par Adrian Mogoş | 3 juin 2015

Constanta est une ville portuaire de Roumaine sur les côtes de la mer Noire<Crédits : Google Earth
Cons­­tanta
Ville portuaire de Rouma­­nie sur les côtes de la mer Noire
Crédits : Google Earth

C’est une belle jour­­née de juillet sur la côte de la mer Noire. Je savoure une bière en terrasse du restau­­rant de l’hô­­tel Saturn lorsqu’un homme d’une tren­­taine d’an­­nées aux cheveux grison­­nants s’ap­­proche de moi. Il porte un t-shirt blanc et tient dans sa main un petit sac. L’homme me demande : « Chanel n°5, ça te dit ? » Ma curio­­sité profes­­sion­­nelle me pousse à tenter d’en apprendre plus sur ce que ces marchands ambu­­lants essaient de vendre. Je lui réponds : « Fais voir ce que tu as. » Le vendeur regarde autour de lui. Le boule­­vard est noir de monde et des offi­­ciers de police patrouillent non loin. Le gérant du restau­­rant le dévi­­sage. Il fouille dans sa pochette blanche, l’air inquiet. Au bout de quelques secondes, il m’an­­nonce qu’il n’a pas de Chanel n°5, mais il me propose des parfums Chris­­tian Dior et Paco Rabanne pour 25 euros. « Je ne peux pas choi­­sir les marques là où je me four­­nis », m’ex­­plique-t-il. Il semble un peu déçu. « Je les prends juste sur un tas. » Ce colpor­­teur est le dernier maillon d’une chaîne qui prend sa source en Chine et passe par Dubaï avant d’échouer sur les côtes de l’Union euro­­péenne. Il achète sa marchan­­dise à un inter­­­mé­­diaire qui achète lui-même les parfums à un distri­­bu­­teur. Lequel fait entrer les produits en Rouma­­nie par le port de Cons­­tanta sur la mer Noire. Chaque jour, des milliers de conte­­neurs passent par ce port. La douane et la police des fron­­tières en inspectent rare­­ment plus de quelques dizaines. Et toutes ces marques sont des contre­­façons.

 Fake

Une sirène stri­­dente reten­­tit. Une grue déplace un conte­­neur de vingt tonnes posé sur une plate-forme de stockage pour le dépo­­ser à l’ar­­rière d’un camion. Des agents char­­gés des contrôles aux fron­­tières circulent au milieu des poids lourds et du bruit des engins de chan­­tiers. Certains sont en civils, d’autres sont armés. La brise marine, mêlée au vrom­­bis­­se­­ment du moteur des camions et au gron­­de­­ment des grues, créée une atmo­­sphère d’usine en plein air. Des agents portent des uniformes bleus, sur lesquels une écri­­ture à demi effa­­cée indique « DOUANE ». Ils prennent les conte­­neurs en photo, réclament les papiers et coupent les bandes de sécu­­rité au cutter pour en véri­­fier le contenu.

Le port de Constanta est un important relais commercial vers l'EuropeCrédits : Wikimedia
Le port de Cons­­tanta est un impor­­tant relais commer­­cial vers l’Eu­­rope
Crédits

Je me trouve au port de marchan­­dises de Cons­­tanta Sud Agigea. Ici, les véhi­­cules trans­­portent les conte­­neurs depuis la zone libre jusqu’à une entre­­prise de cour­­tier en douane, qui remplit les docu­­ments néces­­saires à l’im­­por­­ta­­tion de marchan­­dises en Rouma­­nie. Les conte­­neurs sont ensuite inspec­­tés par une équipe de doua­­niers et de poli­­ciers des fron­­tières, assis­­tés par une unité de lutte contre le crime orga­­nisé. Les conte­­neurs sont ainsi scan­­nés par une machine. S’ils ont des doutes, les doua­­niers et les poli­­ciers ouvrent les conte­­neurs et inspectent chaque objet se trou­­vant à l’in­­té­­rieur. Cette opéra­­tion peut prendre toute une jour­­née. S’ils trouvent des objets de contre­­façon pendant leur fouille, ils sont saisis par la douane et des pour­­suites crimi­­nelles sont alors enga­­gées. Le person­­nel de sécu­­rité est d’au­­tant plus vigilent avec les produits impor­­tés depuis des régions à haut risque, comme l’Asie du Sud-Est, la Chine, la Thaï­­lande et le Moyen-Orient. Cepen­­dant, seule une petite partie des conte­­neurs sont soumis à un examen aussi rigou­­reux. La police des fron­­tières roumaine me rapporte que c’est en 2008 qu’ils ont saisi le plus de contre­­façons de cosmé­­tiques, avec un total de 433 000 parfums saisis. Ce chiffre consti­­tue une augmen­­ta­­tion de 1 000 % par rapport à 2007. La plupart des contre­­façons de parfums sont celles de marques comme Versace, Chanel, Prada, Gucci, Bvlgari, Boss, Thierry Mugler, Dior, Nina Ricci et Given­­chy – qui sont vendues rela­­ti­­ve­­ment chers sur le marché. La majo­­rité de ces produits contre­­faits provient de Chine, de Turquie, de Hong Kong, et des Émirats arabes unis. Pour se rendre en Europe, ils ont le choix : ils peuvent soit passer dans les terres, par la Turquie, la Bulga­­rie ou la Rouma­­nie, soit par la mer, de la Chine à la Rouma­­nie. C’est la raison pour laquelle les trafiquants de faux parfums privi­­lé­­gient les pays d’Eu­­rope de l’Est.

Versace, Chanel, Prada, Gucci... sont les contrefaçons les plus courantesCrédits : Wikimedia
Ces contre­­façons inondent le marché euro­­péen
Crédits

J’ai enquêté sur une affaire récente pour comprendre le fonc­­tion­­ne­­ment de ce système. Le 31 août 2012, une équipe conjointe d’ins­­pec­­teurs des douanes et de gardes côtiers a décou­­vert un conte­­neur renfer­­mant près de deux mille flacons d’eau de toilette. Tous les produits étaient étique­­tés d’après une célèbre marque de parfum. L’im­­por­­ta­­teur était Good Price Divers­­com SRL, une entre­­prise roumaine créée 28 jours plus tôt. Offi­­ciel­­le­­ment, elle vendait au détail des biens ména­­gers. Le siège de l’en­­tre­­prise se trou­­vait dans un petit village aux abords de Buca­­rest. La proprié­­taire – égale­­ment direc­­trice de l’en­­tre­­prise – s’ap­­pelle Galina Zubco. Née en 1957 en Molda­­vie, elle est titu­­laire d’une double natio­­na­­lité moldave et roumaine. Zubco m’a confirmé que l’eau de toilette avait été comman­­dée en ligne à une entre­­prise située en Chine. Elle affirme que la marchan­­dise n’était pas encore « de marque » lorsqu’elle a passé commande. « Nous avons montré les cata­­logues chinois des parfums à nos clients et ils ont fait leur choix », m’ex­­plique-t-elle. « Les parfums propo­­sés dans le cata­­logue n’avaient pas de marque. » Elle soutient que la marchan­­dise a été confisquée parce qu’un « infor­­ma­­teur anonyme » l’a dénon­­cée à la Brigade finan­­cière. Elle ajoute tout de même que les procu­­reurs n’ont pas engagé d’enquête crimi­­nelle car cela n’im­­pliquait pas de perte finan­­cière pour le proprié­­taire de la marque. Zubco affirme que le déten­­teur des produits contre­­faits ne l’a jamais infor­­mée qu’ils étaient faux. Si les repré­­sen­­tants de la marque ne formulent aucune plainte, les auto­­ri­­tés natio­­nales n’ont pas le droit de s’op­­po­­ser à l’en­­trée sur le marché de ce qui pour­­rait être des cosmé­­tiques contre­­faits et poten­­tiel­­le­­ment dange­­reux, présen­­tés comme des articles de luxe. C’est de cette façon que les contre­­façons de parfums sont fina­­le­­ment vendues dans la rue.

Ces étiquettes de contrefaçons ont l'air authentiquesCrédits : React
Ces étiquettes de contre­­façons ont l’air authen­­tiques
Crédits : React

Lorsque les auto­­ri­­tés saisissent des cosmé­­tiques suspects, les services de douane et la police des fron­­tières en informent le proprié­­taire de la marque dépo­­sée pour qu’il puisse prendre des mesures. Le proprié­­taire en ques­­tion ou ses repré­­sen­­tants décident alors si les produits sont faux et s’ils choi­­sissent d’en­­ga­­ger d’autres pour­­suites. Les produits sont géné­­ra­­le­­ment détruits par la police aux frais de la marque. Il arrive néan­­moins que le proprié­­taire décide qu’une infrac­­tion de ce genre ne va pas vrai­­ment à l’en­­contre de ses droits de propriété. Dans ce cas, les parfums sont rendus à l’im­­por­­ta­­teur. « Soit les repré­­sen­­tants de la marque ne nous répondent pas, soit la quan­­tité saisie n’est pas assez impor­­tante. Et à cause de la crise finan­­cière, ils n’ana­­lysent pas les produits. La démarche est coûteuse », déplore Gabriel Cali­­mente, commis­­saire en chef et offi­­cier spécia­­lisé dans les droits de propriété intel­­lec­­tuelle (DPI) pour la Garde côtière roumaine. Les parfums et cosmé­­tiques confisqués au port Cons­­tanta Sud Agigea sont stockés dans un hangar de la taille d’un bâti­­ment de quatre étages. Dans le hangar cade­­nassé se trouvent de larges caisses de produits contre­­faits répar­­tis sur quatre énormes supports métal­­liques. Sur l’une des caisses, on peut lire « Certier » au lieu de Cartier, ou encore « Chonel » pour Chanel sur une autre. Les lunettes de soleil d’Eduard Gheor­­ghe reposent sur son front tandis qu’il marche entre les caisses. Si on ne voit pas le petit logo sur la manche de son bras gauche, rien ne laisse devi­­ner qu’il fait partie des 70 agents de douane du Cons­­tanta Sud Agigea. Il m’ex­­plique : « Il y a deux types de contre­­façons de parfums. Il y a ceux dont l’ap­­pa­­rence est iden­­tique à celle des parfums de marques connues, et il y a ceux où une lettre a été modi­­fiée dans le nom et dans le logo. » Quand de « vrais » parfums sont impor­­tés dans le pays, le proprié­­taire de la marque informe la douane au préa­­lable. Il donne aussi des détails sur la cargai­­son du conte­­neur. S’ils reçoivent un lot de produits de la marque Chanel ou Paco Rabanne non prévu, les douanes et la police des fron­­tières agissent immé­­dia­­te­­ment. Les agents de douane du Cons­­tanta Sud Agigea me confient que la quan­­tité de faux parfums saisie augmente d’an­­née en année. La plus grosse saisie pour un seul véhi­­cule a été effec­­tuée en décembre 2012, avec un lot d’une valeur de 1,4 million d’eu­­ros.

Les contrefaçons traverse le continent pour arriver jusqu'à l'Europe de l'ouest
Les contre­­façons traversent le conti­nent pour arri­­ver jusqu’en Europe de l’Ouest

L’État dans l’État

On a coutume de dire que le Cons­­tanta South Contai­­ner Termi­­nal (CSCT, Termi­­nal de conte­­neur de Cons­­tanta Sud) est « un État dans l’État », et ses employés sont osten­­si­­ble­­ment armés. Les agents des douanes et de la police des fron­­tières n’ont pas le droit de péné­­trer dans la zone où les conte­­neurs sont déchar­­gés des navires. S’ils ont besoin de s’y rendre, ils doivent annon­­cer leur arri­­vée dans la zone. la CSCT est une entre­­prise créée en 2003 avec DP World Gold Port Limi­­ted, une société mère off-shore basée dans les Îles Vierges Britan­­niques. Le termi­­nal du port mari­­time de Cons­­tanta Sud Agigea, en acti­­vité depuis avril 2004, appar­­tient à l’en­­tre­­prise. Fin 2003, le gouver­­ne­­ment roumain a fait une offre publique pour louer le termi­­nal pour une durée de vingt ans.

REACT lance des raids en entre­­prise et entame des forma­­li­­tés juri­­diques dans presque tous les pays de l’Union Euro­­péenne.

C’est CSCT, entre­­prise créée quelques jours seule­­ment avant l’offre, qui l’a rempor­­tée. À cette époque, la société appar­­te­­nait à la Dubai Port Autho­­rity, l’une des trois plus grandes entre­­prises publiques de Dubaï. Aujourd’­­hui, le termi­­nal a une capa­­cité de 1,3 million d’EVP (soit un conte­­neur stan­­dard) et projette d’at­­teindre les 3,5 millions. Une capa­­cité que ne peuvent assu­­mer seuls les 70 agents de douane qui travaillent à Cons­­tanta Sud Agigea. Lorsqu’on sait qu’il n’y a pas suffi­­sam­­ment de person­­nel et que le maté­­riel est de mauvaise qualité, il n’est pas surpre­­nant que des centaines de conte­­neurs emplis de faux parfums se déversent en Europe en tran­­si­­tant par ce termi­­nal. En moyenne, la valeur d’un seul conte­­neur – qui fait la taille d’un camion – rempli de faux parfums varie entre un et trois millions d’eu­­ros. Les orga­­ni­­sa­­tions offi­­cielles payées pour suivre la trace des biens de contre­­façon refusent de parler de ce boom des faux cosmé­­tiques qui menace leur base et trompe les consom­­ma­­teurs. L’as­­so­­cia­­tion pour la lutte contre la contre­­façon, « REACT », est une orga­­ni­­sa­­tion à but non lucra­­tif dont le siège se trouve aux Pays-Bas. Elle a plus de vingt ans d’ex­­pé­­rience dans le domaine de la contre­­façon et compte 190 membres spécia­­li­­sés dans des secteurs comme les cosmé­­tiques, le tabac ou la phar­­ma­­co­­lo­­gie. REACT lance des raids en entre­­prise et entame des forma­­li­­tés juri­­diques dans presque tous les pays de l’Union Euro­­péenne. Quand je l’in­­ter­­roge sur les parfums de contre­­façon, un membre de siège de l’as­­so­­cia­­tion se refuse à faire tout commen­­taire et me dit de m’adres­­ser à un avocat en Rouma­­nie. Cet avocat, c’est Gabriel Turcu. Il repré­­sente la majo­­rité des produc­­teurs de parfum en Rouma­­nie. C’est aussi lui que les auto­­ri­­tés contactent en cas de viola­­tion des droits de propriété dans l’in­­dus­­trie des parfums. Il avait d’abord accepté de me parler de la vente de faux parfums sur le marché noir, avant de fina­­le­­ment se rétrac­­ter. Les membres de REACT en Chine et en Turquie ont égale­­ment refusé de répondre à mes ques­­tions.

ulyces-fakeperfume-01
Eduard Gheor­­ghe
Doua­­nier du port d’Agi­­gea
Crédits : Adrian Mogos

Lorsque je les ai ques­­tion­­nées à propos du marché noir et de leur lutte contre les faux parfums, les entre­­prises origi­­nelles ont eu des réac­­tions diverses. Chanel et Proc­­ter & Gamble Pres­­tige – qui produit les parfums Dolce & Gabbana et Escada – ont accepté de s’ex­­pri­­mer sur le sujet. Versace s’est excusé et a refusé de parler. Prada, Hugo Boss, Gucci et Bvlgari ont égale­­ment refusé de répondre. Un respon­­sable de Chanel m’a confié que la contre­­façon en Europe engrange près de deux milliards d’eu­­ros chaque année, ce qui revient à une perte de 100 000 emplois et un manque à gagner sur les taxes. Il a aussi insisté sur le fait que le système juri­­dique français a été renforcé au cours des dernières années suite à une impor­­tante campagne de sensi­­bi­­li­­sa­­tion du public, initiée par l’in­­dus­­trie du luxe. En France, la fabri­­ca­­tion, l’im­­por­­ta­­tion ou la distri­­bu­­tion de produits contre­­faits est passible de deux à trois années d’em­­pri­­son­­ne­­ment et d’une amende pouvant varier entre 150 000 et 30 000 euros. Chanel était parmi les premières entre­­prises à créer une struc­­ture interne pour lutter contre ce problème, mais égale­­ment contre la revente sur des marchés paral­­lèles, y compris celle de biens volés. Proc­­ter & Gamble Pres­­tige a affirmé que l’en­­tre­­prise s’at­­ta­­chait à obser­­ver une « disci­­pline rigou­­reuse » pour s’as­­su­­rer que leurs produits soient unique­­ment commer­­cia­­li­­sés par les reven­­deurs agréés. « Nous coopé­­rons désor­­mais avec la police aux fron­­tières et avec la douane roumaine, qui font un travail remarquable », affirme une décla­­ra­­tion offi­­cielle. « C’est un problème de l’in­­dus­­trie que nous prenons très au sérieux. » Les enfants sont deve­­nus les victimes des contre­­façons de mauvaise qualité. En 2011, à Baia Mare, dans le nord de la Rouma­­nie, trois fillettes âgées de 12 à 13 ans ont atterri en soins inten­­sifs après s’être vapo­­ri­­sées un parfum senteur lilas, qui aurait appa­­rem­­ment été produit en Chine. Elles ont ressenti des nausées et des vertiges. Ce n’est là qu’un parmi des centaines de cas de dommages causés chaque année par des cosmé­­tiques de mauvaise qualité.

ulyces-fakeperfume-02
Des doua­­niers examinent des contai­­ners
Crédits : Adrian Mogos

« Les produits de contre­­façon sont très toxiques », confirme le commis­­saire adjoint Aurel Dobre, un agent de la police roumaine spécia­­lisé dans les droits de propriété. « Ces produits sont extrê­­me­­ment dange­­reux pour la santé. La personne qui fabrique ces faux parfums tient à les produire à un coût mini­­mal. Si le prix pour un vrai parfum est de 250 lei (57 euros), celui d’une marque simi­­laire factice coûte 50 lei (11 euros). Cette contre­­façon est ache­­tée dans un entre­­pôt clan­­des­­tin. Il est ensuite revendu trois fois plus cher dans la rue. » L’au­­to­­rité natio­­nale de protec­­tion des consom­­ma­­teurs (ANPC) roumaine recon­­naît le phéno­­mène des cosmé­­tiques de contre­­façon. On a constaté des irré­­gu­­la­­ri­­tés chez plus de 65 % des produc­­teurs, impor­­ta­­teurs, distri­­bu­­teurs et vendeurs de cosmé­­tiques inspec­­tés. Entre 2007 et 2012, les inspec­­teurs de l’ANCP ont distri­­bué près de 3 500 amendes dans l’in­­dus­­trie des cosmé­­tiques, soit un total de 1,9 million d’eu­­ros. L’ANPC reçoit chaque année 260 plaintes à propos des cosmé­­tiques, soit près d’une par jour. La Commis­­sion Euro­­péenne a mis l’ac­cent sur le domaine de la pira­­te­­rie et de la contre­­façon. Et le Bureau du Procu­­reur Géné­­ral roumain à la Cour suprême de justice a dû créer en février 2006 un groupe pour lutter contre ce type de trafic. « La vente en ligne de faux parfums a explosé », ajoute Aurel Dobre. Mais l’aug­­men­­ta­­tion du nombre de ventes de faux parfums sur Inter­­net en gros et au détail a égale­­ment attiré l’at­­ten­­tion d’Eu­­ro­­pol. Ces derniers, ainsi qu’In­­ter­­pol, nous mettent en garde : la vente de produits de contre­­façon est une impor­­tante source de reve­­nus pour les réseaux de crime orga­­nisé, mais elle est aussi une source de finan­­ce­­ment pour le terro­­risme.

Le terminal de Costanta Sud Agigea appartient à DP WorldCrédits : DP World
Le termi­­nal de Cons­­tanta Sud Agigea appar­­tient à DP World
Crédits : DP World

Monica Pop est le procu­­reur qui dirige le dépar­­te­­ment au Bureau du Procu­­reur Géné­­ral. Elle affirme que la légis­­la­­tion roumaine est l’une des plus sévères dans le domaine parmi les États membres de l’Union euro­­péenne. Cepen­­dant, elle constate que les enquêtes du procu­­reur sont deve­­nues plus complexes main­­te­­nant que le crime s’est étendu sur Inter­­net. Cela s’ex­­plique car les crimes portant atteinte aux droits de la propriété sont souvent consi­­dé­­rés comme moins dange­­reux que le trafic d’armes ou de drogues, une percep­­tion aujourd’­­hui exploi­­tée par les gang­s­ters. L’Éva­­lua­­tion de la menace que repré­­sente la crimi­­na­­lité orga­­ni­­sée (EMCO) a publié des rapports publics révé­­lant que la Chine est le premier pays produc­­teur de faux parfums, jouets et textile. Les groupes de crime orga­­nisé chinois sont impliqués. Un rapport indique que la marchan­­dise passe souvent par des zones de libre-échange aux Émirats arabes unis. La pistes des faux produits est ensuite perdue, et c’est là que le nouveau logo, presque simi­­laire à l’ori­­gi­­nal, est imprimé. C’est pourquoi Euro­­pol affirme que les plus impor­­tantes saisies réali­­sées à la fron­­tière de l’Union euro­­péenne viennent en réalité des Émirats. La Camorra, la mafia napo­­li­­taine, et la ‘Ndran­­gheta, la mafia de Calabre, sont en lien avec la mafia chinoise pour impor­­ter de tels produits en Europe. La majo­­rité des faux parfums est vendue dans les rues par des groupes très orga­­ni­­sés. Beau­­coup d’entre eux ont aban­­donné le trafic de drogues pour se concen­­trer sur la vente de faux parfums, ce crime étant consi­­déré comme moins grave par le public. Les profits sont en outre consi­­dé­­rables et la sanc­­tion rela­­ti­­ve­­ment faible.

Le crime orga­­nisé

En 2010, au terme d’une surveillance d’un an, l’un des plus grands réseaux crimi­­nels dans le trafic de faux parfums a été déman­­telé par la DIICOT, l’Or­­ga­­ni­­sa­­tion roumaine de lutte contre le crime orga­­nisé. Le réseau en ques­­tion était dirigé par trois citoyens turques rési­­dant en Belgique et aux Pays-Bas. Certains des 24 membres du réseau ont déjà été recon­­nus coupables, les autres attendent une déci­­sion de la cour. Selon l’ac­­cu­­sa­­tion, leurs chefs avaient le soutien de poli­­ciers et de doua­­niers roumains et bulgares. Ils ont fait entrer dans l’Union euro­­péenne huit conte­­neurs trans­­por­­tant de faux parfums en prove­­nance de Chine et de Turquie. La valeur totale de la marchan­­dise s’éle­­vait à près de 35 millions d’eu­­ros. Les auto­­ri­­tés roumaine et hongroise ont saisi cinq des huit conte­­neurs. Les trois autres sont sous surveillance, entre la Rouma­­nie et la Belgique, pour pouvoir remon­­ter jusqu’au réel béné­­fi­­ciaire de cette marchan­­dise de contre­­façon.

Les avocats des déten­­teurs des droits de propriété n’aident pas à traquer les convois illé­­gaux.

Certains des membres du réseau ont été condam­­nés à une peine de quinze ans de prison. Ils ont été incul­­pés pour corrup­­tion, créa­­tion d’un groupe de crime orga­­nisé, contre­­bande, contre­­façon de marques, contre­­façon et blan­­chi­­ment d’argent. D’autres attendent encore une déci­­sion de la cour. À l’époque de l’in­­ves­­ti­­ga­­tion des procu­­reurs roumains, Mustafa Avci – le chef du réseau –, était mis en examen en Alle­­magne pour avoir créé un groupe qui impor­­tait des ciga­­rettes de Chine jusqu’en Europe par Anvers. En 2009, Mustafa Avci, citoyen hollan­­dais rési­­dant en Belgique, Vahdet Alibeyo­­gul­­lari, qui vivait aux Pays-Bas, et Vedat Vurgun, qui habi­­tait en Rouma­­nie, ont monté une entre­­prise qui impor­­tait des faux parfums produits en Chine et en Turquie pour les vendre en Europe occi­­den­­tale. Les trois hommes sont d’ori­­gine turque. La commande de faux parfums a été passée en Chine à une entre­­prise située dans la banlieue de la ville de Zhong­­shan, près de la mer de Chine méri­­dio­­nale. Ils ont ensuite été char­­gés sur des navires dans un port situé près de Hong Kong. Leur desti­­na­­tion : Cons­­tanta Sud Agigea. Selon les docu­­ments d’ex­­pé­­di­­tion, les conte­­neurs trans­­por­­taient des mannequins en plas­­tique. Le siège de l’en­­tre­­prise était situé à Sibiu, une ville en Tran­­syl­­va­­nie, élue capi­­tale euro­­péenne de la culture en 2007. Parmi les membres du réseau se trou­­vait un agent de douane roumain qui touchait 3 500 euros pour chaque cargai­­son qu’il lais­­sait passer sans être inspec­­tée. Un poli­­cier à la fron­­tière entre la Rouma­­nie et la Hongrie rece­­vait lui 3 000 euros. Offi­­ciel­­le­­ment, les camions impor­­taient des cuvettes de toilettes en céra­­mique en Rouma­­nie. Le réseau se servait aussi d’en­­tre­­prises fictives comme desti­­na­­tion, ou de compa­­gnies de trans­­port dont le nom était utilisé à leur insu.

La police des frontières, Interpol et Europol s'entraidentCrédits : Europol
La police des fron­­tières, Inter­­pol et Euro­­pol s’en­­traident
Crédits : Euro­­pol

Le réseau d’Avci trans­­por­­tait des camions de faux parfums depuis la Turquie afin de finan­­cer les commandes chinoises. Chaque semaine, un véhi­­cule partait d’Is­­tan­­bul. Il passait par Bour­­gas, où un agent de la douane bulgare travaillait avec le réseau. Les parfums entraient alors en Rouma­­nie depuis un poste de douane situé à la fron­­tière de Giur­­giu. Il s’agit d’une ville située sur le Danube, créée au XIVe siècle par les marchands génois et qui a été contrô­­lée par l’em­­pire Otto­­man pendant des siècles. La marchan­­dise arri­­vait enfin à Sibiu. Daniela Stan­­ciu est agent de la police des fron­­tières à Giur­­giu. Elle travaille pour l’unité de la lutte contre le crime orga­­nisé trans­­fron­­ta­­lier. La police aux fron­­tières de Giur­­giu surveille une zone de 400 km le long du Danube, la fron­­tière natu­­relle entre la Rouma­­nie et la Bulga­­rie. « Un convoi illé­­gal ne trans­­porte pas seule­­ment des faux parfums », précise-t-elle. « Il contient en géné­­ral d’autres produits de contre­­façon comme des jouets ou du textile. » Cepen­­dant, elle affirme que les avocats des déten­­teurs des droits de propriété n’aident pas à traquer les convois illé­­gaux. Bien que ces faux parfums pour­­raient leur causer d’im­­por­­tantes pertes finan­­cières, elle main­­tient que la police aux fron­­tières « travaille » effec­­ti­­ve­­ment pour ces avocats.

~

Comment recon­­naître un faux parfum :

Difficile de distinguer la contrefaçon de l'original. Une faille qu'exploite internetCrédits : Youtube
Plus grand, liquide plus foncé, bouchon moins ouvra­­gé…
De petits détails mettent la puce à l’oreille
Crédits : Youtube

• On peut déter­­mi­­ner au toucher si le code barre d’un embal­­lage est authen­­tique. • Les bouteilles des parfums contre­­faits ne sont pas lisses : elle présentent des irré­­gu­­la­­ri­­tés. • Le vapo­­ri­­sa­­teur est en mauvais état. Après quelques utili­­sa­­tions seule­­ment, il ne marche plus et le liquide se dessèche. • L’odeur ne tient pas long­­temps. • Les étiquettes sont mal collées sur les flacons. • Des dépôts sont visibles sur le fond de la bouteille. • Le parfum laisse des traces sur la peau. • Il y a un code à dix chiffres sur l’em­­bal­­lage des parfums origi­­naux. Comme l’em­­preinte digi­­tale d’un produit, ce code est unique et n’ap­­pa­­raît pas sur les faux parfums. S’il est dupliqué ou multi­­plié, le produit sur lequel il est imprimé est une contre­­façon.


Traduit de l’an­­glais par Marine Bonni­­chon, d’après l’ar­­ticle «Fake perfume boom puts health and secu­­rity of Euro­­pean Union at risk » paru dans The Black Sea. Couver­­ture : Des faux parfums, par Adrian Mogos. Créa­­tion graphique par Ulyces.

Premium WordP­ress Themes Down­load
Free Down­load WordP­ress Themes
Down­load Best WordP­ress Themes Free Down­load
Free Down­load WordP­ress Themes
free online course
Download Nulled WordPress Themes
Download Best WordPress Themes Free Download
Download Best WordPress Themes Free Download
Download Premium WordPress Themes Free
udemy course download free

Plus de monde