par Camille Hamet | 10 janvier 2018

Pata­­tras

Au lende­­main de l’élec­­tion, le 8 novembre 2016, de Donald Trump, Ulyces faisait la rencontre de Cathe­­rine Jacob­­son, direc­­trice des essais cliniques de Tilray, filiale médi­­cale du groupe dédié à la commer­­cia­­li­­sa­­tion du canna­­bis Priva­­teer Holdings. Pour enta­­mer la discus­­sion, nous lui avions demandé comment elle se sentait après l’an­­nonce de la veille. « Je pense que c’est une excel­­lente nouvelle ! » avait-elle répondu avant de se pétri­­fier : « Oh… vous parlez de l’élec­­tion ? » Cathe­­rine Jacob­­son, elle, parlait du vote de l’Adult Use of Marijuana Act, qui auto­­ri­­sait l’usage récréa­­tif de la marijuana en Cali­­for­­nie. Et qui était en effet une « excel­­lente nouvelle » pour les entre­­prises telles que Priva­­teer Holdings.

Jeff Sessions vu par GQ
Crédits : GQ

Plus d’un an après ce quiproquo, les deux événe­­ments qu’il imbrique semblent toujours étran­­ge­­ment liés. Car le jeudi 4 janvier 2018, soit trois jours seule­­ment après la mise en appli­­ca­­tion de l’Adult Use of Marijuana Act, le ministre de la Justice de Donald Trump, Jeff Sessions, annu­­lait les circu­­laires proté­­geant les États tels que la Cali­­for­­nie des pour­­suites de Washing­­ton. Pour lui, cette annu­­la­­tion signi­­fie « le retour de l’État de droit ». Mais pour l’in­­dus­­trie du canna­­bis, la déci­­sion de Jeff Sessions est conster­­nante. « Nous repré­­sen­­tons plus de 200 inves­­tis­­seurs qui viennent du monde entier, qui croient que la fin de la prohi­­bi­­tion est inévi­­table, et qui sont là pour rester », rappelle Priva­­teer Holdings sur son compte Twit­­ter. « Nous soute­­nons le droit des États à choi­­sir leurs propres légis­­la­­tions, ainsi que le nombre record d’élec­­teurs améri­­cains qui se sont expri­­més en faveur du canna­­bis léga­­lisé et régle­­menté. »

Son président-direc­­teur géné­­ral, Bren­­dan Kennedy, rappelle quant à lui que « le canna­­bis léga­­lisé et régle­­menté » repré­­sente 122 000 emplois à plein-temps aux États-Unis. « Nous sommes des fermiers, des vendeurs d’élec­­tri­­cité, des proprié­­taires de jardi­­ne­­ries, des jour­­na­­listes, des écono­­mistes, des scien­­ti­­fiques », précise Bruce Barcott, rédac­­teur en chef adjoint du média spécia­­lisé Leafly (propriété de Priva­­teer Holdings). « Nous sommes vos amis, vos voisins, et vos élec­­teurs. » Cela n’a pas échappé à Cory Gard­­ner, séna­­teur répu­­bli­­cain du Colo­­rado, État qui a, comme la Cali­­for­­nie, léga­­lisé le canna­­bis récréa­­tif. « Sans même préve­­nir le Congrès, le minis­­tère de la Justice a piétiné la volonté des élec­­teurs du Colo­­rado et d’autres États », a-t-il en effet souli­­gné, ajou­­tant qu’il pren­­drait « toutes les mesures néces­­saires » pour combattre la déci­­sion de Jeff Sessions.

Cory Gard­­ner est d’au­­tant plus mécon­tent qu’il croyait avoir obtenu l’as­­su­­rance du ministre de la Justice qu’il respec­­te­­rait le droit des États à tran­­cher la ques­­tion de la léga­­li­­sa­­tion du canna­­bis. Cette posi­­tion a d’ailleurs été celle de Donald Trump durant la campagne prési­­den­­tielle. « Pour ce qui est de la marijuana et de sa léga­­li­­sa­­tion, je pense que cela relève des États, État par État », disait-il au Washing­­ton Post dès octobre 2015, tout en se prononçant en faveur de la léga­­li­­sa­­tion du canna­­bis médi­­cal : « Je pense que le canna­­bis médi­­cal devrait être auto­­risé. N’est-ce pas ? Je pense que oui. » Jeff Sessions, en revanche, n’a jamais caché sa détes­­ta­­tion du canna­­bis, quel qu’il soit.

Les circu­­laires Cole

D’après le New York Times, M. Sessions est le genre d’homme à dire, en guise de plai­­san­­te­­rie, qu’il pensait que la tris­­te­­ment célèbre orga­­ni­­sa­­tion supré­­ma­­ciste blanche du Ku Klux Klan était « OK, avant de décou­­vrir que ses membres fumaient de la weed ». Il est en tout cas le genre d’homme à dire que « les bonnes personnes ne fument pas de marijuana ». Lors d’une audi­­tion parle­­men­­taire en avril 2017, il a égale­­ment affirmé que les États-Unis avaient « besoin d’adultes au pouvoir à Washing­­ton pour dire que la marijuana n’est pas le genre de choses qu’il faut léga­­li­­ser, que le fait que c’est en réalité un grand danger ne devrait pas être mini­­misé ». Et il s’en est direc­­te­­ment pris à Barack Obama : « L’un de ses grands échecs, cela me semble évident, se trouve dans la désin­­vol­­ture de ses commen­­taires sur la marijuana. Il a mis un terme à près de 20 ans d’hos­­ti­­lité envers les drogues, laquelle a vrai­­ment débuté lorsque Nancy Reagan a commencé la campagne “Just Say No”. » 

Nancy Reagan à la tribune
Crédits : NARA

C’était en 1982. L’épouse du 40e président des États-Unis visi­­tait une école élémen­­taire de la ville d’Oak­­land. Une petite fille lui a demandé quoi faire si on lui propo­­sait de la drogue et elle a répondu « just say no » – « dis simple­­ment non ». Une petite phrase rapi­­de­­ment érigée en slogan publi­­ci­­taire, tandis que se créaient des programmes éduca­­tifs, que la First Lady parcou­­raient le pays pour diffu­­ser le message et que Ronald Reagan menait sa fameuse War on Drugs – « guerre contre les drogues ». Barack Obama a fait de même, mais il a toujours préféré consi­­dé­­rer les drogues comme « un problème de santé publique et non un problème crimi­­nel ». Par ailleurs, il ne pense pas que le canna­­bis « soit plus dange­­reux que l’al­­cool ».

Au grand dam de Jeff Sessions, qu’on imagine jubi­­ler depuis le 4 janvier dernier. « Le minis­­tère de la Justice a pour mission d’ap­­pliquer les lois des États-Unis, et les direc­­tives précé­­dentes sapent la primauté du droit, ainsi que la capa­­cité de nos parte­­naires locaux, étatiques, commu­­nau­­taires et fédé­­raux de mener à bien cette mission », décla­­rait-il alors. Signées en 2013 et 2014 par James Cole, qui était à l’époque procu­­reur géné­­ral adjoint des États-Unis, les « direc­­tives précé­­dentes » deman­­daient aux tribu­­naux fédé­­raux de ne pas s’op­­po­­ser à la volonté des élec­­teurs de mettre en place dans leur État un marché régle­­menté du canna­­bis, tant que la santé des mineurs était proté­­gée et que ce marché ne débor­­dait pas sur les États ne le souhai­­tant pas.

Aussi ont-elles permis la léga­­li­­sa­­tion du canna­­bis dans plusieurs États améri­­cains. Outre la Cali­­for­­nie et le Colo­­rado, six États auto­­risent son usage récréa­­tif. 29 États auto­­risent son usage médi­­cal. Les circu­­laires de James Cole ont donc égale­­ment permis l’édi­­fi­­ca­­tion d’un secteur écono­­mique qui pèse main­­te­­nant sept milliards de dollars aux États-Unis. La circu­­laire de Jeff Sessions, elle, insiste sur l’im­­por­­tance du retour à l’ap­­pli­­ca­­tion inté­­grale de la loi de 1970 sur le contrôle des stupé­­fiants. Une loi qui reflète, comme le souligne si bien le ministre de la Justice, « la déter­­mi­­na­­tion faite par le Congrès que la marijuana est une drogue dange­­reuse et que l’ac­­ti­­vité liée à la marijuana est un crime grave »Mais Jeff Sessions peut-il pour autant mettre un terme au mouve­­ment de léga­­li­­sa­­tion du canna­­bis aux États-Unis et désta­­bi­­li­­ser son indus­­trie, voire la tuer ?

Même pas mal

Malheu­­reu­­se­­ment pour Jeff Sessions, 64 % des élec­­teurs améri­­cains se prononcent aujourd’­­hui en faveur de la léga­­li­­sa­­tion du canna­­bis. Comme le souligne l’édi­­to­­ria­­liste Paul Wald­­man dans les colonnes du Washing­­ton Post, le fait que l’ad­­mi­­nis­­tra­­tion de Donald Trump aille à leur encontre « met beau­­coup de Répu­­bli­­cains dans une posi­­tion très embar­­ras­­sante, surtout s’ils viennent d’un État comme le Colo­­rado ou la Cali­­for­­nie – préci­­sé­­ment les repré­­sen­­tants les plus vulné­­rables lors des élec­­tions de novembre ». « Beau­­coup d’entre eux ont publié des décla­­ra­­tions indi­­gnées condam­­nant la déci­­sion [du ministre de la Justice], mais cela pour­­rait bien ne pas suffire à dissua­­der les élec­­teurs de punir le président Trump en les reje­­tant », pour­­suit-il.

Crédits : Giphy

Et de conclure que la poli­­tique de Jeff Sessions pour­­rait ainsi avoir l’ef­­fet inverse à celui escompté : « Le résul­­tat de cette poli­­tique pour­­rait bien être d’ac­­cé­­lé­­rer la libé­­ra­­li­­sa­­tion des lois natio­­nales sur la marijuana. Un contre­­coup pour­­rait aider plus de Démo­­crates à se faire élire et pous­­ser les Démo­­crates élus à soute­­nir plus clai­­re­­ment le mouve­­ment de léga­­li­­sa­­tion. Ne soyez pas surpris si chaque Démo­­crate candi­­dat à la prési­­dence en 2020 veut mettre fin à l’in­­ter­­dic­­tion fédé­­rale de la marijuana et renvoyer la ques­­tion aux États. Un candi­­dat poten­­tiel, le séna­­teur Cory Booker, a déjà présenté un projet de loi à cet effet. » Cela explique­­rait en partie pourquoi l’in­­dus­­trie du canna­­bis améri­­caine, malgré sa bruyante indi­­gna­­tion, ne se montre pas parti­­cu­­liè­­re­­ment inquiète. Selon l’ana­­lyste John Kagia, l’abro­­ga­­tion des circu­­laires de James Cole est « signi­­fi­­ca­­tive, car elle met en évidence l’op­­po­­si­­tion de l’ad­­mi­­nis­­tra­­tion natio­­nale au canna­­bis légal », mais « il est peu probable qu’elle perturbe consi­­dé­­ra­­ble­­ment l’in­­dus­­trie dans l’im­­mé­­diat ». Pour lui, « la ques­­tion clé est de savoir quelle approche le minis­­tère de la Justice adop­­tera pour faire appliquer la loi ». Et si l’at­­ti­­tude de Jeff Sessions « aura indu­­bi­­ta­­ble­­ment un effet sur les entre­­prises du canna­­bis cotées en bourse, qui ont déjà chuté abrup­­te­­ment, elle ne chan­­gera pas le mode de fonc­­tion­­ne­­ment des entre­­prises déjà établies, et nous ne nous atten­­dons pas à ce que les consom­­ma­­teurs de canna­­bis fuient vers les collines ». Les entre­­prises du canna­­bis améri­­caines doivent néan­­moins se méfier de leurs concur­­rents. Car certains d’entre eux se frottent déjà les mains. C’est par exemple le cas de Canopy Growth, société cana­­dienne basée à Onta­­rio. « D’un côté, nous sommes profon­­dé­­ment déçus que les atti­­tudes prohi­­bi­­tion­­nistes persistent aux États-unis et ailleurs, car la poli­­tique prohi­­bi­­tion­­niste est un échec total qui nuit à la santé et la sécu­­rité des gens », affirme son chef des marques au Québec, Adam Green­­blatt. « Mais d’un autre côté, cela renforce l’avan­­tage de l’in­­dus­­trie du canna­­bis cana­­dienne sur la scène globale, car cela pourra compliquer et retar­­der la capi­­ta­­li­­sa­­tion des entre­­prises du canna­­bis améri­­caines. Nous travaillons déjà avec des parte­­naires en Alle­­magne et au Dane­­mark afin de produire du canna­­bis pour le marché euro­­péen, ce qui est effec­­ti­­ve­­ment impos­­sible pour des entre­­prises améri­­caines. » À croire que le slogan de campagne de Donald Trump, « Make America Great Again », s’ap­­plique à d’autres secteurs de l’éco­­no­­mie mais pas à celui du canna­­bis.

Le plus grand dispen­­saire des USA est à Las Vegas
Crédits : NuWu Canna­­bis Market­­place

Couver­­ture : Donald Trump contre la weed. (AP/Ulyces)


 

Free Down­load WordP­ress Themes
Free Down­load WordP­ress Themes
Down­load WordP­ress Themes Free
Down­load WordP­ress Themes
down­load udemy paid course for free
Download WordPress Themes Free
Download Best WordPress Themes Free Download
Download WordPress Themes
Download WordPress Themes Free
free download udemy paid course

Plus de weed