par Nicolas Prouillac et Arthur Scheuer | 9 août 2017

Une deuxième révo­­lu­­tion des trans­­ports est en marche. Tout a commencé par un soubre­­saut dans l’es­­pace-temps, un signal si faible que peu ont mesuré son impor­­tance. C’était le 21 septembre 2016. L’été vivait son dernier jour lorsqu’une nouvelle a débarqué du futur : Nike venait de créer pour de vrai les snea­­kers à laçage auto­­ma­­tique de Retour vers le futur 2. La prophé­­tie s’est accom­­plie et le monde n’a plus jamais été le même… Bon, peut-être qu’on exagère un peu. Mais des trans­­for­­ma­­tions profondes de nos modes de trans­­port sont bel et bien à venir. Qu’elles soient au stade de la recherche, du proto­­type ou de la mise en service à grande échelle, elles préfi­­gurent un monde dans lequel les moyens de trans­­port les plus répan­­dus ne seront plus au nombre de quatre, et ne seront plus limi­­tés à un seul élément. Ça a déjà commencé, comme en témoignent les 37 articles qui suivent (cliquez sur les hyper­­­liens pour les lire).

TESLA

Lorsqu’on parle d’un futur proche, on pense auto­­ma­­tique­­ment aux moteurs élec­­triques, qui équipent de plus en plus de véhi­­cules dans l’es­­poir de dimi­­nuer l’im­­pact envi­­ron­­ne­­men­­tal des carbu­­rants domi­­nants. Le symbole des voitures élec­­triques est Tesla, le construc­­teur auto­­mo­­bile dirigé par le milliar­­daire Elon Musk. Mais avant de deve­­nir une réfé­­rence incon­­tour­­nable en la matière, l’en­­tre­­prise a bien failli mettre la clé sous la porte. Voilà comment Elon Musk l’a sauvée in extre­­mis de la faillite.

UBER

L’autre grand nom qui incarne un chan­­ge­­ment de para­­digme auto­­mo­­bile, c’est bien sûr Uber et son système de chauf­­feurs à la demande. Son extrême popu­­la­­rité n’a d’égal que la détes­­ta­­tion qu’ont provoqué une succes­­sion sans précé­dent de scan­­dales impliquant la compa­­gnie depuis le début d’an­­née. Ce qui fait se poser une ques­­tion : Uber est-elle deve­­nue l’en­­tre­­prise la plus détes­­tée du monde ? Il semble­­rait que oui, à tel point que son contro­­versé fonda­­teur Travis Kala­­nick a dû démis­­sion­­ner de son poste de PDG le 20 juin dernier. La nouvelle est tombée moins d’un mois après le renvoi de son ingé­­nieur en charge des voitures auto­­nomes, accusé d’avoir volé les secrets de celles de Google.

HYPERLOOP

La première piste de test public d’Hy­­per­­loop One

On entend beau­­coup parler de l’Hy­­per­­loop, ce qui peut en agacer certains. Mais se dire qu’il ne verra jamais le jour parce qu’il n’est pas en service quatre ans après qu’E­­lon Musk en a lancé l’idée est un peu défai­­tiste. Les acteurs majeurs du projet sont pour leur part très sérieux. Le 6 avril dernier, la société Hyper­­loop One a inau­­guré sa piste d’es­­sai bapti­­sée « Deve­­loop » à proxi­­mité de Las Vegas. Et le 2 août dernier, leur proto­­type a réussi son premier essai à grande vitesse en fran­­chis­­sant la barre des 300 km/h en lévi­­ta­­tion magné­­tique. Une autre entre­­prise, appe­­lée Hyper­­loop TT, a pour sa part installé son siège euro­­péen à Toulouse. L’un de leurs premiers projets pour­­rait cepen­­dant consi­­dé­­rer la Corée du Sud, qui veut construire sa première ligne d’hy­­per­­loop d’ici quatre ans grâce à Hyper­­loop Tran­­spor­­ta­­tion Tech­­no­­lo­­gies. Leurs confrères néer­­lan­­dais de Hardt Global Mobi­­lity voudraient pour leur part inau­­gu­­rer une ligne entre Amster­­dam et Paris d’ici 2021. Enfin, un groupe d’in­­gé­­nieurs et d’ur­­ba­­nistes ont soumis un projet d’une origi­­na­­lité folle à l’ad­­mi­­nis­­tra­­tion Trump : trans­­for­­mer le mur que le président améri­­cain veut bâtir à la fron­­tière avec le Mexique en gigan­­tesque ligne d’Hy­­per­­loop. On croise les doigts pour qu’il y voie une oppor­­tu­­nité gagnante (et paci­­fique) pour les deux pays.

TUNNELS

Mais toujours concer­­nant l’hy­­per­­loop, la nouvelle la plus spec­­ta­­cu­­laire vient du chan­­ge­­ment d’avis d’Elon Musk, qui semble décidé depuis le mois de juillet à construire son propre hyper­­­loop, alors qu’il avait dit en 2013 ne pas souhai­­ter s’im­­pliquer dans le projet. Mais c’est mal connaître le milliar­­daire, qui est sur tous les fronts quand il s’agit des trans­­ports. Sa dernière société de trans­­ports, The Boring Company, pour­­rait être la clé de voûte du projet hyper­­­loop. Grâce à ce réseau de tunnels souter­­rains, il espère venir à bout une bonne fois pour toutes des embou­­teillages.

ROBORACE

Qui dit voitures du futur dit aussi courses de voitures futu­­ristes. Après la Formule E, la cousine élec­­trique de la F1, Robo­­race pour­­rait révo­­lu­­tion­­ner le monde des courses auto­­mo­­biles avec ses incroyables voitures sans pilotes. Ces intel­­li­­gences arti­­fi­­cielles s’af­­fron­­te­­ront dans des courses à plus de 300 km/h.

Crédit : Robo­­race

Si la révo­­lu­­tion semble moins immi­­nente côté marin, les plus fortu­­nés d’entre nous ont un futur radieux sur les flots. L’Eu­­rope four­­mille d’ar­­chi­­tectes et de desi­­gners dont les créa­­tions futu­­ristes font rêver. Cet archi­­tecte marin a conçu un impres­­sion­­nant vais­­seau baptisé SeaOr­­bi­­ter. Ce desi­­gner italien veut construire une soucoupe flot­­tante de luxe. Quant au desi­­gner alle­­mand Jona­­than Schwinge, il a imaginé un super­­yacht qu’on dirait tout droit sorti de Star Wars.

Crédit : Jona­­than Schwinge

LA VOITURE VOLANTE

Aucun moyen de trans­­port n’est plus évoca­­teur du futur dans l’ima­­gi­­naire collec­­tif que la voiture volante. Elles hantent les œuvres de science-fiction depuis l’aube du XXe siècle. Pour tout ceux qui ont grandi avec Le Cinquième élément et les épisodes I à III de Star Wars, elles sont l’in­­car­­na­­tion de la ville du futur. À tel point que d’im­­pa­­tience, Dude, where’s my flying car ? (« mec, où est ma voiture volante ? ») est devenu un gimmick récur­rent outre-Atlan­­tique pour parler de la concré­­ti­­sa­­tion du futur qu’on imagine depuis un siècle. Cette attente est bien­­tôt finie.

Crédit : Lilium Avia­­tion

Ce n’est pas une blague : de nombreux acteurs majeurs de l’in­­dus­­trie de la tech et de l’aé­­ro­­nau­­tique ont décidé de prendre les choses en main pour faire du rêve une réalité. Des proto­­types sont en cours de test et les premières voitures volantes devraient arri­­ver sur le marché d’ici l’an­­née prochaine. Les choses seront un peu diffé­­rentes que ce que nous avions imaginé. Ce sera mieux. Notre enquête appro­­fon­­die sur le sujet : Larry Page, Uber et l’avè­­ne­­ment de la voiture volante. La première à voir le jour devrait être la voiture volante d’Ae­­roMo­­bil, talon­­née de près par celle de la start-up Kitty Hawk, dans laquelle inves­­tit Larry Page, qui devrait sortir la sienne fin 2017. La plus enthou­­sias­­mante, en revanche, est celle qu’a imaginé Airbus. La plus ridi­­cule, car il en faut une, est assu­­ré­­ment celle des Anglais de Neva Aeros­­pace. La preuve qu’U­­ber est très sérieux sur le sujet : ils ont engagé un ancien ingé­­nieur de la NASA pour super­­­vi­­ser leur projet de voiture volante auto­­nome. Et l’en­­tre­­prise promet de mettre en service ses taxis volants d’ici 2020. Le reste du monde s’y met aussi, et Dubaï sera bien­­tôt équipé de taxis drones (c’est presque pareil).

PROTOTYPES

D’autres inven­­teurs ont imaginé des véhi­­cules aériens qui pour­­raient révo­­lu­­tion­­ner le trans­­port de passa­­gers aussi bien que les dépla­­ce­­ments privés. L’un d’eux existe déjà : il s’ap­­pelle Flyboard Air et il ressemble énor­­mé­­ment à la plate­­forme volante du Bouf­­fon Vert. D’autres Français ont émigré à Dubaï pour concré­­ti­­ser un vieux rêve de science-fiction. Les Jetmen ont fait du jetpack super­­­so­­nique une réalité. Vous vous souve­­nez du desi­­gner italien qui a imaginé une ambi­­tieuse soucoupe flot­­tante ? Il a aussi conçu une soucoupe volante de luxe, avec autant de soin qu’une Ferrari.

On embarque ?
Crédit : Jet Capsule

Mais avec tout ça, n’al­­lons pas nous imagi­­ner qu’il faudra faire une croix sur les avions. Le Cana­­dien Charles Bombar­­dier a par exemple imaginé un avion capable de voler à plus de 25 000 km/h, de quoi faire Paris-Sydney en moins d’une heure. Tandis que l’avion nucléaire imaginé par le construc­­teur Falcon pour­­rait rallier New York depuis Paris en à peine trois heures. L’ul­­time escale du futur en terme de trans­­port, c’est évidem­­ment l’es­­pace, qui non content de s’ou­­vrir désor­­mais aux entre­­prises privées pour des missions d’in­­tense pros­­pec­­tion stel­­laire – sur les asté­­roïdes et sur la Lune –, va permettre le déve­­lop­­pe­­ment (et la démo­­cra­­ti­­sa­­tion) d’une indus­­trie promet­­teuse : le tourisme spatial. Il y a fort à parier qu’il chan­­gera la face du monde. À tel point que les États-Unis ne sont pas seuls dans la course. La Chine prévoit d’ores et déjà de construire la plus grande navette spatiale de l’his­­toire de l’hu­­ma­­nité, pour faire le plein de passa­­gers à envoyer mettre la tête dans les étoiles. Malgré tout, les Améri­­cains ont un marché aussi effer­­ves­cent que compé­­ti­­tif dans cette indus­­trie encore bour­­geon­­nante. Trois noms sortent clai­­re­­ment du lot.

VIRGIN GALACTIC

Sir Richard Bran­­son est non seule­­ment un pion­­nier, mais il est aussi le plus proche d’at­­teindre ce but ambi­­tieux, malgré quelques ratés.

MOON EXPRESS

La société de l’en­­tre­­pre­­neur Naveen Jain est la plus jeune venue mais aussi l’une des plus promet­­teuses. Leur premier pas sur la Lune est prévu pour la fin de cette année, mais d’ici une décen­­nie, Moon Express compte bien vous envoyer sur la Lune pour moins de 10 000 euros le billet.

SPACE X

Si la société d’Elon Musk brille plutôt par ses prouesses en matière de livrai­­sons spatiales, à terme, l’am­­bi­­tion du milliar­­daire s’étend à la colo­­ni­­sa­­tion de la Lune et de Mars. Et pour cela, un Français a déjà desi­­gné les combi­­nai­­sons qui habille­­ront leurs futurs colons spatiaux.

BLUE ORIGIN

La dernière entre­­prise en lice est celle de Jeff Bezos, le patron d’Ama­­zon.com. 17 ans après sa créa­­tion, il vient de révé­­ler la superbe capsule spatiale avec laquelle il compte envoyer ses clients dans l’es­­pace. C’est sans nul doute la pers­­pec­­tive qui fait le plus envie à l’heure actuelle.

Crédit : Blue Origin

Couver­­ture : Le nouveau concept car-drone d’Air­­bus. (Airbus/Ital­­de­­sign)


 

Down­load Premium WordP­ress Themes Free
Down­load Best WordP­ress Themes Free Down­load
Down­load WordP­ress Themes
Down­load WordP­ress Themes
online free course
Download Nulled WordPress Themes
Premium WordPress Themes Download
Download WordPress Themes
Premium WordPress Themes Download
free online course

PLUS DE SCIENCE

Exopla­nètes : comment trou­ver une nouvelle Terre ?

222k 13 septembre 2019 stories . science

Peut-on recréer la conscience en labo­ra­toire ?

244k 11 septembre 2019 stories . science

Existe-t-il des univers paral­lèles ?

166k 5 septembre 2019 stories . science