par jj39111 | 0 min | 13 décembre 2017

L’école La Boétie

L’école alter­­na­­tive La Boétie a ouvert ses portes à Toulouse en septembre dernier. Ici, les élèves évoluent dans un cadre fami­­lial, de la petite section de mater­­nelle au CE2. Ils font une heure d’an­­glais tous les jours avec leur ensei­­gnante. Des inter­­­ve­­nants exté­­rieurs leur font décou­­vrir l’in­­for­­ma­­tique, la musique, le design, le chinois, ou encore la médi­­ta­­tion. Mais ils suivent égale­­ment le programme de l’Édu­­ca­­tion natio­­nale. Ce qui les distingue des autres élèves, c’est leur façon de l’as­­si­­mi­­ler. Notam­­ment parce que ce sont eux qui choi­­sissent leur maté­­riel d’ap­­pren­­tis­­sage, parce qu’ils ne sont jamais ni évalués ni punis, et parce qu’ils ne font pas de devoirs à la maison.

Une salle de classe de l’école La Boétie
Crédits : Tom Cagnou/Aparté.com

Ce n’est donc pas un hasard si la fonda­­trice et direc­­trice de cette école alter­­na­­tive, Kim Lascu­­rettes, lui a donné le nom de l’au­­teur du Discours de la servi­­tude volon­­taire. Pour lui, « tout être pourvu de senti­­ment sent le malheur de la sujé­­tion et court après la liberté ». Et « pour nous », affirme l’équipe péda­­go­­gique, « la liberté pour chaque élève d’ap­­prendre à son rythme et d’avoir le libre choix de ses acti­­vi­­tés est essen­­tiel à nos yeux. Cela va lui permettre de déve­­lop­­per son auto­­no­­mie et renfor­­cer sa confiance en soi. » Avant de fonder et de diri­­ger l’école La Boétie, Kim Lascu­­rettes a occupé les postes de forma­­trice consul­­tante et de respon­­sable de centres de forma­­tion. « Je me suis toujours inté­­res­­sée aux méthodes péda­­go­­giques, aux modes d’ap­­pren­­tis­­sage, à la forma­­tion, mais plus parti­­cu­­liè­­re­­ment au système éduca­­tif diplô­­mant », dit-elle. « Le constat de ces dernières années m’a fait prendre conscience de certaines failles, qu’elles soient sociales et éduca­­tives. En effet, le manque d’at­­ten­­tion, d’ac­­com­­pa­­gne­­ment, d’écoute de la part du corps profes­­so­­ral et un rythme d’ap­­pren­­tis­­sage qui n’est pas adapté à l’élève peut engen­­drer non seule­­ment une démo­­ti­­va­­tion et une situa­­tion de souf­­france scolaire, mais aussi des réper­­cus­­sions sur l’équi­­libre psychoaf­­fec­­tif de l’élève. » Mais où donc Kim Lascu­­rettes est-elle allée cher­­cher son inspi­­ra­­tion ? En Finlande, dont le système éduca­­tif est souvent consi­­déré comme le meilleur du monde. « Le système éduca­­tif finlan­­dais répon­­dait le mieux à nos valeurs éduca­­tives. Ils sont sur une approche péda­­go­­gique holis­­tique, c’est-à-dire qui ramène la connais­­sance du parti­­cu­­lier, de l’in­­di­­vi­­duel à celle de l’en­­semble, plutôt que par l’ap­­proche tradi­­tion­­nelle de sujets restreints comme les mathé­­ma­­tiques, l’his­­toire, la géogra­­phie… »

La Boétie vue par Adèle, huit ans
Crédits : École La Boétie

Et pour­­tant, les petits Finlan­­dais se montrent aussi perfor­­mants sur ces sujets que les élèves des systèmes éduca­­tifs ultra-compé­­ti­­tifs des pays asia­­tiques. La Finlande se trouve en effet à la cinquième place de la dernière édition du Programme inter­­­na­­tio­­nal pour le suivi des acquis des élèves, qui évalue le niveau des élèves de 15 ans dans 72 pays tous les trois ans. Juste derrière Singa­­pour, le Japon, l’Es­­to­­nie et Taiwan. La France, elle, se trouve à la 26e place de ce clas­­se­­ment alors qu’elle consacre presque autant de moyens que la Finlande à son système éduca­­tif – 5,3 % de sa richesse natio­­nale, contre 5,7 %. Quelles sont donc les raisons du succès du système finlan­­dais ? 

L’école finlan­­daise

Contrai­­re­­ment aux petits Japo­­nais et aux petits Français, les petits Finlan­­dais ne vivent géné­­ra­­le­­ment pas l’école comme un calvaire. Ils n’y vont qu’à partir de l’âge de sept ans et ils ne sont pas notés avant l’âge de onze ans. Les élèves ne reçoivent pour commen­­cer que des appré­­cia­­tions et des conseils. Et, comme le notaient des parle­­men­­taires français dans un rapport d’in­­for­­ma­­tion sur le système éduca­­tif finlan­­dais publié en 2010, « il est instruc­­tif de préci­­ser l’es­­prit qui prévaut à l’éva­­lua­­tion de l’élève : il s’agit de l’éva­­luer par rapport à lui-même, à ses propres progrès et non par rapport aux autres. L’objec­­tif n’est pas d’en­­tre­­te­­nir une compé­­ti­­tion entre les élèves mais de les soute­­nir et de leur donner diffé­­rentes possi­­bi­­li­­tés d’ap­­prendre, chaque enfant étant diffé­rent. L’objec­­tif est aussi de permettre à l’élève de mieux se connaître, d’avoir confiance. » Les élèves finlan­­dais ne sont donc jamais compa­­rés les uns aux autres. Mais comme le souligne une profes­­seure des écoles française, Domi­­nique Garoche, dans le jour­­nal Le Monde, « la palette d’ac­­ti­­vi­­tés manuelles et intel­­lec­­tuelles propo­­sées » permet de toute façon « à chacun d’être valo­­risé dans un domaine ». « Les enfants bricolent et fabriquent énor­­mé­­ment, ensemble, par deux ou trois, en s’en­­trai­­dant », témoigne-t-elle après avoir séjourné à la Laut­­ta­­saari Primary School d’Hel­­sinki dans le cadre d’un projet Eras­­mus +. Des espaces entiers y sont dévo­­lus à la colla­­bo­­ra­­tion. Entre enfants, mais aussi entre adultes : « En Finlande, la coopé­­ra­­tion existe entre adultes et entre pairs. On ne peut pas apprendre aux élèves à coopé­­rer si on ne le fait pas nous-mêmes. »

Une classe finlan­­daise
Crédits : Finland.fi

Dans une autre école de la capi­­tale, piano, guitare et piles de dégui­­se­­ments côtoient un profond canapé. « Chez leurs parents, les enfants font souvent leurs devoirs dans le salon, ce canapé leur permet de retrou­­ver les condi­­tions auxquelles ils sont habi­­tués pour se concen­­trer », explique l’en­­sei­­gnante, Maria Hukka­­nen, au maga­­zine Chal­­lenges. Il y a pour­­tant très peu de devoirs à faire à la maison en Finlande. L’es­­sen­­tiel du travail se fait en classe, où les jour­­nées ne durent jamais plus de six heures, grâce à une péda­­go­­gie qui favo­­rise l’au­­to­­no­­mie. Les ensei­­gnants semblent néan­­moins proches des élèves, et ils échangent avec eux de manière infor­­melle. Dans la classe de Maria Hukka­­nen, par exemple, « tout est fait pour rendre l’ap­­pren­­tis­­sage le plus ludique possible », remarque le jour­­na­­liste de Chal­­lenges. « Jeux de piste pour décou­­vrir les cinq conti­­nents, initia­­tion à la physique grâce à de petits robots… » Après onze ans, les notes ne vont jamais en dessous de 4 sur 10. Le « zéro pointé » n’existe donc pas en Finlande. Ni le redou­­ble­­ment. Il n’y a pas non plus de classes réser­­vées aux élèves les plus en diffi­­culté, lesquels béné­­fi­­cient en revanche du soutien d’un ensei­­gnant spécia­­lisé. Les classes sont d’ailleurs plus restreintes qu’en France, elles se composent d’une ving­­taine d’élèves – plus facile dans un pays qui ne compte que 5,5 millions d’ha­­bi­­tants.  À seize ans, ces élèves ont deux possi­­bi­­li­­tés : pour­­suivre des études géné­­rales au lycée, ou bien opter pour l’en­­sei­­gne­­ment profes­­sion­­nel. C’est donc « à l’en­­trée au lycée que la sélec­­tion acadé­­mique commence véri­­ta­­ble­­ment, même si compte tenu du carac­­tère presque “sacré” de l’édu­­ca­­tion en Finlande, il est diffi­­cile de parler de sélec­­tion ou d’éli­­tisme dans ce pays », estime le rapport parle­­men­­taire français publié en 2010. Mais comment ce pays a-t-il réussi à mettre en place un système aussi exem­­plaire ?

L’am­­biance est déten­­due
Crédits : opet­­taja.fi

L’école fonda­­men­­tale

Dans la Finlande qui est annexée par la Suède au XIIe siècle, l’en­­sei­­gne­­ment est dispensé par l’Église. En 1809, le pays devient grand duché de l’em­­pire russe mais la régle­­men­­ta­­tion scolaire russe n’y est pas intro­­duite. Et ce n’est qu’en 1869 que la direc­­tion natio­­nale des écoles finlan­­daise met fin à la domi­­na­­tion de l’Église sur l’édu­­ca­­tion. L’in­­dé­­pen­­dance de la Finlande, elle, est acquise en 1917. Deux ans plus tard, le pays inscrit deux prin­­cipes dans sa Cons­­ti­­tu­­tion : l’obli­­ga­­tion scolaire géné­­ra­­li­­sée et la gratuité de l’en­­sei­­gne­­ment primaire. En découle une loi rapi­­de­­ment mise en œuvre. Puis, en 1970, la Finlande fond le primaire et le collège en une seule école, « l’école fonda­­men­­tale », qui s’adresse à tous les enfants et adoles­­cents de sept à seize ans, et carac­­té­­rise encore aujourd’­­hui son système éduca­­tif. Les élèves y apprennent au moins quatre langues : leur langue mater­­nelle, le finnois ; la deuxième langue natio­­nale, le suédois ; et deux langues étran­­gères. Les élèves issus de l’im­­mi­­gra­­tion peuvent en outre avoir accès à l’ap­­pren­­tis­­sage de leur langue mater­­nelle, sous réserve d’un nombre mini­­mal d’élèves concer­­nés. Car, comme le souligne le rapport, « les Finlan­­dais consi­­dèrent qu’une bonne connais­­sance de sa langue mater­­nelle aide au déve­­lop­­pe­­ment psycho­­lo­­gique de la person­­na­­lité et valo­­rise les racines cultu­­relles de la personne concer­­née ». Leurs efforts dans la diver­­si­­fi­­ca­­tion des langues ensei­­gnées leur a en tout cas permis de prendre vingt ans d’avance sur les objec­­tifs euro­­péens en la matière.

Marianne Huusko, ambas­­sa­­drice pour l’ex­­port éduca­­tif finlan­­dais Crédits : Finland.fi

Mais ce qui distingue le plus le système éduca­­tif finlan­­dais sur le Vieux Continent est sans doute sa flexi­­bi­­lité : « Les lois sont très concises, elles défi­­nissent les objec­­tifs de l’en­­sei­­gne­­ment au niveau natio­­nal et non les moyens de les atteindre. C’est ainsi, par exemple, que chaque muni­­ci­­pa­­lité a l’obli­­ga­­tion d’or­­ga­­ni­­ser l’en­­sei­­gne­­ment de base, mais elle est libre d’en défi­­nir les moda­­li­­tés. De même, chaque école peut choi­­sir son maté­­riel péda­­go­­gique ou la répar­­ti­­tion des matières dans le cadre fixé par la loi. » Les chefs d’éta­­blis­­se­­ment sont très auto­­nomes, et libres de d’as­­so­­cier leurs équipes à leurs projets péda­­go­­giques. Résul­­tat, en Finlande, le métier d’en­­sei­­gnant est très attrayant. Il est aussi bien mieux payé qu’en France, et bien plus valo­­risé. Il est donc géné­­ra­­le­­ment choisi par les meilleurs étudiants et les plus passion­­nés. Aussi est-il diffi­­cile de conden­­ser le succès du système éduca­­tif finlan­­dais en une recette mira­­cu­­leuse. Et peut-être serait-il encore plus diffi­­cile de vendre cette recette. C’est néan­­moins l’objec­­tif que s’est fixé Marianne Huusko, nommée « ambas­­sa­­drice pour l’ex­­port éduca­­tif » par le minis­­tère finlan­­dais du Commerce exté­­rieur et du Déve­­lop­­pe­­ment en septembre 2016. Pour elle, « le but ultime de l’ex­­port éduca­­tif est d’aug­­men­­ter le niveau d’édu­­ca­­tion à travers les inter­­ac­­tions avec les autres ». « Mais », dit-elle, « nous ne devrions pas être assez naïfs pour conti­­nuer à aider les autres par bonté d’âme. Après tout, l’objec­­tif est d’at­­teindre crois­­sance et succès dans les affaires. » Dommage pour les petits Français, les petits Japo­­nais, et tous les autres.


Couver­­ture : Une salle de classe finlan­­daise. (Finland.fi)
 
Down­load WordP­ress Themes
Down­load Nulled WordP­ress Themes
Down­load Best WordP­ress Themes Free Down­load
Down­load Premium WordP­ress Themes Free
udemy course down­load free
Download Nulled WordPress Themes
Download Best WordPress Themes Free Download
Free Download WordPress Themes
Premium WordPress Themes Download
free download udemy course

Plus de monde