par Amy Wallace | 0 min | 16 mai 2017

Une Ford Torus noire se gare devant les bureaux du FBI à Washing­­ton ce 9 mai 2017, peu après 17 heures. L’homme qui en sort tient dans sa main une lettre au contenu explo­­sif. Après avoir passé les contrôles de sécu­­rité, il pénètre dans le bâti­­ment pour la remettre et tour­­ner les talons. Au même moment, à plus de 4 000 kilo­­mètres de là, son desti­­na­­taire en apprend le contenu par la télé­­vi­­sion. James Comey est viré. Le discours qu’il est en train de donner dans les locaux cali­­for­­niens de l’agence de rensei­­gne­­ment améri­­caine est le dernier en tant que patron. Donald Trump se débar­­rasse de lui comme il renvoyait les candi­­dats de l’émis­­sion de télé-réalité The Appen­­tice au mitan des années 2000 : d’un simple « You are fired ». Celui que le New York Times décrit comme « le plus grand patron du FBI depuis Edgar Hoover » connaît un destin moins glorieux. En un siècle, le rapport de force a changé mais la lutte pour le pouvoir n’a jamais vrai­­ment cessé.

Un empire dans un empire

Judith Exner coulait des jours tranquilles à Newport Beach, dans la banlieue huppée de Los Angeles, quand les nuits de sa jeunesse l’ont rattra­­pée. En 1975, cette quadra­­gé­­naire brune aux yeux déla­­vés vivait dans une grande maison avec son mari, Dan, un golfeur profes­­sion­­nel de 29 ans. L’or­­di­­naire de ce quoti­­dien luxueux était bien perturbé par quelques mauvais songes : Judith gardait un revol­­ver sous son oreiller. Mais ce n’était rien à côté du cauche­­mar qu’elle allait vivre. Le 17 décembre, son nom est apparu pour la première fois accom­­pa­­gné d’une odeur d’encre et de souffre dans les colonnes du Washing­­ton Post. Il figu­­rait en bonne place aux côtés de ceux de l’ex-président améri­­cain, John Fitz­­ge­­rald Kennedy, et du patron de la mafia de Chicago, Sam Gian­­cana. Pour avoir entre­­tenu une rela­­tion avec l’un comme avec l’autre, la femme au foyer voyait sa répu­­ta­­tion souillée et sa vie se figer dans le scan­­dale. Selon elle, le FBI la surveillait encore. En 1959, l’ac­­trice aspi­­rante de 25 ans fait la rencontre des deux hommes par l’in­­ter­­mé­­diaire de Franck Sina­­tra. Retissé dans son auto­­bio­­gra­­phie My Story, ce lien entre un candi­­dat à la Maison-Blanche marié, la pègre et une jeune femme attire l’œil de l’agence de rensei­­gne­­ment. Le Bureau a pris l’ha­­bi­­tude d’épier par le trou de la serrure tout ce que le pays compte de femmes et d’hommes d’in­­fluence. Son patron, Edgar Hoover, met à jours des fiches sur chacun. « Le 27 février 1962, il prévient le procu­­reur géné­­ral Robert Kennedy qu’il est au courant de la liai­­son entre son frère le Président et Judith Camp­­bell Exner », raconte Fabri­­zio Calvi dans le livre FBI, L’his­­toire du Bureau par ses agents. Une manière de faire pres­­sion sur la nouvelle admi­­nis­­tra­­tion au cas où elle voudrait l’écar­­ter. « Quelque temps plus tard », écrit le jour­­na­­liste français, « quand on lui demande s’il compte s’en débar­­ras­­ser, le trente-cinquième président des États-Unis répond en riant : “On ne licen­­cie pas Dieu !” » C’est dire le statut dont jouit le FBI. Fondé en 1908 par Charles Joseph Bona­­parte, le Bureau of Inves­­ti­­ga­­tion (BOI) devient vite un empire dans l’em­­pire améri­­cain. En tant que Procu­­reur géné­­ral des États-Unis, le petit-neveu de Napo­­léon Ier souhaite confier à cette nouvelle insti­­tu­­tion les tâches jadis endos­­sées par un chao­­tique réseau de détec­­tives privés. Le dépar­­te­­ment de la Justice se dote ainsi de son propre organe d’enquête à la tête duquel il place l’un de ses archi­­vistes monté en grade en 1924. Réputé intègre et travailleur, Edgar Hoover pose une condi­­tion : « Le Bureau ne doit plus dépendre du poli­­tique. Les nomi­­na­­tions et promo­­tions seront déci­­dées en fonc­­tion du mérite. Enfin, le Bureau ne doit plus dépendre que du Procu­­reur géné­­ral. » Sous son règne, la chasse aux espions alle­­mands initiée pendant la Première Guerre mondiale appa­­raît a poste­­riori bien modeste. Hoover cible toute sorte de gibier.

J. Edgar Hoover, l’arme à la main

De son passage par la section rensei­­gne­­ment du Bureau, il garde un bestiaire listant les mili­­tants, sympa­­thi­­sants anar­­chistes, commu­­nistes et syndi­­ca­­listes de chaque ville améri­­caine. Dès 1921, 450 000 fiches avaient été dres­­sées. Un système de surveillance à grande échelle se met ainsi en place en paral­­lèle de la lutte contre le crime orga­­nisé. Même les membres du Congrès sont concer­­nés. « Les agents doivent savoir si tel ou tel homme poli­­tique voit des pros­­ti­­tuées ou a des amantes », explique le jour­­na­­liste améri­­cain Ronald Kess­­ler, auteur de plusieurs ouvrages sur le FBI et la CIA. « Hoover s’ar­­range ensuite pour que les personnes fichées sachent qu’il détient ces infor­­ma­­tions. » Elles seront d’au­­tant moins sévères avec lui. Nommé « en atten­­dant de trou­­ver mieux », le patron du FBI s’ins­­talle dans la durée. Il n’aura véri­­ta­­ble­­ment les coudées franches qu’à la faveur d’un coup de force. Alors qu’en 1932, la marge de manœuvre du Bureau est « très limi­­tée », selon Fabri­­zio Calvi, ses hommes s’ap­­pro­­prient une affaire en dehors de leur champ de compé­­tence. Des commu­­niqués par centaines sont envoyés à la presse, lais­­sant penser qu’ils enquêtent sur l’as­­sas­­si­­nat du bébé de l’avia­­teur Charles Lind­­bergh. À son arri­­vée à la Maison-Blanche, Frank­­lin Delano Roose­­velt signe un décret pour lui confier le dossier. Hoover détient des trésors de données au sujet du nouveau président. Il possé­­de­­rait même des photos de sa femme nue. « Depuis 1940, le FBI a pris l’ha­­bi­­tude de péné­­trer dans les bureaux ou chez les parti­­cu­­liers pour y poser des micros et photo­­gra­­phier ce qui peut l’in­­té­­res­­ser », raconte Fabri­­zio Calvi. « Une pratique illé­­gale, mais couverte par le direc­­teur. » Renom­­mée FBI en 1935, l’agence endosse la respon­­sa­­bi­­lité exclu­­sive des affaires d’es­­pion­­nage, de contre-espion­­nage et de sabo­­tage quatre ans plus tard. Une compé­­tence déci­­sive pendant la Seconde Guerre mondiale.

L’ar­­chi­­viste tout-puis­­sant

Les canons et Roose­­velt s’éteignent en 1945. Sans perdre une seconde, Hoover fait jouer ses réseaux à Washing­­ton pour se mettre dans la poche la nouvelle admi­­nis­­tra­­tion. Il « espère déve­­lop­­per une rela­­tion person­­nelle avec Truman », écrit l’agent William Sulli­­van dans ses mémoires. Las, le chef d’État ne goûte pas son penchant pour le secret. Il s’en tient à l’or­­ga­­ni­­gramme : « Chaque fois que j’au­­rai besoin des services du FBI, je le ferai savoir par le truche­­ment de mon Procu­­reur géné­­ral », tranche-t-il. L’an­­cien archi­­viste devenu tout-puis­­sant le prend comme un affront person­­nel. « À comp­­ter de ce jour, sa haine envers Truman ne connaît plus de bornes », note William Sulli­­van. Le 22 janvier 1946, un décret prési­­den­­tiel instaure l’Au­­to­­rité natio­­nale du rensei­­gne­­ment (Natio­­nal Intel­­li­­gence Autho­­rity, ancêtre du Natio­­nal Secu­­rity Coun­­cil) et la CIA.

Portrait de Judith Exner

Dans une espèce de jeu à somme nulle de la popu­­la­­rité, Truman semble perdre ce qu’Hoo­­ver capi­­ta­­lise au début des années 1950. Laminé dès la primaire démo­­crate de 1952, le premier ne peut qu’as­­sis­­ter à la montée en puis­­sance du second. Après avoir obtenu du Congrès un copy­­right sur le nom du Bureau, Hoover s’adjuge la produc­­tion d’un film tiré du livre FBI Story, paru en 1954. Il fraye avec le diplo­­mate Joseph Kennedy dont le fils annonce sa candi­­da­­ture à la magis­­tra­­ture suprême en 1960. De ses inves­­tis­­se­­ments bour­­siers à ses connexions mafieuses en passant par ses secrets d’al­­côve, rien de ce qui concerne cette famille ne lui échappe. C’est heureux car JFK est élu en novembre. Pour désa­­mor­­cer son renvoi, instam­­ment réclamé par le nouveau Procu­­reur géné­­ral, Robert Kennedy, le direc­­teur du FBI parle donc de Judith Exner à son président de frère. Les préro­­ga­­tives du FBI ne lui permettent guère d’enquê­­ter sur les assas­­si­­nats des frères Kennedy, en 1963 et 1968. Dans les années 1960, le Bureau se concentre sur la traque des oppo­­sants à la guerre du Viet­­nam, les mili­­tants des droits civiques, les acti­­vistes du Black Panthers Party et ceux du mouve­­ment estu­­dian­­tin. « Hoover consi­­dère l’en­­ga­­ge­­ment contre le gouver­­ne­­ment comme un crime », observe Ronald Kess­­ler. « Il met Martin Luther King sur écoute sans preuve. » Élu en 1963, Lyndon John­­son voue une confiance tein­­tée de crainte à Hoover. « Je préfère avoir ce vieux bâtard à l’in­­té­­rieur de la tente en train de pisser dehors plutôt que de l’avoir à l’ex­­té­­rieur en train de pisser dedans ! » confie-t-il. Ce « vieux bâtard » a 74 ans quand Richard Nixon arrive à la tête des États-Unis, en 1969. Son hégé­­mo­­nie est contes­­tée par l’al­­liance entre l’am­­bi­­tieux William Sulli­­van et le conseiller du président Tom Huston. « Sulli­­van croyait que, avec l’ap­­pui de Huston, il pour­­rait saper la posi­­tion de Hoover auprès du président et le rempla­­cer », se souvient le direc­­teur adjoint, Mark Felt. Le plan poussé par les deux hommes prévoit de faire rentrer dans le rang de la commu­­nauté du rensei­­gne­­ment le FBI, de rela­­ti­­vi­­ser sa posi­­tion par rapport à celles de la CIA, de la NSA et de la DIA. Un temps favo­­rable, Nixon l’en­­terre fina­­le­­ment. « Je savais que si Hoover avait décidé de ne pas coopé­­rer, ma déci­­sion impor­­tait peu », dira-t-il dans ses mémoires. Quand, enfin, il décide de le congé­­dier, le patron du FBI lui parle simple­­ment « de ses années gang­s­ters » pour l’en dissua­­der. Terrassé par une attaque cardiaque le 2 mai 1972, Hoover laisse une tonne d’ar­­chives et une consigne à sa secré­­taire, Helen Gandy : les liqui­­der. Elle « affirme qu’il lui a fallu plus de deux mois et demi pour détruire les archives person­­nelles de son ancien patron », écrit Fabri­­zio Calvi, en préci­­sant que son succes­­seur, Patrick Gray, récu­­père aussi des dossiers clas­­sés « offi­­ciel et confi­­den­­tiel ». Quoi qu’il en soit, « peu de choses ont été retrou­­vées », synthé­­tise le jour­­na­­liste. « Le pouvoir de chan­­tage dispa­­raît avec Hoover. » La même année, l’agent Mark Felt passe par le Washing­­ton Post pour dénon­­cer les finan­­ce­­ments irré­­gu­­liers de la campagne de Nixon et le système d’écoute qu’il met en place. Surnommé « Gorge profonde », il « est le seul à agir », remarque Ronald Kess­­ler, « même si beau­­coup d’autres au FBI désap­­prouvent le président ». Deux ans plus tard, le scan­­dale du Water­­gate pousse ce dernier à la démis­­sion. Le FBI endure alors les coups de vis de Washing­­ton et la révé­­la­­tion des excès de Hoover. En 1976, une loi limite à dix ans le mandat du président. 68 agents sont envoyés devant un tribu­­nal l’an­­née suivante. Son budget est même réduit dans les années 1980. Le 19 juillet 1993, Bill Clin­­ton consacre la subor­­di­­na­­tion du Bureau à la Maison-Blanche en renvoyant son direc­­teur, Williams Sessions. Auto­­pro­­clamé « Monsieur inté­­grité », il tombe pour une série d’abus de biens sociaux mis en lumière par le livre de Ronald Kess­­ler, The FBI: inside the world’s most power­­ful law enfor­­ce­­ment agency. Une première dans l’his­­toire.

Williams Sessions

De Clin­­ton à Clin­­ton

Le cas de Sessions n’est plus isolé depuis le renvoi de James Comey par Donald Trump, le 9 mai 2017. Mais les impli­­ca­­tions en sont diffé­­rentes. Quoique très critiqué pour son inca­­pa­­cité à préve­­nir l’at­­ten­­tat du 11 septembre 2001, le FBI gagne en pouvoir après la signa­­ture du Patriot Act, le 26 octobre. Alors procu­­reur fédé­­ral, James Comey enquête sur l’am­­nis­­tie accor­­dée par le président Bill Clin­­ton à Marc Rich, coupable d’éva­­sion fiscale. Par quoi est moti­­vée cette faveur à l’égard d’un homme d’af­­faires dont l’ex-femme figure parmi les dona­­teurs de la campagne du chef d’État ? Comey ne peut réunir assez d’élé­­ments pour le dire. Mais il aura l’oc­­ca­­sion de rouvrir un dossier au nom de Clin­­ton une décen­­nie plus tard. Nommé à la tête du FBI le 13 septembre 2013 par Barack Obama, James Comey est perçu comme un homme indé­­pen­­dant faisant le compro­­mis entre les Démo­­crates et les Répu­­bli­­cains. En juillet 2015, il se saisit d’une lettre en prove­­nance de l’ins­­pec­­teur géné­­ral de la commu­­nauté du rensei­­gne­­ment. Au FBI, tout le monde sait son contenu explo­­sif : comme révélé par le New York Times en mars, la candi­­date aux primaires démo­­crates a évoqué des infor­­ma­­tions clas­­si­­fiées dans des e-mails envoyés depuis sa boîte person­­nelle, hdr22@­­clin­­to­­ne­­mail.com, du temps où elle était ministre des Affaires étran­­gères d’Obama. Il faut enquê­­ter. « Nous savions, comme orga­­ni­­sa­­tion, nous n’avions pas le choix », avance l’agent John Giaca­­lone. Critiquée publique­­ment par son ancien minis­­tère en mai 2016, inter­­­ro­­gée pendant trois heures et demi par le FBI le 2 juillet, Hillary Clin­­ton se retrouve épin­­glée le 5 du même mois dans les conclu­­sions du rapport remis par James Comey. Elle a fait preuve d’une « négli­­gence extrême » indigne de « toute personne sensée », déclare-t-il. Car « des acteurs hostiles ont eu accès au cour­­rier élec­­tro­­nique de personnes avec lesquelles Hillary Clin­­ton était en contact régu­­lier ». Tous ces éléments sont à ses yeux insuf­­fi­­sants pour enga­­ger des pour­­suites. Mais la décou­­verte de nouveaux cour­­riels incite le FBI à rouvrir le dossier le 28 octobre, à 11 jours du scru­­tin. Ce que beau­­coup voient comme une ingé­­rence dans son dérou­­le­­ment est accueilli avec un plai­­sir non dissi­­mulé par son adver­­saire répu­­bli­­cain, Donald Trump. « J’ai beau­­coup de respect pour le FBI et le dépar­­te­­ment de la Justice, qui ont enfin le courage de corri­­ger l’ef­­froyable erreur qu’ils ont faite », déclare-t-il dans le New Hamp­­shire. Un enthou­­siasme qui ne durera pas.

Rencontre entre Trump et Comey à la Maison-Blanche
Crédits : Reuters

Donald Trump ignore encore que le FBI n’enquête pas seule­­ment sur sa rivale mais égale­­ment sur lui-même. Alors que les e-mails d’Hillary Clin­­ton commençaient à être fouillés, à l’été 2015, le Comité natio­­nal démo­­crate a subi une attaque infor­­ma­­tique attri­­buée à des hackers russes. Or, constate rapi­­de­­ment James Comey, l’en­­tou­­rage de son adver­­saire répu­­bli­­cain se perd en rami­­fi­­ca­­tions vers la Russie. Le conseiller aux affaires étran­­gères de sa campagne, Carter Page, était dans le radar du FBI depuis qu’un espion russe tenta de la recru­­ter en 2013, d’après le New York Times. Quant à son conseiller en commu­­ni­­ca­­tion, Paul Mana­­fort, il dut démis­­sion­­ner le 19 août 2016, après avoir été accusé de corrup­­tion dans le cadre des conseils qu’il donnait à l’ex-président ukrai­­nien Viktor Ianou­­ko­­vitch, dépeint comme pro-russe par Washing­­ton. Un autre proche de Trump, Michael Flynn, fut poussé à la démis­­sion le 13 février 2017 pour s’être entre­­tenu par télé­­phone avec l’am­­bas­­sa­­deur russe aux Etats-Unis, Sergey Kislyak, et pour avoir donné une « infor­­ma­­tion incom­­plète » au vice-président Mike Pence à propos de ces discus­­sions. Il aurait par ailleurs reçu 50 000 dollars en 2015 de la part de trois entre­­prises russes, dont 31 000 dollars pour la parti­­ci­­pa­­tion à une confé­­rence de Russia Today où il était placé à côté de Vladi­­mir Poutine. Égale­­ment suspecté par le Washing­­ton Post d’avoir parlé à Sergey Kislyak, le procu­­reur Jeff Sessions nie en bloc. Le 20 mars, devant une commis­­sion parle­­men­­taire sur le rensei­­gne­­ment, James Comey révèle que le FBI enquête sur les liens entre la Russie et la campagne de Donald Trump. Devant une commis­­sion séna­­to­­riale, le 3 mai, il appa­­raît convaincu du rôle de Moscou : « La Russie est la plus grande menace sur Terre. Une des meilleures leçons que nous avons apprises est qu’elle inter­­­fé­­rera encore dans la poli­­tique améri­­caine. À cause de l’élec­­tion de 2016, elle sait que cela fonc­­tionne. » Une semaine plus tard, il apprend son renvoi par la télé­­vi­­sion. Dans un entre­­tien à NBC, le 12 mai, Donald Trump en donne la raison : « En fait, quand je me suis décidé, je me suis dit : “Ce truc avec la Russie, Trump et la Russie, c’est une histoire inven­­tée.” » Pour la contes­­ter, le président n’a eu qu’à envoyer une simple lettre à Comey. À la diffé­­rence de Hoover – qui était sans conteste plus puis­­sant –, ce dernier pouvait diffi­­ci­­le­­ment le mena­­cer de rendre public une quel­­conque frasque. Toutes celles qui étaient déjà connues n’ont pas empê­­ché son élec­­tion.

Crédits : AP

Couver­­ture : De Hoover à Comey. (Ulyces.co)
 
Down­load WordP­ress Themes
Down­load WordP­ress Themes
Down­load WordP­ress Themes Free
Down­load WordP­ress Themes Free
down­load udemy paid course for free
Download Premium WordPress Themes Free
Download Best WordPress Themes Free Download
Download Nulled WordPress Themes
Premium WordPress Themes Download
free download udemy course

Plus de monde