par Servan Le Janne | 7 juin 2018

Les darons

Gucci Mane s’est assagi. Depuis qu’il est sorti de prison, en mai 2016, son nom a disparu de la rubrique faits divers, comme la glace fond au soleil. Désor­­mais marié, le rappeur au cône tatoué sur la joue enchaîne pour­­tant toujours les saillies outran­­cières. « And my bitch look so good these bitches wanna fuck her too », parade-t-il dans un extrait de son prochain album, The Evil Genius, dévoilé mardi 29 mai 2018. Sur la terrasse d’un appar­­te­­ment en front de mer, Guwop tient une grosse liasse de billets dans la main droite en guise d’éven­­tail. Derrière lui, le vent courbe les palmiers et propage le son de sa voix.

Un écho se fait entendre de l’autre côté de l’At­­lan­­tique. Alors que les portes d’un ascen­­seur s’ouvrent sur un chauve qui fume dos à la sortie, lais­­sant échap­­per des volutes de fumée, une voix se met à mitrailler un mantra salace. « Pu pu pu pu pu pu pu pute », dégaine Alkpote sans somma­­tion dans le clip de « Trapé­­zistes », un morceau de son dernier album, Inferno. Comme il en a l’ha­­bi­­tude, le rappeur de l’Es­­sonne met du sale jusque dans la ponc­­tua­­tion. « C’est nous les rois de la trap, les trapé­­zistes », pour­­suit-il sur le refrain, comme un écho au « Trap King » Gucci Mane.

Dans la station essence qui sert de décor au clip, ce « porno­­crate » reven­­diqué est entre autres accom­­pa­­gné de Niska et Vald, des artistes qu’il a déjà invi­­tés pour des mixtapes. Alors que le premier, lui aussi origi­­naire d’Évry, parti­­ci­­pait aux Marches de l’Em­­pe­­reur Saison 2, le second posait déjà sur « Meilleur Lende­­main » en 2015. « Tous ces nouveaux rappeurs savent bien que je suis leur daron », plas­­tron­­nait Alkpote dans cet extrait de l’Orgas­­mix­­tape volume 2. « Tous ces rappeurs sont mes enfants », jurait de son côté Gucci Mane au détour de « All My Chil­­dren », en 2016, extrait de son album de sortie de prison Every­­body Looking.

Alkpote « a forcé de tous les côtés pour entrer dans le milieu du rap, pour obte­­nir des featu­­rings, parti­­ci­­per à des free­­styles », selon le rédac­­teur en chef du maga­­zine de rap Capt­­cha, Geno Maes­­tro. « C’est vrai­­ment un truc qu’il a voulu. Quand le label Neochrome lui a proposé un contrat il a dit : “Seule­­ment si vous signez aussi mon binôme d’Unité 2 Feu, Katana”. » Une fois son paraphe apposé, en 2006, Alkpote a rapi­­de­­ment fait parler son instinct pater­­nel en réunis­­sant La Crème du 9.1. sur un album en 2009.

Crédit : Esta­­ban Wautier

Non content de tendre le micro dans l’Es­­sonne, il en a peu à peu débordé les fron­­tières pour jouer le parrain d’une confré­­rie de Seine-Saint-Denis au sein de laquelle évoluent Vald, Biffty ou encore le produc­­teur DJ Weedim. Ces jeunes artistes ne cachent pas leur admi­­ra­­tion pour leur aîné de 37 ans. « Il a ce truc de “rappeur préféré des rappeurs”, beau­­coup sont fans de lui et beau­­coup lui empruntent énor­­mé­­ment », constate Geno Maes­­tro. Niska vante par exemple son « écri­­ture de dingue ».

Gucci Mane est lui aussi « un écri­­vain phéno­­mé­­nal », juge le jour­­na­­liste améri­­cain Neil Marti­­nez-Belkin, coau­­teur de sa biogra­­phie. Pion­­nier de la musique trap à Altanta, il met du reste volon­­tiers en lumière sa nouvelle géné­­ra­­tion de rappeurs. Dans l’an­­née qui a suivi leur rencontre, à l’au­­tomne 2012, Guwop a ainsi souf­­flé plusieurs noms à l’oreille de Neil Marti­­nez-Belkin. « Très tôt, il me parlait de Scoo­­ter, de Young Dolph, tous ces mecs géniaux. J’ai appris l’exis­­tence de Young Thug et de beau­­coup d’autres quand Gucci m’a dit : “J’ai ce mec en studio.” » Sous leurs dehors indo­­lents, Gucci Mane et Alkpote savent en fait tendre la main comme on la leur a parfois tendue.

Trafic

Avant de deve­­nir la figure emblé­­ma­­tique du rap d’At­­lanta, Radric Davis a grandi à Besse­­mer, à côté de Birmin­­gham, dans l’Ala­­bama. Bien que peu présent, le père de la famille l’a marqué à vie : en plus de notions de magie, il lui a trans­­mis son surnom. Le Gucci Mane origi­­nal avait hérité du goût pour la mode que son propre père a déve­­loppé lors de missions pour l’ar­­mée en Italie. Il a simple­­ment ajouté au nom de la marque italienne « mane », un terme qui signi­­fie « man » dans l’Ala­­bama. « Mon père m’a appris à jauger les gens et à lire leur langage corpo­­rel pour en tirer profit », raconte Radric Davis dans sa biogra­­phie.

Adoles­cent, il tire surtout profit de l’argent des consom­­ma­­teurs de weed et d’autres substances illé­­gales. Alkpote paraît lui aussi bien les connaître sans trop s’épan­­cher sur le sujet avec les jour­­na­­listes. En 2009, il défi­­nit le morceau « Trafic » d’Unité 2 Feu comme « un nouveau son pour tous mes trafiquants de drogues ». Trois ans plus tôt, « Légi­­time Défonce » parlait d’un jardin rempli de « toxi­­cos qui sniffent avec des junkies, des tasse­­pés, des call-girls ». On peut aussi entendre « on a grandi entre cravbi, trafic, le C4 qui s’plas­­tique, et l’hô­­pi­­tal psychia­­trique » sur l’al­­bum La Crème d’Île-2-France.

Gucci Mane au William­s­burg Water­­front
Crédit : Jason Persse

Né en 1981 à Paris, ce fils de plom­­bier tuni­­sien gran­­dit avec ses parents, « à trois dans une unique pièce près des clochards », raconte-t-il dans le morceau « Mon Histoire ». Après la nais­­sance d’un deuxième garçon, la famille démé­­nage à Évry où les rejoignent bien­­tôt deux filles. La scola­­rité d’Atef Kahlaoui – son nom au civil – est compliquée, recon­­naît-il sans trop de détails. Après avoir redou­­blé sa sixième, le jeune homme fréquente le lycée Baude­­laire d’Évry et entame une forma­­tion en plom­­be­­rie. « À me voir m’au­­to­­dé­­truire ma famille a les nerfs », rappe-t-il. Influencé par des Améri­­cains comme Mobb Deep, il s’as­­so­­cie avec Katana pour fonder Unité 2 Feu à 17 ans.

Lui aussi fan de Mobb Deep, Gucci Mane rappe à partir de l’âge de 14 ans. Après avoir édité 1 000 copies de son premier disque, La Flare, signé sur Str8 Drop Records, il connaît le succès grâce au morceau « So Icy » en 2004. Par l’in­­ter­­mé­­diaire d’un ami dont le petit frère rappe, Radric Davis rencontre le produc­­teur Zayto­­ven. En 2006, alors qu’il travaille sur son quatrième opus – le premier sur un gros label –, un autre beat­­ma­­ker qui pèse le présente à des collègues. « C’est le mec dont je vous parlais, le mec que personne n’aime, vous savez celui pour­­suivi pour meurtre », intro­­duit Scott Storch. « Ma mâchoire s’est décro­­chée », raconte Gucci dans son auto­­bio­­gra­­phie. « Ce n’est pas comme ça que je voulais être présenté. Je l’ai regardé en espé­­rant lui signi­­fier son erreur pour chan­­ger de sujet, mais ça a conti­­nué. Lui et son crew parlaient de ma vie alors que j’étais à côté d’eux. »

L’an­­née précé­­dente, il a tué l’un des deux hommes venus l’as­­sas­­si­­ner au cours de la fusillade qui s’est dérou­­lée chez lui à Deca­­tur, dans la banlieue est d’At­­lanta. Les juges mettront fin aux pour­­suites, rete­­nant la légi­­time défense. Avec ce dénoue­­ment heureux ne cesse­­ront cepen­­dant pas les ennuis judi­­ciaires, loin s’en faut. Sur l’al­­bum Hard to Kill publié en 2006, figure le titre « Pillz », enre­­gis­­tré alors que Gucci était défoncé. « Is you rollin’? Bitch I might be », chantent les chœurs, insti­­tuant une formule depuis reprise de nombreuses fois. Au sortir d’un court passage derrière les barreaux en 2008 pour viola­­tion de sa libé­­ra­­tion condi­­tion­­nelle, Radric Davis publie « First Day Out », dans lequel il parle de weed et de sirop contre la toux – l’un des deux ingré­­dients du lean avec le Sprite. Lorsque sort l’al­­bum The State vs. Radric Davis, le rappeur est en cure de désin­­toxi­­ca­­tion.

Double face

Qui se cache derrière les lunettes de soleil d’Alk­­pote ? Si l’Aigle royal de Carthage n’a pas eu trop de mal à trou­­ver son style, il l’a savam­­ment poli. « Je suis monsieur Tout-le-monde dans la vraie vie, comme toi, comme n’im­­porte qui », avoue-t-il. « Alkpote c’est un person­­nage, une sorte de double qui voulait juste sortir de ma tête. Une sorte de Gains­­barre, tu vois ? Je l’ai créé à mes débuts, après pas mal de réflexion et de soirées arro­­sées. » De même, Gucci Mane et Radric Davis ne sont pas tout à fait les mêmes personnes.

Alkpote avec Niska et Madrane

En 2010, le rappeur d’At­­lanta dispa­­raît à Miami avec 150 000 dollars en liquide, dila­­pi­­dés en drogues et en pros­­ti­­tuées. L’es­­ca­­pade finit à l’hô­­pi­­tal psychia­­trique. L’an­­née suivante, il récu­­père une femme sur le parking d’une gale­­rie commer­­ciale près d’At­­lanta, l’in­­vite à petit-déjeu­­ner et lui propose 150 dollars pour l’ac­­com­­pa­­gner à l’hô­­tel. Quand elle refuse, il l’éjecte carré­­ment du véhi­­cule en marche – il affirme pour sa part que la voiture était à l’ar­­rêt. Guwop vient pour­­tant de faire la rencontre de Keyshia Ka’oir, avec qui il s’est marié en 2017. Évidem­­ment, la couver­­ture média­­tique de ses frasques renvoie l’image d’un homme pour le moins condam­­nable dans ses rela­­tions avec les femmes. « J’étais fati­­gué d’es­­sayer d’échap­­per à ma répu­­ta­­tion, d’es­­sayer de convaincre les gens que je n’étais pas une mauvaise personne », retrace-t-il.

Alkpote, au contraire, ne semble jamais fati­­gué d’en ajou­­ter une couche. Tout à son style trash, il fantasme sans cesse des rela­­tions crues, comme dans « 3 issues », sur l’al­­bum Empe­­reur : « Salope t’as trois issues : c’est soit ta bouche, soit ta chatte, soit ton cul ». Quoiqu’il soit capable de reven­­diquer son homo­­pho­­bie avec un sourire provo­­ca­­teur, le rappeur campe « un pur person­­nage », inter­­­prète la rappeuse connue pour ses posi­­tions fémi­­nistes Chilla dans Libé­­ra­­tion. « Il dit “je vais trin­­gler toutes ces putes” mais on sait que tous les soirs, il rentre chez lui, il donne à bouf­­fer à ses enfants. » Atef Kahlaoui est d’ailleurs l’au­­teur d’un morceau baptisé « Respect aux femmes », en featu­­ring avec Sarra.

En septembre 2013, Gucci n’est toujours pas calmé. Dans une embar­­dée bien à l’écart de la sobriété dont il a le secret, l’ar­­tiste pilonne ses enne­­mis mais aussi des amis, des colla­­bo­­ra­­teurs ou des respon­­sables de labels sur Twit­­ter. « Tell craig n julia suc my dick at Atlan­­tic records », écrit-il entre autres traits d’es­­prit. À ceux qui pensaient qu’un autre se servait de son compte, il a été forcé de répondre qu’il était respon­­sable de ces messages, bien aidé par son addic­­tion pour le sirop contre la toux. Quelques semaines plus tard, il est inculpé pour posses­­sion d’armes à feu puis condamné en mai 2014.

Big Guwop pic.twit­­ter.com/D328mNpGmo

— Gucci Mane (@guc­­ci1017) 31 mai 2018

En prison, « je ne me suis pas appuyé sur mon statut de rappeur, j’étais Radric Davis, l’homme », explique-t-il. « Quiconque venait vers moi avait affaire à Radric Davis l’homme que ce soit les surveillants, les juges les avocats ou les autres déte­­nus – et ça change un homme. Je ne jouais pas, j’étais sérieux. » Après avoir écrit un article sur « Comment Gucci Mane conti­­nue à sortir des morceaux depuis la prison », Neil Marti­­nez-Belkin apprend sur Twit­­ter qu’il veut écrire un livre. Le jour­­na­­liste reprend alors contact avec lui. « J’ai eu la chance de rencon­­trer beau­­coup de rappeurs, mais lui, c’est quelqu’un », appré­­cie-t-il.

De son côté, Alkpote est devenu une réfé­­rence dans le rap français. « C’est un des seuls vété­­rans à avoir su s’ac­­tua­­li­­ser et à rester produc­­tif au fil du temps », observe Gene Maes­­tro. « Il a un peu ce statut de légende vivante. » Le 3 juillet 2017, il faisait la première partie de Gucci Mane et Rae Srem­­murd au Zénith. « Fran­­che­­ment Gucci Mane, oui, j’ap­­pré­­cie », admet-il. « J’ap­­pré­­cie beau­­coup, même. Mais j’en ai rien à foutre des Améri­­cains, de faire un concert pour eux, ou avec eux. Je m’en fous. » Gucci pareil.


Couver­­ture : Alkpote et Gucci Mane.


Down­load Premium WordP­ress Themes Free
Down­load Nulled WordP­ress Themes
Down­load Best WordP­ress Themes Free Down­load
Down­load WordP­ress Themes Free
udemy course down­load free
Download Best WordPress Themes Free Download
Download Nulled WordPress Themes
Download Premium WordPress Themes Free
Download Premium WordPress Themes Free
online free course