Ce maquillage futuriste permet d’échapper aux systèmes de reconnaissance faciale

par   Nicolas Prouillac   | 26/07/2017

Crédits : Grigory Bakunov

Grigory Bakunov n’est pas n’importe qui. Directeur de la technologie chez Yandex, l’équivalent de Google pour le public russophone, il est aussi l’animateur d’un podcast écouté chaque semaine par plus d’un demi-million de personnes. Et s’il y a bien une chose qui effraie Grigory Bakunov, ce sont les progrès effrayants de l’intelligence artificielle en matière de surveillance. C’est la raison pour laquelle l’ingénieur russe a développé un algorithme capable de tromper les systèmes de reconnaissance faciale les plus sophistiqués… avec du maquillage.

Crédits : Grigory Bakunov

La reconnaissance faciale est une réalité. On se souvient par exemple qu’à Nice, avant l’Euro 2016, la technologie avait été testée sur les caméras de la voie publique pour identifier de potentiels fauteurs de troubles. Naturellement, c’est aussi le cas à Paris, Londres, New York ou Moscou… bref, tous les systèmes de surveillance des grandes villes sont aujourd’hui boostés à l’IA. Ce n’est pas un scoop, même BFMTV est au courant. « Les systèmes de reconnaissance faciale sont utilisés par différentes personnes à des fins diverses, et il est impossible de se déplacer à Moscou en évitant les caméras », écrivait Grigory Bakunov sur le site telegra.ph le 14 juillet dernier. Mais il a trouvé une faille dans la matrice.

L’ingénieur russe a développé un algorithme capable de cacher l’identité d’une personne aux yeux de l’intelligence artificielle. « Un algorithme simple mais efficace que j’ai développé très vite », raconte-t-il. « Il était capable de générer un maquillage facial capable de tromper les caméras de surveillance, à l’aide de quelques lignes seulement sur le visage. »

Si Grigory Bakunov écrit au passé, c’est qu’il a malgré tout décidé de ne pas commercialiser le projet, après avoir réalisé qu’il offrirait un moyen simple aux criminels de berner les banques et la police. « C’est la raison pour laquelle j’ai pris la décision de ne pas le lancer sur le marché, il y avait trop de risques pour qu’il soit utilisé à de mauvaises fins. » Il en aura probablement inspiré quelques-uns au passage.

Grigory Bakunov, dont le visage est aisément reconnaissable

Sources : telegra.ph/BFMTV