par Benjamin Bruel | 11 janvier 2016

Tele­­no­­vela

« Je balance mon sac dans le coffre ouvert de l’un des 4×4, puis me dirige vers les arbres pour pisser. Bite en main, je contemple longue­­ment mon membre vulné­­rable aux couteaux des narco­­tra­­fiquants. Je lui jette fina­­le­­ment un dernier regard affec­­tueux, avant de le ranger dans mon froc » et de rejoindre le convoi. Sean Penn, acteur et réali­­sa­­teur améri­­cain, fait alors route dans la jungle mexi­­caine aux côtés de Kate del Castillo, star­­lette de la télé­­vi­­sion mexi­­caine. Leur desti­­na­­tion : le repaire de Joaquin « El Chapo » Guzman, l’homme le plus recher­­ché au monde, le plus grand baron de la drogue depuis Pablo Esco­­bar. L’objet de cette rencontre : une inter­­­view ultra-secrète pour le maga­­zine Rolling Stone. El Chapo, « Le Petit » en espa­­gnol, est en cavale depuis son évasion, en juillet dernier, du centre de déten­­tion le plus surveillé du Mexique : la prison d’Al­­ti­­plano. Pour s’échap­­per, le patron du cartel Sina­­loa avait fait creu­­ser par ses hommes – « des ingé­­nieurs envoyés se former en Alle­­magne », confie-t-il à Penn – un tunnel de 1,5 km qui partait de la douche de sa cellule jusqu’à l’ex­­té­­rieur de la prison. ulyces-elchapopenn-01 L’homme devient alors l’objet média­­tique le plus recher­­ché outre-Atlan­­tique et ravive la convoi­­tise des patrons du cinéma améri­­cain. Depuis des années, les dents longues d’Hol­­ly­­wood souhaitent faire de la vie de « shorty » (le cour­­taud) un biopic. Mais « El Chapo » n’ac­­cepte de se confier qu’à une seule personne : Kate del Castillo, actrice de soap opera, figure du petit écran mexi­­cain connue juste­­ment pour un rôle de narco­­tra­­fiquante. Leur histoire commune débute en janvier 2012. Sur Twit­­ter, alors que le gouver­­ne­­ment mexi­­cain se lance dans une énième traque du narco­­tra­­fiquant, l’ac­­trice inter­­­pelle El Chapo sur son busi­­ness : « M. Chapo, ne serait-il pas génial que vous commen­­ciez à trafiquer de l’amour ? Des médi­­ca­­ments, de la nour­­ri­­ture pour les enfants sans-abris (…). Imagi­­nez trafiquer avec des poli­­ti­­ciens corrom­­pus au lieu de femmes et d’en­­fants qui finissent en esclaves ! Pourquoi ne brûlez-vous pas tous ces bordels où les femmes valent moins qu’un paquet de clopes ? Sans offre, il n’y a pas de demande. Allez, Don ! Vous seriez le plus grand des héros. Dealez de l’amour. Vous savez comment. La vie est un busi­­ness où la seule chose qui change, c’est la marchan­­dise. Vous n’êtes pas d’ac­­cord ? » Guzman appré­­cie le cran et la verve de l’ac­­trice. Après son arres­­ta­­tion en février 2014, lui et del Castillo commencent à corres­­pondre. L’idée d’un film germe et l’ac­­trice mexi­­caine finit par se rendre aux États-Unis, le projet en tête. Elle rencontre un dénommé Espi­­noza, fixeur holly­­woo­­dien, arran­­geur de busi­­ness.

Le 2e président du Mexique

« À l’âge de quatre ans, je creu­­sais des trous dans le sol du jardin de mes parents pour trou­­ver des trésors imagi­­naires, pendant qu’il dessi­­nait des pesos qui, s’ils avaient été réels, auraient été le seul espoir, pour lui et sa famille, d’échap­­per à une vie de fermiers. Pendant que je surfais sur les vagues de Malibu à l’âge de neuf ans, il travaillait déjà dans les champs de marijuana des montagnes de la région de Sina­­loa, au Mexique. Aujourd’­­hui, il dirige le plus grand cartel de drogue que le monde n’ait jamais connu. »


Dans un hôtel de New-York, proche de la chambre du Président mexi­­cain Enrique Peña Nieto, en visite diplo­­ma­­tique, Sean Penn et Espi­­noza préparent leur visite à El Chapo. Le fixeur, « collègue et frère d’arme » de Penn, l’a mis en rela­­tion avec del Castillo. Depuis plusieurs semaines, à coup d’e-mail cryp­­tés, de télé­­phones ache­­tés, utili­­sés une seule fois puis balan­­cés à la poubelle, ils préparent le départ. Elle fera le film, lui réali­­sera la seule inter­­­view jamais faite d’El Chapo. Penn hésite, flippe, se ques­­tionne sur le bien-fondé moral de sa démarche et ce qui nour­­rit, chaque jour, l’aura et l’em­­pire finan­­cier du trafiquant. « À l’in­­verse de Ben Laden, qui a imposé les prémisses de l’idée ridi­­cule qu’un pays est entiè­­re­­ment défini – et donc complice – de la poli­­tique de ses diri­­geants, avec le seigneur de la drogue le plus recher­­ché au monde, ne sommes-nous pas, nous, le public améri­­cain, complices de ce que nous diabo­­li­­sons ? […] L’in­­sa­­tiable appé­­tit des Améri­­cains pour la drogue est respon­­sable de tout cela. » ulyces-elchapopenn-02 Après un repas avec un certain Alonzo, homme de main et « avocat » d’El Chapo, la déci­­sion est prise : Kate del Castillo, Espi­­noza et Sean Penn embarque­­ront de Los Angeles pour le Mexique. Atter­­ris­­sant dans une ville à proxi­­mité de Mexico, ils embarquent dans un 4×4 à desti­­na­­tion du repaire secret du seigneur de la drogue. « Il n’y a aucune ques­­tion dans mon esprit, si ce n’est que la DEA [divi­­sion de la police améri­­caine char­­gée de la lutte contre la drogue] et le gouver­­ne­­ment mexi­­cain traquent chacun de nos mouve­­ments. […] J’ai été décon­­certé par sa volonté de risquer une visite de notre part. […] Je ne vois aucun œil nous espion­­nant, mais je suppose qu’ils sont bien là », se ques­­tionne Penn lors du trajet. Durant plus de six heures de route, l’ac­­teur améri­­cain, embarqué aux côtés de l’ac­­trice et d’hommes de main d’El Chapo, s’in­­ter­­roge : va-t-il survivre au périple ? Va-t-il se faire couper la bite par des narco­­tra­­fiquants mexi­­cains ? Finira-t-il dans les geôles mexi­­caines ? Et surtout, rencon­­trera-t-il fina­­le­­ment l’homme le plus recher­­ché du conti­nent ?

Fina­­le­­ment, le convoi s’ar­­rête proche d’un aéro­­port de cham­­pagne. « Des hommes de sécu­­rité en treillis se tiennent près de deux petits avions mono­­mo­­teurs à six siège. Ce n’est qu’à l’em­­barque­­ment que je réalise que l’un de nos chauf­­feurs étaient le fils de 29 ans de El Chapo, Alfredo Guzman. Il s’ins­­talle à côté de moi, dési­­gné comme notre escorte person­­nelle jusqu’à son père. Il est sédui­­sant, mince et élégam­­ment habillé […]. Il a une putain de montre. » Après l’at­­ter­­ris­­sage, l’odys­­sée reprend en 4×4, dans la jungle mexi­­caine, loin des villes. Là où aucun télé­­phone portable ne fonc­­tionne, où aucun secours n’est à portée. Des barrages mili­­taires, pour­­tant, bordent la route.  « Deux soldats gouver­­ne­­men­­taux, armes char­­gées en main, approchent de notre véhi­­cule. Alfredo baisse la vitre passa­­ger et les soldats reculent, l’air embar­­rassé, avant de nous ouvrir le passage. Wow. C’est donc cela, le pouvoir du visage d’un Guzman. Et la corrup­­tion d’une insti­­tu­­tion. Est-ce que cela signi­­fie que nous appro­­chons de l’homme ? »

Rencontre en rase campagne

Après plus de douze heures de trajet, de 7 h du matin à 9 h du soir, le convoi ralen­­tit. Autour de Sean Penn, Espi­­noza et Kate del Castillo, un paysage de campagne, presque une ferme. Quelques hommes, bien peu en vérité. Pas d’armes en vue. L’ac­­teur sort, hési­­tant, du 4×4. « Je bouge. Et, quand je sors… Il est là. Juste derrière le camion. Le fugi­­tif le plus connu au monde : El Chapo. […] Il porte une chemise en soie décon­­trac­­tée, des jeans noirs serrés, et a l’air remarqua­­ble­­ment soigné et sain pour un homme en cavale. Il ouvre la porte à Kate et la salue comme s’il s’agis­­sait de sa fille reve­­nant de l’uni­­ver­­sité. Ça a l’air impor­­tant pour lui de nous faire un accueil chaleu­­reux en personne. Après l’avoir salué, il se tourne vers moi avec un sourire hospi­­ta­­lier, sort sa main et me la tend. Je la serre. Il me serre dans ses bras, à la manière d’un “parrain”, me regarde dans les yeux et déclame, lente­­ment, des paroles de bien­­ve­­nue en espa­­gnol. Je réunis toute ma présence d’es­­prit pour lui dire, dans un espa­­gnol hachuré, qu’il faudra comp­­ter sur Kate pour la traduc­­tion ce soir-là. Ce n’est qu’à ce moment qu’il réalise que ses paroles n’ont pas été comprises. Il fait une blague à son équipe, riant de lui-même, de sa préten­­tion sur le fait que je parle espa­­gnol (…) » El Chapo fait rentrer tout ce petit monde dans ses appar­­te­­ments. Autour de Penn, les hommes de main sont bien habillés et propres. Ils lui semblent plus ressem­­bler à une promo­­tion d’étu­­diants de l’uni­­ver­­sité de Mexico qu’aux plus violents dealers de drogue du pays. Ils s’ins­­tallent à table. Penn est placé en face d’El Chapo. La discus­­sion débute. Elle durera sept heures.

sean-penn-rolling-stone-joaquin-el-chapo-guzman-captured-mexico-1452406872
Sean Penn et El Chapo
Crédits : Sean Penn/Rolling Stone

Lorsque Penn présente ses inten­­tions, El Chapo sourit. Un sourire bref, presque sarcas­­tique. L’homme est maître des lieux et le sait. Il regarde inten­­sé­­ment son inter­­­lo­­cu­­teur, qui fait deux fois sa taille. « Je ne veux pas être dépeint comme une reli­­gieuse », dit El Chapo. « Bien que ce portrait ne me soit pas venu à l’es­­prit, cet homme simple, venu d’un endroit modeste, entouré par l’af­­fec­­tion simple de ses fils, et de la sienne à leur égard, ne m’a pas d’abord frappé comme étant le grand méchant loup tradi­­tion­­nel. » Le repas est infor­­mel. El Chapo s’enquiert du busi­­ness du cinéma et de la rela­­tion qu’a­­vait Sean Penn avec feu Hugo Chavez. Enfermé dans ses montagnes, il est curieux de savoir l’image que l’Amé­­rique et les médias occi­­den­­taux ont de lui. Il parle aussi de son propre busi­­ness : il voudrait inves­­tir dans le pétrole et les éner­­gies, mais ses acti­­vi­­tés illi­­cites l’em­­pêchent d’at­­teindre ce monde. Il a l’or­­gueil des puis­­sants et affirme à son audi­­toire : « Je four­­nis plus d’hé­­roïne, de métham­­phé­­ta­­mine, de cocaïne et de marijuana que quiconque dans le monde. J’ai une flotte de sous-marins, d’avions, de camions et de bateaux. »

Quand Penn lui demande avec quelles parties du monde, en pensant au Moyen-Orient, il a le plus de mal à faire du busi­­ness, le narco­­tra­­fiquant lâche un simple : « Aucune. » Le repas s’achève. El Chapo et Penn réalisent une photo ensemble « mais sans sourire », demande Penn. Ils conviennent de réali­­ser une inter­­­view formelle, huit jours plus tard. Rendez-vous est donné à dans un petit aéro­­port de la campagne mexi­­caine. Un des hommes d’El Chapo devra venir cher­­cher Sean Penn. Le narco­­tra­­fiquant conduit Kate del Castillo jusqu’à un loge­­ment parti­­cu­­lier, puis ses hôtes mascu­­lins jusqu’à une chambre commune. « Je vais vous dire au revoir, main­­te­­nant », dit El Chapo. « À ce moment-là, je lâche un petit pet (désolé), qu’il ne relève pas, confir­­mant la galan­­te­­rie dont il avait fait preuve un instant plus tôt en emme­­nant Kate se coucher. »

L’in­­ter­­view manquée

Deux heures après s’être couché, Penn, Espi­­noza et Kate sont tirés du lit. « Une tempête arrive. On doit bouger ! » leur dit Alonzo. Les trois visi­­teurs quittent, ainsi, le repère d’El Chapo. Les jours passent. El Chapo est pris dans une embus­­cade de l’ar­­mée mexi­­caine. Il est légè­­re­­ment blessé. « Moins que ce qu’ils disent », affir­­mera-t-il à Kate del Castillo. Sean Penn, lui, ne sait pas si le rendez-vous est main­­tenu : huit jours plus tard, comme convenu, il se rend à l’aé­­ro­­port mexi­­cain. Il attend, patiem­­ment, qu’un inconnu vienne lui tapo­­ter le bras en disant : « Je suis un ami d’Alonzo, suis-moi. » Mais personne ne vient. La cavale d’El Chapo se complique.

Fina­­le­­ment, Sean Penn devra faire parve­­nir ses ques­­tions à El Chapo, en espa­­gnol, lui apprend del Castillo. « Le mec dirige un busi­­ness absor­­bant des millions de dollars dans au moins 50 pays, et il n’y a pas un connard à ses côtés dans la jungle pour parler un foutu mot d’an­­glais ? » s’énerve l’ac­­teur. Non. Des semaines plus tard, tandis que l’ac­­teur croie devoir renon­­cer aux réponses tant atten­­dues, il reçoit un message de l’ac­­trice mexi­­caine : « Je l’ai ! » Résul­­tat : une vidéo de 17 minutes, tour­­née au milieu de nulle part, dans laquelle El Chapo débute ainsi son speech : « Cette vidéo est  à l’usage unique de Mlle Kate del Castillo et de M. Sean Penn. »

kate-del-castillo-in-no-good-deed
Kate del Castillo dans No Good Deed

Dans cette courte inter­­­view, lisible en inté­­gra­­lité sur le site de Rolling Stone, on apprend notam­­ment que, pour El Chapo, le commerce de la drogue a évolué vers la vente de pilules, contrai­­re­­ment à sa jeunesse où le pavot et la marijuana consti­­tuaient l’im­­mense majo­­rité du busi­­ness. Le baron de la drogue affirme aussi qu’il ne fait jamais usage de la violence volon­­tai­­re­­ment et qu’il n’a pas pris de drogues depuis plus de vingt ans. El Chapo sera fina­­le­­ment arrêté par les auto­­ri­­tés mexi­­caines le vendredi 8 janvier 2016, après un féroce affron­­te­­ment, dans sa région natale du Sina­­loa, avec l’ar­­mée mexi­­caine. Cinq de ses hommes péri­­ront durant la bataille. Le président mexi­­cain, Peña Nieto, se fendra d’un tweet après l’ar­­res­­ta­­tion : « Mission accom­­plie : nous le tenons ! » Sean Penn, lui, avait demandé à El Chapo si, de son point de vue, les auto­­ri­­tés mexi­­caines allaient tenter de le liqui­­der. Le narco­­tra­­fiquant avait répondu : « Non, je pense que s’ils me trouvent, ils m’ar­­rê­­te­­ront, bien sûr. »

~

La paru­­tion de l’ar­­ticle de Rolling Stone, au lende­­main de l’ar­­res­­ta­­tion du trafiquant de drogue, n’a pas fait l’una­­ni­­mité dans la sphère média­­tique. Comme l’in­­dique le site améri­­cain Mashable, nombreux sont les jour­­na­­listes outrés par le fait qu’El Chapo ait eu le droit de revoir la copie de l’ac­­teur avant sa publi­­ca­­tion, et accusent Rolling Stone d’avoir pure­­ment et simple­­ment donné une tribune à un meur­­trier.

Quoi qu’il en soit, à présent que le plus éminent narco­­tra­­fiquant du monde est à nouveau derrière les barreaux, reste à voir s’il sera extradé vers les États-Unis, où ses projets d’éva­­sion se verraient sérieu­­se­­ment mis à mal.


Couver­­ture : L’in­­ter­­view sur le site de Rolling Stone.

Down­load Best WordP­ress Themes Free Down­load
Premium WordP­ress Themes Down­load
Down­load WordP­ress Themes
Down­load Nulled WordP­ress Themes
free online course
Download Best WordPress Themes Free Download
Download WordPress Themes
Premium WordPress Themes Download
Download Premium WordPress Themes Free
free download udemy course

Plus de monde

Comment Medellín est deve­nue une ville cool

163k 21 mai 2019 stories . monde

L’hu­ma­nité peut-elle survivre à Ebola ?

196k 20 mai 2019 stories . monde

Comment en finir avec le plas­tique ?

104k 16 mai 2019 stories . monde