fbpx

Une créa­ture a décimé trois grands requins blancs juste pour dévo­rer leur foie

par   Nicolas Prouillac et Arthur Scheuer   | 12 mai 2017

Crédits : Marine Dyna­mics/Face­book C’est une scène de crime comme on n’en avait jamais vu. Sur une période de quatre jours à comp­ter du 3 mai, les corps sans vie de trois grands requins blancs se sont échoués sur une plage sud-afri­caine, à 2 h 30 au sud de Cape Town. Les trois cadavres présen­taient la même bles­sure repous­sante : une abla­tion à vif du foie. À l’un d’eux, il manquait aussi son cœur. Ce triple meurtre sauvage n’a pas été perpé­tré par des pêcheurs sans remords mais par une créa­ture marine. Les enquê­teurs dépê­chés sur place se sont trou­vés devant une énigme : quel animal a-t-il pu causer des bles­sures mortelles d’une préci­sion chirur­gi­cale à l’un des plus dange­reux préda­teurs que la Terre ait connu ? Après l’au­top­sie des cadavres, les experts en requins de Marine Dyna­mics ont fini par conclure qu’ils avaient proba­ble­ment été tués par des orques. Les grands requins blancs ont peu d’en­ne­mis, mais les céta­cés en font partie. Ils sont clas­sés parmi les « super­pré­da­teurs ». Le rapport des scien­ti­fiques se conclue ainsi : « Il semble que des orques aient causé leur mort, après autop­sie. La nature peut être cruelle et la dexté­rité dont ces énormes animaux sont capables est incroyable tandis qu’ils ôtent le foie riche en squa­lène des requins et aban­donnent leur carcasse. » Habiles et gour­mets, les orques raffo­le­raient de l’huile de foie de requins, qu’ils prélèvent direc­te­ment sur leurs porteurs lorsqu’ils les croisent dans leurs chasses brutales. Terri­fiant. Source : Marine Dyna­mics/Face­book