Face ID : faut-il craindre la reconnaissance faciale de l’iPhone X ?

Crédits : Apple

Comme lors de chaque présentation d’un nouvel iPhone, une nouvelle fonctionnalité « phare » provoque l’émoi chez les fanboys d’Apple et suscite de grandes interrogations chez les plus sceptiques. Cette fois-ci, rapporte The Verge, la technologie qui fait causer, c’est le FaceID. Ce système de reconnaissance faciale pourra être choisi par l’utilisateur pour assurer à l’iPhone X qu’il s’agit bien de lui et pas d’une personne mal intentionnée. Après l’empreinte digitale de Touch ID, Apple saute le pas pour nous faire accepter la technologie qui nous angoissait tant dans Minority Report.

Pour permettre le FaceID, Apple a équipé l’iPhone X d’un capteur infrarouge et d’un mini-projecteur qui cartographie en 3D le visage de l’utilisateur en projetant 30 000 points sur différentes parties de celui-ci. Ce scan est ensuite analysé puis identifié par les algorithmes du smartphone avant d’être stocké localement dans la partie dite « non-accessible » de la puce de l’iPhone – comme pour Touch ID.

Outre les promesses d’un dispositif « non-hackable », Apple joue ici la carte de la transparence en indiquant que les cartographies de nos faciès ne seront stockées que dans la puce de l’iPhone et non pas dans une base de données biométriques en ligne.

Ainsi, le visage est devenu mot de passe. Mais est-il seulement plus fiable qu’une formule écrite ? Pour Phil Schiller, vice-président en charge du marketing d’Apple, « c’est la meilleure solution et la plus simple » pour s’identifier et payer. Face aux interrogations de ses détracteurs, la multinationale affirme que cette technologie est parée à toute éventualité. Si vous prenez du poids, vous rasez ou portez des lunettes, par exemple, FaceID devrait tout de même fonctionner, grâce à une IA particulièrement maligne qui reconnaîtra votre visage mieux que vos parents en sont capables.

Edward Snowden himself semble adouber cette technologie, sans oublier d’avertir sur ses possibles abus. Il y a fort à parier en effet que l’adoption par l’entreprise la plus riche du monde de la reconnaissance faciale comme garantie de sécurité aura une influence considérable sur la perception qu’en auront les consommateurs. Et sa normalisation aura tôt fait d’agir comme paravent de dérives dont la perspective nous glaçait le sang il y a seulement quelques jours.

Sources : The Verge/Twitter