par Fredrick Jenet | 12 mai 2016

LISEZ ICI LA PREMIÈRE PARTIE DE L’HISTOIRE

Tout l’or du monde

En 2001, Blan­­chard condui­­sait dans les envi­­rons d’Ed­­mon­­ton quand il vit une nouvelle succur­­sale du Trésor de l’Al­­berta en train d’être construite. Son algo­­rithme interne calcula que le risque était faible, et il commença à exami­­ner la cible méti­­cu­­leu­­se­­ment. Trois ans s’étaient écou­­lés depuis le vol de l’étoile de Sissi, et cette fois-ci il allait essayer quelque chose de nouveau.


ulyces-geraldblanchard-07
Une serrure de sécu­­rité Mas-Hamil­­ton

Pendant que la banque était en construc­­tion, Blan­­chard se glis­­sait fréquem­­ment à l’in­­té­­rieur – parfois la nuit, parfois en plein jour, déguisé en livreur ou en ouvrier du chan­­tier. La sécu­­rité est moindre tant que l’argent n’est pas là, et cela permit à Blan­­chard d’ins­­tal­­ler diffé­­rents appa­­reils de surveillance dans la salle des guichets. Il savait quand les machines étaient instal­­lées et de quel genre de serrures elles dispo­­saient. Il comman­­dait les mêmes sur Inter­­net et en déchif­­frait le méca­­nisme de chez lui. Plus tard, il retourna au Trésor de l’Al­­berta pour désas­­sem­­bler, désac­­ti­­ver et remon­­ter les serrures. Il n’avait que 60 000 dollars à récu­­pé­­rer à la banque, mais le fris­­son lui impor­­tait plus que l’argent. L’am­­bi­­tion de Blan­­chard s’était accrue, tout comme sa tech­­nique. Comme l’ob­­serve Flana­­gan, Blan­­chard avait toujours eu à cœur de déjouer le système, et il y parve­­nait de mieux en mieux. Blan­­chard prit pour cible une demi-douzaine de banques au cours des années qui suivirent. Il s’in­­fil­­trait dans les conduits d’air-condi­­tionné, se contor­­sion­­nant parfois pour passer à travers des passages très étroits. D’autres fois, il croche­­tait les serrures. S’il y avait des capteurs infra­­rouges, il utili­­sait des lunettes IR pour voir les rayons. Ou bien il se conten­­tait de trom­­per les capteurs en bloquant les rayons avec un chan­­ging bag étanche à la lumière. Il se construi­­sit un véri­­table arse­­nal d’ou­­tils : camé­­ras ther­­miques de vision nocturne, télé­objec­­tifs, antennes à gain élevé capables de capter les flux en prove­­nance des enre­­gis­­treurs audio et vidéo qu’il cachait dans les banques, ainsi que des scan­­ners program­­més avec des clés chif­­frées pour capter les fréquences de la police. Il avait toujours un kit du cambrio­­leur à la main conte­­nant des cordes, des uniformes, des camé­­ras et des micro­­phones.

Dans la succur­­sale d’Ed­­mon­­ton de la Banque de Nova Scotia, qu’il frappa en 2002, il installa un panneau de métal près des conduits d’aé­­ra­­tion pour créer un vide sani­­taire secret dans lequel il pour­­rait dispa­­raître si jamais il était surpris par la police. Il n’eut cepen­­dant jamais besoin d’y recou­­rir, en partie car Blan­­chard avait aussi mémo­­risé les méca­­nismes des serrures de sécu­­rité Mas-Hamil­­ton et La Gard que de nombreuses banques utili­­saient pour leurs machines auto­­ma­­tiques. (Il s’agit de grosses machines très complexes, et lorsque la police inter­­­ro­­gea Blan­­chard par la suite, ils lui amenèrent une serrure Mas-Hamil­­ton désas­­sem­­blé en dizaines de pièces. Il ne lui fallut que 40 secondes pour la remon­­ter, et les poli­­ciers restèrent éber­­lués.) Blan­­chard avait égale­­ment appris comment se chan­­ger en quelqu’un d’autre. Parfois, il lui suffi­­sait juste d’en­­fi­­ler un casque de protec­­tion jaune acheté dans un maga­­sin de brico­­lage. Mais il arri­­vait qu’il s’in­­ves­­tisse davan­­tage. Blan­­chard finit par utili­­ser des certi­­fi­­cats de mariage et de baptême qui parais­­saient vrais – remplis aux noms qu’on croyait être les siens – pour obte­­nir de véri­­tables permis de conduire.

ulyces-geraldblanchard-08
Blan­­chard en vacances
Crédits : Gerald Blan­­chard

Il arri­­vait même qu’il prenne des leçons de conduite, qu’il fasse des demandes de passe­­ports, ou qu’il s’ins­­crive pour suivre des cours à l’uni­­ver­­sité sous l’un de ses nombreux alias : James Gehman, Daniel Wall ou Ron Aikins. Avec l’aide de maquillage, de lunettes ou d’une tein­­ture de cheveux, Blan­­chard donnait à chacun, James, Daniel, Ron et les autres, un look diffé­rent . Avec les années, Blan­­chard se procura et conserva des docu­­ments d’iden­­tité et des uniformes prove­­nant de diffé­­rentes entre­­prises de sécu­­rité, et même des auto­­ri­­tés. Parfois, juste pour s’amu­­ser et pour voir si cela pouvait marcher, il se faisait passer pour un jour­­na­­liste pour pouvoir traî­­ner avec des célé­­bri­­tés. Il se fabriqua des pass VIP et demanda des cartes de presse pour pouvoir assis­­ter à des matchs de foot­­ball améri­­cain ou faire un tour sur le circuit de l’In­­dia­­na­­po­­lis Motor Speed­­way avec la légende de la course auto­­mo­­bile Mario Andretti. Il rencon­­tra le prince de Monaco lors d’une course de yachts à Monte Carlo et inter­­­viewa Chris­­tina Agui­­lera à l’un de ses concerts.

C’est là, en juillet 2000, que Blan­­chard rencon­­tra Angela James. Elle avait de longs cheveux noirs et préten­­dait travailler pour Ford Models. Ils s’en­­ten­­dirent immé­­dia­­te­­ment et Blan­­chard fut envahi par un senti­­ment d’exal­­ta­­tion lorsqu’elle lui donna son numéro. Il sentit que l’ado­­les­­cente n’avait rien contre le crime – il pour­­rait comp­­ter sur elle s’il avait besoin d’aide. Blan­­chard aimait avoir une complice. James était très drôle, elle adorait faire la fête et elle avait beau­­coup de temps libre. Elle finit par aider Blan­­chard avec les banques. Ils procé­­daient ensemble aux opéra­­tions de recon­­nais­­sance en plein jour, et les atours de la belle servait de distrac­­tion pendant que Blan­­chard rassem­­blait des infor­­ma­­tions. La nuit, elle faisait le guet. Bien qu’il ne se passât jamais rien entre eux, James et Blan­­chard voya­­gèrent ensemble autour du monde, faisant des haltes régu­­lières dans les Caraïbes pour y entre­­po­­ser son butin sur des comptes offshore. Ils séjour­­naient dans des hôtels de luxe en Jamaïque et dans les îles Turques-et-Caïques, dépo­­sant de l’argent par paliers de 10 000 dollars sur les comptes que déte­­naient Blan­­chard sous 13 pseu­­do­­nymes. L’argent sur les comptes offshore servait à finan­­cer sa vie de jet-setteur. Tandis que l’argent qu’il avait au Canada finançait ses tran­­sac­­tions immo­­bi­­lières. Quant aux fonds qu’il entre­­po­­sait en Europe, c’était au cas où il lui arri­­ve­­rait quelque chose.

ulyces-geraldblanchard-09
L’en­­droit idéal pour dissi­­mu­­ler de l’argent
Crédits : Beaches

Le crime (presque) parfait

Après minuit le samedi 15 mai 2004, tandis que l’hi­­ver du nord des Prai­­ries cédait fina­­le­­ment la place au prin­­temps, Blan­­chard se tenait devant la porte d’en­­trée de la Banque cana­­dienne impé­­riale de commerce dans le Mega Centre, un déve­­lop­­pe­­ment subur­­bain de Winni­­peg. Il crocheta rapi­­de­­ment la serrure, se glissa à l’in­­té­­rieur et referma la porte à clé derrière lui. Il s’agis­­sait d’une succur­­sale toute neuve qui était censée ouvrir le lundi suivant, et Blan­­chard savait que les machines avaient été remplies le vendredi. Plus minu­­tieux que jamais, Blan­­chard avait passé les nuits précé­­dentes à infil­­trer la banque pour faire de la recon­­nais­­sance ou trafiquer les serrures, tandis que James faisait le guet, obser­­vant les alen­­tours avec des jumelles et tenant son complice au courant de la situa­­tion via un talkie-walkie à fréquence cryp­­tée. Il avait placé un trans­­met­­teur derrière une prise élec­­trique, une minus­­cule caméra dans un ther­­mo­s­tat, ainsi qu’un simple inter­­­phone bébé derrière le mur. Il avait même installé des poignées sur les panneaux de cloi­­sons pour qu’il puisse les reti­­rer et entrer et sortir de la salle des distri­­bu­­teurs. Blan­­chard avait aussi pris les mesures détaillées de la pièce avant d’en repro­­duire une version gros­­sière dans l’ate­­lier d’un ami vivant tout près d’ici. Avec de l’en­­traî­­ne­­ment, il avait réussi à réduire son temps d’opé­­ra­­tion à tel point qu’il n’avait besoin que de 90 secondes après que l’alarme fut déclen­­chée pour finir et s’échap­­per avec sa prise. Tandis que Blan­­chard appro­­chait, il vit que la porte de la salle des distri­­bu­­teurs était déver­­rouillée et grande ouverte. Que voulez-vous, parfois vous avez de la chance. Tout ce qu’il avait à faire, c’était d’en­­trer à l’in­­té­­rieur.

ulyces-geraldblanchard-10
Blan­­chard voya­­geait tout autour du monde
Crédits : Gérald Blan­­chard

À partir de là, il connais­­sait la chan­­son par cœur. Il y avait sept machines, dont chacune était pour­­vue de quatre tiroirs. Il se mit au travail rapi­­de­­ment, usant de toute la tech­­nique néces­­saire pour provoquer l’ou­­ver­­ture des machines sans dégât révé­­la­­teur. Le tour était bien répété et Blan­­chard vida le contenu des boîtes pleines d’argent et de plusieurs comp­­toirs avant de refer­­mer la porte derrière lui et de se diri­­ger vers le van qu’il avait garé non loin. Huit minutes après que Blan­­chard eut forcé le premier distri­­bu­­teur, les services de police de Winni­­peg arri­­vèrent sur les lieux, en réponse à l’alarme. Cepen­­dant, les offi­­ciers trou­­vèrent les portes closes et en conclurent que l’alarme avait dû se déclen­­cher par erreur. Tandis qu’ils conve­­naient qu’il s’agis­­sait d’une fausse alerte, Blan­­chard se faisait la malle avec plus d’un demi-million de dollars.

Le lende­­main matin fut décon­­cer­­tant pour les auto­­ri­­tés. Il n’y avait aucune trace d’ef­­frac­­tion sur la porte, aucune empreinte digi­­tale, et pas le moindre enre­­gis­­tre­­ment des camé­­ras de surveillance – Blan­­chard avait volé les disques durs stockant les images des camé­­ras de surveillance de la banque. Sans comp­­ter que le propre équi­­pe­­ment de surveillance de Blan­­chard conti­­nuait à trans­­mettre depuis l’in­­té­­rieur de la salle des distri­­bu­­teurs, ainsi, avant qu’il ne quitte la ville, il put entendre les enquê­­teurs discu­­ter. Il connais­­sait leurs noms ; il connais­­sait leurs pistes. Il appela le mana­­ger de la banque sur son portable ainsi que la police, se présen­­tant comme un infor­­ma­­teur anonyme qui avait été impliqué dans le vol et s’était fait voler sa part. C’était un coup des four­­nis­­seurs, disait-il un jour. Ou du gars de la Brinks, un autre. Non, c’était les types de l’en­­tre­­tien. Ses tuyaux étaient parti­­cu­­liè­­re­­ment convain­­cants car il avait connais­­sance d’une infor­­ma­­tion que seul quelqu’un d’im­­pliqué dans l’af­­faire pouvait connaître : l’un des distri­­bu­­teurs de la banque n’avait pas été touché. Blan­­chard l’avait fait exprès pour qu’il fût plus facile de semer la confu­­sion. Avec ces poli­­ciers dépas­­sés par les événe­­ments et lancés sur des fausses pistes, le casse de Winni­­peg avait tout l’air du crime parfait. Mais les auto­­ri­­tés reçurent un coup de fil de la part d’un employé vigi­­lant du Walmart d’à côté, qui parta­­geait son parking avec la banque. Il était agacé de voir des gens lais­­ser leurs véhi­­cules ici, aussi avait-il décidé de lui-même de surveiller le parking. La nuit du casse, il repéra une Dodge Cara­­van bleue garée près de la banque. En voyant à l’in­­té­­rieur un chariot et d’autre maté­­riel, il releva conscien­­cieu­­se­­ment le numéro de plaque d’im­­ma­­tri­­cu­­la­­tion. La police procéda à une véri­­fi­­ca­­tion. Le véhi­­cule avait été loué à Avis par un certain Gerald Daniel Blan­­chard.

Project Kite

Le fait que Blan­­chard fît usage de son vrai nom était aussi négligent que les empreintes digi­­tales que la police trouva à l’in­­té­­rieur du van qu’il avait rapporté à l’en­­tre­­prise de loca­­tion. Bien­­tôt, la police était sur ses traces. Le casse faisait montre d’une telle sophis­­ti­­ca­­tion que l’enquête tomba aux mains de l’unité des Crimes Majeurs de Winni­­peg. Mais Blan­­chard – à présent divorcé et vivant avec sa petite amie, Lynette Tien –, avait appris qu’il était devenu un suspect, aussi se tint-il éloi­­gné de leur vue. Deux années passèrent, et nombre des enquê­­teurs qui avaient étudié les pistes initiales étaient partis en retraite ou avaient été trans­­fé­­rés.

ulyces-geraldblanchard-11
Les inspec­­teurs Larry Levas­­seur et Mitch McCor­­mick
Crédits : John Midgley

L’af­­faire atter­­rit dans les dossiers non-réso­­lus jusqu’à ce qu’au début de l’an­­née 2006, Mitch McCor­­mick, un agent expé­­ri­­menté âgé d’une cinquan­­taine d’an­­nées, commença à travailler sur les crimes dits majeurs et décida de jeter un œil au cambrio­­lage non-résolu. Intri­­gué, il appela son collègue de longue date Larry Levas­­seur, un as des écoutes qui venait juste d’être trans­­féré à la divi­­sion des crimes commer­­ciaux. Par une nuit de début février, McCor­­mick et Levas­­seur s’as­­sirent au comp­­toir du King­s’s Head, leur repère de flics préféré. Levas­­seur descen­­dit plusieurs pintes de bière ambrée, et McCor­­mick prit son double sky habi­­tuel et un grand Coca. McCor­­mick le rencarda sur les pistes de Blan­­chard et lui donna un dossier à rempor­­ter chez lui. Les deux hommes étaient inté­­res­­sés, mais le patron de McCor­­mick était scep­­tique. Pourquoi dépen­­ser de l’argent pour recher­­cher un crimi­­nel qui commet­­tait la majeure partie de ses crimes hors de leur juri­­dic­­tion ? À la longue, pour­­tant, les deux flics entê­­tés firent un tel tapage avec cette histoire que le dépar­­te­­ment finit par céder. « Mais nous n’avions pas de moyens et il fallait qu’on monte une équipe à partir de zéro », dit McCor­­mick. « On a même dû s’ache­­ter nos propres Post-it. » Il ne tardèrent pas à remplir ces Post-it et à les dispo­­ser sur un tableau de liège, carto­­gra­­phiant le réseau tenta­­cu­­laire de Blan­­chard. L’af­­faire était écra­­sante, mais ils avaient fini par démê­­ler son éche­­veau de 32 fausses iden­­ti­­tés. Leurs examens préli­­mi­­naires montraient aussi que Blan­­chard était un suspect dans de nombreux crimes, parmi lesquels le vol non-résolu de l’étoile de Sissi près de dix ans plus tôt. Ils compi­­lèrent envi­­ron 275 pages de docu­­men­­ta­­tion, assez pour persua­­der un juge de les lais­­ser mettre sur écoute les 18 télé­­phones de Blan­­chard. Ils étaient lancés. Les choses prenaient un tour autre­­ment plus sérieux main­­te­­nant. Ils appe­­lèrent leur enquête Project Kite, le projet cerf-volant.

ulyces-geraldblanchard-12
Mitch McCor­­mick (à gauche) et Larry Levas­­seur
Crédits : Police de Winni­­peg

Habi­­tuel­­le­­ment, les écoutes sont un jeu de patience : les poli­­ciers écoutent des syndi­­cats du crime orga­­nisé pendant des années, en espé­­rant que quelqu’un fasse un faux-pas. Mais Blan­­chard, à leur grande surprise, était d’une indis­­cré­­tion rare. Le deuxième week-end après le début des écoutes, McCor­­mick et Levas­­seur l’en­­ten­­dirent donner des direc­­tives à une équipe d’exé­­cu­­tants dans une fraude de retour de produit dans un maga­­sin discount. D’autres arnaques suivirent. Ils l’en­­ten­­dirent mani­­gan­­cer ses tran­­sac­­tions immo­­bi­­lières. Ils l’en­­ten­­dirent se prépa­­rer à son prochain casse. Ils apprirent l’exis­­tence d’un vaste réseau crimi­­nelle très sophis­­tiqué. McCor­­mick et Levas­­seur se firent la réflexion que pour un crimi­­nel intel­­li­gent, ce type parlait beau­­coup.

Puis, le 16 novembre 2006, Blan­­chard reçut un coup de télé­­phone parti­­cu­­liè­­re­­ment intri­­guant. « Bonjour, Danny », dit un homme avec un accent britan­­nique prononcé. « Tu es prêt ? J’ai un job pour toi. Quand peux-tu venir au Caire ? » McCor­­mick et Levas­­seur écou­­tèrent avec stupé­­fac­­tion Blan­­chard recru­­ter immé­­dia­­te­­ment une petite équipe pour en rencon­­trer une autre en Égypte. Blan­­chard faisait réfé­­rence à son contact comme au Boss – il ne pouvait pas pronon­­cer son vrai nom – et expliqua à ses sbires qu’il y avait beau­­coup d’argent à se faire avec lui. James était partante. Mais ses parents étaient de passage en ville et sa mère ne voulait pas qu’elle y aille. James passa sa mère à Blan­­chard pour qu’il puisse convaincre la femme de donner la permis­­sion à sa fille de joindre à lui pour une esca­­pade crimi­­nelle autour du globe. « Nous allons nous faire beau­­coup d’argent », lui dit-il. « Mais ne vous inquié­­tez pas, tout ira bien. »

ulyces-geraldblanchard-13
Lynette Tien, la petite amie de Blan­­chard
Crédits : Gérald Blan­­chard

Plusieurs de ses complices habi­­tuels ne pouvaient pas en être, aussi Blan­­chard appela-t-il son voisin, un immi­­grant congo­­lais du nom de Balume Kashongwe. Quand Blan­­chard lui expliqua en quoi consis­­tait le boulot, Kashongwe se porta volon­­taire immé­­dia­­te­­ment. Son équipe formée, Blan­­chard se dit que tout irait comme sur des roulettes. « Qu’est-ce qui pour­­rait bien clocher ? » Quelques heures à peine après l’ap­­pel du Boss, Blan­­chard, Kashongwe et James prirent le chemin des airs, direc­­tion Le Caire. Blan­­chard avait rencon­­tré le Boss pour la première fois quelques mois plus tôt à Londres, dans un maga­­sin d’élec­­tro­­nique. Il comprit tout de suite qu’ils étaient fait pour s’en­­tendre en jetant un coup d’œil aux achats du Boss : huit enre­­gis­­treurs DVR. Blan­­chard savait qu’on n’en ache­­tait pas tant sinon pour un boulot de surveillance. Ils enga­­gèrent la conver­­sa­­tion.

Plus tard ce jour-là, une voiture arriva pour conduire Blan­­chard à un café de Londres, où le Boss et une douzaine de ses sbires kurdes, la plupart venant du nord de l’Irak, l’at­­ten­­daient dans la cave, à fumer des nargui­­lés. Le Boss mit Blan­­chard au parfum sur son opéra­­tion, qui s’éten­­dait à travers l’Eu­­rope et le Moyen-Orient et incluait des acti­­vi­­tés crimi­­nelles diverses, comme la contre­­façon et la fraude. La dernière de ses acti­­vi­­tés s’ap­­pe­­lait le skim­­ming : récol­­ter des numé­­ros de cartes de crédit et de débit en péné­­trant le réseau RNIS que les entre­­prises utili­­saient pour les procé­­dures de paie­­ment. Le groupe fabriquait des cartes magné­­tiques de contre­­façon qu’ils gaufraient avec les numé­­ros volés, puis les utili­­sait pour reti­­rer le maxi­­mum que le permet­­tait les limites quoti­­diennes avant que la fraude de fût décla­­rée. Il s’agis­­sait d’une entre­­prise lucra­­tive pour le réseau du Boss, qui rever­­sait un bout de sa part à des sépa­­ra­­tistes kurdes en Irak. Confor­­mé­­ment à son surnom récent, le Boss donna à Blan­­chard un job d’es­­sai : prendre avec lui 25 cartes au Canada et reti­­rer de l’argent avec. Blan­­chard retourna à Londres avec 60 000 dollars en poche, et le Boss fut satis­­fait. Il trou­­vait égale­­ment le jeune homme char­­mant. « Nous avons quelque chose d’im­­por­­tant qui se prépare » dit-il à Blan­­chard lors d’un dîner dans un restau­­rant kurde. « Je te tien­­drai au courant. » Avec son job en poche, l’équipe de Blan­­chard arriva en Égypte et s’en­­re­­gis­­tra au Cairo Marriott Hotel & Omar Khayyam Casino, s’ins­­tal­­lant dans deux suites avec vue impre­­nable sur le Nil. Le lende­­main, trois hommes dont Blan­­chard se souve­­nait du café de Londres firent leur appa­­ri­­tion. Ils avaient avec eux envi­­ron 1 000 cartes pira­­tées, que le groupe commença immé­­dia­­te­­ment à utili­­ser par équipe de deux. Kashongwe et les Kurdes de Londres se fondaient sans problème dans la masse. Blan­­chard et James ache­­tèrent des burqas sur le souk pour leur servir de dégui­­se­­ments. Le Boss diri­­geait les opéra­­tions de Londres.

ulyces-geraldblanchard-14
Le Cairo Marriott Hotel & Omar Khayyam Casino
Crédits : Hikers Bay

Ils allaient de distri­­bu­­teur en distri­­bu­­teur, 12 heures par jour, reti­­rant des livres égyp­­tiennes qu’ils four­­raient dans leurs sacs à dos et dans des mallettes. Blan­­chard et James plièrent leur argent et le mirent dans des pochettes qu’ils glis­­saient sous leurs burqas. Et comme à son habi­­tude, Blan­­chard filmait toute l’aven­­ture : leurs longues marches dans les rues byzan­­tines du Caire, leurs haltes dans la ville, et l’argent qui coulait à flots. Depuis leur austère bureau de Winni­­peg, McCor­­mick et Levas­­seur surveillaient les boîtes mail de leur cible et ses appels à Tien, qui s’oc­­cu­­pait d’or­­ga­­ni­­ser les voyages et autres détails admi­­nis­­tra­­tifs depuis l’ap­­par­­te­­ment de Blan­­chard à Vancou­­ver. Les poli­­ciers cana­­diens étaient stupé­­faits. Ils n’avaient jamais imaginé qu’ils tombe­­raient sur quelque chose d’aussi énorme. Ils apprirent que le butin s’em­­pi­­lait sur 1,20 mètre dans les suites du Marriott. Et enfin, ils apprirent que les choses avaient dérapé.

Le château de cartes

En l’es­­pace d’une semaine, l’équipe avait collecté l’équi­­valent de plus de deux millions de dollars. Mais les paie­­ments de chaque distri­­bu­­teur étaient petits. Aussi après deux jours, Blan­­chard envoya Kashongwe au sud, à Nairobi, au Kenya, avec 50 cartes en poche pour trou­­ver des machines plus géné­­reuses. Mais Kashongwe n’avait pas de télé­­phone portable, et il ne donna bien­­tôt plus aucune nouvelle. Bien­­tôt, il fut évident que Kashongwe leur avait filé entre les doigts. Blan­­chard n’était pas content. Et le Boss non plus. Blan­­chard était dedans jusqu’au cou. Durant sa longue carrière crimi­­nelle, aucun coup de feu n’avait jamais été tiré. Le Boss, lui, semblait décidé à chan­­ger cela. Blan­­chard promit de retrou­­ver Kashongwe. « Bien », dit le Boss. « Autre­­ment, c’est nous qui le trou­­ve­­rons. Et nous ne serons pas contents quand ce sera le cas. »

070601_arrested
Le réseau de Blan­­chard

McCor­­mick et Levas­­seur écou­­tèrent tous les appels qui entraient et sortaient du Caire à mesure que la tempé­­ra­­ture montait. Ils enten­­daient Blan­­chard appe­­ler Tien à Vancou­­ver, en essayant déses­­pé­­ré­­ment de joindre Kashongwe. Il appela la sœur de ce dernier à Bruxelles et son frère dans l’Ot­­tawa. Il semblait pris de fréné­­sie à certains moments. Mais Blan­­chard n’eut pas de chance : Kashongwe avait disparu. Les choses empi­­rèrent davan­­tage quand le Boss dit à Blan­­chard qu’il ne pour­­rait pas quit­­ter le Caire avant que les cartes manquantes ne soient rembour­­sées. Deux hommes débarquèrent pour « les avoir à l’œil ». Les suites du Marriott se trans­­for­­mèrent en prise d’otages. Mais le Boss n’était pas immu­­nisé au charme natu­­rel de Blan­­chard. Il endossa toute la respon­­sa­­bi­­lité et promit de rembour­­ser person­­nel­­le­­ment la part de Kashongwe, avant d’ex­­pliquer calme­­ment que James n’avait rien à voir avec cette affaire dans laquelle ils s’étaient fait doubler. Le Boss dit fina­­le­­ment à ses hommes de lais­­ser James partir. Puis il accepta de lais­­ser Blan­­chard venir à Londres pour régler les choses en personnes. « Je suis très honnête avec ce genre de choses », dit Blan­­chard. « Et le Boss voyait bien que j’étais prêt à endos­­ser la respon­­sa­­bi­­lité de ce qu’a­­vait fait Kashongwe. » Les deux hommes s’en­­ten­­dirent pour mettre de côté le problème de Kashongwe dans l’in­­té­­rêt des affaires. Les hommes du Boss vien­­draient appor­­ter de nouvelles cartes à Blan­­chard au Canada. « C’est vrai », dit Blan­­chard, « pourquoi se serait-on on battu alors qu’il y avait davan­­tage d’argent à se faire ? »

~

Le 3 décembre 2006, Blan­­chard atter­­rit à Vancou­­ver, où il loua immé­­dia­­te­­ment une voiture et condui­­sit jusqu’à une succur­­sale de la Banque de Nova Scotia, à une centaine de kilo­­mètres à l’est de Chil­­li­­wack. Il avait commencé à prépa­­rer le cambrio­­lage de la banque avant son voyage. Le fiasco provoqué par Kashongwe avait presque coûté tout son butin à Blan­­chard, et il cher­­chait à présent à se refaire de façon satis­­fai­­sante. Il esti­­mait que Chil­­li­­wack lui rappor­­te­­rait 800 000 dollars, et il travaille­­rait pendant les vacances pour y arri­­ver. McCor­­mick et Levas­­seur avait déjà été de service pendant les vacances aupa­­ra­­vant, mais ils n’avaient jamais travaillé sur une affaire qui leur deman­­dait autant. Ils passaient 18 heures par jour à leur quar­­tier géné­­ral impro­­visé ou au King’s Head, passant en revue les retrans­­crip­­tions et les preuves. Les heures sup’ n’étaient pas payées. Le stress et la fatigue s’in­­ten­­si­­fiaient, de même que la pres­­sion de leurs supé­­rieurs. ulyces-geraldblanchard-15Heureu­­se­­ment pour eux, le désar­­roi de Blan­­chard aggra­­vait ses erreurs. Aussi­­tôt après son atter­­ris­­sage, McCor­­mick et Levas­­seur écou­­tèrent Blan­­chard en live parler du Caire, de sa prochaine banque, et du peu qu’il savait de ce que Kashongwe était devenu.

Pendant que Blan­­chard faisait route pour Chil­­li­­wack, ils les écou­­tèrent, lui et le Boss, discu­­ter des détails de l’ar­­ri­­vée d’une équipe à Montréal le lende­­main. McCor­­mick et Levas­­seur appe­­lèrent les agents de l’aé­­ro­­port de Montréal en leur donnant les noms et le numéro du vol. Tandis que les cibles arpen­­taient l’aé­­ro­­port, les flics les encer­­clèrent. Toute l’équipe fut arrê­­tée, et la police saisit des dizaines de cartes de crédit vierges, un lecteur de cartes magné­­tiques, et des ordi­­na­­teurs débor­­dant de preuves qui comblèrent les trous qui subsis­­taient au sujet de l’opé­­ra­­tion du Caire. Et cerise sur le gâteau, les disques durs conte­­naient aussi certaines des vidéos amateurs que Blan­­chard avait réali­­sées pour le job. À présent, la police ne l’en­­ten­­dait plus seule­­ment parler de crimes, ils le voyaient les commettre.

~

Le Boss appela dès le lende­­main, paniqué. Mais l’ap­­pel parvint à Blan­­chard à un moment inop­­por­­tun. « Je ne peux pas parler main­­te­­nant », murmura Blan­­chard. « Je suis en train de faire mon truc dans la banque en ce moment-même. » Il était 12 h 30, et Blan­­chard se tortillait dans les conduits d’aé­­ra­­tion de la banque. « Écoute, mes hommes ont été arrê­­tés à l’aé­­ro­­port et j’ai besoin de savoir pourquoi », dit le Boss. Blan­­chard traçait soigneu­­se­­ment son chemin à travers les conduits, en route pour la salle des distri­­bu­­teurs. Son oreillette était bran­­chée et son télé­­phone était en réponse auto­­ma­­tique, au cas où il serait prévenu que la police était tout prêt. « Qu’est-ce qu’il se passe avec mes hommes à Montréal ? » demanda le Boss. « Ils se sont fait coffrer ! » « Je n’en ai aucune idée », a répondu douce­­ment Blan­­chard. « Mais que les doua­­niers aient été au courant me semble faire un peu trop de coïn­­ci­­dences. Les télé­­phones doivent être sur écoute. » Le Boss conti­­nua à le pres­­ser, lui deman­­dant des nouvelles de Kashongwe, mais Blan­­chard l’in­­ter­­rom­­pit. « Je regarde en bas. Il y a un agent de sécu­­rité en-dessous de moi », dit-il dans un souffle. Il était engagé profon­­dé­­ment dans le bâti­­ment et cela rendrait diffi­­cile toute sortie préci­­pi­­tée s’il venait à avoir besoin d’une issue de secours. « J’ai trop investi dans ce boulot », dit-il. « Il faut que j’y aille. » « Il faut qu’on arrange ça, Danny », dit le Boss.

ulyces-geraldblanchard-16
Blan­­chard dans sa maison de tran­­si­­tion
Crédits : John Midgley

Tandis que Blan­­chard répon­­dait en murmu­­rant, McCor­­mick et Levas­­seur remon­­taient à la source de l’ap­­pel. Ils savaient à présent que Blan­­chard visait la Banque de Nova Scotia à Chil­­li­­wack. Fin janvier, des enquê­­teurs de Toronto, Edmon­­ton et Vancou­­ver aussi bien que des services de police provin­­ciaux s’étaient joint à la petite opéra­­tion de McCor­­mick et Levas­­seur. « Le filet était prêt à être remonté », dit McCor­­mick.

Chat noir, chat blanc

À 4 h du matin le 23 janvier 2007, plus d’une douzaine de membres du SWAT prirent d’as­­saut l’ap­­par­­te­­ment de Blan­­chard à Vancou­­ver, où ils trou­­vèrent Blan­­chard et Tien. D’autres mandats d’ar­­rêt avaient été mis à exécu­­tion simul­­ta­­né­­ment à travers tout le Canada, condui­­sant à l’ar­­res­­ta­­tion d’une demi-douzaine de complices, parmi lesquels Angela James et le cousin de Blan­­chard, Dale Fedo­­ruk. Blan­­chard fut arrêté. Dans ses diffé­­rentes rési­­dences et aires de stockage, la police confisqua dix palettes de maté­­riel : 60 000 docu­­ments, du liquide dans des devises diffé­­rentes, des fumi­­gènes, des armes à feu, et 300 appa­­reils élec­­tro­­niques parmi lesquels des impri­­mantes de cartes profes­­sion­­nelles, des lecteurs de cartes, et tout l’équi­­pe­­ment de surveillance imagi­­nable. Dans son appar­­te­­ment, la police décou­­vrit une pièce cachée pleine de kits de cambrio­­lage, ainsi que tous les docu­­ments rela­­tifs aux fausses iden­­ti­­tés de Blan­­chard, bien orga­­ni­­sés et clas­­sés par objet. Il fut au départ accusé de 41 crimes, allant de la fraude à la posses­­sion d’ins­­tru­­ments pour fabriquer des cartes de crédit. Le Boss appela Blan­­chard en prison. « Pourquoi toi, Danny ? » demanda-t-il. « Pourquoi un  pate­­lin comme Winni­­peg s’est-il donné tant de mal ? Tu as dû te mettre l’es­­ta­­bli­sh­­ment à dos. Comme on dit en Angle­­terre : Si tu cherches des poux à la reine, tu as les chiens après toi. » McCor­­mick et Levas­­seur enten­­dirent alors Blan­­chard répondre qu’il ne s’agis­­sait ni de l’es­­ta­­bli­sh­­ment, ni de la reine. « C’étaient ces flics de Winni­­peg… »

ulyces-geraldblanchard-18
Un tout jeune génie du crime
Crédits : Gérald Blan­­chard

Blan­­chard dit qu’il aurait pu s’échap­­per de prison, mais que cela n’avait aucun sens. La police avait des preuves par-dessus la tête, incluant 120 enre­­gis­­tre­­ments audio et vidéo détaillant toute l’opé­­ra­­tion. Ils fini­­raient par le retrou­­ver, et il en avait marre de courir de toute façon. Blan­­chard refusa de dire quoi que ce soit au sujet de ses asso­­ciés, mais il finit par déci­­der de coopé­­rer avec les auto­­ri­­tés pour son propre cas. « C’est un type flam­­boyant », dit McCor­­mick. « Et un extra­­­verti, qui enre­­gistre tout. Il y avait une partie de lui qui tenait à racon­­ter son histoire. » Il avait égale­­ment une autre moti­­va­­tion : révé­­ler ses méthodes aide­­rait l’in­­dus­­trie bancaire à amélio­­rer ses pratiques de sécu­­rité, et cela pour­­rait allé­­ger sa peine de prison. Le premier jour où Levas­­seur s’as­­sit avec Blan­­chard à Vancou­­ver, l’enquê­­teur eut l’im­­pres­­sion de « parler à un mur ». Mais au cours des entre­­tiens suivants, Blan­­chard se montra plus cour­­tois et coopé­­ra­­tif. Fina­­le­­ment, après des négo­­cia­­tions menées par l’in­­ter­­mé­­diaire de son avocat, Blan­­chard proposa de les guider vers l’étoile de Sissi. « Elle se trouve dans la cave de la maison de ma grand-mère à Winni­­peg », dit-il. Blan­­chard avait essayé de ne pas causer d’en­­nuis à sa famille depuis le début de l’af­­faire – il ne voulait pas les embar­­ras­­ser davan­­tage. Mais à présent il devait appe­­ler. « J’ai besoin de venir à la maison », dit-il. « Et je serai accom­­pa­­gné de la police. »

ulyces-geraldblanchard-19
L’étoile de Sissi retrou­­vée
Crédits : Police de Winni­­peg

Blan­­chard, menotté et des chaînes aux jambes, étrei­­gnit sa grand-mère sur le pas de la porte et condui­­sit McCor­­mick et Levas­­seur direc­­te­­ment à la cave. Il dispa­­rut dans un vide sani­­taire avec Levas­­seur. Fina­­le­­ment, Levas­­seur enleva un carré de panneau isolant et en sortit l’étoile. Ils l’ame­­nèrent à la lumière, où les inspec­­teurs s’émer­­veillèrent devant la beauté de la pièce. Ils n’avaient jamais rien vu de pareil. Cela marqua la fin de près d’un mois de débrie­­fing. Les poli­­ciers avaient compris certaines choses, mais Blan­­chard élucida tout le reste pour eux. « Dans la police, un malfai­­teur ne vous dit jamais comment il s’y est pris jusqu’au dernier détail », dit McCor­­mick. « Et pour­­tant c’est ce qu’il a fait. » Après avoir passé tant de temps à pour­­chas­­ser Blan­­chard – puis en lui parlant –, McCor­­mick et Levas­­seur déve­­lop­­pèrent un respect amusé à l’égard de ses apti­­tudes. Et Blan­­chard en vint à admi­­rer le cœur qu’ils avaient mis à l’ou­­vrage pour lui mettre la main au collet.

Comme un hacker acculé qui sort de l’ombre pour deve­­nir un white hat, Blan­­chard accepta un nouveau défi : travailler pour le système de l’in­­té­­rieur. Il fut une source si précieuse d’in­­for­­ma­­tion que McCor­­mick et Levas­­seur furent capable de les rassem­­bler en une présen­­ta­­tion de huit heures à desti­­na­­tion des auto­­ri­­tés et des profes­­sion­­nels de la banque. « Quand ces types ont entendu ce que Blan­­chard nous avait dit », dit McCor­­mick, « on a pu les entendre serrer les fesses. » On prit la pleine mesure de la parti­­ci­­pa­­tion de Blan­­chard lorsqu’il plaida coupable pour 16 condam­­na­­tions le 7 novembre 2007. Il accepta de vendre ses quatre appar­­te­­ments pour payer sa dette auprès du gouver­­ne­­ment cana­­dien. Et il se dit prêt à écoper d’une plus longue peine en l’échange de la clémence vis-à-vis de ses coac­­cu­­sés, à propos desquels il refusa de témoi­­gner. Aucun de ses parte­­naires n’alla en prison. Blan­­chard surprit égale­­ment le tribu­­nal lorsqu’il fit pronon­­cer une décla­­ra­­tion inha­­bi­­tuelle par son avocat : l’ex­­pres­­sion de sa grati­­tude pour avoir été arrêté. « Mon client souhaite recon­­naître que le mensonge immense dans lequel il vivait est fina­­le­­ment terminé. » Il ajouta que Blan­­chard avait hâte d’al­­ler de l’avant. « Il recon­­naît que les hommes et les femmes des services de police de Winni­­peg ont fait tout leur possible. » Au lieu des 164 années de réclu­­sion crimi­­nelle qu’il encou­­rait, Blan­­chard fut condamné à huit. Et puis, à l’été 2009, après avoir passé moins de deux ans derrière les barreaux, il fut remis en liberté condi­­tion­­nelle sous très haute surveillance. Il vit à présent dans une maison de tran­­si­­tion de Vancou­­ver, où il lui est inter­­­dit de s’ap­­pro­­cher de quelque équi­­pe­­ment de surveillance que ce soit ou de parler à aucun de ses anciens asso­­ciés. L’une des personnes qu’il est auto­­risé à joindre est Randy Flana­­gan, son vieux mentor du lycée.

ulyces-geraldblanchard-20
L’in­­sai­­sis­­sable
Crédits : Gérald Blan­­chard

« Il m’a raconté tout ce qu’il avait fait au cours des dix dernières années », dit Flana­­gan. « J’ai été surpris, mais pas tant que ça, à propos de ce que notre ancien fiston avait fait. » Blan­­chard confia à Flana­­gan qu’il voulait reprendre sa vie en main. Travailler avec McCor­­mick et Levas­­seur l’avait convaincu qu’il pour­­rait deve­­nir consul­­tant auprès des banques. « Qui sait ? » dit Flana­­gan. « Peut-être qu’il lancera fina­­le­­ment cette entre­­prise de sécu­­rité dont il parlait. » Le juge pensa la même chose en enten­­dant le plai­­doyer de culpa­­bi­­lité de Blan­­chard. Les banques « devraient l’en­­ga­­ger et le payer un million de dollars par an », dit-il. Et juste avant de rendre son verdict, le juge se tourna vers Blan­­chard. « Je pense que vous avez un avenir radieux devant vous si vous vous appliquez à vivre une vie honnête », dit-il. « Bien que je ne sois pas prêt à vous signer une lettre de recom­­man­­da­­tion. »


Traduit de l’an­­glais par Nico­­las Prouillac et Arthur Scheuer d’après l’ar­­ticle « Art of the Steal: On the Trail of World’s Most Inge­­nious Thief », paru dans Wired. Couver­­ture : Le château de Schön­­brunn. (Créa­­tion graphique par Ulyces)


 

Down­load Best WordP­ress Themes Free Down­load
Down­load Best WordP­ress Themes Free Down­load
Down­load WordP­ress Themes
Down­load Nulled WordP­ress Themes
free down­load udemy paid course
Premium WordPress Themes Download
Download WordPress Themes Free
Free Download WordPress Themes
Premium WordPress Themes Download
download udemy paid course for free

Plus de monde

Comment Medellín est deve­nue une ville cool

131k 21 mai 2019 stories . monde

L’hu­ma­nité peut-elle survivre à Ebola ?

296k 20 mai 2019 stories . monde

Comment en finir avec le plas­tique ?

160k 16 mai 2019 stories . monde