Cette ville espagnole va expulser 5000 pigeons et les envoyer 760 km plus loin

par   Dylan Kuperblum   | 03/12/2018
Crédits : Lucas Cleutjens

Pour faire face à l’augmentation constante de sa population de pigeons, le conseil municipal de la ville de Cadix, en Andalousie, a lancé une campagne de lutte contre la prolifération de ces oiseaux dans la région, qui se traduira par la délocalisation de 5 000 pigeons à 760 kilomètres de là, près de Valence, rapportait le quotidien espagnol El Paisle 2 décembre dernier.

En effet, au cours des derniers mois, le conseil municipal a constaté une augmentation de la population de Columba livia, une espèce de pigeon sauvage qui vit généralement dans les espaces urbains. Après recensement, ils seraient 8 000 individus dans la ville. Les autorités locales ont donc élaboré un plan afin de réduire ce chiffre à 2 500, au maximum. Plutôt que de les empoisonner, ils captureront les pigeons dans les différents points de la ville où ils se concentrent, à l’aide notamment de pièges, avant de les relâcher à des centaines de kilomètres de là.

Les milliers d’oiseaux à déplacer seront catalogués et testés avant d’être transportés à au moins 275 km pour être relâchés. En cours de route, les pigeons passeront également un bilan de santé. Les responsables locaux ont déclaré qu’il s’agissait d’une solution « plus respectueuse et durable ». Álvaro de la Fuente, conseiller environnemental de Cadix, a déclaré que « la gestion de la population de pigeons existants ne signifie pas nécessairement leur éradication de la zone urbaine ».

Au lieu de cela, il explique que l’objectif est d’obtenir un « équilibre logique » entre les oiseaux, les humains et les autres espèces qui vivent en milieu urbain. Mais les pigeons se reproduisent rapidement. La ville envisage ainsi d’imprimer des milliers de tracts qui rappellent au public de ne pas suralimenter les pigeons restants, ce qui contribue à faire gonfler leur population. Bien que le processus de capture et de transfert des pigeons ait déjà commencé, il ne devrait pas se terminer avant un an.

Source : El Pais

INTO THE WILD