par bjaqu | 0 min | 3 mars 2016

Les Clin­­ton et Wall Street

Le 17 janvier dernier aux États-Unis s’est tenu le dernier débat oppo­­sant les candi­­dats démo­­crates avant le lance­­ment de la course aux primaires. Bernie Sanders a dénoncé les liens étroits qu’en­­tre­­tient Hillary Clin­­ton avec la bourse de Wall Street, attaque qu’il s’était retenu de profé­­rer jusqu’à ce stade de la campagne élec­­to­­rale. « Je ne perçois pas d’argent des grandes banques… En un an, vous avez perçu 600 000 dollars d’ho­­no­­raires de Gold­­man Sachs pour des confé­­rences », l’a-t-il accu­­sée. Les critiques de Sanders surviennent au moment même où de récents rapports révèlent que le FBI a étendu son enquête sur les emails envoyés par Hillary Clin­­ton alors qu’elle était secré­­taire d’État à ses rela­­tions avec les grands dona­­teurs. Ce qui soulève une autre ques­­tion : comment Hillary et Bill Clin­­ton ont-ils tissé un tel réseau de dona­­teurs, et qu’est-ce que ce réseau présage de la conduite de l’ex-première dame si elle venait à être élue prési­­dente des États-Unis ? L’enquête, qui s’ap­­puie sur de nombreuses sources, vise à éclai­­rer des faits concer­­nant Hillary Clin­­ton et ne prétend en aucun cas favo­­ri­­ser tel ou tel candi­­dat à l’élec­­tion prési­­den­­tielle.

ulyces-clintonsystem-01
Hillary Clin­­ton en campagne
Crédits : Gage Skid­­more

Depuis l’ar­­rêt Citi­­zens United et l’ar­­ri­­vée des Super PAC (ou comi­­tés d’ac­­tion poli­­tique), il est fréquent sur la scène poli­­tique améri­­caine que des socié­­tés et de riches dona­­teurs trans­­mettent des sommes illi­­mi­­tées d’argent aux candi­­dats à de hauts postes en vue d’ob­­te­­nir des faveurs. D’après les données publiées sur le site Open Secrets, en octobre dernier, aux fins de la campagne prési­­den­­tielle de 2016, Jeb Bush dispo­­sait, en plus des parti­­ci­­pa­­tions directes, de près de 103 millions de dollars de « contri­­bu­­tions exté­­rieures ». Il peut s’agir de montants prove­­nant des PAC, ces comi­­tés d’ac­­tion poli­­tique, ou des Super PAC, mais égale­­ment d’ « argent occulte » versé par des orga­­ni­­sa­­tions au profit d’un candi­­dat. Cette somme s’éle­­vait respec­­ti­­ve­­ment à 38 millions de dollars, 17 millions de dollars et 14 millions de dollars pour les candi­­dats Ted Cruz, Marco Rubio et Chris Chris­­tie. Pour­­tant, peu ont su exploi­­ter cette poli­­tique de gros sous autant que Bill et Hillary Clin­­ton. Au mois d’oc­­tobre, Hillary Clin­­ton avait soulevé 20 millions de dollars « exté­­rieurs » qui se sont ajou­­tés aux 77 millions de contri­­bu­­tions directes, soit la somme la plus impor­­tante réunie alors par un candi­­dat. Mais Hillary et son mari entre­­tiennent d’autres rela­­tions avec les grands dona­­teurs, qui remontent bien avant l’élec­­tion en cours. Le « Système Clin­­ton » se démarque par l’am­­pleur et la complexité des connexions qu’il implique, mais égale­­ment par une présence de longue date sur la scène poli­­tique, par le rôle de l’an­­cien président Bill Clin­­ton à ses côtés en tant que parte­­naire dans cette entre­­prise et par les sommes fara­­mi­­neuses mises en jeu. Cette ampleur et cette complexité s’ex­­pliquent par les diffé­­rentes formes de contri­­bu­­tions qui unissent les Clin­­ton à leurs dona­­teurs. Tout d’abord, il y a ces hono­­raires à six chiffres perçus par Bill et Hillary Clin­­ton, prin­­ci­­pa­­le­­ment de la part de socié­­tés et de banques et qui leur ont déjà rapporté 125 millions de dollars depuis le départ de Bill Clin­­ton de la prési­­dence en 2001. Il y a égale­­ment les contri­­bu­­tions directes aux campagnes d’Hillary Clin­­ton, notam­­ment pour un siège au Sénat en 2000, pour la prési­­dence du pays en 2008, puis en 2016, soit un total de 712,4 millions de dollars au 30 septembre 2015, selon les données publiées récem­­ment par Open Secrets. Sur cinq sources de finan­­ce­­ment majeures, quatre sont de grandes banques : Citi­­group Inc., Gold­­man Sachs, JPMor­­gan Chase & Co., et Morgan Stan­­ley. Objec­­tif de cette campagne : soule­­ver un milliard de dollars de fonds pour la super PAC en vue de l’élec­­tion prési­­den­­tielle de 2016.

ulyces-clintonsystem-02
Bill, Hillary et leur fille Chel­­sea Clin­­ton
Crédits : Clin­­ton Global Initia­­tive

Enfin, les dona­­teurs ont versé près de deux milliards de dollars à la Fonda­­tion Clin­­ton, ainsi qu’à des orga­­nismes satel­­lites depuis le départ de Bill Clin­­ton de la Maison-Blanche. Cela peut sembler étrange d’in­­clure les dons à la fonda­­tion parmi les recours des socié­­tés et des milliar­­daires pour se rappro­­cher des Clin­­ton, gagner leur bien­­veillance et espé­­rer un retour de faveur. Les fonds de la fonda­­tion sont majo­­ri­­tai­­re­­ment rever­­sés pour défendre des causes plus ou moins louables, allant de la refo­­res­­ta­­tion en Afrique et le soutien aux petits exploi­­tants agri­­coles dans les Caraïbes, à la colla­­bo­­ra­­tion entre les pouvoirs publics et les entre­­prises aux États-Unis dans l’objec­­tif de promou­­voir le bien-être et la bonne condi­­tion physique des employés. En outre, tous les dona­­teurs de la Fonda­­tion Clin­­ton et de ses insti­­tu­­tions asso­­ciées ne sont pas des socié­­tés. La Fonda­­tion Bill et Melinda Gates, par exemple, qui compte parmi les dona­­teurs prin­­ci­­paux, a versé plus de 25 millions de dollars de subven­­tions depuis sa créa­­tion. Citons notam­­ment un commu­­niqué de presse de la Fonda­­tion Clin­­ton publié en 2014 qui évoque un parte­­na­­riat « visant à collec­­ter et à analy­­ser des infor­­ma­­tions sur le statut des femmes et des petites filles à travers le monde ». Cepen­­dant, la plupart des grands bien­­fai­­teurs de l’as­­so­­cia­­tion font partie des dona­­teurs qui ont apporté leur soutien à Hillary Clin­­ton à chaque campagne élec­­to­­rale et versé des hono­­raires à six chiffres. Pour ces dona­­teurs, en majo­­rité des socié­­tés, le lien qu’ils établissent avec les Clin­­ton est aussi impor­­tant que les causes défen­­dues par l’as­­so­­cia­­tion. D’après l’ana­­lyse des fonds de la Fonda­­tion Clin­­ton publiée en février 2015 par le Washing­­ton Post, le secteur des services finan­­ciers repré­­sente la plus grande part des entre­­prises dona­­trices. La fonda­­tion compte égale­­ment comme dona­­teurs prin­­ci­­paux des entre­­prises spécia­­li­­sées dans les éner­­gies et la défense natio­­nale, ainsi que les gouver­­ne­­ments étran­­gers avec lesquels elles font commerce. Les prési­­dents améri­­cains ont depuis long­­temps recours à des asso­­cia­­tions cari­­ta­­tives pour étendre leur influence et perce­­voir des hono­­raires de confé­­rences, qui consti­­tuent une source de reve­­nus non négli­­geable. Mais les Clin­­ton se distinguent du fait qu’ils béné­­fi­­cient de l’in­­fluence inter­­­na­­tio­­nale de l’an­­cien président Bill Clin­­ton pour finan­­cer la carrière poli­­tique d’Hillary Clin­­ton.

ulyces-clintonsystem-03
Une famille modèle

Les dona­­teurs s’at­­tendent proba­­ble­­ment à ce qu’une séna­­trice, ancienne secré­­taire d’État et première dame, soit à même de leur rendre la pareille. Le forum annuel « Clin­­ton Global Initia­­tive » offre un cadre idéal pour les tran­­sac­­tions entre les Clin­­ton et leurs bien­­fai­­teurs. Parmi les spon­­sors de l’évé­­ne­­ment qui s’est tenu à New York en 2014 et 2015 se trou­­vaient notam­­ment HSBC, Coca Cola, Monsanto, Proc­­tor & Gamble, Cisco, Price­­wa­­te­­rhou­­seCoo­­pers, Blaks­­tone Group, Gold­­man Sachs, Exxon Mobile, Micro­­soft et Hewlett Packard. Moyen­­nant la somme mini­­mum de 250 000 dollars, les chefs d’en­­tre­­prise présents lors de ces forums jouissent d’un certain nombre de privi­­lèges dont la possi­­bi­­lité de rencon­­trer les Clin­­ton. Dans un article d’in­­ves­­ti­­ga­­tion publié en 2013 dans The New Repu­­blic, le jour­­na­­liste Alec MacGillis décrit ces forums annuels comme un échange complexe par lequel les PDG financent des projets pour pouvoir rencon­­trer les Clin­­ton. Alec décrit notam­­ment les allers et venues de Douglas Band, ancien assis­­tant à la Maison-Blanche lors de la prési­­dence de Bill Clin­­ton. Son rôle consis­­tait lors de ces événe­­ments à accor­­der des faveurs à certains PDG « en les condui­­sant sur l’es­­trade auprès des Clin­­ton, en les faisant passer au travers des contrôles de sécu­­rité ou en leur permet­­tant d’ap­­pa­­raître sur les photos offi­­cielles ». En 2012, le PDG de Coca Cola, Muhtar Kent, « a remporté une place de choix sur l’es­­trade auprès de Bill Clin­­ton », ainsi que l’a rapporté le New York Times.

Les armes et la fonda­­tion

Outre la Fonda­­tion Clin­­ton, les hono­­raires de confé­­rences consti­­tuent un autre moyen pour les parties inté­­res­­sées, notam­­ment Citi­­corp ou Gold­­man Sachs, d’ap­­por­­ter leur soutien au Clin­­ton sans recou­­rir aux dona­­tions directes de campagne. Des données prove­­nant du rapport finan­­cier annuel des Clin­­ton, de la Fonda­­tion Clin­­ton et des banques même révèlent qu’entre 2001 et 2014, Bill Clin­­ton a perçu 1,52 million de dollars d’ho­­no­­raires de la part d’UBS, 1,35 millions de la part de Gold­­man Sachs, 900 000 dollars de la Bank of America, 770 000 dollars de la Deutsche Bank et 650 000 dollars de Barclays Capi­­tal. Depuis son départ du dépar­­te­­ment d’État en 2014, Hillary Clin­­ton a perçu des hono­­raires simi­­laires de la part de ces mêmes enti­­tés. Sur près de 10 millions de dollars d’ho­­no­­raires de confé­­rences perçus en 2013, l’ex-première dame a reçu pas loin de 1,6 million de dollars des prin­­ci­­pales banques de Wall Street, dont 675 000 dollars de Gold­­man Sachs (somme qu’a évoquée Bernie Sanders pendant le débat du 17 janvier dernier) et 225 000 dollars versés par chacune des banques UBS, Bank of America, Morgan Stan­­ley et la Deutsche Bank. Les dona­­tions colos­­sales des socié­­tés et des gouver­­ne­­ments étran­­gers à la Fonda­­tion Clin­­ton consti­­tuent l’un des aspects les plus éton­­nants et trou­­blants du Système Clin­­ton. Sans parler de la promp­­ti­­tude avec laquelle Bill Clin­­ton accepte des hono­­raires à six chiffres de la plupart d’entre eux alors que les inté­­rêts finan­­ciers de ces mêmes dona­­teurs dépendent des déci­­sions du dépar­­te­­ment d’État alors présidé par Hillary Clin­­ton. Une enquête publiée en avril 2015 par Andrew Perez, David Sirota et Matthew Cunnin­­gham-Cook dans l’Inter­­na­­tio­­nal Busi­­ness Times révèle qu’entre octobre 2009 et décembre 2012, alors que son épouse était secré­­taire d’État, Bill Clin­­ton a reçu en treize occa­­sions des hono­­raires à six chiffres (pour un total de 2,5 millions de dollars) de la part de socié­­tés et de groupes commer­­ciaux qui, d’après les fichiers du gouver­­ne­­ment fédé­­ral, étaient enga­­gés dans des acti­­vi­­tés de lobbying auprès du dépar­­te­­ment d’État. Ces verse­­ments compre­­naient en 2010 : 175 000 dollars de VeriSign Corpo­­ra­­tion, exerçant des acti­­vi­­tés de lobbying auprès du dépar­­te­­ment d’État dans les domaines de la cyber-sécu­­rité et de la fisca­­lité Inter­­net ; 175 000 dollars de Micro­­soft, faisant pres­­sion sur les pouvoirs publics pour l’émis­­sion de visas de travail à l’in­­ten­­tion des migrants ; 200 000 dollars de Sales­­force, une entre­­prise enga­­gée dans des acti­­vi­­tés de lobbying notam­­ment dans le domaine de la sécu­­rité numé­­rique. En 2011, ces verse­­ments compre­­naient : 200 000 dollars de Gold­­man Sachs, qui soute­­nait alors le Budget Control Act, et 200 000 dollars de PhRMA, un grou­­pe­­ment de profes­­sion­­nels repré­­sen­­tant des compa­­gnies phar­­ma­­ceu­­tiques, qui œuvrait alors pour obte­­nir des mesures spéci­­fiques pour le commerce des médi­­ca­­ments élabo­­rés aux États-Unis dans le cadre des négo­­cia­­tions du parte­­na­­riat trans­­pa­­ci­­fique.

ulyces-clintonsystem-04
Hillary Clin­­ton est faite secré­­taire d’État en janvier 2009
Crédits : Michael Gross

Et en 2012, les paie­­ments incluaient : 200 000 dollars de la Natio­­nal Retail Fede­­ra­­tion, une asso­­cia­­tion qui faisait du lobbying auprès du dépar­­te­­ment d’État sur la légis­­la­­tion pour combattre la mani­­pu­­la­­tion du yuan exer­­cée par les Chinois ; 175 000 dollars de BHP Billi­­ton, qui voulait que le gouver­­ne­­ment protège ses inté­­rêts miniers au Gabon ; 200 000 dollars de la part d’Oracle, qui, comme Micro­­soft, cher­­chait à ce que le gouver­­ne­­ment règle le problème des visas de travail et prenne des mesures pour combattre le cyber-espion­­nage ; ainsi que 300 000 dollars de Dell Corpo­­ra­­tion, qui faisait pres­­sion sur le dépar­­te­­ment d’État pour qu’il se dresse contre les tarifs impo­­sés par les pays euro­­péens sur ses ordi­­na­­teurs. Durant le mandat d’Hillary Clin­­ton en tant que secré­­taire d’État, des socié­­tés du secteur de la défense et leurs clients à l’étrange ont égale­­ment contri­­bué entre 54 et 141 millions de dollars à la Fonda­­tion Clin­­ton. (Du fait que la fonda­­tion divulgue une four­­chette de valeurs dans lesquelles les contri­­bu­­tions de dona­­teurs parti­­cu­­liers pour­­raient se trou­­ver, seules des esti­­ma­­tions des montants mini­­mum et du maxi­­mum peuvent être données.) Sur la même période, ces socié­­tés améri­­caines du secteur de la défense et leurs gouver­­ne­­ments clients à l’étran­­ger ont égale­­ment versé un total de 625 000 dollars à Bill Clin­­ton pour ses allo­­cu­­tions. En mars 2011, par exemple, Bill Clin­­ton a reçu 175 000 dollars de la Kuwait America Foun­­da­­tion pour être l’in­­vité d’hon­­neur et confé­­ren­­cier de son gala annuel à Washing­­ton. Parmi les spon­­sors, on trou­­vait Boeing et le gouver­­ne­­ment du Koweït, à travers son ambas­­sade de Washing­­ton. Peu avant, le dépar­­te­­ment d’État, sous la régence d’Hillary Clin­­ton, avait auto­­risé un contrat de 693 millions de dollars pour doter le Koweït d’un appa­­reil de trans­­port mili­­taire Globe­­mas­­ter, de chez Boeing. En tant que secré­­taire d’État, Hillary Clin­­ton avait l’obli­­ga­­tion légale de déci­­der si les propo­­si­­tions de contrats d’ar­­me­­ments avec des gouver­­ne­­ments étran­­gers étaient dans l’in­­té­­rêt des États-Unis.

Le soutien de Clin­­ton à la nomi­­na­­tion du Kaza­­khs­­tan était pour le moins étrange.

Des recherches plus pous­­sées de Sirota et Perez, de l’Inter­­na­­tio­­nal Busi­­ness Times, basées sur les données du gouver­­ne­­ment améri­­cain et de la Fonda­­tion Clin­­ton révèlent que durant son mandat, le dépar­­te­­ment d’État a auto­­risé 165 milliards de dollars ventes commer­­ciales d’armes à vingt nations qui avaient donné de l’argent à la Fonda­­tion Clin­­ton. Elles incluent les gouver­­ne­­ments d’Ara­­bie saou­­dite, d’Oman, du Qatar, d’Al­­gé­­rie, du Koweït et des Émirats arabes unis, qui ont tous été verte­­ment critiqué pour leur non-respect des droits de l’homme par le dépar­­te­­ment d’État lui-même. Durant les années qu’Hillary Clin­­ton a passé en tant que secré­­taire d’État, les ventes d’armes accor­­dées aux pays ayant fait des dons à la Fonda­­tion Clin­­ton ont quasi­­ment doublé de valeur, comparé à celles accor­­dées aux même nations durant le second terme de George W. Bush. Il y a eu égale­­ment 151 milliards de dollars d’ar­­me­­ment vendu à 16 nations qui avaient donné des fonds à la Fonda­­tion Clin­­ton ; ces contrats étaient orga­­ni­­sés par le Penta­­gone, mais ils n’au­­raient pas pu arri­­ver à leur terme sans l’au­­to­­ri­­sa­­tion de Clin­­ton en tant que secré­­taire d’État. La valeur de ces contrats repré­­sente près d’une fois et demie la valeur des ventes équi­­va­­lentes effec­­tuées durant le second mandat de Bush.

LISEZ LA SUITE DE L’HISTOIRE ICI


Traduit de l’an­­glais par Audrey Previ­­tali et Nico­­las Prouillac d’après l’ar­­ticle « The Clin­­ton System », paru dans la New York Review of Books. Couver­­ture : Hillary et Bill Clin­­ton. Créa­­tion graphique par Ulyces.

DE LA COLOMBIE AU KAZAKHSTAN : LE BUSINESS LUCRATIF DE LA FONDATION CLINTON

ulyces-clintonsystem-couv02

Down­load Nulled WordP­ress Themes
Free Down­load WordP­ress Themes
Down­load Nulled WordP­ress Themes
Down­load Best WordP­ress Themes Free Down­load
down­load udemy paid course for free
Download Nulled WordPress Themes
Download Nulled WordPress Themes
Premium WordPress Themes Download
Free Download WordPress Themes
download udemy paid course for free

Plus de monde