par Matt Cetti-Roberts | 24 août 2015

C’est le prin­­temps, et un groupe de soldats bédouins vêtus d’uni­­formes de camou­­flage chantent au milieu d’un vaste terrain verdoyant, dans le nord de l’Irak. Au centre du groupe, trois hommes dansent au rythme de la musique. Les autres les entourent, chan­­tant et tapant dans leurs mains. Leur cadence illustre la péren­­nité des tradi­­tions héri­­tées de la vie nomade des Bédouins à travers les siècles. Ces belles mélo­­dies ances­­trales renvoient à un autre âge, où la vie devait être plus simple, mais non moins brutale.

ulyces-bedouinswib-03
Les hommes bédouins dansent après une jour­­née d’en­­traî­­ne­­ment
Crédits : Matt Cetti-Roberts

Reprendre Mossoul

Le village de Bashika, qui se trouve à sept kilo­­mètres d’ici, est actuel­­le­­ment occupé par l’État isla­­mique. Mais pour l’heure, ces hommes se détendent, après avoir passé la jour­­née à s’en­­traî­­ner pour combattre le groupe extré­­miste. Ils appar­­tiennent à une nouvelle armée connue sous le nom de « force de mobi­­li­­sa­­tion natio­­nale », majo­­ri­­tai­­re­­ment compo­­sée d’Arabes sunnites. Ils se préparent à reprendre Mossoul, la deuxième plus grande ville d’Irak, actuel­­le­­ment occu­­pée par l’EI et située à seule­­ment 21 kilo­­mètres de là. Leur patrie s’étend sur Mossoul et la province de Ninive, au contraire des autres forces qui parti­­ci­­pe­­ront peut-être aux combats pour reprendre la ville. Pour eux, cette guerre est une affaire person­­nelle.

ulyces-bedouinswib-07
Le V de victoire
Crédits : Matt Cetti-Roberts

Daesh a envahi Mossoul il y a plus d’un an, en juin 2014, après une offen­­sive éclair lancée à partir de la fron­­tière syrienne. L’ar­­mée irakienne avait l’avan­­tage du nombre et de l’équi­­pe­­ment, mais elle s’est pratique­­ment effon­­drée dans la nuit, lais­­sant derrière elle des armes et des véhi­­cules améri­­cains d’une valeur de plusieurs millions de dollars. Dix mois plus tard, des rumeurs circulent selon lesquelles l’État isla­­mique serait en train de se prépa­­rer à l’at­­taque de la coali­­tion en forti­­fiant Mossoul, dont la popu­­la­­tion s’élève à 1,8 million d’ha­­bi­­tants. 500 hommes, qui ont entre 16 et 60 ans, s’en­­traînent dans un camp près de Basika. Ils s’exercent avec des Kala­ch­­ni­­kov et apprennent à les manier dans diffé­­rentes posi­­tions de tir. Ils apprennent égale­­ment à se battre dans des zones urbaines. Durant l’en­­traî­­ne­­ment, ils n’uti­­lisent pas les rares muni­­tions que possède la force de mobi­­li­­sa­­tion natio­­nale, sinon lors de l’exer­­cice qui précède l’ob­­ten­­tion de leur diplôme.

ulyces-bedouinswib-04
Le comman­­dant du camp arbore le drapeau irakien
Crédits : Matt Cetti-Roberts

C’est le troi­­sième groupe que la force de mobi­­li­­sa­­tion natio­­nale entraîne et ces hommes seront mobi­­li­­sés pour récu­­pé­­rer Mossoul. « Leur mission sera de conser­­ver le terrain, une fois qu’il aura été libéré par l’ar­­mée irakienne », m’ex­­plique le géné­­ral chargé de l’en­­traî­­ne­­ment, et  comman­­dant adjoint du camp. Le comman­­de­­ment central améri­­cain – qui contrôle les forces améri­­caines au Moyen-Orient – avait annoncé qu’une offen­­sive pour reprendre la ville pour­­rait avoir lieu au cours du prin­­temps, mais depuis, ils sont reve­­nus sur cet enga­­ge­­ment. Les respon­­sables kurdes et irakiens, ainsi que les mili­­taires de la coali­­tion, ne se sont toujours pas mis d’ac­­cord sur une date – ou du moins ne l’ont-ils pas révélé.

Les parrains

Un combat­­tant kurde porte son regard vers la ligne de front, qui se situe juste derrière la colline la plus proche. « Je me sentais en danger car je suis kurde », dit-il. « Les sbires de Daesh attaquent tous ceux qui sont diffé­­rents d’eux. » Ils s’en­­traînent aux côtés d’Arabes sunnites, de Yézi­­dis et d’autres groupes d’hommes issus des diffé­­rentes mino­­ri­­tés ethniques de Ninive. « Je veux libé­­rer la région où je suis né », conclue-t-il. Au camp, d’autres hommes partagent sa déter­­mi­­na­­tion, mais les connais­­sances mili­­taires de nombre d’entre eux sont rudi­­men­­taires.

ulyces-bedouinswib-05
Dans le calme et la disci­­pline
Crédits : Matt Cetti-Roberts

« Nous accep­­tons tout le monde, avec ou sans expé­­rien­­ce… Ces hommes sont tous origi­­naires de Ninive », m’ex­­plique un de leurs comman­­dants. « Kurdes, Yézi­­dis, chiites, sunnites, chré­­tiens. Ninive est un micro­­cosme précieux de l’Irak. » Pour sa part, le comman­­dant est un chré­­tien de Hamda­­niyah, mais la majo­­rité des combat­­tants sont des Bédouins arabes sunnites venus de la région de Rabia, située près de la fron­­tière irako-syrienne. Tous les soldats – ainsi que certains instruc­­teurs – portent des cagoules pour préser­­ver leur iden­­tité. Beau­­coup d’entre eux ont encore des proches et des membres de leur famille piégés dans des zones occu­­pées par l’EI. Un autre comman­­dant m’ex­­plique que l’at­­taque de l’été menée par l’État isla­­mique a déplacé de nombreuses recrues qui vivent à présent dans des camps basés au Kurdis­­tan irakien.

Les fusils semblent usés. La surface métal­­lique est trouée et la poignée de bois pleine de cica­­trices.

Certains d’entre eux, tout de même, sont des combat­­tants aguer­­ris. De nombreux offi­­ciers sont des vété­­rans de l’ar­­mée irakienne, dont certains ont combattu les troupes de l’ar­­mée améri­­caine pendant l’in­­va­­sion de 2003. Un volon­­taire portant une Kala­ch­­ni­­kov chinoise défon­­cée est allongé par terre sur le ventre. Son instruc­­teur le surveille, remarque que quelque chose ne va pas et ajuste sa jambe. De cette façon, il tirera mieux. Le marché noir des fusils a connu des jours meilleurs. Ils semblent usés. La surface métal­­lique est trouée et la poignée de bois pleine de cica­­trices. Un petit bout de métal, qui conte­­nait les réserves, dépasse même à l’ar­­rière. Ces armes sont unique­­ment utili­­sées durant l’en­­traî­­ne­­ment, car il y en a peu et qu’elles sont toutes de mauvaise qualité. En vérité, il n’y en a pas assez pour permettre aux combat­­tants de tenir leur posi­­tion ou de vaincre les forces de l’État isla­­mique en combat réel. Atheel Al Noujaifi, le gouver­­neur exilé de la province de Ninive, m’a confié qu’ils ache­­taient les armes sur le marché noir local, car le gouver­­ne­­ment central irakien n’avait pas assez d’armes à four­­nir à ses soldats. Mais ils ont tout de même trouvé d’autres parrai­­neurs.

ulyces-bedouinswib-10
Un volon­­taire portant le drapeau kurde
Crédits : Matt Cetti-Roberts

« Nous avons main­­te­­nant le soutien du gouver­­ne­­ment turc », me dit-il. « Ils nous donne­­ront des armes et de l’équi­­pe­­ment. »

~

Pour Al Noujaifi, le groupe qu’il entraîne appar­­tien­­dra à la garde natio­­nale irakienne – appa­­ren­­tée aux unités de protec­­tion de la plaine de Ninive, une force de combat assy­­rienne et chré­­tienne du pays. « Nous prépa­­rons ces groupes à former le cœur de la garde natio­­nale », déclare-t-il. Les forces locales fini­­ront par former la garde natio­­nale qui sera aux ordres des gouver­­ne­­ments provin­­ciaux. Mais le parle­­ment irakien tarde à adop­­ter la loi permet­­tant la créa­­tion de ces unités. « Nous atten­­dons toujours l’ap­­pro­­ba­­tion de Bagdad », explique un ancien géné­­ral du parti Baas.

ulyces-bedouinswib-09-1
Portrait d’un combat­­tant
Crédits : Matt Cetti-Roberts

Depuis Bagdad, le gouver­­ne­­ment à court d’argent four­­nit toujours des fonds à l’unité. En février, il a versé un salaire aux combat­­tants, et un autre paie­­ment était prévu en mars – près de 700 dollars chacun. « Nous sommes arri­­vés ici et nous n’avons rien demandé, mais il y a vingt jours, le gouver­­ne­­ment a versé des salaires à des combat­­tants et à des poli­­ciers », m’as­­sure le géné­­ral, faisant réfé­­rence à un autre camp où est formée la future police de Mossoul. Évidem­­ment, certains des géné­­raux ont combattu contre les États-Unis en 2003, mais ils cherchent toujours de l’aide venue de l’ex­­té­­rieur… y compris de la part des Améri­­cains. « Les Améri­­cains sont très lents et ne répondent pas à nos demandes », ajoute-t-il. « Nous aime­­rions que les forces étasu­­niennes nous soutiennent autant que possible. » Les hommes me racontent que la nuit dernière, ils ont senti les réver­­bé­­ra­­tions des frappes aériennes, lorsque des avions de chasse ont frappé les posi­­tions de l’EI à Bashika. Il ne fait aucun doute que l’État isla­­mique est une menace gran­­dis­­sante. Néan­­moins, des rumeurs circulent dans Mossoul, selon lesquelles les mili­­ciens font face à de sérieux problèmes quant à l’éco­­no­­mie et les infra­s­truc­­tures. « Daesh ne peut rien donner aux habi­­tants de Mossoul », déclare Al Noujaifi. « Les salaires, l’éco­­no­­mie, tout est gelé. Pas d’es­­sence, pas d’élec­­tri­­cité, pas de système de santé. » Al Noujaifi est persuadé que la coali­­tion va réus­­sir à expul­­ser l’EI de Mossoul. Mais pour cela, les habi­­tants devront combattre à leur côté. « Je suis sûr que combattre Daesh à Mossoul est facile, mais seule­­ment si nous luttons contre les terro­­ristes et non pas contre les habi­­tants de la ville », explique Al Noujaifi. « Si nous perdons des civils, nous aurons un problème. »

« Je pleure pour l’Irak »

ulyces-bedouinswib-06
L’échauf­­fe­­ment
Crédits : Matt Cetti-Roberts

Un groupe d’une ving­­taine de combat­­tants commence à s’échauf­­fer. Un élève fait une erreur et son instruc­­teur réplique en aboyant un ordre. Le combat­­tant se met alors à terre et entre­­prend une série de pompes. Ces hommes appar­­tiennent à une force spéciale. Ils doivent donc s’en­­traî­­ner davan­­tage, faire de multiples exer­­cices et du combat au corps à corps. Ils donnent des coups de pied et des coups de poing, puis se divisent en deux groupes et se jettent sur le sol. Ce n’est que leur deuxième jour d’en­­traî­­ne­­ment au combat à mains nues, et certains de leurs mouve­­ments sont encore maladroits. Il leur reste beau­­coup à apprendre avant de deve­­nir de redou­­tables guer­­riers. Le géné­­ral en charge de l’en­­traî­­ne­­ment se rend sur la plate­­forme en béton située au centre du terrain. Il prend un micro et s’adresse à ses troupes à travers les haut-parleurs. Les combat­­tants s’in­­ter­­rompent, reforment le groupe et l’écoutent. Il donne un ordre, et ils se préci­­pitent tous en avant, se rassem­­blant autour de lui. Ils tendent leur bras et forment avec leurs doigts le « V » de victoire.

ulyces-bedouinswib-02
Au contact
Crédits : Matt Cetti-Roberts

« Longue vie à l’Irak ! » crient-ils à l’unis­­son. Le géné­­ral passe le micro à un volon­­taire qui commence à chan­­ter. Certaines chan­­sons sont en arabe, d’autres en kurde. Lorsqu’ils connaissent les paroles, les combat­­tants se joignent à lui. Chaque jour, le chant et les danses marquent la fin des entraî­­ne­­ments. Certains hommes enlèvent leur masque et tout le monde sourit. Le moral est au beau fixe. Un peu plus tard, les hommes se détendent, vêtus de vête­­ments tribaux, et dansent avec des bâtons. Ils affichent des sourires ravis. Le jour qui suit ma visite est un vendredi, leur jour de repos. Alors que les volon­­taires chantent, un combat­­tant origi­­naire de Rabia s’as­­soit en retrait, lais­­sant couler des larmes sur ses joues. Il me confie qu’il combat pour les Yézi­­dis, puis me raconte les abus que l’EI a commis sur les femmes des villages dont il est origi­­naire.

ulyces-bedouinswib-11
Les combat­­tants bédouins dansent et chantent
Crédits : Matt Cetti-Roberts

« Je me bats pour les Yézi­­dis, pour ma terre, pour mon pays », dit-il. Ce combat­­tant – qui a trop peur pour donner son nom – était sergent pendant neuf ans au sein de l’ar­­mée irakienne à Mossoul, avant la chute de la ville. Ses yeux sont injec­­tés de sang et sa voix tremble alors qu’il me parle. « Je ne suis pas parti lorsque Daesh est arrivé », dit-il, dési­­gnant l’État isla­­mique sous son acro­­nyme arabe. « J’ai combattu pendant deux jours dans la banlieue avant que Mossoul ne tombe. J’ai vu mes amis tués par Daesh. Nous sommes restés et j’ai combattu. » « Je pleure pour l’Irak », ajoute-t-il. « Je prie pour ma ville. Je regrette que cette terre vierge ait été souillée par Daesh. »


Traduit de l’an­­glais par Maya Majzoub d’après l’ar­­ticle « We Went Inside an Iraqi Camp as Bedouins Trai­­ned for Battle », paru dans War Is Boring. Couver­­ture : Entraî­­ne­­ment au tir, par Matt Cetti-Roberts.

Down­load Nulled WordP­ress Themes
Down­load Best WordP­ress Themes Free Down­load
Premium WordP­ress Themes Down­load
Down­load Best WordP­ress Themes Free Down­load
down­load udemy paid course for free
Download Best WordPress Themes Free Download
Download WordPress Themes Free
Download Premium WordPress Themes Free
Download WordPress Themes Free
udemy paid course free download

Plus de monde