par Camille Hamet | 4 septembre 2017

Au lende­­main des atten­­tats qui ont fait 16 morts et plus de 100 bles­­sés en Cata­­logne, une dizaine de mili­­tants d’ex­­trême droite se réunissent sur La Rambla de Barce­­lone pour, disent-ils, « défendre l’Es­­pagne et l’Eu­­rope d’une culture tota­­le­­ment éloi­­gnée de leur patrie et de leur iden­­tité ». Un propos teinté de xéno­­pho­­bie qui a égale­­ment motivé la venue de centaines de contre-mani­­fes­­tants – pour certains à la demande d’élus locaux. Les mili­­tants d’ex­­trême droite sont donc contraints de battre en retraite, escor­­tés par la police sous les projec­­tiles et les slogans scan­­dés par la foule – « Non aux nazis, non au racisme ! », « No pasarán ! », « Les rues seront toujours à nous ! », ou encore « Barce­­lona anti­­fas­­cista ! ». Autant de slogans qui ramènent la capi­­tale cata­­lane à son histoire, celle d’une ville deve­­nue emblème de la lutte contre le fascisme pendant la guerre civile espa­­gnole.


La base arrière de la Répu­­blique

« Barce­­lone étant le poumon écono­­mique du pays, sa conquête était un enjeu impor­­tant pour les deux camps, les franquistes et les répu­­bli­­cains », explique Chris­­tophe Barret, histo­­rien spécia­­liste de l’Es­­pagne. C’est en juillet 1936 que des mili­­taires diri­­gés par le géné­­ral Franco se soulèvent contre la IIe Répu­­blique espa­­gnole, qui a alors cinq ans. Mais dans la capi­­tale cata­­lane, l’in­­sur­­rec­­tion, menée par le géné­­ral Goded, est arrê­­tée par l’ins­­ti­­tu­­tion légale locale, la Géné­­ra­­lité, incar­­née par son président, Lluís Compa­­nys. Ce dernier crée le Comité central des milices anti­­fas­­cistes de Cata­­logne et lui confie la répres­­sion anti­­franquiste. Le géné­­ral Goded est fusillé sur la colline de Montjuïc. Malheu­­reu­­se­­ment, les milices se divisent rapi­­de­­ment. D’un côté, les commu­­nistes stali­­niens, réunis au sein du Parti socia­­liste unifié de Cata­­logne (PSUC). Et de l’autre, les anar­­chistes de la Confé­­dé­­ra­­tion natio­­nale du travail (CNT) et les trots­­kistes du Parti ouvrier d’uni­­fi­­ca­­tion marxiste (POUM). Et un jour de mai 1937, ces diver­­gences explosent dans des combats de rue.

Buena­­ven­­tura Durruti

Le mystère qui entoure la dispa­­ri­­tion de Buena­­ven­­tura Durruti met le feu aux poudres. Figure centrale de l’anar­­chisme espa­­gnol, Durruti avait accepté d’al­­ler au secours de Madrid avec sa colonne en novembre 1936, et il y avait été tué dans des circons­­tances incer­­taines. Montrés du doigt par les anar­­chistes, les stali­­niens ont rétorqué que Durruti avait été abattu par un de ses hommes en raison de son auto­­ri­­ta­­risme. Son corps a été ramené à Barce­­lone, où plus de 250 000 personnes ont accom­­pa­­gné le cortège funé­­raire jusqu’au cime­­tière de Montjuïc. Ce fut la dernière démons­­tra­­tion de force publique des anar­­chistes pendant la guerre civile. Mais les stali­­niens eurent beau sortir gagnants des combats de rue qui les oppo­­sèrent aux anar­­chistes et aux trots­­kistes en mai 1937, l’es­­prit de la révo­­lu­­tion triom­­pha long­­temps à Barce­­lone, où ne cessait d’af­­fluer des réfu­­giés de toute l’Es­­pagne, et où s’ins­­talla le gouver­­ne­­ment espa­­gnol central au mois de novembre de cette année-là. De nombreux édifices publics furent confisqués et collec­­ti­­vi­­sés, ainsi que les pres­­ti­­gieux hôtels Ritz et Colón. Dans les ciné­­mas se jouaient des films de propa­­gande, dans les théâtres du « théâtre de combat », et dans les opéras de « l’opéra prolé­­ta­­rien ». Des événe­­ments cultu­­rels tels que la Semaine de la soli­­da­­rité et la Fête du livre furent égale­­ment orga­­ni­­sés. Malgré ces divi­­sions, les milices barce­­lo­­naises alimen­­taient les troupes répu­­bli­­caines et Barce­­lone était deve­­nue la base arrière de la Répu­­blique espa­­gnole.

Visca Barça

Barce­­lone a dû faire face à plusieurs bombar­­de­­ments pendant la guerre civile et elle en garde encore de discrètes cica­­trices. Aussi l’église de Sant Felip Neri, qui se trouve sur la place du même nom, au cœur du quar­­tier gothique, présente-t-elle une façade toute cabos­­sée en souve­­nir du bombar­­de­­ment aérien du 30 janvier 1938. Celui-ci a fait 42 victimes, dont la majo­­rité sont des enfants de l’école de Sant Felip Neri. Aujourd’­­hui, les élèves de cette école s’em­­parent encore de la place et en font leur cour de récréa­­tion, comme pour abolir la tragé­­die d’an­­tan. Mais un an après, Barce­­lone capi­­tule. Des centaines de milliers de personnes la fuient, direc­­tion la France. Lluís Compa­­nys trouve refuge en Bretagne, où il sera arrêté par la Gestapo et livré aux franquistes. Il est à son tour fusillé sur la colline de Montjuïc, au cri de « Pour la Cata­­logne ! ». Avant même la chute de Barce­­lone, la région s’est vue privée de son statut d’au­­to­­no­­mie par Franco qui veut une Espagne « unie, grande et libre ». Il inter­­­dit l’usage de la langue cata­­lane, qui reste néan­­moins celle des messes données par l’ab­­baye de Mont­­ser­­rat, toute proche de Barce­­lone. Les asso­­cia­­tions cultu­­relles barce­­lo­­naises deviennent des lieux de contes­­ta­­tion poli­­tique en dehors de l’uni­­ver­­sité. Des chorales, notam­­ment, jouent un rôle impor­­tant pour la bour­­geoi­­sie barce­­lo­­naise, en voya­­geant à travers l’Eu­­rope et donc en permet­­tant d’éta­­blir des contacts avec le monde exté­­rieur.

Més que un club

Les enti­­tés spor­­tives ne sont pas en reste. Le FC Barce­­lone, alias le Barça, voit son nom « espa­­gno­­lisé » et deve­­nir « Club de Fútbol Barce­­lona ». Sur son écus­­son, le drapeau cata­­lan à quatre bandes rouges est remplacé par le drapeau espa­­gnol. Un colla­­bo­­ra­­teur de Franco, Enrique Piñeyro Queralt, est imposé à la tête du club. Il acquiert alors une nouvelle dimen­­sion et devient l’un des symboles majeurs du cata­­la­­nisme opprimé, comme en témoigne sa devise « Més que un club » – « plus qu’un club » en cata­­lan. Son prin­­ci­­pal rival et adver­­saire est le Real Madrid. « Durant cette période, il y avait une équipe favo­­ri­­sée qui gagnait toutes les Coupes d’Eu­­rope, c’était le Real Madrid », rappelle à ce sujet Jordi Cardo­­ner, actuel vice-président du Barça. « Cela nous a beau­­coup fait souf­­frir. Nous étions dans une situa­­tion complexe, on se deman­­dait pourquoi Di Stéfano ne jouait pas au Barça alors qu’il avait porté notre maillot. Avant, quand des personnes ne pouvaient pas crier “Visca Cata­­lu­­nya”, elles criaient “Visca Barça”, et cela signi­­fiait autre chose. Aujourd’­­hui, on peut souhai­­ter l’in­­dé­­pen­­dance libre­­ment. » Et peut-être même la voter lors d’un réfé­­ren­­dum, le 1er  octobre prochain.

Un graff barce­­lo­­nais de No Pasarán reprend La Haine

Super­­vi­­vienda

Inter­­dit par la Cour consti­­tu­­tion­­nelle et refusé par le gouver­­ne­­ment conser­­va­­teur de Mariano Rajoy, le réfé­­ren­­dum du 1er octobre 2017 est voulu par les indé­­pen­­dan­­tistes, bien sûr, mais aussi par d’autres orga­­ni­­sa­­tions poli­­tiques, par des syndi­­cats et des chefs d’en­­tre­­prises, et par le Barça lui-même. La Cata­­logne avait déjà bravé une inter­­­dic­­tion de ce type en orga­­ni­­sant une consul­­ta­­tion symbo­­lique de ses habi­­tants en 2014. 2,3 millions de personnes – sur six millions d’élec­­teurs poten­­tiels – s’étaient alors expri­­mées. Huit sur dix en faveur de la séces­­sion. C’est à gauche, et non à son extrême inverse, comme souvent dans le reste de l’Eu­­rope, que semble s’or­­ga­­ni­­ser la contes­­ta­­tion du système poli­­tique et écono­­mique en place en Cata­­logne. En témoigne l’élec­­tion à la mairie de Barce­­lone, en juin 2015, d’Ada Colau, candi­­date soute­­nue par les Indi­­gnés et Pode­­mos.

Un drapeau anar­­chiste est hissé face à l’un des hôtels les plus chers de la ville

Ada Colau s’est fait connaître en mili­­tant pour le droit au loge­­ment. En 2007, elle revêt une cape portant le numéro 47 – l’ar­­ticle de la consti­­tu­­tion espa­­gnole qui établit l’ac­­cès au loge­­ment comme droit inalié­­nable – et se trans­­forme ainsi en « Super­­vi­­vienda » – litté­­ra­­le­­ment, « super­­­lo­­ge­­ment » – pour mieux défendre la cause qui lui tient le plus à cœur. En 2009, elle crée une plate­­forme pour défendre les milliers d’Es­­pa­­gnols jetés à la rue parce qu’ils sont inca­­pables de rembour­­ser leurs traites, la Plata­­forma de Afec­­ta­­dos por la Hipo­­teca (PAH). Cette plate­­forme rassemble divers mouve­­ments qui reven­­diquent tous le droit à la dation en paie­­ment, c’est-à-dire la régu­­la­­tion de la situa­­tion d’un emprun­­teur par la possi­­bi­­lité de resti­­tuer son loge­­ment à la banque afin de se libé­­rer de son prêt hypo­­thé­­caire. Mais les expul­­sions ne font que se multi­­plier et Ada Colau devient la prin­­ci­­pale repré­­sen­­tante de la PAH, puis sa porte-parole.

En hommage aux victimes des atten­­tats de Cata­­logne, la maire de Barce­­lone a décrété une minute de silence et invité les Barce­­lo­­nais à gagner La Rambla pour témoi­­gner de l’amour qu’ils portent à leur ville. « Depuis deux ans, nous sommes en alerte anti­­ter­­ro­­riste 4 sur 5 », a-t-elle rappelé. « Nous avons donc renforcé la sécu­­rité à beau­­coup d’en­­droits de la ville parce que nous savions que Barce­­lone pouvait être une cible des terro­­ristes, comme Paris ou Berlin », a-t-elle ajouté. « Nous avions des renforts poli­­ciers sur La Rambla et beau­­coup d’autres lieux, mais ce que nous sommes inca­­pables de faire, c’est de verrouiller la ville. »

De leur côté, les Barce­­lo­­nais scan­­daient « Je n’ai pas peur. »


Couver­­ture : Marina Ginestà, figure de la lutte anti­­fas­­ciste barce­­lo­­naise.


 

Down­load Nulled WordP­ress Themes
Down­load Best WordP­ress Themes Free Down­load
Down­load Best WordP­ress Themes Free Down­load
Premium WordP­ress Themes Down­load
free down­load udemy course
Premium WordPress Themes Download
Download WordPress Themes
Download WordPress Themes
Download WordPress Themes Free
udemy paid course free download

Plus de monde

Comment en finir avec le plas­tique ?

124k 16 mai 2019 stories . monde

Sommes-nous en pleine cyber­guerre mondiale ?

174k 16 mai 2019 stories . monde

À quoi ressem­blera la Birma­nie du futur ?

246k 14 mai 2019 stories . monde