Le jour où El Chapo a perdu 20 tonnes de coke en mer car le capitaine voyait des fantômes

par   Dylan Kuperblum   | 04/12/2018

Lors de sa première journée en tant que témoin de l’accusation au procès d’El Chapo, Juan Carlos Ramírez Abadía, narcotrafiquant colombien plus connu sous le nom de Chupeta, a déclaré au jury qu’il avait rencontré Joaquín Guzmán pour la première fois en 1990 dans le hall d’un hôtel à Mexico, rapportait le New York Times le 3 décembre dernier. C’est ainsi qu’a commencé une alliance fructueuse entre le Mexicain et le Colombien. Durant près de 20 ans, cette entente a permis à près de 400 tonnes de cocaïne colombienne d’être transférées au Mexique avant de passer la frontière américaine.

Initialement, les partenaires transportaient la cocaïne en avion, vers les pistes d’atterrissage secrètes de Guzmán au Mexique. Mais plus tard, ils se sont tournés vers les bateaux de pêche, échangeant leur cargaison lors de réunions secrètes en mer. À la barre, le leader du cartel Norte del Valle raconte un épisode durant lequel un bateau transportant 20 tonnes de cocaïne a disparu en mer…

C’était au début des 1990, Chupeta envoyait des bateaux de pêche chargés de cocaïne depuis les eaux colombiennes jusqu’au large des côtes du Mexique. Un bateau de pêche lesté de 20 tonnes de cocaïne devait être reçu par Amado Carrillo Fuentes, chef du cartel de Juárez à l’époque allié de Guzman. Mais le capitaine du bateau de Chupeta, un mexicain cocaïnomane, a consommé de si grandes quantités de cocaïne pendant le voyage qu’en approchant des côtes mexicaines, il s’est mis à avoir des hallucinations et croyait voir des gardes-côtes américains prêts à lui tendre un piège… puis des fantômes. Craignant d’être pris, il a coulé le navire et noyé 400 millions de dollars de cocaïne.

Chupeta s’est alors rendu directement à Acapulco avec Amado et, en hélicoptère, ils se sont mis à chercher la cocaïne perdue. En vain. « Rien, rien d’autre que la mer », témoigne aujourd’hui Chupeta. Pendant un an, Amado a continué les recherches. Et, miracle, il a retrouvé le bateau. Des plongeurs sont alors partis récupérer la drogue et par « chance », seule une partie de la cocaïne était endommagée par l’eau de mer. Depuis cet incident, il n’a plus employé de capitaines mexicains pour la tâche, « que des Colombiens », raconte-t-il.

Source : The New York Times

PLUS DE TRUCS ÉPIQUES