par Christopher Schroeder | 22 février 2016

Montée en flèche

Quand je suis arrivé à Hong Kong dans le courant de l’été 2013 pour inau­­gu­­rer le premier bureau inter­­­na­­tio­­nal de mon agence de marke­­ting numé­­rique, il y avait très peu de star­­tups là-bas. Juste un grand nombre de sites Inter­­net ou d’ap­­pli­­ca­­tions mobiles sans enver­­gure desti­­nées au marché rela­­ti­­ve­­ment restreint de Hong Kong (qui compte 7 millions d’ha­­bi­­tants), et très peu d’en­­tre­­prises inno­­vantes vrai­­ment sérieuses. Rares étaient les inves­­tis­­seurs provi­­den­­tiels prêts à se lancer, et décro­­cher un finan­­ce­­ment de 250 000 dollars améri­­cains rele­­vait du fait excep­­tion­­nel. On finis­­sait vite par tous se connaître dans le petit monde des star­­tups, et cela nous permet­­tait simple­­ment d’être au fait des tenants et des abou­­tis­­sants de chaque entre­­prise. Mais ce n’est plus le cas depuis que le milieu des star­­tups hong­­kon­­gaises a pris de l’am­­pleur.

ulyces-hkstartup-01
Sur l’ave­­nue Tsim Sha Tsui (« de l’étoile »)
Crédits

Les signes sont nombreux. Elon Musk était à Hong Kong fin janvier pour parti­­ci­­per au programme gouver­­ne­­men­­tal Start­­meupHK ; le gouver­­ne­­ment local a récem­­ment annoncé la créa­­tion d’un fonds de capi­­tal-risque pour l’in­­no­­va­­tion et la tech­­no­­lo­­gie d’une valeur de 2 milliards de dollars hong­­kon­­gais (soit 231 millions d’eu­­ros) ; en 2015, Paddy Cosgrave et l’équipe du Web Summit y ont orga­­nisé RISE, une confé­­rence sur les star­­tups qui a attiré plus de 5 000 personnes ; et Alibaba a financé à hauteur de 130 millions de dollars un programme d’in­­ves­­tis­­se­­ment pour les star­­tups hong-kongaises qui choi­­sissent de se lancer sur ses plates-formes… Mais pour moi, l’un des signes les plus révé­­la­­teurs de la crois­­sance et de la matu­­ra­­tion de la scène des star­­tups hong­­kon­­gaises, c’est le fait que les entre­­prises inno­­vantes, les espaces de cowor­­king et les accé­­lé­­ra­­teurs de star­­tups y sont en pleine proli­­fé­­ra­­tion. D’ailleurs, je n’ar­­rive plus à suivre le rythme. À mesure que les oppor­­tu­­ni­­tés d’in­­ves­­tis­­se­­ment croissent, des inves­­tis­­seurs provi­­den­­tiels, des socié­­tés de capi­­tal-risque et des entre­­pre­­neurs ambi­­tieux arrivent en masse à Hong Kong. Il n’y a pas un jour sans qu’un nouvel espace de cowor­­king ouvre, pas un soir sans qu’il y ait une dizaine d’évé­­ne­­ments liés à des star­­tups, et notam­­ment des inau­­gu­­ra­­tions. « Quand nous avons lancé Nest.VC en 2010, c’était le premier incu­­ba­­teur privé (et aussi la première société de capi­­tal d’amorçage) de Hong Kong, et il n’y avait aucun espace de cowor­­king dans la ville. Aujourd’­­hui, il y en a plus de 50 ! » raconte Simon Squibb, fonda­­teur et PDG de Nest.VC. Sa société a récem­­ment lancé un programme d’ac­­cé­­lé­­ra­­tion sur 12 semaines sur le thème de la ville intel­­li­­gente, en parte­­na­­riat avec Infi­­niti Motor.


Et fin janvier, ils ont annoncé la créa­­tion de Metta, un club qu’on peut rejoindre unique­­ment sur invi­­ta­­tion, et qui permet­­tra de mettre en rela­­tion les entre­­pre­­neurs de la ville avec des entre­­prises multi­­na­­tio­­nales qui leur feront béné­­fi­­cier de leurs capi­­taux. Les preuves de la crois­­sance de l’éco­­sys­­tème des star­­tups hong­­kon­­gaises ne reposent pas que sur des anec­­dotes – les chiffres viennent étayer ce que Simon Squibb et moi avions déjà pres­­senti. Selon une étude sur le clas­­se­­ment des écosys­­tèmes de star­­tups au niveau mondial publiée en juillet dernier par Compass, une entre­­prise de R&D basée à San Fran­­cisco, Hong Kong est le 5e écosys­­tème de star­­tups au monde à béné­­fi­­cier d’une crois­­sance aussi rapide, et le 25e en terme de taille. InvestHK, l’of­­fice de déve­­lop­­pe­­ment écono­­mique hong­­kon­­gais, a annoncé en août 2015 qu’il y avait 1 558 star­­tups à Hong Kong, soit 46 % de plus qu’en 2014. Parmi les entre­­prises qui financent les star­­tups, on trouve Compa­­reA­­siaG­­roup (40 millions de dollars), EasyVan et GoGoVan (10 millions), Boxful (6,6 millions), Grana et Klook (5 millions), Spacious (3 millions), Bindo (2 millions) et Lamplight Analy­­tics (1,49 millions).

ulyces-hkstartup-02
La ville est ados­­sée contre les montagnes
Crédits

Les tech­­no­­lo­­gies de la finance et l’In­­ter­­net des objets cartonnent à Hong Kong – ce qui ne sera pas une surprise pour ceux qui connaissent la ville. Avec New York et Londres, Hong Kong est l’un des prin­­ci­­paux centres de la finance mondiale, qui a l’avan­­tage d’être proche du plus grand vivier de talents au monde : la Chine.  Selon Janos Barbe­­ris, le fonda­­teur de FinTech HK, « les entre­­prises qui déve­­loppent des tech­­no­­lo­­gies de la finance en Asie ont levé 3,5 milliards de dollars de fonds en 2015. Huit entre­­prises ont rejoint SuperC­­har­­ger, l’ac­­cé­­lé­­ra­­teur de star­­tups liées aux tech­­no­­lo­­gies de la finance de Hong Kong, et les dernières d’entre elles ont réussi à lever entre 5 et 150 millions de dollars de fonds. » WeLab, une entre­­prise de Hong Kong spécia­­li­­sée dans les tech­­no­­lo­­gies de la finance, a même réussi à lever 160 millions de dollars de fonds en janvier. « Dans le monde entier, des entre­­pre­­neurs ont décou­­vert l’In­­ter­­net des objets, et les villes de Hong Kong et Shenz­­hen ne sont pas très éloi­­gnées l’une de l’autre », explique Bay MacLaugh­­lin, le chef d’ex­­ploi­­ta­­tion et co-fonda­­teur de Brinc.io, un accé­­lé­­ra­­teur de star­­tups de Hong Kong spécia­­lisé dans l’In­­ter­­net des objets. « Quand nous avons lancé Brinc il y a un an et demi de cela, on en était encore aux prémisses à Hong Kong. Aujourd’­­hui, le milieu des star­­tups est en pleine ébul­­li­­tion ! Nous avons investi dans dix projets liés à l’In­­ter­­net des objets, qu’ils soient menés dans nos locaux à Sheung Wan ou ailleurs. Le quar­­tier de Sheung Wan est petit à petit devenu l’épi­­centre des star­­tups étran­­gères spécia­­li­­sées dans l’In­­ter­­net des objets. » McLaugh­­lin affirme avoir rencon­­tré beau­­coup d’in­­ves­­tis­­seurs et d’en­­tre­­pre­­neurs issus d’ac­­cé­­lé­­ra­­teurs améri­­cains, comme 500 Star­­tups et YCom­­bi­­na­­tor, qui ont établi leurs bureaux dans le quar­­tier de Sheung Wan à Hong Kong. On y trouve aussi des espaces de cowor­­king comme Paper­­clip et The Garage Society, et des star­­tups d’en­­ver­­gure inter­­­na­­tio­­nale en pleine expan­­sion, comme FoodPanda et Uber. ulyces-hkstartup-03

Made in HK

Yue-Chim Richard Wong et Kwok-Chuen Kwok, de l’uni­­ver­­sité de Hong Kong, ont récem­­ment publié un rapport inti­­tulé « Hong Kong, centre névral­­gique pour les star­­tups : experts, entre­­met­­teurs et vendeurs » en colla­­bo­­ra­­tion avec Rachel Chan, de la société de conseil hong­­kon­­gaise InnoFoco, dans lequel ils décrivent les défis et les oppor­­tu­­ni­­tés qu’offre la ville de Hong Kong en termes d’en­­tre­­pre­­neu­­riat. Ils expliquent qu’à cause de sa taille, la ville ne peut et ne devrait pas essayer de deve­­nir la nouvelle Sili­­con Valley, mais que les entre­­pre­­neurs peuvent tirer profit de sa posi­­tion stra­­té­­gique en Asie, ainsi que du marché inté­­rieur limité qui leur permet de tester toutes sortes de star­­tups d’en­­ver­­gure inter­­­na­­tio­­nale. En d’autres termes, le marché de Hong Kong est trop limité pour que les star­­tups deviennent des acteurs influents, à moins de prendre un virage inter­­­na­­tio­­nal. Bien que la taille de la ville soit un incon­­vé­­nient, elle peut deve­­nir un avan­­tage si les entre­­pre­­neurs de Hong Kong veulent vrai­­ment entrer sur le marché inter­­­na­­tio­­nal – et surpas­­ser leurs concur­­rents étran­­gers qui ne se concentrent que sur les grands marchés dont ils profitent. J’ai dû moi-même faire face à certains défis, mais aussi à des oppor­­tu­­ni­­tés ou à des avan­­tages, lorsque j’ai ouvert un bureau à Hong Kong et que je me suis impliqué sur la scène locale des star­­tups. Voici ce que j’en ai retiré.

~

Comme dans n’im­­porte quelle autre ville, l’éco­­sys­­tème des star­­tups de Hong Kong comporte son lot de défis, comme sa culture d’aver­­sion pour le risque. À Hong Kong, la sécu­­rité et la stabi­­lité priment sur l’ex­­pres­­sion de soi, l’in­­no­­va­­tion et la créa­­ti­­vité. Pendant des années, les jeunes ont entendu la même rengaine : « Pourquoi rejoindre une star­­tup à risque alors que vous pouvez inves­­tir dans l’im­­mo­­bi­­lier et doubler votre capi­­tal chaque année ? » La haute finance leur offrait des oppor­­tu­­ni­­tés tout aussi lucra­­tives, mais ces deux domaines montrent désor­­mais des signes d’épui­­se­­ment. Ces carrières requièrent en outre des années de labeur et de soumis­­sion aux normes corpo­­ra­­tives qui n’aident pas les jeunes hong­­kon­­gais à s’épa­­nouir, et il est fort possible que cette culture joue un rôle plus limité dans les années à venir.

Même dans un monde connecté à Inter­­net, la géogra­­phie compte encore.

Ensuite, le système éduca­­tif de Hong Kong ne favo­­rise pas l’es­­prit d’en­­tre­­pre­­neu­­riat. On y met l’ac­cent sur l’ap­­pren­­tis­­sage par cœur, le respect envers l’au­­to­­rité et l’obéis­­sance aux règles, ce qui fait que beau­­coup de gens savent suivre des instruc­­tions, mais peu savent en donner. Cela peut servir les inté­­rêts des gouver­­ne­­ments et des grandes entre­­prises, mais les star­­tups ont besoin d’étu­­diants qui pensent diffé­­rem­­ment, remettent l’au­­to­­rité en ques­­tion et brisent les règles pour mieux les recréer. « À Hong Kong, nous avons non seule­­ment besoin d’in­­for­­ma­­ti­­ciens talen­­tueux, mais aussi de desi­­gners, et de spécia­­listes du déve­­lop­­pe­­ment de produits et du marke­­ting. Nous manquons aussi de profes­­sion­­nels qui comprennent la tech­­no­­lo­­gie et l’in­­no­­va­­tion et sont experts dans le domaine de la commer­­cia­­li­­sa­­tion », explique Chan. Certains entre­­pre­­neurs, comme Michelle Sun de First Code Academy, enseignent l’art de la program­­ma­­tion à des jeunes Hong­­kon­­gais. Hormis cet ensei­­gne­­ment, les programmes de ce genre – comme Gene­­ral Assem­­bly ou BSD Academy – permettent d’ap­­prendre le design et le marke­­ting numé­­rique. Mais il en faudrait encore davan­­tage, et il faudrait aussi une trans­­for­­ma­­tion plus en profon­­deur, que davan­­tage de parents incitent leurs enfants à apprendre à coder, conce­­voir des produits et abolir les fron­­tières de leur imagi­­na­­tion.

Cela pren­­dra du temps. Hong Kong est égale­­ment victime d’une pénu­­rie de talents que l’édu­­ca­­tion ou la forma­­tion ne pour­­ront pas compen­­ser sur le court terme, ce qui signi­­fie que pour l’ins­­tant, beau­­coup de star­­tups sont obli­­gées de recru­­ter des étran­­gers. Mais la poli­­tique d’im­­mi­­gra­­tion hong­­kon­­gaise rend les choses diffi­­ciles. « Le minis­­tère de l’im­­mi­­gra­­tion de Hong Kong n’ac­­corde des visas qu’aux travailleurs étran­­gers qui ont fait trois ou quatre ans d’études supé­­rieures, et qui sont forts d’une expé­­rience profes­­sion­­nelle d’au moins deux ans », explique Stephan Barnes, le co-fonda­­teur du Hong Kong Visa Centre. « Il faut deux mois voire plus pour obte­­nir un visa de travail, bien que certains travailleurs étran­­gers arrivent à en décro­­cher un en quatre semaines. » Cela repré­­sente un obstacle de taille pour les star­­tups. Parfois, les meilleurs desi­­gners ou déve­­lop­­peurs ne sont pas diplô­­més ou n’ont aucune certi­­fi­­ca­­tion profes­­sion­­nelle, et les personnes les mieux placées pour effec­­tuer certaines tâches n’ont pas toujours des années d’ex­­pé­­rience derrière elles. Les entre­­pre­­neurs de Hong Kong auraient alors besoin d’un système d’im­­mi­­gra­­tion ratio­­na­­lisé qui permette d’ob­­te­­nir un visa de travail en quelques jours ou semaines – et non quelques mois –, sans prérequis parti­­cu­­lier en matière d’édu­­ca­­tion ou d’ex­­pé­­rience profes­­sion­­nelle.

ulyces-hkstartup-04
Jour gris sur Hong Kong
Crédits

À la diffé­­rence d’un gouver­­ne­­ment, les entre­­pre­­neurs savent de quel genre d’ex­­perts ils ont besoin. Ils doivent pouvoir embau­­cher des Hong­­kon­­gais si cela s’avère possible, car c’est beau­­coup plus simple, mais si néces­­saire, le gouver­­ne­­ment devrait leur permettre d’em­­bau­­cher des étran­­gers plus faci­­le­­ment plutôt qu’en­­tra­­ver leur crois­­sance. Sans cela, les jeunes pousses iront voir ailleurs, les entre­­prises auront moins de raisons de s’im­­plan­­ter à Hong Kong et l’éco­­no­­mie en souf­­frira à terme.

Au futur

Aux États-Unis comme en Europe, on peut ouvrir un compte en quelques minutes en ligne. On peut faci­­le­­ment accé­­der à son compte et réali­­ser toutes sortes d’opé­­ra­­tions en un clin d’œil avec son télé­­phone mobile, où qu’on se trouve. En revanche, pour ouvrir un compte à Hong Kong, il faut obli­­ga­­toi­­re­­ment se rendre à la banque. Beau­­coup d’en­­tre­­pre­­neurs sont arri­­vés à Hong Kong plein de bonne volonté, pour fina­­le­­ment décou­­vrir qu’ils ne pouvaient pas ouvrir de compte ou que de simples opéra­­tions bancaires se trans­­forment en parcours du combat­­tant. À Hong Kong, si vous parlez du système bancaire local à d’autres entre­­pre­­neurs, ils émet­­tront à coup sûr des grogne­­ments compa­­tis­­sants. Et c’est sans comp­­ter le spectre de la Chine, qui plane encore aujourd’­­hui sur Hong Kong. À priori, tout le monde a le senti­­ment que le succès est à portée de main, mais qu’un succès trop impor­­tant atti­­rera l’at­­ten­­tion dans le mauvais sens du terme. Le rapport qu’en­­tre­­tient la Chine avec les droits de l’homme, ainsi que la manière dont les mani­­fes­­ta­­tions d’Oc­­cupy Hong Kong ont été gérées en 2014, préoc­­cupent beau­­coup de gens.

ulyces-hkstartup-05
La révo­­lu­­tion des para­­pluies
Crédits : Pasu Au Yeung

Mais il y a des raisons qui font que le milieu des star­­tups de Hong Kong croît si vite, et voici quelques-uns des avan­­tages que présente cette ville. Son empla­­ce­­ment tout d’abord. Même dans un monde connecté à Inter­­net, la géogra­­phie compte encore. Si vous commer­­cez avec la Chine mais que vous ne vous sentez pas prêt pour y ouvrir un bureau, Taïwan et Singa­­pour ne vous offri­­ront pas les mêmes oppor­­tu­­ni­­tés que Hong Kong, qui se trouve à moins d’une heure de train de Shenz­­hen, une plaque tour­­nante de la produc­­tion manu­­fac­­tu­­rière. Shenz­­hen est une ville éton­­nam­­ment moderne où l’on trouve des star­­tups dyna­­miques, notam­­ment au sein de l’ac­­cé­­lé­­ra­­teur HAX qui accueille 100 jeunes star­­tups œuvrant dans le domaine du hard­­ware, et des équipes issues de Stan­­ford, du MIT et de Berke­­ley. La moitié de la popu­­la­­tion mondiale envi­­ron peut se rendre à Hong Kong en avion en cinq heures, voire moins. La posi­­tion centrale de la ville fait qu’il est aisé d’y tester de nouveaux concepts de star­­tups, puis de se lancer vers la Chine, l’Inde, le Japon, la Corée, Taïwan et le reste de l’Asie-Paci­­fique en un batte­­ment de cil. Les taux d’im­­po­­si­­tion y sont égale­­ment peu élevés. Avec un taux d’im­­po­­si­­tion des socié­­tés s’éle­­vant au maxi­­mum à 16,5 %, aucun impôt sur les gains en capi­­tal et un taux d’im­­po­­si­­tion des parti­­cu­­liers peu élevé, les entre­­pre­­neurs peuvent profi­­ter de l’argent qu’ils gagnent en vivant à Hong Kong, ce qui n’est pas le cas dans la plupart des autres pays – à l’ex­­cep­­tion des citoyens améri­­cains qui paient des impôts même s’ils vivent à l’étran­­ger.

ulyces-hkstartup-06
Une bannière d’Oc­­cu­­pyHK sur le rocher du Lion
Crédits : Pasu Au Yeung

Il est égale­­ment facile d’y créer son entre­­prise. J’ai inter­­­viewé Chris Reed, de la star­­tup Black Marke­­ting lors du salon Star­­tup Grind à Hong Kong cette semaine. Il est basé à Singa­­pour mais a ouvert un bureau à Hong Kong. Pour lui, il est plus simple de créer son entre­­prise à Hong Kong, « cela ne prend que quelque minutes », alors que cela prend plusieurs semaines Singa­­pour. À l’ins­­tar des clas­­se­­ments des univer­­si­­tés, les indices rela­­tifs à la liberté écono­­mique sont faci­­le­­ment mani­­pu­­lables, on ne devrait donc pas les prendre trop au sérieux – ce sont au mieux des indices rela­­tifs. Cepen­­dant, même si aucune ville au monde, Hong Kong incluse, ne peut se vanter d’avoir réel­­le­­ment adopté une écono­­mie de marché libre, c’est une ville rela­­ti­­ve­­ment moins restric­­tive que les autres, et les entre­­pre­­neurs trouvent qu’il est plutôt simple de se confor­­mer aux régle­­men­­ta­­tions et aux restric­­tions locales. Mais qui sont les acteurs qui feront évoluer la scène des star­­tups de Hong Kong ? Dans son livre Boule­­vard of Broken Dreams, Josh Lerner explique pourquoi il est dange­­reux de lais­­ser les écosys­­tèmes des star­­tups entre les mains des gouver­­ne­­ments. Quant à Brad Feld, inves­­tis­­seur en capi­­tal-risque et auteur à succès, il explique dans son ouvrage Star­­tup Commu­­ni­­ties: Buil­­ding an Entre­­pre­­neu­­rial Ecosys­­tem in Your City que la force d’un écosys­­tème de star­­tups réside dans ses entre­­pre­­neurs. L’an dernier, la direc­­tion du MIT a annoncé qu’ils allaient ouvrir un centre d’in­­no­­va­­tion à Hong Kong. Mais pour qu’une commu­­nauté connaisse le succès, il est néces­­saire qu’elle soit gérée par ses entre­­pre­­neurs. Si tous les acteurs de la commu­­nauté des entre­­pre­­neurs de Hong Kong parviennent à s’ap­­puyer sur leurs forces et à surmon­­ter leurs faiblesses, d’ici quelques années, les résul­­tats pour­­raient être encore plus impres­­sion­­nants que ceux obte­­nus lors des trois années passées.

ulyces-hkstartup-07
Hong Kong de nuit
Crédits

Traduit de l’an­­glais par Elodie Chate­­lais d’après l’ar­­ticle « Hong Kong’s Star­­tup Scene Grows Up », paru dans Forbes. Couver­­ture : L’au­­di­­to­­rium Charles K. Kuo.


 

Loin des clichés, Téhé­­ran pullule de star­­tups

ulyces-iranstartup-couvschris Mon dernier déjeu­­ner au restau­­rant en compa­­gnie d’une dizaine de jeunes aspi­­rants entre­­pre­­neurs n’avait rien de très excep­­tion­­nel. Il avait lieu dans un restau­­rant typique, bondé, bour­­don­­nant – de la bonne nour­­ri­­ture pas chère et où il est facile de rassem­­bler des tables pour se parler. Hommes et femmes débat­­taient des dernières tech­­no­­lo­­gies, décri­­vaient leurs dernières idées, alter­­nant régu­­liè­­re­­ment entre la conver­­sa­­tion et la véri­­fi­­ca­­tion de leurs comptes SnapC­­hat, Insta­­gram, Twit­­ter et Face­­book.

ulyces-iranstartup-03
Un repas simple
Crédits : Chris­­to­­pher Schroe­­der

J’ai demandé à l’une des femmes comment elle faisait face aux exigences liées à la créa­­tion d’une entre­­prise. « En faisant ! » m’a-t-elle simple­­ment répondu en m’adres­­sant un sourire satis­­fait. Elle a fait une pause avant d’ajou­­ter : « Oh, et bien sûr je lis les meilleurs blogs de la Sili­­cone Valley, et je prends des gratuits sur Cour­­sera – à Stan­­ford, Whar­­ton et d’autres univer­­si­­tés dans le monde. » Plusieurs personnes présentes au déjeu­­ner ont alors posé leur four­­chette pour me montrer leurs smart­­phones, tous connec­­tés au Wifi pour suivre des cours inti­­tu­­lés « Intro­­duc­­tion au Marke­­ting », « Leader­­ship inter­­­na­­tio­­nal et compor­­te­­ment orga­­ni­­sa­­tion­­nel », ou encore « Un meilleur leader pour une vie plus riche ». Un jeune homme m’a décrit sa star­­tup. Le concept ressemble un peu à un Airbnb pour voya­­geurs aven­­tu­­riers, mais en plus low-tech, un genre d’agence de voyage bran­­chée. La nouvelle géné­­ra­­tion, m’a-t-il expliqué, ne veut pas seule­­ment « voir » un endroit, mais aussi comprendre comment vivent les gens, comment ils pensent et comment cela imprègne leur vie de tous les jours. Il a récem­­ment trouvé de nombreuses familles vivant dans de belles régions monta­­gneuses, qui seraient heureuses d’ac­­cueillir des jeunes pour les nour­­rir, leur faire visi­­ter des sites cultu­­rels uniques et leur faire parta­­ger leur musique et leur art. « Où vas-tu emme­­ner le prochain groupe de voya­­geurs ? » lui ai-je demandé. « Dans la région kurde. C’est l’une des plus belles et des plus inté­­res­­santes régions du pays. » C’était là la seule chose que mon déjeu­­ner avait d’ex­­cep­­tion­­nel, ou du moins de surpre­­nant : je le parta­­geais avec de jeunes entre­­pre­­neurs de Téhé­­ran, la capi­­tale iranienne.

ulyces-iranstartup-02
Dans les rues de Téhé­­ran
Crédits : Chris­­to­­pher Schroe­­der

I. Deux Irans

Avant ce repas, j’avais rencon­­tré seule­­ment cinq Kurdes dans ma vie. Jusqu’ici pour moi, « la région kurde » évoquait les attaques terro­­ristes de l’État isla­­mique, bien que sa longue et riche histoire soit divi­­sée entre trois pays : l’Irak, l’Iran et la Turquie. « N’y a-t-il pas de risques ? » ai-je demandé. « Cela ne t’inquiète pas d’être si proche de la fron­­tière irakienne ? »

La tech­­no­­lo­­gie remo­­dèle toutes nos socié­­tés, et ce monde inclut l’Iran.

Il a souri et a répondu : « En Iran, tout va bien. Mais quelques kilo­­mètres après avoir traversé la fron­­tière irakienne, nos télé­­phones portables ont commencé à vibrer. J’ai checké mes messages et voilà ce que j’ai vu. » J’ai imaginé qu’au mieux, ils auraient reçu un message d’aver­­tis­­se­­ment et au pire des menaces directes. J’ai regardé son télé­­phone et j’ai lu : « Bien­­ve­­nue en Irak. Faites comme chez vous pendant votre roaming sur le réseau de Korek Tele­­com. Pour tout rensei­­gne­­ment, appe­­lez le + 9647508000400. »

IL VOUS RESTE À LIRE 90 % DE CETTE HISTOIRE

Down­load WordP­ress Themes Free
Down­load Best WordP­ress Themes Free Down­load
Down­load Nulled WordP­ress Themes
Down­load Nulled WordP­ress Themes
down­load udemy paid course for free
Premium WordPress Themes Download
Free Download WordPress Themes
Free Download WordPress Themes
Download Nulled WordPress Themes
free download udemy paid course

Plus de monde

Comment Medellín est deve­nue une ville cool

156k 21 mai 2019 stories . monde

L’hu­ma­nité peut-elle survivre à Ebola ?

266k 20 mai 2019 stories . monde

Comment en finir avec le plas­tique ?

155k 16 mai 2019 stories . monde