par Nicolas Prouillac et Arthur Scheuer | 0 min | 17 avril 2015

Les parents d’Erik Finman, Paul et Lorna, se sont rencon­­trés à l’uni­­ver­­sité de Stan­­ford dans les années 1980, quand Paul passait son docto­­rat en génie élec­­trique, et Lorna en physique. Pour leur premier rendez-vous galant, ils sont restés dans la chambre de Lorna à manger une boîte de hari­­cots. « Notre père est sûre­­ment la personne la moins roman­­tique du monde », lance Erik, 16 ans. « Elle avait un analy­­seur de spectre qu’il convoi­­tait… » Paul et Lorna se sont mariés et ont fini par démé­­na­­ger avec leurs trois jeunes fils à Post Falls, dans l’Idaho, près de l’en­­droit où Paul avait grandi. Après les attaques du 11 septembre, LCF Enter­­prises, leur compa­­gnie, a pros­­péré en décro­­chant des contrats lucra­­tifs avec le dépar­­te­­ment de la Défense pour la fabri­­ca­­tion d’am­­pli­­fi­­ca­­teurs spécia­­li­­sés qui avaient entre autres la capa­­cité de brouiller les engins explo­­sifs impro­­vi­­sés sur lesquels tombaient les troupes améri­­caines en Irak.

Stanford, incubateur de talentCrédits
Stan­­ford, incu­­ba­­teur de talent
Crédits

Post Falls est située en péri­­phé­­rie de Cœur d’Alene, et si sa popu­­la­­tion est majo­­ri­­tai­­re­­ment rurale et pauvre, les gens aisés sont atti­­rés par la beauté de cet endroit loin de tout. Il n’est pas rare d’y entendre des coups de feu à l’heure du petit déjeu­­ner, et c’est aussi là que vit, parmi les amis de la famille Finman, l’in­­gé­­nieur en aéro­s­pa­­tial de Virgin Galac­­tic, Burt Rutan. Les Finman, qui n’ont aucun goût pour le système éduca­­tif du coin, ont opté pour l’ins­­truc­­tion à domi­­cile pour leurs garçons les plus âgés, mettant à dispo­­si­­tion de chacun d’eux un bureau à LCF afin de déve­­lop­­per leurs centres d’in­­té­­rêt. « Au lieu des récréa­­tions », explique leur fils Ross, 25 ans, « on nous accor­­dait du temps avec un ingé­­nieur. » Scott est aujourd’­­hui âgé de 28 ans. Il s’in­­té­­res­­sait alors à la program­­ma­­tion infor­­ma­­tique, et il est entré à l’uni­­ver­­sité Johns-Hopkins à 16 ans. Ross qui, enfant, jouait avec des Lego à s’en faire saigner les doigts, s’est tourné vers la robo­­tique. Il a terminé sa dernière année au lycée de Harvard à 16 ans et passe actuel­­le­­ment un docto­­rat en intel­­li­­gence arti­­fi­­cielle au MIT. Erik, le petit dernier, a mis plus de temps à trou­­ver sa voie. Cher­­chant à plaire à sa mère et plus sensible à son juge­­ment que ses frères, il n’a pas supporté l’école à domi­­cile. Après le CP, ses parents l’ont placé dans diffé­­rentes écoles publiques et privées, mais rien n’y faisait. Erik restait indif­­fé­rent et malheu­­reux. Un ensei­­gnant lui a même suggéré d’aban­­don­­ner l’école pour aller travailler chez McDo­­nald’s.

Nais­­sance d’un génie

Mais sa famille, elle, n’a jamais douté de son intel­­li­­gence, ni de sa curio­­sité ou de sa créa­­ti­­vité. Alors qu’il n’était encore qu’un bambin et que les Finman logeaient dans un motel (c’était avant le 11 septembre et leur entre­­prise rencon­­trait des diffi­­cul­­tés), le jeune Erik s’est un jour aven­­turé dans le local élec­­trique et s’est mis à jouer avec les inter­­­rup­­teurs, effaçant tout le système de réser­­va­­tion. Une autre fois, il est entré en douce dans la chambre à coucher de sa mère et lui a prélevé de la salive dans la bouche avec un coton-tige en prenant soin de ne pas la réveiller, et a utilisé l’échan­­tillon pour comman­­der un tableau de son ADN et lui en faire la surprise à Noël. Bien qu’il soit le seul parmi ses frères à n’avoir pas obtenu son certi­­fi­­cat d’opéra­­teur des services de radio amateur, cela ne l’a pas empê­­ché de déve­­lop­­per une fasci­­na­­tion extrême pour les nouvelles tech­­no­­lo­­gies, suivant de près les médias spécia­­li­­sés comme The Verge, écou­­tant reli­­gieu­­se­­ment les discours de Steve Jobs et s’ex­­ta­­siant pendant des heures devant des gadgets – ce qui fati­­guait vite les membres de la famille. « Il se compor­­tait comme un obsédé compul­­sif quand il s’agis­­sait de leur fonc­­tion­­ne­­ment et de leur utili­­sa­­tion », observe Ross. Si Erik iden­­ti­­fiait un défaut de fabri­­ca­­tion, « ça le déran­­geait vrai­­ment. Après ça, il était de mauvaise humeur pendant plusieurs jours. » Un Noël, Ross est allé jusqu’à offrir à Erik la tenue de Steve Jobs en modèle réduit, avec ses jeans et son haut noir à col roulé.

Les frères FinmanUne famille d'entrepreneursCrédits : Erik Finman
Les frères Finman
Une famille d’en­­tre­­pre­­neurs
Crédits : Erik Finman

Il faut savoir que les frères Finman sont à la fois soudés et en compé­­ti­­tion les uns avec les autres. Lorsqu’au début de l’an­­née 2013, Scott a parlé à Erik du système de paie­­ment numé­­rique baptisé bitcoin, disant qu’il en avait acheté cinquante unités, Erik a décidé de dépen­­ser les 1 000 dollars qu’il venait de rece­­voir de sa grand-mère pour s’en ache­­ter cent. Un an plus tard, Ross lui a offert le livre Without Their Permis­­sion (« Sans leur permis­­sion »), écrit par Alexis Ohnian, le cofon­­da­­teur de Reddit. Avant cela, Erik n’avait lu volon­­tai­­re­­ment qu’un seul livre de toute sa vie (la biogra­­phie de Steve Jobs par Walter Isaac­­son), mais il a dévoré celui d’Oha­­nian, qui décrit le pouvoir d’In­­ter­­net comme un outil permet­­tant à tout le monde de deve­­nir entre­­pre­­neur (même à un élève médiocre de 15 ans qui vit au fin fond de l’Idaho). Erik n’avait qu’une hâte : rencon­­trer Ohanian qui – cela tombait bien – mettait en jeu des « heures de travail » via une tombola pour une asso­­cia­­tion cari­­ta­­tive. Pour 8 500 dollars, Ohanian promet­­tait des gaufres et une place pour le match des Brook­­lyn Nets. Erik a donc demandé à ses parents s’ils paie­­raient les frais pour lui, mais ils ont pensé que la somme était trop impor­­tante et qu’O­­ha­­nian n’était qu’une lubie passa­­gère du jeune garçon. Ils ont dit non. Mais Erik n’a pas baissé pas les bras. Voyant que la cote d’un bitcoin était passée à 1 200 dollars, il a décidé de vendre son pactole pour 100 000 dollars et a obtenu sa soirée avec Ohanian. « Pendant tout ce temps, je devais me maîtri­­ser et me rappe­­ler que je parlais à un adoles­cent, confie Ohanian. C’est un jeune homme très motivé, bien plus que je ne l’étais à son âge. » Envi­­ron à la même époque, Erik a déni­­ché un déve­­lop­­peur indé­­pen­­dant sur Elance et l’a payé pour créer un clone de Flappy Bird : une semaine plus tard, il était en vente sur le Play Store pour Android. L’af­­faire n’a pas beau­­coup rapporté, mais l’ex­­pé­­rience lui a ouvert les yeux – une preuve tangible du concept d’Oha­­nian. Erik avait déjà un projet plus ambi­­tieux en tête. Son expé­­rience déce­­vante dans l’édu­­ca­­tion l’a convaincu de la néces­­sité d’une market­­place pour des cours parti­­cu­­liers en ligne, sur laquelle des étudiants cher­­chant des profes­­seurs et habi­­tant dans des coins perdus seraient mis en contact avec un vaste réseau d’ex­­perts cher­­chant des étudiants. En ratta­­chant le thème d’un devoir maison récent (les angles géomé­­triques) à un hobby (la robo­­tique) dans un mélan­­geur de mots en ligne, l’al­­go­­rithme a donné « Botangle » – et Erik de se préci­­pi­­ter dans le Star­­bucks le plus proche avec une pancarte disant qu’il achè­­te­­rait un café à tous ceux qui voudraient bien entendre son idée et lui faire un retour. Une ving­­taine de personnes lui ont donné leurs impres­­sions.

Erik n’avait lu volon­­tai­­re­­ment qu’un seul livre de toute sa vie : la biogra­­phie de Steve Jobs par Walter Isaac­­son.

Encou­­ragé, Erik a commencé à enga­­ger des desi­­gners et des déve­­lop­­peurs aux quatre coins du monde, et en un rien de temps, il a mis un site sur pied. Il était tota­­le­­ment absorbé par ce qu’il faisait, et cela s’est avéré bien plus instruc­­tif pour lui que l’école ne l’avait été. Gérer ses déve­­lop­­peurs lui a donné envie d’ap­­prendre le code infor­­ma­­tique ; payer des impôts et des charges lui a donné envie de se mettre à la comp­­ta­­bi­­lité. Sa mère et son frère aîné lui ont suggéré d’ou­­blier l’école et de travailler à plein temps sur son affaire. Évaluer Erik d’après les critères acadé­­miques tradi­­tion­­nels reve­­nait selon Ross à « juger un pois­­son d’après sa capa­­cité à grim­­per aux arbres. » Lorsque Erik a annoncé qu’il ne voulait pas aller à l’uni­­ver­­sité, son père a accepté. À condi­­tion qu’il réalise un million de dollars avant ses 18 ans.

Le nez dans les start-ups

Même selon les normes de la Sili­­con Valley, Erik Finman était en avance sur son âge. Les inves­­tis­­seurs en capi­­tal risque (ou venture capi­­ta­­lists), prin­­ci­­paux pour­­voyeurs de fonds pour l’in­­gé­­nieur inso­lent arché­­ty­­pique, ont tendance à se foca­­li­­ser sur les jeunes adultes : « Les gens de moins de 35 ans sont ceux qui provoquent le chan­­ge­­ment », Vinod Khosla. « Dans la tête des inves­­tis­­seurs, la limite c’est 32 », Paul Graham. « Ils n’ont pas de distrac­­tions, de famille ou d’en­­fants pour les gêner », Michael Moritz. Mark Zucker­­berg, qui a apporté sa pierre au débat avec son fameux « les jeunes sont tout simple­­ment plus malins », avait déjà 23 ans lorsqu’il est devenu milliar­­daire. Mais plus on descend en âge, mieux c’est, appa­­rem­­ment, indé­­pen­­dam­­ment des réus­­sites encore à venir. Ainsi, quand Erik a posté un Ask Me Anything (« soumet­­tez-moi vos ques­­tions ») sur Reddit – titré « J’ai quinze ans et vingt personnes venant du monde entier travaillent pour moi dans une entre­­prise appe­­lée Botangle » –, il a reçu une foule de commen­­taires. Erik est devenu popu­­laire sur Twit­­ter, et il a su en jouer.

Finman a eu une idée pour moder­­ni­­ser le recru­­te­­ment : entre­­prises et futurs stagiaires se rencon­­tre­­raient pour un speed-dating profes­­sion­­nel.

Son AMA sur Reddit a donné lieu à un article sur Mashable et une invi­­ta­­tion au Thiel Summit (un rassem­­ble­­ment de jeunes entre­­pre­­neurs, infor­­ma­­ti­­ciens et scien­­ti­­fiques), ce qui l’a conduit à un stage d’été à Palo Alto au sein de la start-up Sprayable Energy (« C’est comme du Red Bull mais pour la peau », explique Erik). Là-bas, Erik a eu une idée pour monter un autre busi­­ness. En se basant sur sa convic­­tion gran­­dis­­sante que c’est en forgeant qu’on devient forge­­ron, son collègue de stage et lui ont décidé d’or­­ga­­ni­­ser un événe­­ment, Intern for a Day (« stagiaire pour un jour »), qui visait à amélio­­rer le recru­­te­­ment tradi­­tion­­nel, la vieille habi­­tude du CV et de l’en­­tre­­tien. Entre­­prises et futurs stagiaires s’y rencon­­tre­­raient pour un genre de speed-dating profes­­sion­­nel. Les employés choi­­si­­raient ensuite une poignée de jeunes afin de passer le reste de la jour­­née à travailler sur un véri­­table projet sur lequel ils ont besoin d’aide, les évaluant ainsi pour un stage éven­­tuel. Ceux qui aspirent à deve­­nir stagiaires, de leur côté, auraient la chance de tester une entre­­prise et sa ligne de conduite, tout en postu­­lant pour un job, peut-être même à plein temps. StartX, la pépi­­nière d’en­­tre­­prises de Stan­­ford où se trou­­vait Sprayable Energy, a dit à Erik et son parte­­naire qu’ils pouvaient utili­­ser leurs locaux pour le projet. Sprayable Energy serait l’une des entre­­prises parti­­ci­­pantes. Visant la centaine de postu­­la­­tions, Erik a fina­­le­­ment croulé sous plusieurs centaines de demandes, et avant que l’évé­­ne­­ment n’ait lieu, il en a orga­­nisé huit autres pour tâter le terrain, en promou­­vant des rencontres de place­­ment de stagiaires dans d’autres villes et en rece­­vant des réponses tout aussi enthou­­siastes. Fort d’un véri­­table succès et voyant que Botangle n’at­­ti­­rait pas tant de monde que cela, il a rapi­­de­­ment fait un pivot typique de la Sili­­con Valley et s’est concen­­tré sur Intern for a Day. « Le site compte déjà beau­­coup plus d’uti­­li­­sa­­teurs, pour beau­­coup moins de travail », dit Erik. Il a ainsi décidé de rester à Palo Alto. Vivre seul en tant qu’en­­tre­­pre­­neur à 15 ans posait quelques problèmes. Erik avait enre­­gis­­tré son entre­­prise au nom de sa mère : à présent, elle devait aussi lui louer un appar­­te­­ment. Lorsqu’il prend l’avion, elle doit lui écrire une auto­­ri­­sa­­tion, et jusqu’à récem­­ment, les sièges près des issues de secours lui étaient inac­­ces­­sibles. Le site Expe­­dia demande à ce qu’on soit majeur pour réser­­ver un billet, aussi Erik a-t-il trans­­féré ses points de fidé­­lité sur Hipmunk, une entre­­prise affi­­liée à Ohanian.

Une machine à 100 000 dollarsCrédits : Erik FInman
Une machine à 100 000 dollars
Crédits : Erik Finman

Il a récem­­ment obtenu son permis de conduc­­teur en forma­­tion (un type de permis améri­­cain qui permet aux jeunes de conduire à certaines condi­­tions, ndt), mais dépend encore de Lyft et Uber pour se dépla­­cer dans la Sili­­con Valley. Certaines subven­­tions auxquelles il voudrait accé­­der exigent un âge mini­­mum. Tout cela a donné à cet entre­­pre­­neur aux yeux ingé­­nus une idée de plus. « Un jour, en paral­­lèle, j’ai­­me­­rais construire un ensemble d’ap­­par­­te­­ments pour des gens de moins de 18 ans, et propo­­ser des réser­­va­­tions de vols pour ces mêmes gens. » Mais il admet : « Je ne pense pas que cela implique­­rait beau­­coup d’argent. Il doit y avoir en tout et pour tout vingt personnes sur huit milliards dans le monde » qui font face à des ennuis aussi singu­­liers que les siens. Ses parents ont beau être de toute évidence plus relâ­­chés que d’autres, ils n’en sont pas moins protec­­teurs : lorsque Erik a démé­­nagé à Palo Alto, sa mère a installé un logi­­ciel de géolo­­ca­­li­­sa­­tion sur son iPhone, et tandis qu’E­­rik était à son dîner avec Ohanian à Junior’s, près du Barclays Center, elle rôdait anxieu­­se­­ment dans les allées du restau­­rant Apple­­bee’s, de l’autre côté de Flat­­bush Avenue. Erik éprouve des diffi­­cul­­tés à socia­­bi­­li­­ser. « Le problème avec le fait d’avoir 15 ans dans la baie de San Fran­­cisco, dit-il, c’est que je sors avec beau­­coup de gens âgés de 20 ans. C’est l’en­­droit où il y a le moins de lycéens parmi la popu­­la­­tion – du moins à ce que j’en vois. » Lorsque ses amis se rendent à des fêtes qui servent aussi à réseau­­ter, Erik doit tris­­te­­ment les aban­­don­­ner à la porte, fermée aux mineurs. Il a eu du mal à rencon­­trer une personne de son âge avec laquelle il pouvait avoir un échange intel­­lec­­tuel. Il a des profils sur des sites comme OkCu­­pid et Tinder qui affichent qu’il a 18 ans. « Il y a cette fille de 16 ans qui a inventé une lampe de poche alimen­­tée par la chaleur corpo­­relle. Elle est passée dans le Tonight Show. J’étais vert ! » lance-t-il, sa voix pleine de jalou­­sie. « Je lui ai envoyé un message par Face­­book, mais j’ai acci­­den­­tel­­le­­ment envoyé l’au­­to­­col­­lant d’un chat géant. » Elle n’a jamais répon­­du… Son ami d’en­­fance, Keely Bren­­nan, qui a accom­­pa­­gné Erik à sa sortie avec Ohanian, affirme que le jeune homme fait son modeste devant son nouveau succès auprès des filles. « On était dans un maga­­sin à New York, à parler. Je lui ai demandé : comment ça va les amours, mon vieux ? Il m’a répondu : “Ben… tu sais… j’ai cette fille, et cette fille, et celle-là.” Il m’a sorti un truc du genre : “J’ai remarqué que plus je partais loin de la maison, plus les filles m’ai­­maient bien.” » Mais son âge, bien qu’in­­com­­mo­­dant parfois, a clai­­re­­ment été un atout ines­­ti­­mable. Durant son stage à Sprayable Energy, son collègue stagiaire et lui ont appro­­ché l’in­­ves­­tis­­seur en capi­­tal risque Paul Graham au Joanie’s Café, un coin à Palo Alto qui sert le petit déjeu­­ner, où Erik se rappelle être devenu tout rouge et avoir commencé étran­­ge­­ment à bégayer. Malgré tout, Graham le recon­­naît quand il l’aperçoit à présent, et l’ap­­pelle « break­­fast guy » (« le gars du petit déj’ »). Erik a envoyé une candi­­da­­ture à la pépi­­nière d’en­­tre­­prises Y Combi­­na­­tor cet automne ainsi qu’au Thiel Fellow­­ship. Il a déjà commencé à assis­­ter en tant qu’au­­di­­teur libre aux cours du président de Y Combi­­na­­tor, Sam Altman, à Stan­­ford. Et il reçoit des invi­­ta­­tions à des événe­­ments comme le TEDxTeen. Il y a quelques mois, Erik a envoyé des liens à propos de lui à son ancien ensei­­gnant dans l’Idaho, celui qui lui avait dit de travailler chez McDo­­nald’s. L’objet du mail : « Regarde-moi main­­te­­nant, bitch ! »

erik-finman-bitcoin-ulyces-8
Le Joan­­nie’s de Palo Alto
Le brunch des start-ups est forcé­­ment sur Street View
Crédits : Google Street View

Discours d’un jour

Sur les photos, Erik a l’air d’un bino­­clard au visage d’en­­fant, petit et jouf­­flu, mais il fait presque un mètre quatre-vingt et il est tout en longueur, grâce à son récent régime paléo­­li­­thique. Il a les cheveux épais et ébou­­rif­­fés (« Je suis en admi­­ra­­tion devant Andrew Garfield ») avec sa cure au sham­­poing sec No Poo (qu’il n’a pas rincé depuis un an), dont il a appris l’exis­­tence sur Reddit. Il porte une smart­­watch Pebble en argent. Loin d’être un nerd maladroit, il est très ouvert et a beau­­coup d’hu­­mour. Il se vante de ses « tablettes de choco­­lat » qui n’ont pas tenu long­­temps. Au début du mois d’oc­­tobre 2014, Erik a volé jusqu’à Londres pour le TEDxTeen. Il jouis­­sait de plus de liberté qu’à Palo Alto – malgré les trois télé­­phones qu’il a emme­­nés avec lui : « Heureu­­se­­ment, le système de loca­­li­­sa­­tion ne marche pas en Angle­­terre. » Néan­­moins, étant mineur, les orga­­ni­­sa­­teurs de la confé­­rence ont payé pour que son frère Ross vienne avec lui et fasse office de tuteur. Nous avons pris un petit déjeu­­ner tous les trois dans un boui-boui près de leur hôtel dans le quar­­tier de Dock­­lands. Entre Erik et Ross, la rela­­tion est compliquée. Lorsque Erik avait 7 ans et Ross 16, il y a eu une période de trois mois durant laquelle Ross a dû s’oc­­cu­­per seul de son petit frère (leurs parents étaient en dépla­­ce­­ment pour le travail). En plus de parta­­ger un lien de proxi­­mité frater­­nel, ils ont tous les deux conscience d’avoir une seconde dyna­­mique, parfois plus conflic­­tuelle, de père et fils. Un peu plus tôt, à l’hô­­tel, Erik a décrit Ross comme « le second beau-gosse de la famille », et à présent, tandis qu’il boit son thé (il ne boit ni café ni alcool : « En gros, on vit comme des Mormons », plai­­sante-t-il) et que Ross mange un petit déjeu­­ner anglais complet, la compé­­ti­­tion est ouverte.

Speakers-Theme-Graphic-v5-siteheader
TEDx Teen à Londres
Crédits : TEDxTeen

« On a fait un article sur moi quand j’avais 8 ans », précise Ross. « Ouais, ouais », bâille Erik. Ross conti­­nue : « Main­­te­­nant, c’est Erik qui me présente aux gens, et un jour, je travaille­­rai pour lui. » Il s’in­­ter­­rompt, puis ajoute : « Mais il faudra d’abord me passer sur le corps. » Erik et Ross débattent sur l’âge d’en­­trée (16 ou 17 ans) de Scott à l’uni­­ver­­sité Johns-Hopkins. « Je suis le seul de la famille à ne pas possé­­der ma propre entre­­prise », avoue Ross, même s’il s’avère qu’il a bien une start-up bâtie autour d’un appa­­reil qu’E­­rik décrit comme « du Sodas­­tream pour la nour­­ri­­ture ». Cet après-midi-là, après avoir reçu un rappel obli­­ga­­toire sur les règles concer­­nant le travail des enfants, le harcè­­le­­ment au travail, etc., Erik se tient à l’ar­­rière d’une salle dans l’O2 Arena de Londres, à attendre la répé­­ti­­tion de son discours de ce qu’il a appelé « Be Some­­thing for a Day » (« Deve­­nez quelqu’un pour un jour »). Inspiré par son concept Intern for a Day, Erik l’a élargi à toute sa vie, le menant vers une philo­­so­­phie plus géné­­rale du « pour un jour », où il essaye d’ap­­prendre quelque chose de nouveau chaque jour. Il a fait la visite d’un temple boud­d­histe à New York. Il a audi­­tionné pour X Factor à Spokane. Il a passé une jour­­née à essayer de maîtri­­ser l’art des mac and cheese. Son discours à Londres racon­­te­­rait sa propre histoire et vante­­rait sa façon d’abor­­der la vie. S’il y a bien un bal des débu­­tants pour les prodiges dans la tech­­no­­lo­­gie, c’est le TEDxTeen. Parmi les pairs d’Erik, on retrouve l’in­­ven­­teur de 14 ans d’un logi­­ciel contre le harcè­­le­­ment sur Inter­­net et un conseiller de 18 ans qui aide les multi­­na­­tio­­nales depuis déjà plusieurs années sur la logis­­tique des chaînes d’ap­­pro­­vi­­sion­­ne­­ment. Moins de la moitié des orateurs sont encore des adoles­­cents, mais tous ont soit accom­­pli quelque chose à un âge peu avancé, soit fait une chose dans laquelle les orga­­ni­­sa­­teurs voient une source d’ins­­pi­­ra­­tion pour les jeunes. TEDxTeen compense le bagout des TED origi­­naux grâce au côté théâ­­tral de l’ado­­les­­cence (parmi les anciens orateurs, on trouve un adoles­cent qui « a inventé un test de détec­­tion du cancer grâce à du papier », et un autre qui « a créé une station de radio avec du bric-à-brac »).

S’il y a bien un bal des débu­­tants pour les prodiges dans la tech­­no­­lo­­gie, c’est TEDxTeen

Le discours d’Erik promet­­tait d’être plus terre-à-terre, mais à un jour avant sa montée sur scène, il était inquiet sur l’équi­­libre de son discours. Ces dernières semaines, il est allé à plusieurs rencontre des Toast­­mas­­ters afin d’amé­­lio­­rer sa prise de parole en public, il a visionné plusieurs vidéos d’Oha­­nian et étudié le discours de Guy Pearce au TED sur Prome­­theus. Il trou­­vait que les propor­­tions entre le côté « inspi­­ra­­tion » et le côté « drôle », qu’il esti­­mait à 20 et 80 %, avaient besoin d’être rééqui­­li­­brées. Sur scène, à ce moment-là, un garçon britan­­nique nommé James Ander­­son couvrait de louanges Space Lounges, une « expé­­rience révo­­lu­­tion­­naire dans l’e-commerce » qui impliquait d’une façon diffi­­cile à saisir un mélange d’achats physiques et en ligne. « Il a été financé par Richard Bran­­son », me confie Erik à voix basse. Ensuite, c’était au tour de Gabi Holz­­warth, qui a commencé en tant que violo­­niste de rue à Palo Alto pour se produire fina­­le­­ment en concerts privés et deve­­nir la chou­­choute de la Sili­­con Valley (et la petite copine du fonda­­teur d’Uber, Travis Kala­­nick). En plus d’être une artiste calme et expres­­sive sur scène, elle avait une histoire poignante à racon­­ter à propos de sa lutte contre ses troubles alimen­­taires, et elle capti­­vait la salle. « C’est le discours à battre », dit Erik une fois que Holz­­warth a terminé. « Le sien, c’était de l’ins­­pi­­ra­­tion à 99 %. Elle n’a sorti qu’une seule blague. » (À vrai dire, elle n’en a sorti aucune.) « À propos de l’ano­­rexie », ajoute-t-il sèche­­ment. Ross secoue la tête et soupire : « Tu vas brûler en enfer. » Pour sa défense, Erik dit être « jaloux ». « Peut-être que j’ai besoin d’ajou­­ter de l’émo­­tion dans mon discours. Devrais-je parler de mes problèmes à l’école ? » Ross le pousse à aller discu­­ter avec Holz­­warth, et il s’exé­­cute. Elle l’a invité à une soirée cette nuit-là, orga­­ni­­sée au Shard (un gratte-ciel bien pointu) par Eric Schmidt, de Google. Erik lui a répondu qu’il n’irait pas par « prin­­cipe », car il voyait en Schmidt le pour­­fen­­deur de l’an­­cien idéal de Google : « Don’t Be Evil » (« Ne soyez pas malveillants»).

erik-finman-bitcoin-ulyces-1
Teena­­ger en costume
Crédits : Erik Finman

À mesure que son tour pour la répé­­ti­­tion approche, l’état de ses nerfs fluc­­tue. « Je monte et je baisse en confiance », constate-t-il. « Comme ça : je vais déchi­­rer » – il lève une main en l’air – « Non, je vais me plan­­ter » – puis il la baisse. L’opi­­nion de Ross compte beau­­coup pour Erik, et sa présence fait resur­­gir son anxiété. Ils se sont déjà mis d’ac­­cord sur le fait que Ross quit­­te­­rait la salle lors du discours d’Erik, demain, mais à l’ins­­tant, Erik hésite même à lui deman­­der de sortir pendant la répé­­ti­­tion. Ross reste, Erik monte sur scène, et les choses se passent mal. Il n’ar­­rête pas de s’in­­ter­­rompre et de s’ex­­cu­­ser. Les deux coaches à l’avant de la salle lui répètent : « Ne dis pas que tu es désolé ! » Il a beau­­coup de mal à finir. Après ça, il est contra­­rié et s’éclipsé afin d’ap­­pe­­ler sa mère, qui l’en­­cou­­rage, lui rappe­­lant que Ross et lui ont deux façons d’ap­­prendre bien distinctes. « Soit il devien­­dra milliar­­daire, m’as­­sure Ross, soit il se plan­­tera en beauté. Ce sont les deux seules options. »

Le jour J

« Ross et moi, on se bagarre souvent », m’a expliqué plus tard Erik. Il venait d’exi­­ger de Ross qu’il soit absent non seule­­ment pendant le discours le jour suivant, mais aussi pendant l’évé­­ne­­ment dans son inté­­gra­­lité. Il l’a pris dans ses bras en guise d’ex­­cuse. « C’est toujours de ma faute », a dit Ross. « Désolé », a répondu Erik. Puis il a demandé à reten­­ter une répé­­ti­­tion, et quelques heures plus tard, en le faisant sans Ross dans la salle, tout s’est passé en douceur. Lorsqu’un des coaches a aperçu Ross à l’ex­­té­­rieur un peu plus tard, il lui a lancé : « Ne venez pas demain. » Cette nuit-là, Erik a veillé tard, se prépa­­rant et se moti­­vant en regar­­dant à nouveau « un tas » de vidéos sur lesquelles figu­­rait Ohanian. Il a été rassuré de voir que même lui n’était pas toujours un orateur parfait – ses récents discours étaient bien meilleurs que les premiers. Et Erik s’est rappelé qu’a­­vant de venir à Londres, lorsqu’il avait fait un discours au lycée de Boise, cela s’était très bien passé. Là-bas, où des gens se moquaient autre­­fois de lui, on l’avait traité comme une star. Son ordi­­na­­teur portable avec toutes ses notes était mort, et il avait dû impro­­vi­­ser, rece­­vant tout de même une stan­­ding ovation. « L’im­­pro­­vi­­sa­­tion, c’est ça ma forma­­tion », assure Erik. Au matin suivant, Ross est parti avant l’aube ; puisqu’il ne pouvait pas assis­­ter au discours de son frère, il avait décidé de prendre le tunnel sous la Manche pour rejoindre Paris. Dans l’en­­trée de l’hô­­tel, Erik compa­­tis­­sait avec un autre orateur : « Au moins, on ne passe pas après l’ano­­rexique. » De retour à l’O2 Arena, Erik a reçu son badge sur lequel on pouvait lire, comme il l’avait exigé : WHITE KANYE WEST. Lui et les autres orateurs se sont rejoints sur scène et ont fait des exer­­cices de relaxa­­tion. Le musi­­cien et produc­­teur Nile Rodgers, dont la fonda­­tion We Are Family orga­­nise la confé­­rence, leur a appris à bien respi­­rer.

maxresdefault
Entrée en scène
Crédits : TEDxTeen

Dans le foyer des artistes, les orateurs discu­­taient avec noncha­­lance, et Erik a suggéré de quit­­ter l’école à une fille de 14 ans. « Quelqu’un va devoir sortir un quart de million », l’a-t-il préve­­nue lorsqu’elle a dit vouloir aller à l’uni­­ver­­sité. Quand une oratrice a dévoilé qu’elle avait 24 ans, quelqu’un a répliqué immé­­dia­­te­­ment : « Alors, t’es offi­­ciel­­le­­ment vieille. » L’heure de parler appro­­chait pour Erik. « Je deviens nerveux. Je vais impro­­vi­­ser à la fin. » Il était temps pour sa session de commen­­cer. Le maître de céré­­mo­­nie a encou­­ragé le public composé de jeunes gens à danser sur les accords élec­­tro­­niques du titre Around the World de Daft Punk. Erik, équipé d’un micro dans la première rangée, se dandi­­nait de manière exubé­­rante. Lorsque le moment est arrivé, il est monté sur scène et a parlé sans aide-mémoire. Il n’a pas craqué. Son discours s’est bien déroulé, le public rigo­­lant parti­­cu­­liè­­re­­ment à sa blague sur les abdos en béton, dite tout en montrant une diapo du Penseur de Rodin afin d’illus­­trer ses diffi­­cul­­tés préoc­­cu­­pantes à l’école. Une fois l’évé­­ne­­ment terminé, après un appel aux parti­­ci­­pants à « sortir et chahu­­ter », Erik s’est vu entouré de fans. Un garçon de 14 ans s’inquié­­tait des problèmes auxquels faisaient face les jeunes entre­­pre­­neurs, comme la lour­­deur de la bureau­­cra­­tie concer­­nant les mineurs. « Oublie la léga­­lité », lui a répondu Erik. Les enfants lui ont demandé des auto­­graphes et des selfies. Il leur a fait un check pour dire au revoir, un geste qu’il a adopté en regar­­dant Ohanian. Plus tard, lors d’une soirée à l’étage, tandis que les adultes trinquaient avec des coupes de cham­­pagne, Erik buvait de l’eau glacée.

erik-finman-bitcoin-ulyces-5
Teen influent
Crédits : Twit­­ter

Le jour suivant, Erik parti­­rait pour Boston puis San Fran­­cisco, où il déci­­de­­rait de quit­­ter son appar­­te­­ment – « Il avait une drôle d’odeur » – et de vivre en nomade, allant d’une ville à l’autre tout en orga­­ni­­sant ses événe­­ments Intern for a Day. Ohanian, qui est devenu son mentor, lui a conseillé de ralen­­tir : « Je l’em­­mè­­ne­­rai au Shake Shack. Je veux lui donner des conseils pour ses débuts, mais égale­­ment pour le stress : qu’il n’ou­­blie pas d’être aussi un enfant. Il va clai­­re­­ment aller loin, mais il est aussi impor­­tant de ne pas passer à côté des bons moments de sa jeunesse, de ne pas se foca­­li­­ser unique­­ment sur le travail. » Bien­­tôt, un nouveau coup serait à marquer d’une pierre blanche. Le 26 octobre 2014, Erik allait avoir 16 ans. « Je commence à comp­­ter les jours », disait-il quelques semaines avant. « Je me sens vieux. » Norma­­le­­ment, sa famille en aurait fait tout un plat, mais, sa mère m’a confié : « Il ne veut pas arri­­ver à 16 ans. Il veut que j’en fasse abstrac­­tion. Bien sûr, ça n’ar­­ri­­vera pas. » Fina­­le­­ment, quand le grand jour est arrivé, Erik se trou­­vait à Palo Alto. Il a passé son anni­­ver­­saire à arbi­­trer un hacka­­thon au Y Combi­­na­­tor, à enre­­gis­­trer un podcast et à sortir dîner avec un autre des orateurs du TEDxTeen. Rien de spécial. « J’ai eu deux Chipotle pour le prix d’un », a-t-il précisé le lende­­main. « J’ai l’im­­pres­­sion d’être un vieux crou­­lant. J’ima­­gine que plus on vieillit, plus on s’ac­­croche à ce qu’on a accom­­pli. J’ai l’im­­pres­­sion de ne pas en avoir fait assez. À 16 ans, ça paraît moins impres­­sion­­nant… Ça me pousse à en faire toujours plus. »


Traduit de l’an­­glais par Anas­­ta­­siya Reznik d’après l’ar­­ticle « The Bitcoin Boy », paru dans New York Maga­­zine. Couver­­ture : Erik Finman, par Alan Powdrill. Créa­­tion graphique par Ulyces.
Premium WordP­ress Themes Down­load
Down­load WordP­ress Themes Free
Premium WordP­ress Themes Down­load
Premium WordP­ress Themes Down­load
down­load udemy paid course for free
Download Best WordPress Themes Free Download
Premium WordPress Themes Download
Premium WordPress Themes Download
Premium WordPress Themes Download
download udemy paid course for free

PLUS DE SCIENCE