­­sad. De plus, l’es­­poir que les sunnites se soulèvent contre l’EI reste, après les frappes aériennes, un point central de la stra­­té­­gie améri­­caine. Mais les gens de Racca que j’ai rencon­­trés avouent avoir trop peur pour s’y oppo­­ser ouver­­te­­ment. Ils signalent que chaque soulè­­ve­­ment, contre le régime d’As­­sad puis, dans les mois qui ont suivi la prise de la ville, contre l’EI, s’est soldé par un véri­­table massacre. Un nombre estimé entre 700 et 900 membres de la tribu Chai­­tat a lancé en août une attaque contre l’EI dans la province de Deir ez-Zor, à l’est de Racca, près de la fron­­tière irakienne. Ils ont été massa­­crés, mais personne n’y a prêté atten­­tion. De nombreux habi­­tants de Racca sont partis, mais des étran­­gers affluent en nombre pour s’y instal­­ler. La popu­­la­­tion devient ainsi logique­­ment de plus en plus loyale à l’EI. Dans le même temps, l’op­­po­­si­­tion menée par les Occi­­den­­taux dans les terri­­toires contrô­­lés par Daesh a été déci­­mée, et perd du terrain ailleurs, à cause d’un manque de moyens et de support. Le plan de la coali­­tion menée par les USA d’en­­traî­­ner des rebelles syriens, sélec­­tion­­nés pour en faire la force armée diri­­gée contre l’EI au sol, ne débu­­tera pas avant le courant de l’an­­née, et certains respon­­sables améri­­cains ajoutent qu’il ne sera pas réel­­le­­ment opéra­­tion­­nel avant 2016.

Quand j’ai demandé à une vieille dame de Racca qui elle choi­­si­­rait d’As­­sad ou de l’État isla­­mique, elle m’a répondu : ni l’un, ni l’autre.

Pendant ce temps-là, les rebelles syriens déclarent que les aides doivent aussi leur permettre de lutter contre Assad, leur ennemi histo­­rique. Bien que certains respon­­sables améri­­cains avouent qu’As­­sad est à l’ori­­gine de la situa­­tion, on fait désor­­mais peu de cas des nombreux crimes que son régime conti­­nue de perpé­­trer. Puisque les États-Unis tentent d’éta­­blir un accord sur le nucléaire iranien, pays qui a fourni armes et ressources finan­­cières à Assad, ainsi qu’en­­traîné des forces para­­mi­­li­­taires pour lui, il est désor­­mais peu probable qu’ils dési­rent s’at­­ti­­rer les foudres de Téhé­­ran. Certains Syriens vivant sous le joug de l’EI m’ont dit croire qu’il ne leur restait plus que la résis­­tance passive, un peu comme ce fut le cas contre Assad. Ils conti­­nuent à chucho­­ter chez eux, à regar­­der des programmes télé­­vi­­sés non-isla­­miques à la maison et à écou­­ter de la musique dès qu’ils quittent le terri­­toire de l’EI. Quand j’ai demandé à une vieille dame de Racca dont les fils avaient combattu avec les rebelles qui elle choi­­si­­rait d’As­­sad ou de l’État isla­­mique s’ils étaient ses deux seules options, elle m’a répondu : ni l’un, ni l’autre. Elle a, comme tant d’autres, quitté le pays pour de bon. A contra­­rio, Abou Hamza affirme que l’EI devient rapi­­de­­ment la seule option pour les sunnites de Syrie qui ne cherchent pas la récon­­ci­­lia­­tion avec le régime. L’État isla­­mique échoue peut-être dans sa tenta­­tive de les gouver­­ner, mais pour ces gens, il n’existe pas d’al­­ter­­na­­tive.


Traduit de l’an­­glais par Gwen­­dal Pado­­van, d’après l’ar­­ticle « How ISIS Rules », paru dans The New York Review of Books. Couver­­ture : Des immeubles de Racca. Créa­­tion graphique par Ulyces.
Down­load Premium WordP­ress Themes Free
Down­load WordP­ress Themes
Down­load Nulled WordP­ress Themes
Free Down­load WordP­ress Themes
online free course
Download Premium WordPress Themes Free
Download Best WordPress Themes Free Download
Download Best WordPress Themes Free Download
Download WordPress Themes
online free course

Plus de monde