par Servan Le Janne | 10 avril 2017

Avis de tempête dans le Paci­­fique. Depuis samedi 8 avril, un porte-avions, deux destroyers et un croi­­seur améri­­cains font route vers la pénin­­sule coréenne. « La Corée du Nord se comporte très mal », avait averti Donald Trump le 17 mars sur Twit­­ter. « Ça fait des années qu’ils se moquent des États-Unis. La Chine n’a pas aidé. » Mardi 11 avril, Pyon­­gyang a dénoncé un « déploie­­ment insensé » et s’est dit prête à une riposte. « Nous pren­­drons les mesures de contre-attaque les plus fermes contre les provo­­ca­­teurs, afin de nous défendre par la voie des armes. »  Avec cette « mesure de précau­­tion », le président améri­­cain pour­­rait déchaî­­ner l’océan de désac­­cords qui sépare les États-Unis de l’Em­­pire du milieu. Inquiets du récent impé­­ria­­lisme de Pékin, ses pays rive­­rains se sont presque tous rangés derrière le para­­pluie de Washing­­ton. Ce petit jeu d’al­­liances cris­­tal­­lise les tensions. « Dans cinq à dix ans, nous aurons une guerre en mer de Chine méri­­dio­­nale », dégai­­nait le mili­­tant d’ex­­trême-droite Steve Bannon en 2016. Il est aujourd’­­hui stra­­tège en chef à la Maison-Blan­­che… « La guerre avec la Chine est inévi­­table », juge le profes­­seur en rela­­tions inter­­­na­­tio­­nales belge Jona­­than Hoslag. « Chaque mouve­­ment mili­­taire chinois dans la région est perçu comme une menace par les États-Unis, et vice-versa. » Tout aussi inévi­­table paraît la propa­­ga­­tion des hosti­­li­­tés en cas d’af­­fron­­te­­ment. Petites par la taille, les îles du secteur sont grandes en impor­­tance stra­­té­­gique. En s’y instal­­lant comme elle est en train de le faire, la Chine s’oc­­troie le contrôle d’un secteur où tran­­site un tiers du commerce mari­­time mondial. De quoi rameu­­ter L’OTAN dans le sillage des navires de guerres améri­­cains. Sans parler des épineux cas nord-coréen et taïwa­­nais.

Un porte-avions chinois de sortie en mer de Chine
Crédits : CNBC/VCG

Face à ce bloc, une coali­­tion est déjà en germe. À l’été 2016, Xi Jinping et Vladi­­mir Poutine ont signé un texte commun pour tancer ceux qui « cherchent des avan­­tages déci­­sifs dans les tech­­no­­lo­­gies mili­­taires et asso­­ciées à travers l’usage de la force et sa menace dans les affaires inter­­­na­­tio­­nales ». Comprendre : les États-Unis et leurs alliés. Nul doute que l’Iran se join­­drait à Moscou, qu’il accom­­pagne déjà sur le front syrien. Ajou­­tez encore le Pakis­­tan, allié de la Chine et puis­­sance nucléaire depuis 1987. Voilà large­­ment assez d’élé­­ments pour enclen­­cher une belle méca­­nique morti­­fère.


Aux armes

Donald Trump et Xi Jinping ne joue­­ront pas au golf ensemble. Lors de sa première visite aux États-Unis depuis le départ de Barack Obama, jeudi 6 avril 2017, le président chinois a poli­­ment refusé de fouler le green de son hôte. Céder aux fastes de ce que Mao appe­­lait un « sport pour million­­naires » aurait été trahir le Parti, alors son secré­­taire géné­­ral a préféré décla­­rer forfait, quitte à jeter un froid. Les rela­­tions entre les deux géants ne sont de toute manière pas bien chaleu­­reuses. À son arri­­vée au pouvoir, il y a quatre ans, Xi Jinping a lancé le slogan du « rêve chinois », en lui adjoi­­gnant des promesses de pros­­pé­­rité et de puis­­sance. Cet « appel au natio­­na­­lisme », selon Willy Lam, cher­­cheur spécia­­liste des élites chinoises basé à Hong Kong, entre en contra­­dic­­tion avec les inté­­rêts de ses voisins mais égale­­ment ceux des États-Unis, en plein rééqui­­li­­brage de leur diplo­­ma­­tie. Le « pivot vers l’est » annoncé par Barack Obama début 2012 s’est mani­­festé par un déploie­­ment mili­­taire sans précé­dent des marines dans la zone Asie-Paci­­fique depuis la Seconde Guerre mondiale. D’ici 2020, 60 % des moyens améri­­cains y seront concen­­trés.

Béton­­nage et mili­­ta­­ri­­sa­­tion d’une île dans le Paci­­fique

Or l’Em­­pire du milieu entend contrô­­ler la quasi-tota­­lité de la mer de Chine méri­­dio­­nale. Sur une carte publiée en 2009, il s’ar­­roge un pré carré mari­­time immense, vague­­ment cerné par neuf traits. Faisant peu de cas des pays rive­­rains et du droit inter­­­na­­tio­­nal, Pékin s’est mis à béton­­ner jusqu’aux plus petits îlots entre Taiwan et l’In­­do­­né­­sie. Des aéro­­ports et des bases mili­­taires sont ainsi sortis des eaux dans ce secteur où tran­­sitent mille milliards de dollars de marchan­­dises pour le compte des Améri­­cains chaque année. Afin d’écar­­ter le Viet­­nam, la Malai­­sie, Brunei ou les Philip­­pines, la Répu­­blique popu­­laire pratique la poli­­tique du fait accom­­pli. Elle a préempté les Para­­cels, les Sprat­­leys ou Scar­­bo­­rough en y instal­­lant des aéro­­ports et autres bases mili­­taires. Cela lui permet de reven­­diquer les zones écono­­miques exclu­­sives de 200 miles marins auxquelles donne accès le droit de la mer. Une légis­­la­­tion qu’elle n’hé­­site du reste pas à bafouer sur l’au­­tel de l’his­­toire. Saisie par les Philip­­pines, la Cour inter­­­na­­tio­­nale d’ar­­bi­­trage de La Haye a statué en juillet 2016 en leur faveur. « Il n’y a aucun fonde­­ment juri­­dique pour que la Chine reven­­dique des droits histo­­riques sur des ressources dans les zones mari­­times à l’in­­té­­rieur de la “ligne en neuf traits”» Celle-ci a dere­­chef quali­­fié la déci­­sion de « nulle et non avenue ». La seule loi qui prévaut en mer de Chine méri­­dio­­nale est impo­­sée par les garde-côtes chinois. Ils évincent les pêcheurs étran­­gers et ne manquent pas de préve­­nir toute embar­­ca­­tion que ce terri­­toire est le leur. En réac­­tion, Washing­­ton a lancé depuis deux ans des opéra­­tions « pour la liberté de la navi­­ga­­tion » menées par des frégates de combat le long des côtes. Quand ce ne sont pas des porte-avions qui patrouillent ou même des drones.

Le drone saisi par le navire chinois
Crédits : Reuters

En décembre 2016, la marine chinoise a inter­­­cepté un drone améri­­cain subaqua­­tique voué à recueillir des infor­­ma­­tions. Une manière d’en­­voyer « un signal », d’après Wu Shicun, président d’un insti­­tut de recherches affi­­lié au gouver­­ne­­ment. « Si vous nous espion­­nez sous l’eau et mena­­cez notre sécu­­rité natio­­nale, nous pren­­drons les mesures qui s’im­­posent. Nous avons modes­­te­­ment réagi aux humi­­lia­­tions de ces dernières années. Je crois que cette période est finie. » Quelques semaines plus tard, l’Ar­­mée de libé­­ra­­tion du peuple relayait les menaces d’un offi­­ciel de la commis­­sion centrale mili­­taire sur son site : « Une guerre “dès ce mandat” ou “la guerre écla­­tera ce soir” ne sont pas juste des slogans, ils deviennent une réalité. » D’au­­tant que Donald Trump n’est pas opposé, par prin­­cipe, à des attaques. Xi Jinping a pu le consta­­ter lors de sa visite en Floride, les 6 et 7 avril. Alors qu’il était reçu dans la somp­­tueuse demeure de Donald Trump, à Mar-a-Lago, les États-Unis frap­­paient la Syrie. Un aver­­tis­­se­­ment ? Toujours est-il qu’une partie de golf aurait été bien malve­­nue dans ces condi­­tions. Quant au ping-pong, ça fait long­­temps qu’il n’apaise plus les rela­­tions sino-améri­­caines.

Casus belli

Dans les années 1970, « la diplo­­ma­­tie du ping-pong » permet aux deux États de dialo­­guer. Après sa rupture avec l’Union sovié­­tique, en 1963, la Répu­­blique popu­­laire se rapproche des États-Unis par l’in­­ter­­mé­­diaire du sport. Une rencontre inat­­ten­­due est orga­­ni­­sée entre les deux équipes natio­­nales de tennis de table en 1971, prélude à la venue du président Nixon un an plus tard. Depuis, les liens se sont plutôt resser­­rés à coups de bons de commandes. Shan­­ghai est devenu le plus gros port d’ex­­por­­ta­­tion au monde en 2010, permet­­tant à l’éco­­no­­mie chinoise de passer à la deuxième place. Un rang que Pékin a égale­­ment atteint en matière mili­­taire. Tandis que le défi­­cit commer­­cial améri­­cain auprès de la Chine se creu­­sait, attei­­gnant près de 300 milliards de dollars en 2011, les rapports promet­­tant la fin de l’hé­­gé­­mo­­nie de l’Oncle Sam sur l’éco­­no­­mie mondiale se sont mis à pullu­­ler. Le déclas­­se­­ment guet­­tait. Pendant sa campagne tout en nuance, Donald Trump a promis de mettre fin au « plus grand vol de l’his­­toire » au moyen de bannières doua­­nières. Autre­­ment dit, taxer forte­­ment le Made in China. Il a aussi affirmé être en mesure de convaincre la Corée du Nord d’aban­­don­­ner son programme nucléaire. « Trump a menacé de se débrouiller tout seul si on n’ar­­ri­­vait pas à quelque chose avec les Chinois », indique le géné­­ral français Daniel Schaef­­fer, précé­­dem­­ment atta­­ché de défense en Asie.

« La Chine travaille toujours en bila­­té­­ral pour profi­­ter de la faiblesse de ses adver­­saires. »

Bien que « le traité d’al­­liance entre la Chine et la Corée du Nord [ne soit] pas mis en œuvre », tempère le géné­­ral de brigade aérienne Jean-Vincent Bris­­set, aujourd’­­hui cher­­cheur à l’Iris, la première demeure extrê­­me­­ment hostile à une inter­­­ven­­tion améri­­caine contre Pyon­­gyang. « Les Chinois tiennent à bout de bras la Corée du Nord », insiste Daniel Schaef­­fer. « Si elle était neutra­­li­­sée et amenée à une réuni­­fi­­ca­­tion, il est bien évident que les Améri­­cains seraient à côté de la fron­­tière de la Chine, ce qui inquiète cette dernière sur le plan mili­­taire. » Après le retrait du traité de non-proli­­fé­­ra­­tion nucléaire du régime nord-coréen en 2003, un format de pour­­par­­lers a vaine­­ment été mis en place avec le voisin du sud, la Chine, le Japon, les États-Unis et la Russie. Moins de six ans plus tard, le minis­­tère des Affaires étran­­gères de la dicta­­ture commu­­niste claquait la porte : « Nous ne parti­­ci­­pe­­rons plus jamais à de telles discus­­sions et ne nous esti­­me­­rons liés par aucune déci­­sion prise dans le cadre de ces discus­­sions », faisait-il savoir en assu­­rant qu’il escomp­­tait « renfor­­cer sa force de dissua­­sion nucléaire pour assu­­rer sa défense par tous les moyens. » Les espoirs susci­­tés par l’ar­­ri­­vée au pouvoir de Kim Jong-un fin 2011 parti­­ront vite en fumée, dans la traî­­née des nombreux missiles lancés par le despote. Si les États-Unis restent hors de portée, leurs alliés sud-coréens et japo­­nais sont en revanche suffi­­sam­­ment proches pour faire les frais de l’agres­­si­­vité de Pyon­­gyang, auteur de deux essais nucléaires pour la seule année 2016.

Inves­­tie en 2013, la prési­­dente sud-coréenne Park Geun-hye donne à son état-major consigne de « répondre à l’at­­taque par l’at­­taque » et multi­­plie les exer­­cices conjoints avec l’US Air Force. Au cours d’une visite à Séoul, le 17 mars 2017, le secré­­taire d’État améri­­cain Rex Tiller­­son aver­­tit que « la poli­­tique de la patience stra­­té­­gique est termi­­née ». Si la Corée du Nord « élève la menace de son programme mili­­taire, à un niveau qui requiert une réponse, alors toutes les options seront sur la table ». Au Japon, le Premier ministre Shinzo Abe « est parti­­san d’une ligne dure avec la Chine », juge Daniel Schaef­­fer. En 2015, il fait voter une loi permet­­tant à l’ar­­mée de mener des opéra­­tions mili­­taires à l’étran­­ger avec le blanc-seing des États-Unis. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, ces derniers disposent de 50 000 soldats sur le sol nippon, dont beau­­coup sur l’île d’Oki­­nawa, à 700 km des côtes chinoises. Plus au sud, les îles Senkaku/Diaoyu Dao sont toujours reven­­diquées par la Répu­­blique popu­­laire.

Les îles de la discorde

À ces alliances histo­­riques s’ajoutent des connexions avec la Thaï­­lande, le Viet­­nam et les Philip­­pines, pour ne citer qu’eux. Un coin enfoncé dans le patro­­nage qu’es­­saye d’im­­po­­ser Pékin, soucieux de sécu­­ri­­ser ses appro­­vi­­sion­­ne­­ment. « La Chine travaille toujours en bila­­té­­ral pour profi­­ter de la faiblesse de ses adver­­saires », observe Jean-Vincent Bris­­set. « S’il n’y a pas de faiblesse intrin­­sèque, elle tente de la provoquer. Elle fait ainsi des pieds et des mains pour éviter toute posi­­tion commune de l’Asean (Asso­­cia­­tion des nations de l’Asie du Sud-Est), a acheté le Cambodge et le Laos et a tenté d’en faire de même avec la Birma­­nie sans succès. » Suprême provo­­ca­­tion, Donald Trump s’est entre­­tenu par télé­­phone avec la prési­­dente de Taiwan Tsai Ing-wen en décembre 2016, court-circui­­tant le gouver­­ne­­ment chinois. « Tout ce qui concourt à la légi­­ti­­mité de Taiwan est insup­­por­­table à Pékin », ajoute Jean-Vincent Bris­­set. « La nouvelle prési­­dente veut garder le statu quo jusqu’à ce que la sépa­­ra­­tion soit effec­­tive. Elle a derrière elle des gens vrai­­ment indé­­pen­­dan­­tistes. Pour Pékin, c’est un casus belli. »

Vers la guerre ?

À en croire le fonda­­teur de HEC Eura­­sia Jacques Grave­­reau, deux logiques contraires sont à l’œuvre. D’une part « la Chine se sent enser­­rée dans son accès aux eaux de l’im­­mense océan Paci­­fique » et y affirme sa puis­­sance depuis l’ar­­ri­­vée au pouvoir de Xi Jinping ; d’autre part, « personne ne veut que [la zone soit] contrôlé[e] par le gendarme chinois ». Quoi que ses voisins en pensent, elle « est en train de se doter d’une force de dissua­­sion nucléaire mari­­time avec des sous-marins lanceurs d’en­­gins », remarque le vice-amiral Jean-Louis Vichot. « Il faut que ces sous-marins aient accès aux eaux du Paci­­fique. » Cette dialec­­tique est exacer­­bée par le natio­­na­­lisme des diffé­­rents diri­­geants impliqués. Si, avec Shinzo Abe, « la Chine sait à quoi s’en tenir », selon Daniel Schaef­­fer, la versa­­ti­­lité de Trump et du chef d’État philip­­pin Rodrigo Duterte ne sont pas pour la rassu­­rer.

Crédits : Pep Mont­­ser­­rat

L’ir­­rup­­tion de ces nouvelles pièces dans le patient jeu de go que Pékin veut impo­­ser rend la situa­­tion parti­­cu­­liè­­re­­ment instable. Insul­­tant à l’égard d’Obama, Duterte n’a toute­­fois « pas remis en cause l’ac­­cord de défense mutuelle de 1951 », note Daniel Schaef­­fer. « Il est aussi dérou­­tant que Trump. » Le 6 avril 2017, cet homme d’af­­faire élu 11 mois plus tôt a ordonné à ses mili­­taires de se déployer sur les récifs inha­­bi­­tés de son rivage afin d’y repous­­ser un bien encom­­brant Empire du milieu. « Duterte est en train de reve­­nir sur les assu­­rances qu’il a données aux Chinois car il s’aperçoit que si on leur donne le bout du doigt, ils prennent tous le bras », résume Jean-Vincent Bris­­set. Malgré la crois­­sance consi­­dé­­rable de son budget mili­­taire, la Chine dispose d’un arse­­nal bien infé­­rieur à celui des États-Unis. « Elle n’a pas les moyens d’une confron­­ta­­tion », balaye Bris­­set. Mais ses lacunes peuvent aussi se révé­­ler facteur de tension : « Les marins et avia­­teurs chinois n’étant pas d’une grande qualité, il existe un risque de colli­­sion en mer de Chine », ajoute-t-il. « S’il y a des morts, surtout avec Trump, les Améri­­cains réagi­­ront violem­­ment. » Pour soute­­nir la compa­­rai­­son, Pékin pour­­rait en appe­­ler à Moscou. « À la suite des événe­­ments en Ukraine, la Russie s’est rappro­­chée de la Chine », constate Schaef­­fer.

En septembre 2016, un exer­­cice sino-russe impliquant 18 bâti­­ments de guerre et bateaux d’ap­­pro­­vi­­sion­­ne­­ment, 21 avions et héli­­co­­ptères, plus de 250 marins et 15 véhi­­cules mili­­taires a été effec­­tué en mer de Chine. Jean-Vincent Bris­­set doute cepen­­dant que les deux géants conti­­nuent de se rappro­­cher. « La Chine reven­­dique un million et demi de kilo­­mètres carrés de terri­­toire russe. C’est un peu sous l’étei­­gnoir mais c’est toujours un problème. Les Russes sont assez persua­­dés qu’il y aura un jour un conflit avec la Chine. Ils n’ont aucun inté­­rêt stra­­té­­gique commun. » Pour l’heure, Pékin se borne à tuer dans l’œuf toute tenta­­tive de coali­­tion grâce à sa manne finan­­cière. En Malai­­sie, accusé de malver­­sa­­tions par la diplo­­ma­­tie améri­­caine, « le Premier ministre Najib Razak s’est jeté dans les bras de la Chine, avec qui il a lancé des projets de coopé­­ra­­tion mili­­taire », avance Schaef­­fer. Une réac­­tion du même ordre a été obser­­vée chez Duterte, mis à l’in­­dex par Washing­­ton parce qu’il encou­­rage les assas­­si­­nats des vendeurs de drogue. Dans la foulée du coup d’État mili­­taire de mai 2014, la Thaï­­lande s’est aussi rappro­­chée du géant asia­­tique auquel sont inféo­­dés le Laos, le Cambodge et Brunei. « Le seul vrai soutien dont disposent les États-Unis dans le sud de la zone est Singa­­pour », estime Schaef­­fer. « Ensuite arrive l’In­­do­­né­­sie, mais elle a fina­­le­­ment renoncé à mener des opéra­­tions de patrouilles avec l’Aus­­tra­­lie. » Reste une grande indé­­ci­­sion concer­­nant les Philip­­pines ; « un petit pays qui ne peut pas tenir la dragée haute aux Chinois ».

Rencontre entre les deux chefs d’États
Crédits : ABC

Les points de fric­­tions se situe­­raient donc plus au nord, entre Taiwan et la pénin­­sule coréenne. « La menace existe », concède Schaef­­fer. Mais un conflit nucléaire étant en tout état de causes suici­­daire, un scéna­­rio de type guerre froide a plus de chance d’ad­­ve­­nir. Ce qui n’ex­­clut pas des combats ponc­­tuels et, partant, une esca­­lade. Cela dit, « Trump est un homme d’af­­faires », rappelle le géné­­ral. « Je pense qu’il va marchan­­der sur le programme nucléaire coréen ». Il s’est d’ailleurs « ramolli par rapport aux effets d’an­­nonce de sa campagne, notam­­ment sous le contrôle du Congrès ». Mais l’ac­­tion de la prési­­dence peut s’exer­­cer dans un angle mort. Depuis la Seconde Guerre mondiale,Washing­­ton n’a plus déclaré la guerre, ce qui lui permet de passer outre le Congrès pour lancer des attaques. Ce fut le cas en Syrie. Ce pour­­rait être le cas en Chine si Trump s’obs­­tine à vouloir échan­­ger des balles avec Jinping.


Couver­­ture : Tensions en mer de Chine. (Reuters/Ulyces)


 

Down­load WordP­ress Themes Free
Premium WordP­ress Themes Down­load
Down­load Best WordP­ress Themes Free Down­load
Down­load WordP­ress Themes
free down­load udemy course
Download Premium WordPress Themes Free
Free Download WordPress Themes
Download Best WordPress Themes Free Download
Download WordPress Themes Free
udemy course download free

Plus de monde

Comment Medellín est deve­nue une ville cool

276k 21 mai 2019 stories . monde

L’hu­ma­nité peut-elle survivre à Ebola ?

226k 20 mai 2019 stories . monde

Comment en finir avec le plas­tique ?

156k 16 mai 2019 stories . monde