par Camille Hamet | 18 octobre 2017

Dur labeur, drogues dures

Le chef étoilé britan­­nique Gordon Ramsay, connu pour son émis­­sion de télé­­vi­­sion Cauche­­mars en cuisine, brise le silence qui entoure un cauche­­mar de cuisine bien réel : celui de l’ad­­dic­­tion à la cocaïne dans l’in­­dus­­trie de la restau­­ra­­tion. Lors d’une inter­­­view accor­­dée à Radio Times pour la promo­­tion de son docu­­men­­taire, Gordon Ramsay on Cocaine, qui sera diffusé sur la chaîne britan­­nique ITV à partir du 19 octobre 2017, il dénonce un mal qui ne touche­­rait pas seule­­ment les profes­­sion­­nels, mais aussi les clients.


« Gordon Ramsay on cocaine »
Crédits : LADbible/Twit­­ter

Alors qu’il était invité aux four­­neaux d’un gala de charité, un couple est allé le trou­­ver pour lui adres­­ser une requête un peu spéciale, raconte-t-il. « Au moment du dessert, ils sont venus me voir et ils m’ont dit : “Écou­­tez, tout le monde est content que vous soyez là, mais pour­­riez-vous faire un souf­­flé comme vous n’en avez jamais fait, en mélan­­geant du sucre glace avec de la cocaïne et saupou­­drer le tout dessus ?” J’ai ri, mais il n’y avait pas moyen que je fasse ça. J’ai saupou­­dré le sucre sur le souf­­flé et j’ai fait exprès de le cara­­mé­­li­­ser afin qu’ils ne puissent pas savoir s’il  s’agis­­sait de cocaïne ou non. J’ai servi le souf­­flé. Je n’ai même pas dit au revoir. Je suis juste sorti par la porte de derrière. » Gordon Ramsay raconte encore que l’idée du docu­­men­­taire lui est venu après qu’un client d’un de ses restau­­rants de Londres a emporté son assiette aux toilettes pour y aligner quelques traces de cocaïne, et demandé qu’on lui en donne une propre. « C’est à partir de cet instant que s’est posé le dilemme de savoir jusqu’où les choses allaient aller, et de la pres­­sion subie par les restau­­rants face aux clients. » Il était d’au­­tant plus inquiet que le chef d’un autre de ses restau­­rants de Londres, David Demp­­sey, est mort après avoir consommé de la cocaïne.

C’était un soir de mai 2003. David Demp­­sey, alors âgé de 31 ans, confie à un autre chef avoir « pris un peu de Char­­lie ». Quelques heures plus tard, il tombe dans le salon d’un appar­­te­­ment en passant à travers une fenêtre. Le proprié­­taire de l’ap­­par­­te­­ment le mène, couvert de sang et de verre brisé, jusqu’à la chambre à coucher. Mais il quitte la pièce en brisant une autre fenêtre, avance le long du rebord, pénètre dans l’im­­meuble atte­­nant, monte deux étages, brise une dernière fenêtre – et chute pour de bon.

David Demp­­sey

D’après le toxi­­co­­logue Niko­­las Lemos, il y avait 1,36 milli­­gramme de cocaïne par litre de sang dans son orga­­nisme. « Un niveau de 0,9 milli­­gramme par litre de sang peut indiquer une toxi­­cité sévère qui peut se mani­­fes­­ter de plusieurs façons, y compris le coma et la mort », précise-t-il. Le monde de la restau­­ra­­tion britan­­nique est sous le choc. Le chef Tom Norring­­ton-Davies rend hommage à son confrère dans une tribune inti­­tu­­lée « Hard Work, Hard Drugs » – qu’on pour­­rait traduire par « dur labeur, drogues dures ». Et il en profite pour dénon­­cer, lui aussi, quelques cauche­­mars de cuisine. « Tous mes amis cuisi­­niers se souviennent avoir travaillé dans au moins une maison de fous, et certaines expé­­riences semblent parti­­cu­­liè­­re­­ment intenses. Keith (ce n’est pas son vrai nom) est un brillant chef cuisi­­nier à la fin de la ving­­taine et il a vu d’énormes quan­­ti­­tés de drogues sur son chemin, coke en tête. Il se souvient d’un endroit où les chefs étaient récom­­pen­­sés par de la coke à la fin d’une période de travail intense. Dans un autre, elle était comman­­dée par code au télé­­phone au marchand de légumes. Il a quitté un restau­­rant étoilé après que le patron a jeté de l’huile brûlante au sous-chef. Tous les deux avaient passé la nuit précé­­dente à “boire et snif­­fer”, dit-il. »

Un autre stimu­­lant

L’an­­née de la mort de David Demp­­sey sortait le livre Cuisines et confi­­dences, du chef new-yorkais Anthony Bour­­dain. « C’était la grande époque des années 1980, avec tout ce que cela implique : trop d’argent et trop de coke dans les mains d’hommes d’af­­faires hyper­­ac­­tifs et trop sûrs d’eux – et Chez Gino, cela a atteint un seuil critique », se souve­­nait-il alors. « The Shadow semblait lancer une nouvelle entre­­prise chaque jour. Dans l’aire de restau­­ra­­tion en face de Chez Gino, il a ouvert un maga­­sin de glaces et une petite pizze­­ria, puis il est parti en Italie pour ache­­ter des entre­­pôts d’as­­siettes, de couverts et de meubles – et puis il a oublié où il les avait mis… Chefs, direc­­teurs, sous-chefs et parte­­naires allaient et venaient sans raison ; il y avait toujours quelques chefs dans les tuyaux, à la colle dans des hôtels, payés plein pot, et atten­­dant l’ap­­pel qui leur dirait où aller. » L’ad­­dic­­tion à la cocaïne est donc loin d’être un phéno­­mène récent dans l’in­­dus­­trie de la restau­­ra­­tion.

En 1993, le célèbre chef autri­­chien Eckart Witzig­­mann est arrêté pour déten­­tion de cocaïne. La justice le condamne à fermer son restau­­rant et il perd sa licence de restau­­ra­­teur. La même année, Tom Norring­­ton-Davies découvre l’exis­­tence de la coke. Lui et un autre chef arrivent pour le premier quart dans un restau­­rant. Ils y trouvent les restes d’une petite fête : des bouteilles de bière et une assiette striée de poudre blanche. Tom Norring­­ton-Davies ramasse les bouteilles et s’ap­­prête à lais­­ser tomber l’as­­siette dans un évier lorsque, à sa grande surprise, l’autre chef l’at­­trape et la lèche. « Je pensais que l’as­­siette était couverte de sucre glace. Vrai­­ment. Je n’avais jamais vu de cocaïne aupa­­ra­­vant. » Pour lui, la prise de poudre blanche en cuisine est un symp­­tôme parmi d’autres du mal-être de profes­­sion­­nels soumis à des condi­­tions de travail parti­­cu­­liè­­re­­ment diffi­­ciles. « J’ai travaillé avec des gens qui savent travailler inten­­sé­­ment et s’amu­­ser encore plus inten­­sé­­ment, et j’en ai rencon­­tré qui n’étaient pas très bons à sépa­­rer le travail de l’amu­­se­­ment. Les longs horaires déca­­lés, la chaleur, le stress et le manque presque constant d’em­­ployés de beau­­coup de restau­­rants peut déso­­rien­­ter. Il est diffi­­cile de mettre des barrières. Les chefs peuvent enchaî­­ner les cafés et les ciga­­rettes comme s’il n’y avait pas de lende­­mains. Ceux qui me disent avoir pris de la cocaïne au travail la voient simple­­ment comme “un autre stimu­­lant” et “un moyen sûr de tenir une période aussi intense que Noël”. »

Tom Norring­­ton-Davies
Crédits : Tom Dingley

De son côté, la cheffe britan­­nique Nigella Lawson a justi­­fié son usage de cocaïne par « un problème de vie » en 2013. « Je n’ai jamais été accro aux drogues », a-t-elle dit. « Je n’ai jamais été une habi­­tuée. Il y a eu deux moments dans ma vie où j’ai pris de la cocaïne. » Des moments où elle se sentait « tota­­le­­ment seule, apeu­­rée et juste malheu­­reuse », a-t-elle ajouté. C’était lors du procès qui l’op­­po­­sait à ses assis­­tantes, les sœurs Elisa­­betta et Fran­­cesca Grillo. Accu­­sées d’avoir volé 336 000 euros à la cheffe britan­­nique, celles-ci avaient en effet affirmé que cette somme leur avait été allouée en échange de leur silence concer­­nant un usage de drogue quoti­­dien. « En résumé, nous affir­­mons qu’elle avait un secret coupable vis-à-vis de son mari, main­­te­­nant ex-mari », avait dit leur avocat, Anthony Metzer, à la cour. « Elle ne voulait pas qu’il soit au courant de son usage de cocaïne. » Une version soute­­nue par l’ex-mari de Nigella Lawson, Charles Saat­­chi, dans un e-mail qui lui est adressé : « Bien sûr, main­­te­­nant les Grillo vont s’en tirer en disant que tu étais telle­­ment défon­­cée que tu as auto­­risé les sœurs à dépen­­ser tout ce qu’elles voulaient… Et oui, je crois tout ce qu’elles ont dit. »

Et un peu de sucre en poudre…

En France, le problème de l’ad­­dic­­tion à la cocaïne dans l’in­­dus­­trie de la restau­­ra­­tion peut sembler davan­­tage tabou. Et peut-être plus diffi­­cile à croire. Surtout si l’on a déjà vu les cuisi­­niers de Paul Bocuse s’af­­fai­­rer avec un calme olym­­pien à travers une large vitre, dans l’Au­­berge du Pont de Collonges, près de Lyon. Mais un repor­­tage de l’émis­­sion « Complé­­ment d’enquête » diffusé le 7 juillet 2016 montre bien que nos cuisines ne sont pas épar­­gnées. Dans ce repor­­tage, Cédric, qui est alors âgé de 23 ans et qui en a passé huit derrière les four­­neaux, dit avoir « fait l’ex­­pé­­rience, dans un restau­­rant étoilé, avec un chef média­­tisé qui reve­­nait le nez blanc du vestiaire, du mélange canna­­bis-cocaïne, explo­­sif pendant le service »

Cédric fume du canna­­bis tous les jours depuis qu’il a commencé à travailler dans la restau­­ra­­tion.

Un autre de ses chefs, Thierry, a tout vu dans les cuisines : cocaïne, amphé­­ta­­mines, ecstasy, héroï­­ne… Il détaille ses propres habi­­tudes de consom­­ma­­tion, à commen­­cer par « un petit rail le matin pour se remettre de la jour­­née épui­­sante de la veille, jusqu’à deux grammes de cocaïne par jour, 160 euros par jour mini­­mum ». Évoque « les parties de rigo­­lade », mais aussi « les engueu­­lades qui en viennent parfois aux mains » lorsque la drogue vient à manquer Cédric fume du canna­­bis tous les jours depuis qu’il a commencé à travailler dans la restau­­ra­­tion. « Chacun sa drogue en fonc­­tion de son salaire et de son grade : plus tu as de respon­­sa­­bi­­li­­tés, plus tu as de pres­­sion. Canna­­bis et alcool pour les commis, cocaïne pour les chefs. »

Dès 2012, une étude publiée par l’Ins­­ti­­tut natio­­nal de préven­­tion et d’édu­­ca­­tion pour la santé (INPES) révé­­lait la vulné­­ra­­bi­­lité de ces métiers face aux risques d’ad­­dic­­tion. 26,9 % des personnes employées dans le secteur de l’hô­­tel­­le­­rie-restau­­ra­­tion recon­­nais­­saient une consom­­ma­­tion impor­­tante d’al­­cool. L’usage quoti­­dien du tabac (44,7 %) et du canna­­bis (12,9 %) dépas­­saient nette­­ment la moyenne natio­­nale (respec­­ti­­ve­­ment 33,5 % et 6,9 %), tout comme celui, occa­­sion­­nel, de la cocaïne (9,2 %) et des amphé­­ta­­mines (7,9 %). Néan­­moins, selon cette étude, c’est le secteur de la construc­­tion qui arrive en tête du clas­­se­­ment en matière de consom­­ma­­tion d’al­­cool. Pour le canna­­bis, celui des arts et spec­­tacles, avec 16,6 % de consom­­ma­­teurs dans l’an­­née contre 12,9 % dans l’hô­­tel­­le­­rie-restau­­ra­­tion. Tout comme pour la cocaïne. La fameuse poudre blanche a été consom­­mée au moins une fois dans leur vie par 9,8 % des repré­­sen­­tants du secteur des arts et spec­­tacle, contre 9,2 % dans l’hô­­tel­­le­­rie-restau­­ra­­tion, 6,9 % dans l’in­­for­­ma­­tion-commu­­ni­­ca­­tion, 5,6 % dans la construc­­tion, et 3,8 % pour l’en­­semble des actifs. Par ailleurs, la consom­­ma­­tion de cocaïne a augmenté dans l’en­­semble de la société. Et ce, dans toute l’Eu­­rope occi­­den­­tale. « La cocaïne n’est plus réser­­vée aux milieux festifs et bran­­chés »,  constate en effet le président du comité scien­­ti­­fique de l’as­­so­­cia­­tion SOS addic­­tions, Laurent Karila. « Aujourd’­­hui, on voit tous les profils dans nos consul­­ta­­tions : des artistes, des PDG, des chômeurs, des commerçants, des mères au foyer… »

De la coke dans l’as­­siette
Crédits : Big Beaver Diaries

Alors pourquoi sans cesse épin­­gler le milieu de la restau­­ra­­tion ? se demandent les amis de Tom Norring­­ton-Davies : « Des chefs à qui j’ai parlé insistent sur le fait qu’ils connaissent des méde­­cins, des infir­­mières, des traders et des jour­­na­­listes qui sont dedans aussi, et ils se demandent pourquoi leur profes­­sion est soudai­­ne­­ment montrée du doigt ». Peut-être parce que la coke fait davan­­tage parler, et donc vendre, que le sucre en poudre.


Couver­­ture : Un peu de sucre en poudre. (DR/Ulyces.co)


 

Down­load Best WordP­ress Themes Free Down­load
Free Down­load WordP­ress Themes
Down­load WordP­ress Themes Free
Free Down­load WordP­ress Themes
free down­load udemy course
Download Premium WordPress Themes Free
Download Premium WordPress Themes Free
Free Download WordPress Themes
Download WordPress Themes
download udemy paid course for free

Plus de monde

Comment en finir avec le plas­tique ?

136k 16 mai 2019 stories . monde

Sommes-nous en pleine cyber­guerre mondiale ?

204k 16 mai 2019 stories . monde

À quoi ressem­blera la Birma­nie du futur ?

274k 14 mai 2019 stories . monde