par Nicolas Prouillac et Arthur Scheuer | 0 min | 14 octobre 2015

Faites vos jeux

New York a natu­­rel­­le­­ment besoin des microbes du sol et des racines qui proviennent des arbres et des plantes des montagnes Cats­­kill pour puri­­fier son eau potable. Et l’Amé­­rique centrale a natu­­rel­­le­­ment besoin des mangroves, des herbes maré­­ca­­geuses et des barrières de corail pour ralen­­tir les oura­­gans qui peuvent rava­­ger sa côte est. Mais qu’en est-il de Las Vegas ? Las Vegas n’a pas besoin de la nature. Descen­­dez le Strip à 23 heures un jeudi soir, et les hôtels alignés le long du Las Vegas Boule­­vard ressemblent aux manèges d’un parc d’at­­trac­­tions pris d’as­­saut par la foule. L’hô­­tel et casino New York-New York est une réplique à trois étages de la forêt de buil­­dings new-yorkais et de la Statue de la Liberté. Une Tour Eiffel penchée légè­­re­­ment penchée se dresse devant le Paris Las Vegas. Et le Bella­­gio ressemble à Venise, avec plus de 1 200 fontaines dansantes qui bougent en rythme sur un lac de plus de 3,4 hectares  d’eau.

ulyces-ghostvegas-01
Le Strip à la tombée de la nuit
Crédits

Charles R. Marshall, écolo­­giste et ensei­­gnant à l’uni­­ver­­sité de Cali­­for­­nie à Berke­­ley, m’a confié : « C’est telle­­ment spec­­ta­­cu­­laire, hors de contrôle, extrême. C’est un des endroits que je préfère au monde, même si cela horri­­fie la plupart des gens qui me connaissent ! » Marshall, qui a grandi en Austra­­lie avant de s’ins­­tal­­ler aux États-Unis, s’est marié à Las Vegas. Tout comme son père avant lui. Bien que la plupart des touristes ne voient que le côté arti­­fi­­ciel de la ville, celle-ci possède pour­­tant un paysage natu­­rel, ainsi qu’une histoire. À la fin du XIXe siècle, Las Vegas n’était qu’une étape sur la route de Santa Fe. Il y avait là-bas deux sources d’eau douce. En espa­­gnol, Las Vegas signi­­fie « les prés ». En 1900, la popu­­la­­tion était passée à près d’une tren­­taine d’ha­­bi­­tants, qui ne se donnèrent même pas la peine d’ef­­fec­­tuer un recen­­se­­ment. Mais en 1904, la ville fut dési­­gnée comme un empla­­ce­­ment idéal pour le repos et le chan­­ge­­ment d’équipe du train de l’Union Paci­­fic, qui reliait Salt Lake City à Los Angeles, et c’est ainsi qu’elle commença à se déve­­lop­­per. En 1928, le président Calvin Coolidge signa un projet de loi auto­­ri­­sant le déblo­­cage de 175 millions de dollars pour la construc­­tion du barrage Boul­­der (plus tard rebap­­tisé barrage Hoover) à l’ex­­té­­rieur de Las Vegas, ce qui trans­­porta la ville de joie. L’État du Nevada faisait preuve de laxisme depuis bien long­­temps, auto­­ri­­sant la pros­­ti­­tu­­tion, les mariages à la va-vite – et des divorces plutôt rapides eux aussi –, ainsi que des tables de jeu façon casino expo­­sées à la vue de tous.

ulyces-ghostvegas-02-1
Un essai nucléaire dans le désert du Nevada
Crédits : Natio­­nal Nuclear Secu­­rity Admi­­nis­­tra­­tion

Le célèbre gang­s­ter Bugsy Siegel construi­­sit l’hô­­tel Flamingo à la fin des années 1940, ce qui eut pour effet d’at­­ti­­rer les vedettes d’Hol­­ly­­wood, séduites par l’as­­pect Ville du Péché de Vegas. Le 27 janvier 1951, la commis­­sion de l’Éner­­gie atomique testa la première d’une série de bombes atomiques à l’ex­­té­­rieur de Las Vegas. Des soldats furent inten­­tion­­nel­­le­­ment expo­­sés aux tests pour mesu­­rer les effets de la radia­­tion sur les êtres humains. Cela n’a pas eu l’air de déran­­ger Vegas, bien que le test laissa derrière lui une traî­­née de verre brisé à travers la ville. Ces tests furent fina­­le­­ment dépla­­cés sous terre. Au fil des ans, Las Vegas agré­­menta l’en­­semble de ses casi­­nos de néons, peut-être pour combler le manque de ces illu­­mi­­na­­tions nucléaires. Un matin sous le soleil du désert, j’ai conduit sur trois kilo­­mètres le long du Strip pour rejoindre l’uni­­ver­­sité du Nevada à Las Vegas (UNLV) et y rencon­­trer Stan Smith, un écolo­­giste. Les cactus et les yuccas entou­­raient son bureau, sur le campus qui se présente comme un arbo­­re­­tum géant, qui inclue l’en­­semble de ses 135 hectares. Smith a étudié comment les plantes s’adaptent au stress. Il a égale­­ment effec­­tué des recherches sur la façon dont le chan­­ge­­ment clima­­tique peut affec­­ter la struc­­ture et la fonc­­tion des paysages et écosys­­tèmes déser­­tiques. Smith a grandi à Las Cruces, au Nouveau-Mexique, mais il a passé du temps à Reno, dans le Nevada et à Phoe­­nix, en Arizona, avant de s’ins­­tal­­ler à Las Vegas. Il connais­­sait bien le désert du sud-ouest des États-Unis, même s’il affirme que les habi­­tants de Las Vegas sont plus accou­­tu­­més au jeu. « Vous voyez des machines à sous partout : à l’aé­­ro­­port, à la fin de la queue au super­­­mar­­ché. En Arizona et en Cali­­for­­nie, les gens utilisent le désert à des fins récréa­­tives. La dernière fois que j’ai été juré, les autres membres compa­­raient les coupons de plusieurs casi­­nos pour déter­­mi­­ner lequel offrait les meilleures récom­­penses. Même s’il y a quelques amou­­reux des grands espaces ici, la plupart des gens ne s’y inté­­ressent pas vrai­­ment », raconte Smith.

Rien ne va plus

La nature n’im­­pres­­sionne peut-être pas la majo­­rité des citoyens de Las Vegas, ni ses visi­­teurs en quête de fortune, mais c’est bien elle qui est le véri­­table trésor ici. Si les arbustes rachi­­tiques ne couvrent qu’en­­vi­­ron 20 % du sol aride, ils repré­­sentent un habi­­tat crucial pour les lézards, les serpents, les souris et les oiseaux. Les oiseaux et les chauve-souris sont d’im­­por­­tants distri­­bu­­teurs de graines, mangeant les fruits du désert pendant la saison humide et disper­­sant leurs graines à travers leurs excré­­ments. Ces fleurs sont essen­­tielles à la santé des oiseaux migra­­teurs et des rapaces. Dans les montagnes qui entourent Las Vegas vivent des lynx, des coyotes, des couguars, des tortues du désert et des mouflons cana­­diens. Près du lac Mead sur le fleuve Colo­­rado, qui s’étend juste à l’ex­­té­­rieur de Las Vegas, je me suis tenu à une petite centaine de mètres d’un point d’eau à midi où j’ai pu obser­­ver un groupe de vingt mouflons cana­­diens, dont certains arbo­­raient deux énormes cornes recour­­bées, alors qu’ils venaient se désal­­té­­rer. Même si la plupart des gens l’ignorent, les croûtes carac­­té­­ris­­tiques du désert du sud-ouest des États-Unis, qui en couvrent une grande partie, sont parmi les éléments natu­­rels les plus impor­­tants ici. Les croûtes du sol biolo­­gique se forment dans les zones déser­­tiques à l’air libre, à partir d’une commu­­nauté très spéci­­fiques de cyano­­bac­­té­­ries, de mousses et de lichens qui couvrent 70 % des espaces à ciel ouvert.

ulyces-ghostvegas-03
Des croûtes biolo­­giques
Crédits

Les croûtes biolo­­giques et miné­­rales aident à préser­­ver la stabi­­lité du sol, explique Jayne Belnap, cher­­cheuse-biolo­­giste améri­­caine char­­gée d’étude en géolo­­gie, à Moab dans l’Utah. Une croûte biolo­­gique bien déve­­lop­­pée est presque immu­­ni­­sée contre l’éro­­sion du vent. « Elle est presque immu­­ni­­sée contre toutes les forces de vent », dit-elle. Des tests réali­­sés dans des souf­­fle­­ries révèlent qu’elles peuvent suppor­­ter des vents souf­­flant jusqu’à 160 kilo­­mètres par heure. Mais une fois ces croûtes sont abîmées, elles peuvent deve­­nir des mines de pous­­sière et alimen­­ter des tempêtes puis­­santes qui peuvent se dépla­­cer sur une longue distance. Les biolo­­gistes ont suivi la trace de tempêtes de pous­­sière en Afrique qui ont voyagé jusque sur l’Ama­­zone, en Amérique du Sud. Des tempêtes de pous­­sière en Chine ont été pistées jusqu’aux États-Unis, par-delà le conti­nent et l’océan Atlan­­tique. Si les réponses appor­­tées par la région en ce qui concerne le chan­­ge­­ment clima­­tique sont correctes, les déserts du sud-ouest des États-Unis menacent de deve­­nir de plus en plus chauds et secs. Avec moins d’hu­­mi­­dité, les croûtes ne se forme­­ront sans doute pas, et les tempêtes de sable pour­­raient deve­­nir de plus en plus fréquentes. Bien qu’ils ne s’en rendent pas compte, les croûtes sont aussi impor­­tantes pour les rési­­dents du Nevada que le jeu.

~

Mais aussi impor­­tantes soient-elles, Las Vegas doit sa vie à l’eau appor­­tée à la ville par le fleuve Colo­­rado. Le fleuve débute son voyage dans le manteau neigeux des Rocheuses centrales, et s’élance vers le sud sur 2 330 kilo­­mètres, pompant une zone éten­­due mais aride qui inclut des portions de sept États améri­­cains et de deux États mexi­­cains.

Comme aux tables de craps des casi­­nos de Las Vegas, on ne peut pas gagner sur le long terme.

Le Colo­­rado est le fleuve le plus impor­­tant du sud-ouest des États-Unis et du nord-ouest du Mexique. Avant l’ar­­ri­­vée des colons euro­­péens, le fleuve péné­­trait le Mexique, où il formait un large delta avant de se vider dans le golfe de Cali­­for­­nie, au large des côtes mexi­­caines. Mais durant la plus grande part du dernier siècle, une consom­­ma­­tion d’eau inten­­sive à contre-courant a volé l’hu­­mi­­dité des dernières centaines de kilo­­mètres du fleuve, et il n’at­­teint aujourd’­­hui plus le golfe, sauf les années de trop-plein impor­­tant. Au cours des deux dernières décen­­nies, la crois­­sance démo­­gra­­phique le long du fleuve a été la plus impor­­tante des États-Unis. Entre 85 et 90 % du débit fluvial du fleuve Colo­­rado prend son origine dans la fonte des neiges, en grande partie des Rocheuses du Colo­­rado et du Wyoming. Le Nevada et d’autres États de l’Ouest améri­­cain comme la Cali­­for­­nie et l’Ari­­zona rencontrent d’ores et déjà des diffi­­cul­­tés avec la réduc­­tion de la fonte des neiges dans leur propre État, et comptent sur le fleuve Colo­­rado pour l’eau dont ils ont tant besoin. Le chan­­ge­­ment clima­­tique va faire bais­­ser le volume de préci­­pi­­ta­­tions dans le sud-ouest tout en faisant dimi­­nuer l’ac­­cu­­mu­­la­­tion de neige dans les Rocheuses. L’eau sera déver­­sée plus tôt, ce qui signi­­fie que l’hi­­ver et le prin­­temps seront proba­­ble­­ment suffi­­sam­­ment humides, mais que l’été et l’au­­tomne seront très secs. Las Vegas et le fleuve Colo­­rado souffrent de l’uti­­li­­sa­­tion crois­­sante qu’en font d’autres villes du désert, comme Phoe­­nix et Los Angeles. Emma Rosi-Marshall, écologue aqua­­tique à l’Ins­­ti­­tut Cary pour l’étude de l’éco­­sys­­tème, se penche sur le cas des pois­­sons indi­­gènes du fleuve Colo­­rado. Les deux barrages les plus impor­­tants, le barrage Hoover près de Las Vegas et celui de Glen Canyon en dessous du lac Powell dans l’Utah, ont eu des réper­­cus­­sions majeures sur la faune et les pois­­sons du fleuve Colo­­rado, modi­­fiant leur écosys­­tème natu­­rel, noyant leur habi­­tat et chan­­geant les tempé­­ra­­tures des eaux dans lesquelles ils évoluaient. Les vers, les escar­­gots et de nombreux insectes aqua­­tiques indi­­gènes ont disparu, d’im­­por­­tantes sources alimen­­taires pour ces pois­­sons. Résul­­tat ? Le nombre de pois­­sons indi­­gènes a dimi­­nué de moitié dans l’éco­­sys­­tème du Grand Canyon. Les agences gouver­­ne­­men­­tales libèrent l’eau à des moments diffé­­rents de l’an­­née pour tenter d’imi­­ter le ruis­­sel­­le­­ment natu­­rel. Mais les avan­­tages de cette stra­­té­­gie restent à établir. Il est possible que les barrages de Glen Canyon et de Hoover aient altéré l’éco­­sys­­tème du fleuve à tel point que la régu­­la­­tion du débit d’eau à travers les barrages ne puisse parve­­nir à accom­­plir ce que permet­­tait aupa­­ra­­vant le débit d’eau natu­­rel.

ulyces-ghostvegas-04
La Ville du Péché

Le fait est que le fleuve perd rapi­­de­­ment son eau, un problème qui concerne l’en­­semble de la faune et de la flore qui compte sur elle – y compris l’homme. Le volume d’eau du lac Mead a dimi­­nué d’en­­vi­­ron 40 %. Las Vegas dispose actuel­­le­­ment de deux conduites pompant l’eau du lac, mais la ville a besoin de davan­­tage. Sous le lac Mead, le fleuve s’as­­sèche. L’agri­­cul­­ture du sud de la Cali­­for­­nie est l’un des plus grands consom­­ma­­teurs d’eau, et l’éco­­lo­­giste de l’UNLV Smith se demande à quel point ces fermes sont réel­­le­­ment impor­­tantes et produc­­tives. Mais si l’on se débar­­rasse de l’agri­­cul­­ture locale, il faudra aller cher­­cher la nour­­ri­­ture plus loin, augmen­­tant alors inévi­­ta­­ble­­ment la quan­­tité de CO2 relâ­­ché dans l’at­­mo­­sphère en raison du trans­­port de la nour­­ri­­ture, ce qui pour­­rait avoir pour consé­quence de dimi­­nuer plus encore le manteau neigeux des Rocheuses ainsi que les pluies du désert, les niveaux d’eau tombant encore plus bas… Comme aux tables de craps des casi­­nos de Las Vegas, on ne peut pas gagner sur le long terme.

Dust Bowl 2

La vallée de Las Vegas, qui comprend la ville, abrite une popu­­la­­tion de presque deux millions d’âmes, soit envi­­ron les deux tiers de l’en­­semble de la popu­­la­­tion de l’État. Les ingé­­nieurs proposent d’ex­­ploi­­ter les eaux souter­­raines des terres d’éle­­vage situées plus au nord, avec 145 puits disper­­sés sur 20 % de la partie nord du Nevada, et connec­­tés par plus de 1 600 kilo­­mètres de tuyaux. Une telle situa­­tion s’est produite il y a un siècle lorsque Los Angeles a cher­­ché de l’eau dans la vallée de l’Owens, à envi­­ron 500 kilo­­mètres plus au nord de l’État, à l’est des montagnes de la Sierra Nevada. Los Angeles a acquis les droits sur l’eau des rési­­dents de la vallée de l’Owens et expé­­dié toute l’eau dans le Sud.

ulyces-ghostvegas-05
Une tempête de pous­­sière au Texas
18 avril 1935

La vallée de l’Owens s’est lente­­ment vue privée de son humi­­dité, et les fermiers et les éleveurs de la région sont partis s’ins­­tal­­ler ailleurs. Le détour­­ne­­ment des eaux pour les habi­­tants de Los Angeles a complè­­te­­ment assé­­ché le lac Owens avant 1920. Puis la pous­­sière a commencé à souf­­fler. Avant les années 1990, la plage du lac Owens était le plus grand produc­­teur aux États-Unis de parti­­cules fines atmo­s­phé­­riques PM10, des parti­­cules assez petites pour péné­­trer dans les poumons humains. Les tribu­­naux ont contraint la ville de Los Angeles à remettre un peu d’eau dans le lac, même si les écolo­­gistes pour­­suivent la bataille en ce qui concerne les chan­­ge­­ments dans l’uti­­li­­sa­­tion de l’eau et de la terre là-bas. Selon Greg Okin, profes­­seur de géogra­­phie à l’uni­­ver­­sité de Cali­­for­­nie à Los Angeles, « les modèles clima­­tiques prédisent un sud-ouest plus chaud et plus sec. D’ici à 2050, l’hu­­mi­­dité du sol pour­­rait être plus basse qu’à l’époque du Dust Bowl. » Le Dust Bowl (« bassin de pous­­sière ») s’est produit dans les Grandes plaines du Midwest améri­­cain dans les années 1930. Une période inha­­bi­­tuel­­le­­ment humide avait encou­­ragé les gens à s’y instal­­ler, et les pluies exis­­tantes convainquirent beau­­coup d’entre eux de commen­­cer à labou­­rer les prai­­ries en profon­­deur. Ce qui eut pour effet de détruire les pâtu­­rages qui rete­­naient norma­­le­­ment le sol et l’hu­­mi­­dité lors des périodes de séche­­resse et de grands vents. Ainsi, lorsque la séche­­resse s’ins­­talla dans les années 1930, il y avait peu d’herbe pour rete­­nir la terre. En 1930, une séche­­resse prolon­­gée et sévère causa la perte des récoltes, lais­­sant les champs labou­­rés à l’ex­­po­­si­­tion de l’éro­­sion éolienne, ce qui trans­­porta les sols fins à l’est.

ulyces-ghostvegas-06
Las Vegas de nuit, par un astro­­naute
Crédits : NASA Earth Obser­­va­­tory

Les « bliz­­zards noirs », nom donné aux tempêtes de pous­­sière, ont commencé à souf­­fler, et les consé­quences furent désas­­treuses. En mai 1934, deux tempêtes de pous­­sière firent dispa­­raître des quan­­ti­­tés impres­­sion­­nantes de terre dans les fermes des Grandes plaines, la trans­­por­­tant jusqu’à Chicago, et dépo­­sant 5 400 tonnes de pous­­sière sur la ville, avant de dévier vers Boston, New York et Washing­­ton. Elle est connue comme la pire séche­­resse de l’his­­toire offi­­cielle des États-Unis. Las Vegas est un phéno­­mène humain, une infra­s­truc­­ture futu­­riste incroya­­ble­­ment grande construite presque entiè­­re­­ment au cour du siècle dernier. En 1900, on comp­­tait une tren­­taine d’ha­­bi­­tants dans la vallée. Aujourd’­­hui, on en dénombre deux millions. Si cela n’a pris que cent ans pour en arri­­ver là, combien d’an­­nées supplé­­men­­taires (100 ? 200 ? 300 ?) faudra-t-il pour en arri­­ver au point où il n’y aura plus assez d’eau pour que survive la ville, que les croûtes déser­­tiques dispa­­raissent, que les tempêtes de pous­­sière commencent à souf­­fler et que les touristes plient bagage ? Pour obte­­nir un aperçu de ce futur aride et pous­­sié­­reux, il suffit d’al­­ler jeter un œil là où finit le fleuve Colo­­rado, à envi­­ron 80 kilo­­mètres au sud de la fron­­tière étasu­­nienne. L’eau qui se trouve dans son lit à cet endroit n’est plus qu’un maré­­cage de sel étroit et peu profond, et le trop-plein des pesti­­cides issus de l’ir­­ri­­ga­­tion des cultures. Le passé paraît bien loin. Aldo Leopold, écolo­­giste et fores­­tier améri­­cain, auteur d’Alma­­nach d’un comté des sables (1949), décri­­vit un jour le delta du fleuve Colo­­rado en ces termes : « Une terre sauvage de lait et de miel, où les aigrettes se rassem­­blaient comme une tempête de neige, où les jaguars vaga­­bon­­daient, et pous­­saient des melons sauvages. » Aujourd’­­hui, les Indiens Cucapá gagnent tout juste de quoi vivre dans un estuaire rempli d’herbes, de déchets et de maré­­cages éphé­­mères formés par une eau insa­­lubre.

~

Peut-être que le véri­­table futur de Las Vegas réside sur les rives de la mer de Salton, dans le sud de la Cali­­for­­nie, à envi­­ron 190 kilo­­mètres plus au nord. La zone est née lorsque le fleuve Colo­­rado a tempo­­rai­­re­­ment dévié vers la mer de Salton, en 1905. Pendant un temps, le trop-plein des fermes a gardé le niveau d’eau du lac constant, sinon pollué. Même s’il s’agit du plus grand lac de Cali­­for­­nie, la mer de Salton est aussi celui doté du niveau le plus bas, et son eau est plus salée que celle de l’océan Paci­­fique.

Si le désert devient plus chaud et plus sec, le boom des cinquante dernières années ne tardera pas à faire ses adieux.

La mer de Salton connut un certain succès dans les années 1950, alors que les stations de villé­­gia­­ture s’ins­­tal­­laient sur la rive est et semblaient promises à un bel avenir. Pendant un temps. Mais sans écou­­le­­ment, le lac est devenu de plus en plus pollué. Dans les années 1970, la plupart des immeubles construits le long du litto­­ral furent aban­­don­­nés. Les oiseaux qui migrent vers le sud du lac en hiver attirent toujours les obser­­va­­teurs, mais c’est surtout dû au fait que tous les maré­­cages de la vallée impé­­riale, où se trouve la mer de Salton, sont exploi­­tés par l’agri­­cul­­ture. Les oiseaux ne peuvent se rendre nulle part ailleurs. Il y a toujours quelques maisons disper­­sées du côté ouest, mais le côté est de la mer autour de l’an­­cien club nautique compte surtout des cara­­vanes aban­­don­­nées et des ruines de toutes sortes. Las Vegas pour­­rait aussi en arri­­ver là. Si l’eau des sols descend en dessous des niveaux du Dust Bowl, les croûtes se brise­­ront et les sables pour­­raient bien s’en­­vo­­ler avec le vent. Si l’eau vient à manquer et que la ville s’as­­sèche, il ne faudra pas beau­­coup de temps pour que terrains de golf, fontaines et piscines perdent de leur attrait. Et si le désert devient plus chaud et plus sec, la grande migra­­tion et le boom de la construc­­tion des cinquante dernières années ne tarde­­ront pas à faire leurs adieux.

ulyces-ghostvegas-07
La menace pèse sur Sin City

Un artiste du futur se délec­­te­­rait peut-être des infra­s­truc­­tures rouillées de la célèbre Ville du Péché, cher­­chant des reliques de vieilles machines à sous dans les décharges voisines, ou collec­­tion­­nant de vieux néons pour un quel­­conque musée. Il ou elle pour­­rait fouiller dans de vieux livres ou maga­­zines pour lire des récits sur la manière dont Vegas succomba sous les assauts combi­­nés de la séche­­resse, des tempêtes de pous­­sière et des factures d’élec­­tri­­cité verti­­gi­­neuses, et sur le jour où le dernier néon vacilla avant de s’éteindre pour toujours. Au bout du compte, c’est la nature qui a toutes les cartes en main.


Traduit de l’an­­glais par Ludi­­vine Halé d’après un extrait de The Next Species: The Future of Evolu­­tion in the After­­math of Man, paru chez Simon & Schus­­ter. Couver­­ture : Un paysage désolé et le célèbre panneau de Las Vegas. Créa­­tion graphique par Ulyces.
Down­load WordP­ress Themes Free
Down­load Premium WordP­ress Themes Free
Down­load WordP­ress Themes Free
Down­load WordP­ress Themes
free online course
Free Download WordPress Themes
Download Premium WordPress Themes Free
Download WordPress Themes Free
Download Best WordPress Themes Free Download
download udemy paid course for free

PLUS DE SCIENCE