George Hotz veut créer un système supérieurement intelligent capable de conduire votre voiture à votre place, pour moins de 1 000 euros. C’est en bonne voie.

George Hotz s’ennuie déjà. Le hacker américain reconverti en exubérant patron de start-up est arrivé tôt à Lisbonne, mais il n’a pas quitté le lobby de son hôtel quatre étoiles, loin du cœur battant de la capitale portugaise. Il est venu participer à la deuxième édition du Web Summit dans le pays, qui peut aujourd’hui se targuer d’accueillir « la plus grande conférence tech du monde ». Peu lui chaut. Depuis le lancement en septembre 2015 de son projet comma.ai, il enchaîne les  événements comme celui-ci partout dans le monde.

Cet enfant du New Jersey pas encore trentenaire a la réputation d’être une bête de scène. À chaque intervention, la bougeotte et le souffle court, il fait rire, s’ébahir et tousser l’assistance en n’hésitant pas à rouler la concurrence dans la boue. Il balance sans complexe sur ses compétiteurs, Tesla en tête, et il a un différend personnel avec le milliardaire acclamé Elon Musk. Mais son génie excuse son impétuosité. C’était vrai lorsqu’il s’est fait connaître du monde entier en devenant le premier  homme à pirater l’iPhone, en 2007, alors qu’il était encore au lycée. C’était encore vrai en 2010 lorsqu’il a été le premier à pirater la Playstation 3. Sony n’a pas apprécié la plaisanterie et a poursuivi George Hotz en justice – le contentieux s’est réglé à l’amiable et Hotz a juré qu’il ne toucherait plus jamais aux produits des Japonais.

Ses frasques n’ont pas manqué d’attirer le regard des géants de la tech. Mercenaire du clavier, celui qui se fait appeler « geohot » sur les réseaux a vendu ses services à Google pour dix mois, SpaceX pour quatre mois, Facebook pour huit mois. Mais George Hotz s’ennuie vite. Pour se divertir le week-end, il participait à des concours de hacking dans le monde entier, récompensant les pirates les plus prompts à trouver des failles dans des systèmes informatiques. L’un des plus célèbres s’appelle Pwn2Own et se déroule à Vancouver, au Canada. Hotz y a raflé 50 000 dollars en découvrant un bug dans le navigateur Firefox. Lorsque Google organisait encore son concours Pwnium, il y a décroché la somme de 150 000 dollars pour avoir réussi à pénétrer un Chromebook ultra-sécurisé. De l’autre côté du Pacifique, en Corée du Sud, le jeune hacker a terminé premier et remporté un prix de 30 000 dollars en solo – le concours était fait pour des équipes de quatre.

Mais comme il n’y a rien de plus ennuyeux qu’un jeu auquel on gagne tout le temps, George Hotz a arrêté les concours en 2012 et s’est tourné vers un nouveau défi : l’intelligence artificielle. À présent, si vous le laissez démonter votre rétroviseur pour le remplacer par un device intelligent de son invention, il transforme votre véhicule en voiture autonome. C’est de cela que nous allions parler dans le lobby de cet hôtel guindé, inhabituellement bruyant à mon arrivée. C’est que la voix de George Hotz porte. Assis le dos tourné à l’entrée, cheveux en bataille et sweat-shirt noir barré d’une grosse virgule blanche – le logo de comma.ai –, le jeune PDG gesticule et s’emporte rapidement. Mais derrière la tempête de façade, il est avant tout honnête et lucide sur l’état actuel de l’avancement de la technologie. Oh, et il rappe aussi.

Fake news

Deux ans après le lancement de comma.ai, à quoi ressemble le système ?

George Hotz fouille dans le sac à dos noir qu’il a posé sur la table à côté de lui. Il en ressort un ordinateur portable et deux accessoires électroniques. Nous venons de lancer Eon, un tableau de bord intelligent multifonctions : c’est à la fois une caméra embarquée (dashcam), un système de navigation perfectionné et un autoradio connecté. Il se présente sous la forme d’un écran tactile encastré dans un coffret noir dont le design évoque  celui d’un smartphone vieillissant. Il s’accompagne d’une interface universelle Panda, qui fait le pont entre la voiture et l’informatique. Il désigne un petit boîtier blanc qui ressemble à une péritel pour voiture, dont une face se…

Lisez la suite de l'histoire.

Vous pouvez acheter nos histoires à l’unité ou vous abonner pour accéder à toutes les histoires. Vous pouvez également offrir un abonnement.

Achetez l'histoire à l'unité. Dès lors, vous pourrez y accéder en permanence sur ordinateur, tablette et smartphone.
Abonnez-vous pour accéder à toutes les histoires. L’ensemble de nos collections vous sera accessible en permanence sur ordinateur, tablette et smartphone.