par Shaun Raviv | 0 min | 11 octobre 2014

Le « cercle de sang et de feu »

Nous déva­­lons une route pous­­sié­­reuse à bord d’une Peugeot 504, dont l’ha­­bi­­tacle dissi­­mule une arme. « Bien sûr que je garde une arme dans ma voiture. » Je marmonne, répé­­tant avec anxiété les mots du guide. Mani­­pu­­lant mon dicta­­phone, mes yeux scrutent le sol de la 504 à la recherche de l’arme dissi­­mu­­lée. Je n’ar­­rive pas à distin­­guer le visage de Bassem, assis à côté de notre guide et chauf­­feur. Mais je peux sentir son appré­­hen­­sion, laquelle se mêle à notre exci­­ta­­tion. En face de nous s’étend l’un des villages les plus connus de la région du Sa’id, au sud de l’Égypte. Ce village, Hamra Doum, est consi­­déré comme la plaque tour­­nante du trafic d’armes et de drogues du Sa’id. Les gens d’ici lui ont donné, ainsi qu’aux villages alen­­tours, le surnom de « cercle de sang et de feu ». Hamra Doum. Rien que le nom fait froid dans le dos. En arabe, cela ressemble à « sang rouge ». Bassem, un cama­­rade jour­­na­­liste, avait des contacts sur place et un lit à me propo­­ser. Sur le trajet en direc­­tion du Caire, il m’avait rensei­­gné sur les choses à faire et ne pas faire dans la région. Appa­­rem­­ment, il ne fallait jamais refu­­ser l’hos­­pi­­ta­­lité – offrir des ciga­­rettes étant une preuve suprême de bien­­veillance.

Je n’étais pas inquiet. Un des prin­­ci­­paux clans de crimi­­nels s’oc­­cu­­pait de nous : le sien.

Je tire une bouf­­fée sur la ciga­­rette corsée offerte par notre guide, repen­­sant à ma déci­­sion de m’aven­­tu­­rer dans le Sa’id à la recherche de trafiquants d’armes. C’est la lecture d’un article de jour­­nal évasif évoquant des familles rivales et des bains de sang au Sa’id qui m’a entraîné dans le sud du Caire. Il s’agis­­sait d’échanges de feu géogra­­phique­­ment et poli­­tique­­ment à des années lumières du récent soulè­­ve­­ment. Le reste de l’Égypte étant concen­­tré sur les crises qui se succèdent, cette région à elle seule fait les gros titres, au vu de son mili­­tan­­tisme crois­­sant, de la menace que repré­­sentent les conflits armés et de la proli­­fé­­ra­­tion des armes. La fumée sortait douce­­ment de ma bouche, à la façon du gaz d’échap­­pe­­ment de notre voiture, et je repen­­sais à ma conver­­sa­­tion de la veille avec Abdal­­lah. C’était un chauf­­feur de taxi qui travaillait au noir en tant que trans­­por­­teur d’armes. Il avait refusé de nous escor­­ter jusqu’au village, essayant en vain de nous dissua­­der d’y aller. Mais ce jeune guide – connu des villa­­geois comme l’ « omda » ou l’ « aîné » – nous avait dispensé un accueil chaleu­­reux. Je n’étais pas inquiet. Un des prin­­ci­­paux clans de crimi­­nels s’oc­­cu­­pait de nous : le sien. Les codes d’hon­­neur fami­­liaux sont en jeu.

~

La voiture échoue dans ce pays sans lois. Par la fenêtre, j’aperçois un homme qui passe en moto, un Mauser semi-auto­­ma­­tique du siècle dernier harna­­ché dans le dos. Hors-la-loi, poli­­cier en civil ou offi­­cier ? J’opte pour le civil. Son fusil ne semble pas spécia­­le­­ment au goût du jour, à moins qu’il y ait ici un véri­­table marché pour les antiqui­­tés. Le canon semblait rafis­­tolé avec du scotch, comme s’il s’agis­­sait d’un panse­­ment. Selon moi, cela ne vaut pas la contre­­bande. Je ne fais plus atten­­tion à l’arme de l’omda. Il a plutôt l’air bien­­veillant, acca­­paré par son mariage qui approche. Avant de quit­­ter la ville, nous sommes allés cher­­cher au pres­­sing sa tenue de céré­­mo­­nie, ainsi qu’un étrange lustre moitié stéréo, moitié boule à facette. Le paysage conti­­nue de défi­­ler devant nous, révé­­lant des rangées de champs verdoyants, des arêtes sablon­­neuses et les eaux bleu azur du Nil. C’est d’une beauté à couper le souffle. Je me demande où ce chemin nous mènera.

tea-kalashnikov-ulyces-02
Par la fenêtre
Crédits : Yassin Gaber

On aperçoit bien­­tôt le village. Entouré de pentes escar­­pées d’un côté et de champs de canne à sucre luxu­­riants de l’autre, Hamra Doum semble dépourvu d’une quel­­conque présence poli­­cière, excep­­tion faite d’un point de contrôle peu fourni à sa fron­­tière. « Nous avons vu des armes pour la première fois en 1941. Des fusils… À cause d’un conflit. Un très, très gros conflit. Entre deux des trois familles d’ici, Hindawy et Sulei­­man. Cinq personnes sont mortes. » L’omda conti­­nue son récit : « Le conflit s’est inten­­si­­fié jusqu’en 1979, quand six personnes sont mortes. C’est à ce moment-là qu’on a vu le premier fusil Mauser. » L’homme sur sa moto me revient en mémoire. Règlent-ils toujours leur compte avec des fusils datant du siècle dernier ? Les conflits de familles et les querelles de sang ont déclen­­ché cette demande de la commu­­nauté de s’ap­­pro­­vi­­sion­­ner en armes. Le port d’arme est devenu monnaie courante et les vendeurs en ont fait leur marché. La nuit précé­­dente, nous nous étions assis avec le patriarche de la famille Abdel-Aal aux alen­­tours de Nagaa Hammadi. C’est une des plus grandes familles du nord de la province de Qena. Il portait avec suffi­­sance une mous­­tache soigneu­­se­­ment taillée. « Qu’est-ce que vous leur voulez ? Ce sont des mécréants », nous a-t-il dit, utili­­sant les stéréo­­types propres à la région. « Les pères seraient capables de tuer leur propres fils pour de l’argent. » Ainsi éclai­­rés, nous avons ensuite traversé la ville pour aller rendre visite à un légis­­la­­teur de l’époque de Muba­­rak, Fathi Quan­­dil, dans sa maison d’hôtes. Il se prélas­­sait à l’ex­­té­­rieur, juste en-dessous d’un vieux panneau de campagne lumi­­neux plas­­tron­­nant une gigan­­tesque photo de lui. Le panneau le procla­­mait « repré­­sen­­tant des pauvres ». L’ex-poli­­ti­­cien, mous­­ta­­chu et robuste, était assis devant nous dans le tradi­­tion­­nel gala­­biya, en train de fumer la chicha. Les fenêtres se sont ouvertes diffi­­ci­­le­­ment sur leurs char­­nières rouillées, et des poches de ciel bleu sont appa­­rues à travers le chaume au-dessus de nos têtes. On aper­­ce­­vait cinq hommes au loin, les sbires de Qandil. Son air grani­­tique et sa voix rocailleuse, dans ce contexte-là, donnaient la nette impres­­sion que cette maison avait été épar­­gnée par les révoltes et les boule­­ver­­se­­ments récents en tous genres. « Hamra Doum four­­nit tout le pays en armes », nous a-t-il dit, en tirant une longue bouf­­fée. « Après la révo­­lu­­tion, tout le monde est devenu trafiquant d’armes ». Il exagé­­rait quand il parlait de la proli­­fé­­ra­­tion des armes, affir­­mant que les chiffres avaient été multi­­pliés par dix en Égypte depuis la révo­­lu­­tion en Libye. Raison de plus, a-t-il ajouté, pour gérer l’ap­­pa­­reil judi­­ciaire d’une main de fer et même retour­­ner à un état d’ur­­gence. J’ai trouvé cela diffi­­cile à croire. Il y avait des massues et des bâtons de-ci de-là. Même les fusils et les armes de poing semblaient assez communs. Rien de très voyant, juste l’équi­­pe­­ment local. Rien qui ressem­­blait à un bazar d’armes.

Une tasse de thé

Quit­­tant le village, la Peugeot 504 nous rapproche des falaises où, au-dessus des pentes nais­­santes et entou­­rée de champs de canne à sucre, repose une petite villa. Elle se distingue déjà par sa fini­­tion et ses façades de couleur uniforme. L’in­­fra­s­truc­­ture mini­­ma­­liste de la ville – absence de route pavée et prédo­­mi­­nance de baraques en chan­­tier – doublée du peu de popu­­la­­tion visible, donnent au lieu un aspect inquié­­tant. Hamra Doum est une ville fantôme arché­­ty­­pale, parse­­mée de cabanes inoc­­cu­­pées, d’ânes en train de paître et du ballet occa­­sion­­nel d’hommes armés sur des motos.

tea-kalashnikov-ulyces-03
Hamra Doum en voiture
Crédits : Bassem Abo Alabass

Cinq vieux messieurs à la cheve­­lure poivre et sel se sont levés pour nous accueillir tandis que nous arri­­vions à hauteur de la maison. À côté d’eux, une mitraillette était posée contre le mur exté­­rieur. « Est-ce que c’est une arme russe ? — Non c’est un resis­­tance », me rétorque sèche­­ment l’un des hommes. L’au­­to­­rité émanant de sa réponse ainsi que l’em­­pla­­ce­­ment de son fauteuil – à l’écart et au-dessus des autres, à côté du plus gros fusil –, le dési­gnent en tant qu’homme le plus âgé. Le père de l’omda. Le resis­­tance, un Goryu­­nov sovié­­tique, passe par la fron­­tière souda­­naise et se vend en ce moment l’équi­­valent de 33 000 LE (4 740 dollars) en Égypte, me confiera plus tard l’omda. Il a été rebap­­tisé « resis­­tance » par les habi­­tants de Port Sa’id qui ont pris les armes pendant la guerre de Suez en 1956. Assis confor­­ta­­ble­­ment entre une boîte de muni­­tions et un Kala­­sh­­ni­­kov rafis­­tolé, je prends une plus longue bouf­­fée sur ma ciga­­rette, alors que l’omda nous parle d’un « vide sécu­­ri­­taire ». Le renver­­se­­ment de Muba­­rak et l’ef­­fon­­dre­­ment du régime en Libye ont faci­­lité le trafic d’armes en prove­­nance de la Libye, en emprun­­tant des routes entre la région côtière de Matrouh et Qena, dit-il. Les contre­­ban­­diers emploient même des lignes de bus publiques pour traver­­ser la fron­­tière depuis la Libye. Mais les armes que l’omda et sa famille détiennent sont prin­­ci­­pa­­le­­ment des reliques de l’al­­liance égyp­­tienne avec les Sovié­­tiques pendant la Guerre froide. Davan­­tage des pièces de collec­­tion que des instru­­ments de guerre. La seule arme non sovié­­tique qu’on nous montre est un fusil belge FN FAL qui se vendait d’abord au prix de 26 000 LE (3 735 dollars) en prove­­nance de Libye. Une origine dont on peut douter, car le FN FAL est égale­­ment lié à la guerre de Suez et la guerre des Six Jours de 1967. Il s’agis­­sait du fusil d’as­­saut typique d’Is­­raël, et pouvait donc faci­­le­­ment dater de cette époque. Mais la plus grosse artille­­rie, me dit le père de l’omda, arrive direc­­te­­ment à Matrouh, qui longe la Libye. Tout est stocké là-bas, à desti­­na­­tion de la pénin­­sule du Sinaï et de Gaza. Le patriarche ne souhaite pas entrer dans les détails pour ce qui a trait aux drogues et aux armes qui vont et viennent dans la pénin­­sule. Ils n’ont pas grand-chose à voir avec ce commerce, insiste-t-il. Leur arse­­nal sert unique­­ment à se proté­­ger. L’omda sort son iPad, dési­­reux de nous montrer sur Youtube la vidéo d’un mariage à Matrouh. Les petites enceintes saturent à cause de la sympho­­nie des coups de feu. Le mouve­­ment final voit la caméra s’agi­­ter en direc­­tion d’un homme avec une mitraillette alimen­­tée par une cein­­ture à muni­­tions. « Il y aura énor­­mé­­ment d’armes à mon mariage, explique l’omda avec emphase. On ne tirera sur personne bien sûr. — Bien sûr, rétorque Bassem. — Les vrais hommes, dit l’omda, portent des armes mais ne s’en servent pas sans raison. » Pendant que nous discu­­tons, un jeune garçon passe en moto avec un FN FAL belge sur l’épaule. Je bois une gorgée de thé en pensant à cet enfant, marchant vers moi avec ce fusil que bran­­dis­­saient les troupes israé­­liennes. L’aîné affirme que le garçon vient de passer un examen à l’école du quar­­tier, qui a été construite au milieu des années 1990. Les profes­­seurs, terri­­fiés par le village, se montrent rare­­ment ici, dit-il.

« Nous sommes des gens bien. Vous et votre ami êtes entrés dans notre village. Vous vous êtes assis avec nous. Est-ce qu’on vous a attaqués ? Est-ce qu’on vous a tiré dessus ? » — Le patriarche

« Je vais vous parler fran­­che­­ment », dit l’aîné, atti­­rant mon atten­­tion avec son accent guttu­­ral et son regard franc et direct – la pronon­­cia­­tion Sai’di des G durs et doux leur confèrent un léger air bédouin : « Le gouver­­ne­­ment ne veut pas nous aider. Pour eux, nous sommes juste de la mauvaise graine qui ne sait que s’entre-tuer. » Cette affir­­ma­­tion fait naître hoche­­ments de tête et grogne­­ments d’ap­­pro­­ba­­tion à travers la salle. L’aîné conti­­nue : « Même pendant la pire des confron­­ta­­tions, les combats peuvent durer jusqu’à quarante jours avant que le gouver­­ne­­ment ne décide d’in­­ter­­ve­­nir. » En arri­­vant au village, j’avais remarqué que les points de contrôle étaient déserts. Même à Nagaa Hammadi, le centre-ville le plus proche, il n’y avait pas la moindre trace de présence poli­­cière. « Ce sont tous des menteurs », fait remarquer son père, conti­­nuant de critiquer le système juri­­dique. « Une bande de couards. » Sa voix se fait plus forte : « Je vous jure que leurs troupes s’avé­­re­­raient bien inca­­pables d’at­­tra­­per un poulet dans notre village. » « Vous parlez d’une répres­­sion… Ils inves­­tissent notre village pour décou­­vrir que la plupart des déte­­nus et des crimi­­nels ont fui vers la montagne verte, dit-il en souriant avec mépris. Seuls les anciens sont restés… Proies des hommes de l’ombre et de leur laquais en tenue de camou­­flage. Ces poli­­ciers dont vous parlez sont de mèche avec les crimi­­nels, vous voyez. Trafic d’herbe et d’opium. » Son sourire se tord en un rictus : « Je ne les ai jamais vus arrê­­ter un seul crimi­­nel. »

~

« Mais qui étaient ces crimi­­nels ? » me dis-je. Je jette un œil aux restes calci­­nés d’une dizaine de ciga­­rettes et aux boîtes de muni­­tions. Ce que je sais, c’est que je suis assis à leurs côtés. Ces crimi­­nels semblent rele­­ver de l’abs­­trac­­tion. Peut-être que mes hôtes sont juste des paysans de la campagne et que je me suis laissé empor­­ter par tous ces mythes urbains. Ils ont déployé leur petit arse­­nal pour nous et ont même proposé de nous prendre en photo (pas eux) avec leurs armes. Ils s’ex­­priment avec le même ton énig­­ma­­tique, le même discours ambigu utilisé par ces mysté­­rieux agents gouver­­ne­­men­­taux et nos nouveaux amis, les appa­­rat­­chiks mous­­ta­­chus de Nagaa Hammadi. Les vrais crimi­­nels, les vrais trafiquants d’armes, sont toujours tapis dans la ville d’à côté, semble-t-il. Je ressens du soula­­ge­­ment quand l’omda se lève et nous conduit jusqu’au centre de la petite ville. En chemin, nous nous arrê­­tons ache­­ter du pois­­son. Avant qu’on parte, le patriarche du village avait voulu s’as­­su­­rer que les choses étaient bien claires : « Nous sommes des gens bien. Vous et votre ami êtes entrés dans notre village. Vous vous êtes assis avec nous. Est-ce qu’on vous a attaqués ? Est-ce qu’on vous a tiré dessus ? »

Dans le doute

Le lende­­main, Bassem et moi déci­­dons de partir en quête de cette police invi­­sible. Une visite à la Direc­­tion de la Sécu­­rité de Qena est de rigueur. Nous nous entas­­sons dans un mini­­bus qui se dirige vers l’est en direc­­tion de la capi­­tale. Une fois devant les grilles, nous sommes reçus par deux indi­­vi­­dus en civil, sans aucun lien appa­rent avec le quar­­tier géné­­ral de la police. Après une véri­­fi­­ca­­tion sommaire de nos papiers, les deux hommes nous laissent entrer. Nous errons dans les couloirs déserts jusqu’à ce qu’on trouve notre homme. Ce dernier appelle son coéqui­­pier, qui nous oublie aussi­­tôt. Nous nous retrou­­vons à boire un café, en atten­­dant de parler au respon­­sable de la sécu­­rité du coin. Nous sommes fina­­le­­ment tombés sur un haut-gradé de la sécu­­rité, bien décidé à se moquer de nous. « Ils sont plus sales l’un que l’autre », s’ex­­clame-t-il, tout en nous exami­­nant, se deman­­dant sans doute ce que nous faisons si loin de chez nous. L’agent, qui ne voyait pas l’in­­té­­rêt de se présen­­ter, faisait réfé­­rence aux habi­­tants d’Hamra Doum et des envi­­rons d’Abu-Hizam. « On les laisse s’entre-tuer dans leur coin. » Ce n’est pas le grand amour entre la police et nos amis de la campagne, me dis-je. « Ces gens tirent dans le tas », déclare-t-il, avec l’in­­to­­na­­tion d’une victime persé­­cu­­tée. « On ne va pas se marty­­ri­­ser pour eux… On préfère éviter ces villages. Nous préfé­­rons quand les crimi­­nels sortent de leur taniè­­re… C’est le meilleur moment pour s’en occu­­per. » On nous fait comprendre qu’il serait préfé­­rable de reve­­nir le soir suivant, quand la docu­­men­­ta­­tion complète sur les raids de sécu­­rité serait prête.

tea-kalashnikov-ulyces-01
Vue sur le Nil depuis Nagaa Hammadi
Crédits : Yassin Gaber

La nuit suivante, nous nous engouf­­frons donc à nouveau dans un mini­­bus pour voya­­ger dans le désert. Le bus tangue d’avant en arrière tandis qu’il pour­­suit son chemin sur la route, les ressorts du siège se frot­­tant à mon dos. Nous saluons les mêmes gardes affa­­lés au portail, réso­­lus à ne pas nous arrê­­ter. Personne ne nous attend, alors on nous conduit d’un bureau mal éclairé à un autre. Un poli­­cier subal­­terne nous observe de loin avec curio­­sité, ou court dans toutes les direc­­tions avec des tasses de thé pour ses supé­­rieurs. Instal­­lés dans leur bureau à la déco­­ra­­tion tape-à-l’œil, ils regardent le dernier show à la mode à la télé en marmon­­nant quelques « beks » ou « pashas », titres de l’époque otto­­mane qu’ils conti­­nuent d’uti­­li­­ser entre eux. Après plusieurs tasses de thé et de nombreuses conver­­sa­­tions un peu étranges, à racon­­ter notre histoire ad nauseam, mon collègue Bassem est convoqué au bureau du direc­­teur de la sécu­­rité. Cette accré­­di­­ta­­tion offi­­cielle pique ma curio­­sité au vif.

« Bien sûr, le gouver­­ne­­ment ne veut pas mettre en place des mesures trop répres­­sives contre les dealers d’armes. » — Abdal­­lah

Quelques heures plus tard, nous sortons du bureau avec une feuille A4 sur laquelle est gribouillée une liste d’armes saisies par la police. Ils ont aussi décidé de dres­­ser la liste des drogues confisquées pour la bonne cause. Ce qu’ils avaient oublié, c’était de préci­­ser quand, comment et où les armes et les drogues avaient été collec­­tées. Le docu­­ment avait pris forme devant nous, au crayon, grâce à deux offi­­ciers qui avaient remué des dates et des chiffres, essayant visi­­ble­­ment de se souve­­nir de diffé­­rentes opéra­­tions. Ils ont réussi à atteindre un niveau de préci­­sion remarquable. Selon le papier en ques­­tion, les forces de l’ordre – au cours des huit derniers mois – ont saisi une mitraillette Goryu­­nov, 114 fusils auto­­ma­­tiques, 5 semi-auto­­ma­­tiques, 20 pisto­­lets, 11 fusils, 123 pisto­­lets de fabri­­ca­­tion arti­­sa­­nales et 4 797 balles. Nous n’avons pas réussi à solli­­ci­­ter un seul commen­­taire de la part des beks et des pashas concer­­nant les passages emprun­­tés pour la contre­­bande du Soudan ou de Libye vers l’Égypte, ou des liens de conni­­vence entre la police locale et les trafiquants d’armes, comme l’af­­firment les villa­­geois. Abdal­­lah (notre chauf­­feur de taxi devenu passeur d’armes) nous avait parlé de ces suppo­­sées rela­­tions, s’agi­­tant nerveu­­se­­ment sur son siège en nous disant : « Bien sûr, le gouver­­ne­­ment ne veut pas mettre en place des mesures trop répres­­sives contre les trafiquants d’armes. Ils ont des inté­­rêts communs », m’a-t-il dit tout en tritu­­rant un brin d’herbe. « Je n’ai aucun doute sur le fait qu’ils ont des infor­­ma­­teurs au sein des plus grandes famil­­les… Même au plus haut de la hiérar­­chie. » Un autre mythe, peut-être. On ne peut certai­­ne­­ment pas tisser de liens de confiance ici, me dis-je. Du moins pas entre les diffé­­rents inter­­­ve­­nants et deux intrus issus de la ville. La police et les respon­­sables poli­­tiques toisent les villa­­geois avec une indif­­fé­­rence criante, bien heureux de pouvoir les déni­­grer en les décri­­vant comme sauvages et malhon­­nêtes. Telle est la version offi­­cielle, nimbée de rhéto­­rique exal­­tée. Mais il est possible de tenir un discours moins typé, plus concret à l’en­­droit des villa­­geois.

~

Avant d’em­­barquer dans le train pour le Caire, nous nous asseyons pour une dernière tasse de thé avec l’omda et ses amis. Un homme avec un chapeau en four­­rure – un clas­­sique des diri­­geants de partis sovié­­tiques et des enne­­mis de James Bond – traverse la sale à grandes enjam­­bées et s’as­­soit à côté de l’omda. Il nous adresse un sourire miel­­leux, révé­­lant des dents tâchées par le café et la nico­­tine. Avant qu’il n’ar­­rive, nous parlions de la négli­­gence du gouver­­ne­­ment. Il inter­­­vient pour nous racon­­ter une curieuse anec­­dote. Nous sommes, semble-t-il, en compa­­gnie d’un kidnap­­peur. Un kidnap­­peur armé de ce que lui et les amis de l’omda consi­­dèrent être une logique infaillible. À savoir que sans les prêts auto­­ri­­sés par les banques agri­­coles – qui les refusent pour des « raisons de sécu­­rité » –, lui et d’autres fermiers se retrouvent sans aucune source de reve­­nus. Le kidnap­­ping, un marché très lucra­­tif, lui permet à lui et aux autres d’ache­­ter des terres et un bâti. « Il y en a qui demandent pourquoi nous visons les chré­­tiens et pas les musul­­mans », dit-il avec un sourire en nous toisant. « Parce que nous autres musul­­mans ne valons pas autant sur le marché. » Il se tourne vers l’un des amis de l’omda assis à la table, chré­­tien. « Il ne faut rien y voir de person­­nel. » Le chré­­tien en ques­­tion ricane. Je me tourne diffi­­ci­­le­­ment sur mon siège et pense aux treize heures de voyage en train jusqu’au Caire.

header31-1920x825
À l’heure du thé
Fusil d’as­­saut Goryu­­nov
Crédits : Yassin Gaber

Le voyage s’est avéré assez compliqué, mais surtout étrange. J’ai rencon­­tré tous les membres impor­­tants de ce monde étrange : le hors-la-loi, l’homme poli­­tique et l’homme de loi. Entre ces derniers, j’ai été témoin de décen­­nies de rancunes tenaces, d’hos­­ti­­li­­tés et de soucis désor­­mais mis à l’in­­dex. L’omda et les aînés du village se préoc­­cupent avant tout de leur monde, de leurs conflits. L’as­­pect sacré de la famille, disent-ils, divise tous les groupes qui se battent pour le pouvoir au Caire. Il y a ici une dyna­­mique à part et une notion diffé­­rente des hosti­­li­­tés. La presse du Caire peut se tour­­ner vers le sud et voir arri­­ver des vagues d’ar­­ri­­vages d’armes traver­­sant les fron­­tières, mais à Hamra Doum et à Qena, ce sont des affaires courantes. Les armes sont vieilles, les dyna­­miques encore plus. Les gens à qui nous avons parlé, peu avenants de prime abord, n’hé­­sitent pas à gros­­sir le trait autour d’un thé. Pour­­tant il n’y a pas trace d’ur­­gence dans leur voix. Mais là encore, ce pour­­rait être une simple atti­­tude. Je me dirige vers le train en pensant à tout cela. J’em­­barque en me faisant la réflexion que ce grand bazar, celui qui abrite en son sein ce commerce d’armes gran­­dis­­sant, se trouve peut-être bien dans la prochaine ville.


Traduit par Barbara Pele­­rin d’après l’ar­­ticle « Tea And Guns With The Sa’idi Of Egypt », paru dans Roads & King­­doms. Couver­­ture : Fusil d’as­­saut Goryu­­nov, par Yassin Gaber.
Down­load Premium WordP­ress Themes Free
Down­load WordP­ress Themes
Down­load Best WordP­ress Themes Free Down­load
Free Down­load WordP­ress Themes
down­load udemy paid course for free
Download Premium WordPress Themes Free
Premium WordPress Themes Download
Download WordPress Themes Free
Download Best WordPress Themes Free Download
online free course

Plus de monde