par Mike Dash | 5 octobre 2014

La redis­­tri­­bu­­tion des richesses est vitale au bon fonc­­tion­­ne­­ment de l’éco­­no­­mie, cela ne fait aucun doute. Les histo­­riens ne manquent pas d’exemples pour illus­­trer les désastres engen­­drés lorsqu’une classe élitiste choi­­sit de se couper du peuple et de reti­­rer les barreaux de l’échelle de l’as­­cen­­sion sociale – échelle que les membres de cette même caste n’ont pas hésité à gravir pour atteindre les sommets. Il y aura toujours d’autres moyens pour faire en sorte que cette ascen­­sion puisse se faire malgré tout, que ce soit de manière obli­­ga­­toire en taxant les riches et en prévoyant un filet de secours pour les plus dému­­nis ou, plus natu­­rel­­le­­ment, grâce à l’écou­­le­­ment des ressources du haut vers le bas. Toujours est-il que lorsque d’im­­por­­tantes richesses ont été accu­­mu­­lées, il est d’usage que l’odeur de l’argent engendre d’in­­croyables histoires, et donne nais­­sance à d’in­­croyables person­­nages.

ulyces-crockford-01
William Crock­­ford
Croqué près de Fish­­mon­­ger’s Hall
Thomas Jones, 1828

Prenez William Crock­­ford, qui débuta sa carrière à Londres comme pois­­son­­nier et devint un demi-siècle plus tard le self-made man le plus fortuné d’An­­gle­­terre. Crock­­ford accom­­plit cet exploit grâce à son extra­­or­­di­­naire talent : un don inéga­­lable pour le jeu. Un autre facteur l’aida gran­­de­­ment à faire fortune : avoir vécu au début du XIXe siècle, une période où la paix régnait en Europe après quatre décen­­nies de guerre. À cette époque, les jeunes aris­­to­­crates s’en­­nuyaient : après avoir été appe­­lés quelques années aupa­­ra­­vant à combattre Napo­­léon, ces jeunes gens se retrou­­vaient avec bien trop de temps libre. Résul­­tat, un engoue­­ment pour le jeu s’em­­para de la Régence (1815–1838), une période de l’his­­toire répu­­tée pour ses mœurs légères. Cet appé­­tit vorace pour l’argent facile rendit Crock­­ford riche et dépouilla une géné­­ra­­tion entière d’aris­­to­­crates britan­­niques. À l’apo­­gée de son succès, autour des années 1830, la fortune de l’an­­cien pois­­son­­nier pesait l’équi­­valent de 128 millions d’eu­­ros aujourd’­­hui, une somme qui prove­­nait dans sa quasi-tota­­lité de la poche même des aris­­to­­crates que Crockey avait initiés au luxueux enfer de la maison de jeu qu’il avait établi sur la célèbre St. James’s Street. Crock­­ford rencon­­tra très vite le succès dans sa quête person­­nelle, qui visait à soula­­ger les familles les plus éminentes d’An­­gle­­terre de leur fortune. Des familles dont les descen­­dants ne se sont toujours pas remis aujourd’­­hui de la rencontre de leurs ancêtres avec l’an­­cien pois­­son­­nier.

Le parieur

L’ori­­gine sociale de Crock­­ford ne le prédes­­ti­­nait pour­­tant pas à la richesse. Il naquit en 1775 dans un quar­­tier popu­­laire de Londres connu sous le nom de Temple Bar, fils et petit-fils de pois­­son­­niers. Ses parents l’éle­­vèrent pour qu’il reprenne les rennes l’en­­tre­­prise fami­­liale, il n’avait donc reçu que les fonda­­men­­taux en matière d’édu­­ca­­tion. Alors qu’il n’était encore qu’un adoles­cent, Crock­­ford décou­­vrit pour­­tant qu’il avait un don inné pour manier les chiffres. Il possé­­dait des quali­­tés dignes des plus grands génies lorsqu’il s’agis­­sait de calcu­­ler les proba­­bi­­li­­tés, quali­­tés qui l’éloi­­gnèrent rapi­­de­­ment d’une vie faite de cure­­tage, d’écaillage et de vente de pois­­sons. Vers la fin des années 1790, il devint parieur profes­­sion­­nel, renommé dans le cercle des courses de chevaux et autour des rings de boxe. Il commença égale­­ment à fréquen­­ter assi­­du­­ment les gambling hells de Londres, des salles de jeu bas de gamme où, comme l’ex­­plique le Baily’s Maga­­zine, « des gens pouvaient mettre en jeu leurs shil­­lings et leurs demi-couronnes » (soit envi­­ron 5 et 14 euros).

Ces clubs étaient des repaires du vice et n’avaient pour seul but que de soula­­ger la clien­­tèle de son argent, par tous les moyens possibles.

Il fallut du temps à Crock­­ford pour se hisser sur les cimes de ce milieu corrompu et vicieu­­se­­ment compé­­ti­­tif, et ce n’est qu’au début des années 1800 qu’il parvint à accu­­mu­­ler un capi­­tal suffi­­sant pour s’ins­­tal­­ler dans un quar­­tier huppé près de Picca­­dilly. Là-bas, se souvient Henry Blyth, on misait des sommes bien plus extra­­­va­­gantes, ce qui permet­­tait une ascen­­sion bien plus rapide. « Les parties étaient intenses et les joueurs n’étaient pas n’im­­porte qui : des négo­­ciants locaux aisés qui servaient des gens bien plus riches qu’eux, les riches eux-mêmes, des groupes de jeunes issus des clubs White’s ou Brooks’s, qui passaient par là et souhai­­taient se mêler au peuple pendant quelques heures. » Les clubs que Crock­­ford fréquen­­tait à présent se préoc­­cu­­paient beau­­coup plus de la fortune d’une personne plutôt que de son passé, et pouvaient se vanter d’ac­­cueillir une clien­­tèle variée, ce qui donna à l’an­­cien pois­­son­­nier l’op­­por­­tu­­nité de côtoyer des indi­­vi­­dus qui auraient sûre­­ment ignoré ce commerçant aux manières rustres dans d’autres circons­­tances. Ces clubs étaient cepen­­dant des repaires du vice et n’avaient pour seul but que de soula­­ger la clien­­tèle de son argent, par tous les moyens possibles. Une liste des employés d’une maison de jeu pendant la Régence vient en donner la confir­­ma­­tion. Pour un tel établis­­se­­ment, il fallait :

Un Direc­­teur, pour super­­­vi­­ser les jeux. Un Opéra­­teur, en charge de distri­­buer les cartes et qui, grâce à des tours de passe-passe, saurait abuser les clients. Deux Crou­­piers, pour obser­­ver le jeu et véri­­fier que les joueurs ne trichent pas. Deux Faux-Joueurs, qui jouent et gagnent de fortes mises pour leur­­rer les autres. Un Notaire, pour véri­­fier que les deux faux-joueurs dupent les clients et non la Banque. Un Apprenti, c’est-à-dire un  faux-joueur en forma­­tion. Un Beau-Parleur, dont la fonc­­tion est de parler fort pour répandre la rumeur que la Banque est perdante. Un Donneur, qui conserve en mémoire les dettes des clients contrac­­tées auprès de la Banque. Un Serveur, qui s’as­­sure que les clients ne sont pas sans rien à boire et qui n’hé­­site pas à remplir leurs verres – une manœuvre qui peut égale­­ment servir à détour­­ner leur atten­­tion lorsqu’ils sont en train d’être dupés. Un Avocat, pour servir au mieux les inté­­rêts de la banque à long-terme lorsque la légi­­ti­­mité du jeu est remise en ques­­tion… 

Viennent s’ajou­­ter à tous ces rôles une dizaine d’autres plus éton­­nants encore, ce qui révèle que  la quasi-tota­­lité des membres du person­­nel d’un gambling hell s’em­­ployait à duper les clients.

ulyces-crockford-02
Le lieu de nais­­sance de Crock­­ford
Quar­­tier de Temple Bar
Londres

Il faut être doté de sacrés talents pour pouvoir prétendre survivre dans un tel envi­­ron­­ne­­ment, mais les expé­­riences de Crock­­ford à Picca­­dilly lui ensei­­gnèrent d’ines­­ti­­mables leçons. La première est qu’il n’est pas néces­­saire de tricher pour gagner l’argent d’un parieur : le calcul simple et effi­­cace des proba­­bi­­li­­tés permet à la banque de rempor­­ter la victoire dans une partie honnête. Une autre leçon, liée à la première, est le besoin vital de faire croire aux clients qu’ils conservent un certain contrôle sur la partie, quel qu’en soit le résul­­tat, même si en réalité, tout repose sur la chance. C’est pour cette raison que Crock­­ford déve­­loppa le hazard dans son club, un ancien jeu de dés, l’an­­cêtre du craps, dont les profits s’éle­­vaient pour la banque à hauteur de 1,5 % en moyenne. La troi­­sième leçon apprise par Crock­­ford était que pour séduire les grandes fortunes de la Régence afin de les amener à jouer chez lui, il fallait mettre ces gens à l’aise et les faire se sentir comme chez eux. Il fallait donc aména­­ger un établis­­se­­ment qui fût confor­­table, à la mode et privé, où le jeu ne serait qu’une attrac­­tion parmi d’autres.

Obte­­nir les fonds pour construire un palace dédié au jeu ne fut pas chose aisée, d’au­­tant qu’il fallait être doté d’une opulence osten­­ta­­toire ainsi que d’une banque consé­quente pour appâ­­ter les joueurs les plus invé­­té­­rés. Crock­­ford fut assez intel­­li­gent pour se rendre compte qu’il ne pouvait bâtir sa fortune simple­­ment sur les jeux de hasard. Lorsqu’il jouait pour son propre compte, il avait un penchant prononcé pour les cartes, le cribs plus parti­­cu­­liè­­re­­ment, un jeu où les compé­­tences du parieur entrent en consi­­dé­­ra­­tion et où le meilleur gagne. Comme au poker toute­­fois, la chance fait partie inté­­grante du jeu et occupe une place suffi­­sam­­ment impor­­tante qui pousse le joueur à croire qu’il est maître de l’is­­sue du jeu.

Le Crock­­ford’s

L’heure de gloire de Crock­­ford advint peu de temps avant la bataille de Trafal­­gar. Alors qu’il jouait au cribs dans une taverne bapti­­sée The Grapes, près de St James’s Street, il rencon­­tra un riche boucher qui s’ima­­gi­­nait être un joueur très doué avec les cartes. « C’était un vantard, un homme riche et stupide, explique Blyth, exac­­te­­ment le genre de personnes que William Crock­­ford recher­­chait… À peine le boucher a-t-il commencé à perdre que sa confiance en lui s’est ébran­­lée et il s’est mis à très mal jouer. Plus il perdait, plus il deve­­nait impru­dent, il tentait le tout pour le tout, afin de se sortir de la situa­­tion déli­­cate dans laquelle sa témé­­rité l’avait placé. » Quand Crock­­ford en eut terminé avec lui, l’homme avait perdu 1 700 £, l’équi­­valent de 200 000 euros aujourd’­­hui. C’était une somme suffi­­sante pour que le pois­­son­­nier puisse ouvrir son propre enfer du jeu, dans une rue située à quelques mètres de Buckin­­gham Palace. Quelques années plus tard, il s’of­­frit le luxe d’un parte­­na­­riat avec l’un des plus célèbres clubs en vue de l’époque, le Watier’s, sur Bolton Row, un endroit fréquenté par Lord Byron et les dandys, les riches déten­­teurs du goût et de la mode, avec pour chef de file Beau Brum­­mel. Le Watier’s acquit une répu­­ta­­tion non seule­­ment pour sa grande sophis­­ti­­ca­­tion, mais égale­­ment pour les paris élevés qu’il était possible d’y faire. Blyth pour­­suit : « Les gérants de l’éta­­blis­­se­­ment étaient très conscients du carac­­tère privé et sélect de l’en­­droit, ils refu­­saient tout le monde mis à part la crème de la société, et la présence des membres des coun­­try-houses – qui n’était pas assez raffi­­nées – n’était pas souhai­­tée. » L’édu­­ca­­tion en auto­­di­­dacte de Crockey était main­­te­­nant termi­­née, et avant sa querelle avec le prin­­ci­­pal gérant du club, Josiah Taylor, l’idée du parfait gambling hell avait fait son chemin dans l’es­­prit du pois­­son­­nier. Le Crock­­ford’s, le club qu’il ouvrit le 2 janvier 1828, était volon­­tai­­re­­ment éloi­­gné du Watier’s et se trou­­vait sur St. James’s Street. L’éta­­blis­­se­­ment faisait concur­­rence aux plus grands et aux plus beaux coun­­try-clubs : un style moins ampoulé que le White’s, établi depuis fort long­­temps, mais tout aussi sélect. L’équipe était compo­­sée de quarante personnes aux manières irré­­pro­­chables, toutes vêtues d’un uniforme. Les clients du club étaient tous des aris­­to­­crates, que Crock­­ford avait rencon­­trés pour la plupart au cours de ses nombreuses soirées passées au Watier’s.

ulyces-crockford-03
Crock­­ford’s Club
St. James’s Street
Vers 1830

L’adhé­­sion au club se faisait de manière auto­­ma­­tique pour les ambas­­sa­­deurs étran­­gers et pour les héri­­tiers des familles nobles britan­­niques, ainsi que le souhai­­tait le proprié­­taire. L’une des plus grandes forces de Crockey était son savoir ency­­clo­­pé­­dique concer­­nant les ressources finan­­cières des jeunes aris­­to­­crates. « C‘était un Domes­­day Book ambu­­lant, précise le maga­­zine Bent­­ley’s Miscel­­lany, ce fameux livre dans lequel sont enre­­gis­­trés tous les rensei­­gne­­ments sur la nais­­sance d’un poten­­tiel héri­­tier de fortune notoire. En effet, il en savait bien souvent plus sur les origines d’un héri­­tier que l’hé­­ri­­tier lui-même. » Il ne s’épar­­gnait aucun effort dans sa quête de pigeons fortu­­nés, et lorsque ses cibles attei­­gnaient l’âge requis, il les enjoi­­gnait à passer les portes du club, qu’on avait bien surnommé « le club du pois­­son­­nier ». « Personne ne peut décrire la splen­­deur et l’exal­­ta­­tion constantes dans lesquelles vivait Crockey lors des premières années », écri­­vait l’un des plus passion­­nants chro­­niqueurs sur le quoti­­dien du club, le Capi­­taine Rees Gronow, un soldat gallois habi­­tué du Shel­­ley’s qui fut le témoin de la plupart des événe­­ments les plus drama­­tiques de sa courte histoire. « Toutes les célé­­bri­­tés d’An­­gle­­terre étaient membres de ce club… L’am­­biance était toujours joyeuse et festive, l’éta­­blis­­se­­ment n’était jamais vide, du soir au matin on pouvait assis­­ter aux joutes verbales les plus vives, aux conver­­sa­­tions les plus brillantes, écou­­ter les anec­­dotes les plus crous­­tillantes entre­­cou­­pées de discus­­sions poli­­tiques sérieuses ou de réflexions sensées sur n’im­­porte quel sujet conce­­vable, le tout émanant de soldats, d’éru­­dits, d’hommes d’af­­faires, de poètes ou d’épi­­cu­­riens… Du beau monde qui termi­­nait les bals et les soirées sur un dîner et une partie de hazard chez le vieux Crockey. L’at­­mo­­sphère du club était excel­­lente, elle conve­­nait aux plus grands gent­­le­­men. Rien à voir avec la vulga­­rité, la fami­­lia­­rité ou le manque de savoir-vivre qui faisaient tomber en disgrâce les autres petits clubs de l’époque. » Ce dernier point permet d’ex­­pliquer le succès de Crock­­ford. Géné­­rer de gros profits néces­­si­­tait un savoir-faire pour atti­­rer des hommes assez riches pour se permettre de jouer de manière extra­­­va­­gante, ou de « jouer intense », si l’on reprend les termes de l’époque. Mais ces mêmes hommes devaient égale­­ment s’en­­nuyer et, idéa­­le­­ment, être assez stupides pour vouloir risquer leurs fortunes entières. En d’autres termes, Crock­­ford devait atti­­rer les aris­­to­­crates et les gent­­le­­men plus que les busi­­ness­­men qui avaient, seuls, amassé leur fortune. Peut-être que le mouve­­ment stra­­té­­gique le plus habile de Crock­­ford fut d’em­­bau­­cher Eustache Ude en tant que chef de cuisine. Ude était le chef français le plus renommé d’une époque qui consi­­dé­­rait la cuisine française comme la plus raffi­­née au monde. Si l’on en croit les membres du Crocky’s, Ude était ni plus ni moins le meilleur chef cuisi­­nier sur Terre. Il avait appris son art à la cour de Louis XVI et s’était fait connaître pendant ses années au service de la mère de Napo­­léon, avant de traver­­ser la Manche afin de travailler pour le compte de Sefton.

Une fois dans la salle de jeu du club, les clients pouvaient miser des sommes colos­­sales pour se sentir vivants, l’es­­pace d’un instant.

Crock­­ford dépen­­sait 2 000 £ par an (envi­­ron 220 000 €) pour s’of­­frir ses services, une dépense qui en valait large­­ment la peine. La cuisine du Crock­­ford fut accueillie avec ferveur car elle offrait autre chose que les tradi­­tion­­nels légumes, viandes et gâteaux bouillis propo­­sés dans les autres clubs. Les œufs de maque­­reau reve­­nus dans du beurre clari­­fié étaient la spécia­­lité d’Ude. Le chef passionné se démarquait égale­­ment par son tempé­­ra­­ment gaulois : on se souvient qu’un jour, il sortit de sa cuisine en trombe pour s’ex­­pliquer avec un client mécon­tent de payer un surplus pour une sauce exquise que le chef avait prépa­­rée lui-même.  « L’im­­bé­­cile pense peut-être que le mulet rouge est sorti de l’océan avec ma sauce dans les poches ! » avait fulminé Ude, pour le plus grand plai­­sir des autres convives. « On offrait aux membres du Crock­­ford’s, le meilleur choix de nour­­ri­­ture et de vins, conclut A. L. Humphreys,  puis on les entraî­­nait dans la salle de jeu sans diffi­­culté aucune. » Une fois dans la salle de jeu du club, les clients pouvaient miser des sommes colos­­sales pour se sentir vivants, l’es­­pace d’un instant. En 1827, l’an­­cien pois­­son­­nier était déjà riche. Si l’on en croit Gronow, sa fortune se construi­­sit sur 100 000 £ (l’équi­­valent de 11 millions d’eu­­ros) qu’il gagna en l’es­­pace de 24 heures lors d’une partie de hazard contre trois hommes qui devinrent plus tard les membres fonda­­teurs de sa maison de jeu : Lord Thanet, Lord Gran­­ville et Lord Edward Hughes Ball Hughes. Ce dernier, qui cour­­tisa et sédui­­sit par ailleurs une danseuse espa­­gnole de 16 ans du nom de Maria Mercan­­dotti, la diva la plus fougueuse de l’époque, était à la tête d’une fortune si remarquable que la société de la Régence le surnom­­mait « The Golden Ball ». En 1828, raconte Blyth, Crock­­ford avait déjà triplé ses premiers gains et se trou­­vait désor­­mais en mesure de renflouer sa banque avec 5 000 £ (525 000 €) chaque soir pour répondre aux attentes de sa clien­­tèle. Les règles de la maison stipu­­laient que le maître de ce lieu infer­­nal ne pouvait pas fermer avant que chaque centime ne fût mis en jeu. En pratique, Crock­­ford, lorsqu’il faisait face à une mauvaise passe, rajou­­tait 10 000 £ ou 15 000 £ à la somme de base afin de recou­­vrer ses dettes. Peut-être devenu méfiant au vu de son expé­­rience au Watier’s, club qui se diri­­gea petit à petit vers la faillite à cause des fraudes de ses employés, Crock­­ford se tenait derrière un bureau dans un coin de la pièce et obser­­vait le dérou­­le­­ment des jeux et des milliers de paris qui se faisaient et se défai­­saient. Dans un coin opposé était assis « l’Ins­­pec­­teur », un certain M. Guy, qui du haut de sa chaise conser­­vait les traces de tous les paris, de toutes les dettes des clients ainsi que de celles de Crock­­ford. Ce dernier faisait confiance à Guy et le rému­­né­­rait en consé­quence, avec un salaire dépas­­sant parfois les 50 £ (envi­­ron 6000 €) par semaine, ce à quoi s’ajou­­taient des pour­­boires telle­­ment extra­­­va­­gants que l’homme avait amassé une fortune avoi­­si­­nant les 30 000 £ (soit 3 millions d’eu­­ros). Son prin­­ci­­pal devoir, rapporte Blyth, était de faire en sorte que « le rythme des jeux ne ralen­­tisse pas, et que le tinte­­ment des dés sur la piste ne cesse jamais ; que ce bruit telle­­ment stimu­­lant, qui produi­­sait un effet érotique sur les joueurs invé­­té­­rés, ne cesse jamais. » Tous ceux qui ont écrit à propos du Crock­­ford’s assurent que presque tous les plus éminents membres de la société britan­­nique en étaient clients. Il s’agit là d’une exagé­­ra­­tion, notam­­ment car le club était unique­­ment réservé aux hommes, mais il n’em­­pêche que le registre des entrées était impres­­sion­­nant.

My Lowd

Le client le plus âgé du Crock­­ford’s était le Duc de Welling­­ton, vainqueur de la bataille de Water­­loo et premier ministre de 1828 à 1830, de loin l’homme le plus respecté du pays à l’époque. Welling­­ton, âgé de 60 ans lorsque le Crock­­ford’s ouvrit ses portes, il n’avait rien du joueur typique qu’on trou­­vait dans le club car il rete­­nait ses mises, mais Blyth note que sa présence suffi­­sait à « créer une atmo­­sphère de rete­­nue et de poli­­tesse ». La grande majo­­rité des membres du club était très sérieuse, bien qu’il s’agisse de joueurs invé­­té­­rés. On estime que l’équi­­valent de 32 millions d’eu­­ros chan­­gèrent de main au cours des deux premières saisons du Crock­­ford’s. Lord Rivers perdit 23 000 £ ( 2,4 millions d’eu­­ros) en une seule nuit, tandis que le comte de Sefton – un gaspilleur que l’écri­­vain Charles Greville quali­­fiait de « natu­­rel­­le­­ment bon vivant mais à l’édu­­ca­­tion négli­­gée » – aurait perdu envi­­ron 250 000 £ (près de 26 millions d’eu­­ros) au fil des années. Le comte mourut endetté auprès de Crock­­ford à hauteur de plus de 4 millions d’eu­­ros, une dette que son fils se sentit obligé de rembour­­ser.

ulyces-crockford-04
Gent­­le­­men
La table de jeu d’un club célèbre
XIXe siècle

Humphrey dres­­sait à l’époque un portrait, signé sous pseu­­do­­nyme, de l’at­­ti­­tude de Crock­­ford au jeu, qui laisse appa­­raître l’an­­cien pois­­son­­nier comme un homme miel­­leux avec un accent cock­­ney à la Sam Weller, le person­­nage de Dickens qui prononce ses « R » comme des « W ». « Lors d’une soirée en juin dernier, Lord Ashgrove a perdu 4 000 £ (440 000 €), une somme qui, comme il l’a fait remarquer au comte de Link­­wood, repré­­sen­­tait les derniers reve­­nus en sa posses­­sion. Le noble Lord possé­­dait cepen­­dant d’in­­dé­­niables ressources. “— Je vous pwie de m’ex­­cu­­ser, My Lowd, a commencé Crock­­ford en s’in­­cli­­nant très maladroi­­te­­ment – c’était là le mieux qu’il pouvait faire. Vous ai-je bien entendu diwe que vous n’aviez plus d’awgent ? My Lowd, voici la banque, a-t-il dit en la montrant du doigt, si votwe souv­­wai­­neté le souhaite, 1 000 £ ou 2 000 £ sont à votwe sewvice, votre souv­­wai­­neté. — Monsieur Crock­­ford, vrai­­ment, vous êtes mon obligé, mais je ne pense pas jouer plus long­­temps ce soir. — Ashgrove, est inter­­­venu le comte de Kintray, accep­­tez l’offre géné­­reuse de 2 000 £ de Crock­­ford, peut-être allez-vous rega­­gner ce que vous avez perdu. — Wien, je vous assuwe My Lowd, ne me fewait plus gwand plai­­siw que de vous donner cet awgent, a insisté Crock­­ford. — Eh bien, donnez-moi ces 2 000 £.” Crock­­ford a plongé ses mains derrière la banque et en a ressorti les 2 000 £ pour les tendre au Lord. “— P’têtwe que My Lowd peut cont­­wac­­ter une dette et me payer w-à sa conve­­nance. — Je serai en mesure de vous rembour­­ser dans un ou deux mois, a affirmé le Lord, en tendant au pois­­son­­nier la recon­­nais­­sance de dette. — My Lowd est aimable, twès aimable.” » Crock­­ford ne conser­­vait aucun docu­­ment écrit, et les habi­­tués étaient de tels gent­­le­­men qu’ils ne manquaient jamais de lui rappe­­ler leurs dettes, il est donc impos­­sible de savoir quelles sommes furent gagnées ou perdues jusqu’à la mort du proprié­­taire du club. On dit qu’il mourut le cœur brisé, à cause d’une énorme perte lors d’une fameuse course de Derby truquée de l’an­­née 1844. Le plus grand chro­­niqueur rela­­tant les hauts et les bas du club reste persuadé que les dettes de Crock­­ford à sa mort étaient colos­­sales. « On peut aisé­­ment affir­­mer, et sans exagé­­rer, tranche Gronow en connais­­sance de cause, que Crock­­ford a engrangé tout l’argent facile qu’il était possible d’en­­gran­­ger à l’époque. » Une épitaphe dont l’an­­cien pois­­son­­nier aurait sans aucun doute été extrê­­me­­ment fier.


Traduit de l’an­­glais par Delphine Sicot d’après l’ar­­ticle « Crock­­ford’s Club: How a Fish­­mon­­ger Built a Gambling Hall and Bankrup­­ted the British Aris­­to­­cracy », paru dans le Smith­­so­­nian. Couver­­ture : Londres sous la Régence.

Down­load Nulled WordP­ress Themes
Down­load WordP­ress Themes
Down­load WordP­ress Themes Free
Down­load Best WordP­ress Themes Free Down­load
free online course
Download Best WordPress Themes Free Download
Download Premium WordPress Themes Free
Download Best WordPress Themes Free Download
Premium WordPress Themes Download
free download udemy course

Plus de monde