par Luke O'Brien | 20 juin 2016

Légende urbaine

Kimbo Slice est mort le lundi 6 juin 2016, il avait 42 ans. Le monde l’avait décou­­vert sur YouTube.  115 kilos de muscles, le crâne chauve, la barbe drue et les dents recou­­vertes d’or : il incar­­nait une présence menaçante venue des plus sombres recoins d’In­­ter­­net. Il avait le combat dans le sang.

hqdefault
Kimbo vs. Big D

L’his­­toire de Kimbo commence avec son premier combat filmé : une baston à mains nues tour­­née en 2003 qui lui a rapporté 3 000 dollars et l’a instan­­ta­­né­­ment trans­­formé en star du net. À ses débuts, tous ses combats se dérou­­laient dans des coins déserts de Miami et dans ce cas précis, il s’agis­­sait d’un petit jardin entouré de palis­­sades en bois et de palmiers. Kimbo arrive avec son crew, se poste face à son adver­­saire – un colosse appelé « Big D » – et commence à jouer des poings. Pas d’échauf­­fe­­ment, pas de causette et pas de véri­­tables règles. On assiste à un combat de rue très cru. Kimbo avait un don pour ça. Après sa victoire contre Big D, arra­­chée grâce à un crochet du gauche si violent que le visage de son adver­­saire s’est ouvert sous le choc, ses fans ont ajouté « Slice » après son nom. D’autres combat­­tants, pour­­tant coriaces, ont connu un sort simi­­laire à celui de Big D. Afro Puff, Big Mac, Chico, Dreads, Adryan : ils sont tous allés au tapis. « Finis­­sons-en ! » grognait Kimbo face caméra avant d’ache­­ver son adver­­saire. Il avait l’air d’un ogre et il en jouait.

On peut se deman­­der si les palis­­sades de Miami abri­­taient vrai­­ment une telle sauva­­ge­­rie, si ces féroces guer­­riers se donnaient réel­­le­­ment rendez-vous dans des lieux discrets pour se battre clan­­des­­ti­­ne­­ment. La réponse est oui et pas qu’à Miami. Ces rencontres étaient fréquentes entre le début et le milieu des années 2000, jusqu’à ce que l’UFC ne parvienne à redo­­rer complè­­te­­ment son blason et que le MMA gagne les faveurs du grand public. Les gens avaient soif d’une violence authen­­tique, qui avait l’air de se dérou­­ler à deux pas de chez eux. Les séries DVD comme Ghetto Fights, Bumfights  et Felony Fights sont deve­­nus l’objet d’un culte gran­­dis­­sant. Mais Kimbo était unique. Il taillait d’étranges motifs dans les poils de son torse. Il portait autour du cou un énorme poing en or. Il était à la fois bizarre et terri­­fiant. Mais surtout, il était facile de voir ses combats en ligne. Il y a un paral­­lèle à faire entre son histoire et l’es­­sor de la porno­­gra­­phie gratuite et omni­­pré­­sente sur Inter­­net : la possi­­bi­­lité de regar­­der ce que vous voulez, quand vous voulez, en ligne et gratui­­te­­ment, peu importe la nature extrême du contenu. On ne s’éton­­nera donc pas du fait que les combats de Kimbo étaient au départ diffu­­sés sur un site porno – après avoir été videur dans un strip club, il est devenu agent de sécu­­rité pour une entre­­prise de Miami spécia­­li­­sée dans la porno­­gra­­phie. Mais Kimbo a attiré l’at­­ten­­tion du grand public quand ses vidéos ont commencé à être postées sur YouTube. En 2006, il était devenu une légende urbaine, un bagar­­reur qui s’était fait tout seul et qui était sorti de sa misère grâce aux vidéos en strea­­ming.

ulyces-kimboslice-01
Crédits : Robert Laberge

De la rue au ring

En 2008, Kimbo Slice est passé au MMA et, contre toute attente, il a fait la couver­­ture du maga­­zine ESPN, le menton appuyé sur sa main comme Le Penseur de Rodin. Le jour­­na­­liste Dan Le Batard a déterré son histoire et révélé que Kimbo, alias Kevin Fergu­­son, était une future star du foot­­ball améri­­cain au lycée, avant que ses espoirs de jouer dans l’équipe univer­­si­­taire ne soient réduits à néant par l’ou­­ra­­gan Andrew. Il s’est ensuite retrouvé à la rue et vivait dans sa Nissan Path­­fin­­der, se lavant dans l’océan. Le Batard décri­­vait la trajec­­toire hors du commun d’un homme en passe de deve­­nir riche après avoir vécu dans la misère la plus noire. Cepen­­dant, cette atten­­tion gran­­dis­­sante a fini par miner la redou­­table légende de YouTube. Kimbo était l’in­­car­­na­­tion de la destruc­­tion sur petit écran, un Mike Tyson des premières heures de l’ère d’In­­ter­­net. Il était si méchant qu’on en venait à douter de l’au­­then­­ti­­cité des combats. Mais Kevin Fergu­­son était une vraie personne, un immi­­gré baha­­mien et père de famille luttant pour sa survie et le bien-être de ses six enfants. Certes, il aimait se battre. Certes, il travaillait pour l’in­­dus­­trie du porno, mais c’était un homme plein de dignité.

D’après Le Batard, Big D « terro­­ri­­sait le quar­­tier en répan­­dant le crime et la peur » jusqu’à ce qu’il morde la pous­­sière dans la première vidéo de Kimbo. La justice de la rue avait parlé. Mais tout le monde n’a pas accueilli le phéno­­mène Kimbo avec la même chaleur. LZ Gran­­der­­son, un rédac­­teur d’ESPN, a dit de lui qu’il « enta­­chait l’his­­toire de la culture afro-améri­­caine », avant d’ajou­­ter : CkXitmjXAAMPu1e« Je ne sais pas s’il est vrai­­ment stupide car je ne l’ai jamais rencon­­tré, mais il semble en tout cas bien malavisé. Sinon, pourquoi Slice reste­­rait-il indif­­fé­rent à tout sens de l’hon­­neur, de la fierté et de l’His­­toire ? L’image qu’il renvoie est un mélange entre Lil’ Wayne et Kunta Kinte : celle d’un esclave en fuite à la bouche pleine de dents en or qui se plie à tous les stéréo­­types de l’homme afro-améri­­cain en échange d’une adora­­tion passa­­gère, venue d’un média sans âme et frappé de trouble du défi­­cit de l’at­­ten­­tion. » Kimbo était voué à deve­­nir un symbole. Selon l’angle sous lequel on le regar­­dait, il était l’homme le plus fort du monde, le Père Fouet­­tard des cités, une figure inspi­­rante ou bien un ménes­­trel faisant le clown pour de l’argent. Pour les orga­­ni­­sa­­teurs de combats, il incar­­nait avant tout la nouveauté, un nom à impri­­mer sur un flyer pour vendre des billets sans besoin d’en rajou­­ter. Il n’y a pas d’autre expli­­ca­­tion à sa carrière dans le MMA. Il a fait ses débuts dans la compé­­ti­­tion en 2007, lors d’un combat d’ex­­hi­­bi­­tion confus l’op­­po­­sant à Ray Mercer, ancien cham­­pion de boxe poids lourds de 46 ans. Kimbo a battu Mercer au premier round et n’a jamais été si bon dans la cage.

LISEZ ICI LA SUITE DE L’HISTOIRE

COMMENT KIMBO SLICE A RÉUSSI À INTÉGRER L’UFC

ulyces-kimboslice-couv01


Traduit de l’an­­glais par Nico­­las Prouillac d’après l’ar­­ticle « The Ulti­­mate Figh­­ter », paru dans  Slate.com. Couver­­ture : Kimbo Slice. (Créa­­tion graphique par Ulyces)


Down­load WordP­ress Themes
Down­load WordP­ress Themes Free
Down­load WordP­ress Themes Free
Down­load Premium WordP­ress Themes Free
free online course
Download Premium WordPress Themes Free
Download WordPress Themes Free
Download Nulled WordPress Themes
Download Premium WordPress Themes Free
udemy paid course free download

Plus de wild