par Camille Hamet | 20 décembre 2017

Au Para­­dis

C’était en 2004. Alex Malar­­key avait six ans. Il était en voiture avec son père et ils roulaient près de Rush­­syl­­va­­nia, dans l’Ohio, lorsqu’ils ont été violem­­ment percu­­tés par un autre véhi­­cule. Alex Malar­­key a alors vu son père être emporté par un ange loin de l’ac­­ci­dent. Griè­­ve­­ment blessé, il a lui-même été emporté par un héli­­co­­ptère vers l’hô­­pi­­tal le plus proche. Mais dans ses souve­­nirs, c’est au Para­­dis qu’il est entré, et il y a fait la rencontre de Jésus. Ou du moins c’est ce qu’il dit à ses parents après avoir passé deux mois dans le coma. Et ce que raconte un livre publié en 2010 et co-signé par Alex Malar­­key et son père, The Boy Who Came Back From Heaven. Au début de l’an­­née 2015, ses lecteurs apprennent qu’il repose sur un mensonge. « Pardon­­nez, s’il vous plaît, ma conci­­sion, mais je dois rester bref à cause de mes limi­­ta­­tions », écrit Alex Malar­­key, que l’ac­­ci­dent de 2004 a laissé para­­plé­­gique. « Je ne suis pas mort. Je ne suis pas allé au Para­­dis. J’ai dit que j’avais été au Para­­dis parce que je pensais que cela me mettrait au centre de l’at­­ten­­tion. »

Mary Neal avant l’ac­­ci­dent

Il ne se trom­­pait guère. En effet, The Boy Who Came Back From Heaven a été vendu à plus d’un million d’exem­­plaires aux États-Unis. Tout comme To Heaven and Back, qui raconte « le voyage spiri­­tuel » de la chirur­­gienne ortho­­pé­­dique Mary Neal, décé­­dée lors d’un acci­dent de kayak en 1999 et reve­­nue à la vie après avoir « visité le Para­­dis » et « commu­­niqué avec les anges ».


Ou encore Proof of Heaven, qui raconte « le voyage d’un neuro­­chi­­rur­­gien dans l’après-vie », Eben Alexan­­der. Mais aucun des auteurs de ces livres-là n’est encore revenu sur la véra­­cité de ses propos. Et il existe de très nombreux témoi­­gnages simi­­laires aux leurs à travers le monde. « Tant de gens passent par des versions simi­­laires à ce que j’ai vécu, et les histoires que j’ai enten­­dues d’autres témoins de l’ex­­pé­­rience de mort immi­­nente me donnent du courage tous les jours », écrit Eben Alexan­­der dans le Daily Mail. « Ils sont une corro­­bo­­ra­­tion constante de tout ce qui m’a été révélé : à quel point nous sommes aimés et chéris – beau­­coup plus que nous ne pouvons l’ima­­gi­­ner –, nous n’avons rien à craindre, rien à nous repro­­cher. » « L’ex­­pé­­rience de mort immi­­nente », ou « EMI », est l’ex­­pres­­sion géné­­ra­­le­­ment employée pour dési­­gner l’en­­semble de visions et de sensa­­tions décrites suite à un état de mort clinique ou de coma avancé.

Elle se carac­­té­­rise de manière récur­­rente par un phéno­­mène de décor­­po­­ra­­tion, c’est-à-dire l’im­­pres­­sion que « l’es­­prit » se disso­­cie du corps physique, une vision complète ou partielle de sa propre vie, l’ap­­pa­­ri­­tion d’une lumière ou d’un tunnel, une rencontre avec des enti­­tés spiri­­tuelles ou des défunts, un senti­­ment d’amour infini, de paix et de tranquillité. Mais rares sont les EMI qui asso­­cient tous ces éléments, et des varia­­tions sont obser­­vées d’un témoi­­gnage à l’autre.

Pour expliquer cette expé­­rience, deux approches s’op­­posent tradi­­tion­­nel­­le­­ment. L’une peut être quali­­fiée de « spiri­­tuelle » et l’autre de « scep­­tique ». Mais de plus en plus de méde­­cins et de scien­­ti­­fiques tentent de sortir de cet anta­­go­­nisme. Car comme le souligne la vice-prési­­dente de la branche française de l’As­­so­­cia­­tion inter­­­na­­tio­­nale pour l’étude des états proches de la mort (IANDS-France), Laurence Rous­­sel, « pour le moment, aucune expli­­ca­­tion scien­­ti­­fique ne rend compte de tous les aspects de l’EMI ». « Cela ne signi­­fie pas que cette expli­­ca­­tion n’existe pas », ajoute-t-elle. « Cela signi­­fie que l’EMI nous demande d’élar­­gir le champ de nos connais­­sances. »

Crédits : The Epoch Times

Life after life

D’après Laurence Rous­­sel, l’objec­­tif que s’est fixé IANDS-France est « avant tout d’écou­­ter les personnes qui ont vécu une EMI sans porter aucun juge­­ment ». Car si les premiers compte-rendus écrits de cette expé­­rience datent de l’An­­tiquité, « il a de nos jours été diffi­­cile de la racon­­ter sans passer pour un fou ». Mais, « sans pour autant nier la dimen­­sion spiri­­tuelle de l’EMI, qui est souvent la dimen­­sion la plus marquante pour les gens, l’as­­so­­cia­­tion entend encou­­ra­­ger, et mener, une recherche véri­­ta­­ble­­ment scien­­ti­­fique sur le sujet ». La première descrip­­tion médi­­cale de l’EMI aurait été réali­­sée au XVIIe siècle par un méde­­cin mili­­taire français, Pierre-Jean du Monchaux.

Celui-ci se penchait sur le cas d’un apothi­­caire qui avait vu une lumière « si pure et si puis­­sante » qu’il s’était cru au Para­­dis alors qu’il s’était évanoui après une phlé­­bo­­to­­mie – c’est-à-dire après une « saignée ». « Que se passe-t-il alors ? » s’in­­ter­­ro­­geait Pierre-Jean du Monchaux. « Tout le sang et les humeurs coulent abon­­dam­­ment et tranquille­­ment dans les vais­­seaux internes, en parti­­cu­­lier les vais­­seaux céré­­braux, proté­­gés de toute compres­­sion externe. Et c’est préci­­sé­­ment cette effu­­sion de sang qui excite toutes ces sensa­­tions vives et fortes ; c’est sa distri­­bu­­tion calme et égale [dans le cerveau] qui rend la sensa­­tion agréable. » Une théo­­rie « en complète contra­­dic­­tion avec la théo­­rie actuelle », selon le paléo­­pa­­tho­­lo­­giste Philippe Char­­lier, qui pour­­rait s’ex­­pliquer par « la période histo­­rique ». De fait, il est géné­­ra­­le­­ment admis que la recherche scien­­ti­­fique sur l’EMI commence réel­­le­­ment au XXe siècle avec la publi­­ca­­tion, en 1975, du livre du psychiatre Raymond Moody, Life After Life. Ce livre, qui recense les témoi­­gnages de 50 personnes, a été suivi par des dizaines d’autres, ainsi que par des centaines d’études.

Le livre de Raymond Moody

La plupart d’entre elles ont été réali­­sées de manière rétros­­pec­­tive, c’est-à-dire en se basant, comme Life After Life, sur les récits de personnes à qui l’EMI était arri­­vée par le passé. Ce qui pose plusieurs problèmes d’un point de vue scien­­ti­­fique, à commen­­cer par le fait que les sujets de ces études se sélec­­tionnent eux-mêmes. Par ailleurs, les études rétros­­pec­­tives ne permettent pas de collec­­ter de données médi­­cales sur ce qu’il se passait dans le corps et le cerveau des sujets en ques­­tion au moment de l’EMI. À la diffé­­rence des études pros­­pec­­tives, qui se basent, elles, sur des récits collec­­tés le plus tôt possible après cette expé­­rience. Les patients qui ont survécu à une urgence telle qu’une crise cardiaque sont inter­­­ro­­gés par l’équipe médi­­cale une fois leur état stabi­­lisé, et leur dossier médi­­cal est éplu­­ché s’ils rapportent l’une des visions ou des sensa­­tions carac­­té­­ris­­tiques de l’EMI.

Suivant la même logique, le neuro­­chi­­rur­­gien Eben Alexan­­der a passé son propre dossier médi­­cal en revue pour les besoins de son livre Proof of Heaven, et il en est arrivé à la conclu­­sion qu’il était dans un coma si profond lors de son EMI que seule une disso­­cia­­tion de son « âme » et de son corps pouvait expliquer ce qu’il avait vu et ressenti. Mais une enquête du très sérieux maga­­zine Esquire a large­­ment mis en doute sa probité, en révé­­lant notam­­ment qu’il avait fait l’objet de plusieurs pour­­suites pour faute profes­­sion­­nelle, dont au moins deux impliquant la modi­­fi­­ca­­tion de dossiers médi­­caux pour couvrir une erreur. Et le président d’IANDS-France, Jean-Pierre Jour­­dan, a pointé des inco­­hé­­rences médi­­cales dans son témoi­­gnage. Quant à Laurence Rous­­sel, elle estime que « la ques­­tion de l’exis­­tence de l’EMI est trop souvent réduite à la ques­­tion de l’exis­­tence de “la vie après la mort” » dans les ouvrages desti­­nés au grand public.

AWARE

« Je pense que la ques­­tion que nous pose l’EMI est en réalité celle de la nature de la conscience », insiste Laurence Rous­­sel. « Des expé­­riences simi­­laires à l’EMI ont d’ailleurs été rappor­­tées sans qu’il y ait eu immi­­nence de la mort, mort clinique ou coma avancé. Lors, par exemple, de la proxi­­mité d’un danger, d’un événe­­ment trau­­ma­­tique, d’une séance de média­­tion, d’une séance de relaxa­­tion, ou encore d’un orgasme. Et même parfois sans aucune cause appa­­rente. »

Quand faut y aller

Or, la conscience après la mort existe bel et bien. Et pas quelques secondes seule­­ment. C’est du moins ce que montre l’étude AWARE, publiée en 2014 dans la revue Resus­­ci­­ta­­tion et diri­­gée par Sam Parnia, cher­­cheur à l’uni­­ver­­sité d’État de New York à Stony Brook. Son équipe s’est penchée sur 2 060 cas d’ar­­rêt cardiaque dans quinze hôpi­­taux du Royaume-Uni, d’Au­­triche et des États-Unis. Sur les 330 personnes qui ont survécu à ces arrêts cardiaques, 140 ont été capables de répondre à des ques­­tions. Parmi eux, 55 ont déclaré avoir eu des moments de conscience avant d’être réani­­més. Certains ont déclaré avoir vu une lumière brillante, ou encore des flashs.

D’autres ont eu l’im­­pres­­sion d’être plon­­gés dans l’eau. L’un des sujets, un homme de 57 ans, a déclaré qu’il avait pu entendre les discus­­sions de l’équipe médi­­cale autour de lui. « Dans ce cas, l’état de conscience semble avoir conti­­nué jusqu’à trois minutes », affirme Sam Parnia. « L’homme a décrit tout ce qui s’est passé dans la pièce, mais, plus signi­­fi­­ca­­tif, il a entendu deux bips prove­­nant d’une machine qui fait un bruit à des inter­­­valles de trois minutes », explique-t-il ensuite. « Ainsi, nous avons pu mesu­­rer la durée de l’ex­­pé­­rience. » En se basant sur ce cas, le cher­­cheur incite la commu­­nauté médi­­cale à « réani­­mer les patients plus long­­temps, avec des tech­­no­­lo­­gies plus modernes ».

Pour lui, « la mort n’est pas un moment spéci­­fique, mais un proces­­sus poten­­tiel­­le­­ment réver­­sible qui a lieu après qu’une mala­­die grave ou un acci­dent fait que le cœur, les poumons et le cerveau arrêtent de fonc­­tion­­ner ». « Si des tenta­­tives sont faites pour inver­­ser ce proces­­sus, on fait réfé­­rence à un arrêt cardiaque. Cepen­­dant, si ces tenta­­tives ne réus­­sissent pas, on l’ap­­pelle “mort” », remarque-t-il. « Dans cette étude, nous voulions aller au-delà du terme émotion­­nel­­le­­ment chargé et encore mal défini de mort immi­­nente pour explo­­rer objec­­ti­­ve­­ment ce qu’il se passe quand nous mourons. »

Une autre étude, AWARE II, est actuel­­le­­ment en cours. Pour celle-ci, des méde­­cins volon­­taires se sont tenus prêts, pendant deux ans, dans une dizaine d’hô­­pi­­taux du Royaume-Uni et des États-Unis, à équi­­per les victimes d’ar­­rêt cardiaque d’un appa­­reil de mesure d’élec­­troen­­cé­­pha­­lo­­gra­­phie porta­­tif et d’une spec­­tro­s­co­­pie dite à proche infra­­rouge qui mesure l’oxy­­gé­­na­­tion du cerveau, afin de confron­­ter ces données aux éven­­tuels récits des survi­­vants. Ses résul­­tats devraient être publiés dans les mois qui vien­­nent…

La nébu­­leuse d’He­­lix

Couver­­ture : Au-delà. (DR/Ulyces.co)


 

Down­load Premium WordP­ress Themes Free
Down­load WordP­ress Themes
Down­load WordP­ress Themes Free
Down­load Best WordP­ress Themes Free Down­load
udemy course down­load free
Download Best WordPress Themes Free Download
Download Premium WordPress Themes Free
Premium WordPress Themes Download
Download Premium WordPress Themes Free
download udemy paid course for free

Plus de mystère