par Nicolas Prouillac et Arthur Scheuer | 0 min | 10 octobre 2017

Janvier 1897, Palais Bour­­bon. Toutes les têtes se tournent au passage du nouveau député de Pontar­­lier, Philippe Grenier, dans la salle des Pas-Perdus. On rit. On s’of­­fusque. On réajuste sa redin­­gote. Philippe Grenier, lui, est drapé dans un burnous, coiffé d’un turban, et chaussé de bottes maro­­caines en cuir rouge ornées d’ara­­besques d’or. À son arri­­vée, il s’est pros­­terné sur les marches du perron et les a embras­­sées à trois reprises. Il se pros­­ter­­nera à nouveau devant la porte d’en­­trée de la salle des séances. Puis, à quatre heures tapantes, il fera une courte prière dans la cour du palais. Car le nouveau député de Pontar­­lier est aussi le premier député musul­­man de France.

Illus­­tra­­tion du Petit Jour­­nal de l’époque

Pontar­­lier → La Mecque

Philippe Grenier est né dans la ville qui l’a porté à la Chambre des dépu­­tés, Pontar­­lier, dans le Haut-Doubs, en Franche-Comté. Son père, capi­­taine de cava­­le­­rie, meurt alors qu’il n’a que six ans, en 1871, et il est élevé par sa mère. En 1890, Philippe Grenier achève ses études de méde­­cine à Paris lorsqu’elle l’en­­voie auprès de son frère Ernest à Blida, en Algé­­rie, où il sert dans les Turcos, unités d’in­­fan­­te­­rie de l’Ar­­mée d’Afrique de l’em­­pire colo­­nial français. Elle craint en effet que son fils cadet ne s’éprenne d’une « indi­­gène » et compte sur son fils aîné pour le surveiller. Mais ce dernier s’éprend de l’Al­­gé­­rie et de sa culture. Il y retourne une seconde fois, en 1894. Là, il décide de se conver­­tir à l’is­­lam.

« J’ai adopté cette foi, ce dogme, parce qu’ils m’ont semblé tout aussi ration­­nels et en tout cas plus conformes à la science que ne le sont la foi et le dogme catho­­liques », expliquera-t-il le 30 décembre 1896, lors d’une confé­­rence de presse. « J’ajoute que les pres­­crip­­tions de la loi musul­­mane sont excel­­lentes puisqu’au point de vue social, la société arabe est basée toute entière sur l’or­­ga­­ni­­sa­­tion de la famille et que les prin­­cipes d’équité, de justice, de charité envers les malheu­­reux y sont seuls en honneur, et qu’au point de vue de l’hy­­giène – ce qui a bien quelque impor­­tance pour un méde­­cin – elle pros­­crit l’usage des bois­­sons alcoo­­liques et ordonne les ablu­­tions fréquentes du corps et des vête­­ments. »

Une fois sa déci­­sion prise, Philippe Grenier se rend à La Mecque. C’est depuis ce voyage qu’il porte l’ha­­bit tradi­­tion­­nel musul­­man. Et fait sensa­­tion dans les rues de sa ville natale. « À Pontar­­lier, en soignant ses malades, comme il le fera plus tard à la Chambre des dépu­­tés, Philippe Grenier suivra à la lettre les pres­­crip­­tions du Coran et aux heures pres­­crites, où qu’il se trouve, il fera ses ablu­­tions et ses prières susci­­tant, bien sûr, la curio­­sité et l’éton­­ne­­ment », écrit Robert Bichet dans son livre Un Comtois musul­­man, le docteur Philippe Grenier. « Sans doute le fait-il avec une osten­­ta­­tion marquée par l’ar­­deur, la ferveur, le zèle d’un néophyte, et d’où, je le crains, n’est pas complè­­te­­ment exclu un certain désir de se singu­­la­­ri­­ser. »

En effet, le Haut-Doubs de l’époque est non seule­­ment une terre profon­­dé­­ment catho­­lique, mais aussi une terre irri­­guée par l’ab­­sinthe, dont la fabri­­ca­­tion fait vivre nombre de Pontis­­sa­­liens. Comme le souligne Chris­­tophe Bellon, histo­­rien du monde poli­­tique et parle­­men­­taire, « l’ab­­sinthe de Pontar­­lier fait la fierté de la région ». Il semble donc peu probable que Philippe Grenier soit élu lorsqu’il décide de se présen­­ter à la succes­­sion du député Louis-Dionys Ordi­­naire, qui décède au cours de son mandat, le 15 octobre 1896. D’au­­tant qu’il se présente face au fils du défunt, Maurice Ordi­­naire, et à l’an­­cien président du Conseil géné­­ral, Émile Grillon. Sa campagne élec­­to­­rale est très modeste. Il ne colle pas d’af­­fiches et n’hé­­site pas à manquer des réunions poli­­tiques pour prendre soin de ses patients. Mais c’est juste­­ment son dévoue­­ment qui va faire la diffé­­rence.

Lais­­ser faire

« Un méde­­cin en poli­­tique, c’est encore assez rare à cette époque-là », précise Chris­­tophe Bellon. « On connaît l’exemple de Georges Clemen­­ceau, mais peu d’élus viennent de la méde­­cine. » Or Philippe Grenier est connu pour être un excellent méde­­cin qui, de surcroît, ne fait jamais payer les pauvres. D’après la biogra­­phie qui lui est consa­­crée dans le Diction­­naire des parle­­men­­taires français de 1889 à 1940, il jouit d’une « grande popu­­la­­rité » malgré sa parti­­cu­­la­­rité, qui passe pour une excen­­tri­­cité. Et dès le premier tour de l’élec­­tion, le 6 décembre 1896, il crée la surprise en recueillant 17 % des voix. Maurice Ordi­­naire se désiste et œuvre en coulisse à l’élec­­tion de Philippe Grenier, convaincu qu’un député musul­­man ne sera jamais réélu et qu’il obtien­­dra le siège qu’il estime lui reve­­nir de droit lors des élec­­tions géné­­rales des 8 et 22 mai 1898. Philippe Grenier est ainsi élu au second tour face à Émile Grillon, avec 51 % des voix, le 20 décembre 1896.

« Chers conci­­toyens, avant de quit­­ter Pontar­­lier, je tiens à vous remer­­cier sincè­­re­­ment du ferme appui que vous m’avez donné au scru­­tin de ballot­­tage », écrit-il à ses élec­­teurs. « Après sept ans de pratique médi­­cale au milieu de vous, je vais entrer dans une nouvelle vie et commen­­cer ma carrière poli­­tique. La tâche que je me suis assi­­gnée est lourde. Je l’en­­tre­­prends avec confiance, soutenu par l’es­­time et l’ap­­pui d’un grand nombre d’entre vous. Je porte­­rai, s’il plaît à Dieu, devant la tribune natio­­nale, vos justes reven­­di­­ca­­tions et ne servi­­rai jamais d’autres drapeaux que celui de la justice et de l’hu­­ma­­nité. Louange à Dieu seul ! Vive la France ! Vive l’ar­­ron­­dis­­se­­ment de Pontar­­lier ! Vive la Répu­­blique ! »

À Paris comme à Pontar­­lier, Philippe Grenier attise la curio­­sité. Et s’at­­tire, hélas, beau­­coup de moque­­ries. « Il se nomme Grenier, mais déjà on l’ap­­pelle Ali et on ajoute à ce premier sobriquet toutes sortes de quali­­fi­­ca­­tions des Mille et une nuits », note Le Figaro du 8 janvier 1897. « À la Chambre, le député musul­­man Grenier a obtenu un succès d’hi­­la­­rité », souligne La Croix quelques jours plus tard. « M. Grenier, hier, n’a pas fait ses ablu­­tions dans l’eau de la Seine ; il s’est contenté, sur le quai, d’ôter ses bottes, et de trem­­per ses pieds dans la neige ; puis il a enlevé son burnous, sa veste et son gilet, et s’est frotté vigou­­reu­­se­­ment le cou et le visage », raconte Le Petit Jour­­nal du 24 janvier 1897. « Enfin, il s’est pros­­terné longue­­ment. Tout cela devant une foule énorme et tant soit peu gogue­­narde. »

Au-delà de sa reli­­gion et de ses rites, c’est la physio­­no­­mie de Philippe Grenier elle-même qui inter­­­pelle les jour­­na­­listes, dont les écrits racistes scan­­da­­li­­se­­raient à raison aujourd’­­hui. Voilà ce qu’on peut lire dans Le Soleil du 30 décembre 1896 : « Il n’a que trente ans ; on lui en donne­­rait quarante. Il a le type orien­­tal très prononcé. On dirait un Kabyle, des plus authen­­tiques. Le front est bombé, le visage ovale se termine par une barbiche claire et très noire, la peau est brune, et l’œil, noir et luisant, garde de longs instants l’im­­mo­­bi­­lité contem­­pla­­tive des fils de l’Orient. » Tout au long de son mandat, Philippe Grenier sera cari­­ca­­turé par la presse. Il lais­­sera faire.

La Une du Petit Pari­­sien

L’ex­­cellent homme

À l’époque, la société française se déchire aux sujets de l’af­­faire Drey­­fus et de la sépa­­ra­­tion de l’Église et de l’État. L’ar­­ri­­vée d’un musul­­man en habit tradi­­tion­­nel à la Chambre des dépu­­tés ne consti­­tue donc pas seule­­ment un motif de bavar­­dages. Elle sème véri­­ta­­ble­­ment le trouble et la perplexité dans les esprits. Mais elle n’est pas pour déplaire aux « laïcards », qui consi­­dèrent le clergé catho­­lique comme leur prin­­ci­­pal adver­­saire. Jean Jaurès pense même pouvoir construire des ponts entre islam et socia­­lisme. Philippe Grenier est d’ailleurs inscrit au groupe de gauche.

Il est le plus jeune député de la Chambre. Contrai­­re­­ment à la tradi­­tion qui voudrait qu’il se taise et écoute respec­­tueu­­se­­ment ses aînés, il inter­­­vient souvent, et avec fougue, dans les débats. D’après Chris­­tophe Bellon, « Philippe Grenier a toujours un avis sur tout, et c’est un parle­­men­­taire assidu, toujours à son banc ». Car il entend se battre pour le respect des droits des musul­­mans des colo­­nies et leur inté­­gra­­tion dans la commu­­nauté natio­­nale. Sur le conseil de Jean Jaurès, il fait une force de sa foi et se rend souvent en Algé­­rie française pour y mener des enquêtes parle­­men­­taires. En dépla­­ce­­ment à Oran en octobre 1897, il défend l’idée d’un rappro­­che­­ment de la France avec la popu­­la­­tion musul­­mane de ses colo­­nies afin d’aug­­men­­ter son influence en Afrique.

Grenier, vers la fin de sa vie

« La France, si elle arrive à s’at­­ti­­rer la sympa­­thie du monde musul­­man, aura une grande influence en Afrique ; c’est de son expan­­sion colo­­niale qu’elle a tout à attendre, si elle ne veut pas descendre au rang de l’Es­­pagne et du Portu­­gal », dit-il à un jour­­na­­liste de La Presse. « Le peuple arabe, qui a eu autre­­fois sa gran­­deur, est aujourd’­­hui malheu­­reux ; peu à peu on arri­­vera à le rappe­­ler à sa civi­­li­­sa­­tion, simple­­ment endor­­mie, par la diffu­­sion de l’ins­­truc­­tion, par l’ex­­tinc­­tion du paupé­­risme qui fera dispa­­raître tous les dissen­­ti­­ments. L’es­­sen­­tiel est qu’il pros­­père et j’ai l’es­­poir de trou­­ver un appui pour l’œuvre que pour­­suit mon patrio­­tisme. »

Mais Philippe Grenier entend égale­­ment lutter contre l’al­­coo­­lisme, en dimi­­nuant le nombre des débits de bois­­son et en taxant le commerce des liqueurs. L’ab­­sinthe est bien évidem­­ment concer­­née, et cette poli­­tique lui vaut une hosti­­lité gran­­dis­­sante dans sa circons­­crip­­tion. Aux élec­­tions géné­­rales des 8 et 22 mai 1898, il se retrouve de nouveau face à Maurice Ordi­­naire et il est battu au second tour. Il se présente une nouvelle fois quatre ans plus tard, et essuie une nouvelle défaite. Il choi­­sit alors d’aban­­don­­ner la poli­­tique.

L’Au­­rore le regrette vive­­ment : « C’en est fait, nous ne rever­­rons pas l’ex­­cellent homme qui s’ef­­força de mettre un peu de pitto­­resque et de fantai­­sie dans la banale comé­­die parle­­men­­taire, le musul­­man de Pontar­­lier est rendu tout entier à l’exer­­cice de son culte. Les passants que ne choquent point les dégui­­se­­ments reli­­gieux ou mili­­taires n’au­­ront plus à rire de son burnous, les fana­­tiques de môme­­ries catho­­liques ou de singe­­ries solda­­tesques ne seront plus scan­­da­­li­­sés par ses sala­­ma­­lecs et les bour­­geois ne s’in­­di­­gne­­ront plus de ses ablu­­tions. »

Le 25 mars 1944, à l’âge de 78 ans, Philippe Grenier s’éteint à Pontar­­lier. Quelques mois plus tard, en septembre, la ville est reprise aux Alle­­mands par le 3e Régi­­ment de tirailleurs algé­­riens, comme un clin d’œil du destin. Aujourd’­­hui encore, la mosquée de Pontar­­lier porte son nom.

Crédits : Ulyces

Couver­­ture : Philippe Grenier, premier député musul­­man de France. (Ulyces)


Down­load Premium WordP­ress Themes Free
Premium WordP­ress Themes Down­load
Down­load Premium WordP­ress Themes Free
Down­load WordP­ress Themes Free
online free course
Download WordPress Themes
Download Best WordPress Themes Free Download
Download Premium WordPress Themes Free
Download Nulled WordPress Themes
free download udemy paid course

Plus de monde