En pleine tension avec les USA, la Russie dévoile un canon laser menaçant

par   Ulyces   | 05/12/2018
Crédits : Ministère de la Défense russe

La coïncidence est troublante. Hier, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo agitait la menace d’un retrait des États-Unis du Traité INF sur l’armement nucléaire, en arguant que la Russie « ne respecte pas ses obligations de manière vérifiable ». Ce mercredi 5 décembre, la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, a déclaré qu’il s’agissait d’ « accusations sans fondement ». Et pour appuyer son propos, le ministère de la Défense russe a annoncé la mise en service du système de combat laser Peresvet, dans un communiqué de l’agence de presse TASS.

Talonnant les États-Unis et la Chine sur le sujet, la Russie tient donc à faire savoir au monde que si la situation dégénère entre les deux puissances, elle dispose d’un canon laser flambant neuf pour faire face à toute hostilité. Le ministre de la Défense de la Fédération, de Russie a ainsi déclaré ce matin dans le journal de l’armée russe Krasnaïa Zvezda, que « les systèmes laser Peresvet, basés sur de nouveaux principes physiques, sont entrés en service et sont actuellement testés par les forces armées russes ». De quoi passer de belles vacances de Noël.

Le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF), entré en vigueur en 1987, concerne le démantèlement par les États-Unis et la Russie (l’URSS à l’époque) d’une catégorie spécifique de missiles capables de transporter des ogives nucléaires. Jalon important de la résolution de la guerre froide, l’intention de Donald Trump de retirer son pays du traité, au motif que l’autre partie ne respecterait pas l’accord, menace de conduire les deux pays à une nouvelle escalade potentiellement destructrice dans leur course à l’armement.

« Si le Traité INF est détruit, nous ne resterons pas sans répondre », a déclaré aujourd’hui le chef d’état-major des forces armées russes Valéri Guérassimov. « Vous devez comprendre que la cible des représailles russes ne sera pas le territoire américain, mais les pays où les missiles à portée intermédiaire seront déployés. » C’est-à-dire pas très loin de chez nous. La réponse ne s’est pas faite attendre.

Source : TASS

AILLEURS DANS LE MONDE