par Clémence Postis | 13 juin 2015

Les propos ayant servi à réali­­ser cette histoire ont été recueillis par Clémence Postis au cours d’un entre­­tien avec John Under­­kof­­fler. Les mots qui suivent sont les siens. L’in­­for­­ma­­tique m’a fasciné très jeune. Quand j’étais au collège, mon profes­­seur de mathé­­ma­­tiques a apporté en classe quelques modèles du TRS-80 de Radio Shack. J’ai passé toute une partie de mon été avec lui, à expé­­ri­­men­­ter leurs atouts péda­­go­­giques et à cher­­cher ce qu’ils pouvaient appor­­ter de plus dans l’en­­sei­­gne­­ment. À la même époque, mon oncle avait un ami, un excen­­trique complè­­te­­ment fou de radio. C’était un amateur, mais son toit était recou­­vert d’an­­tennes gigan­­tesques et il avait chez lui une pièce entière remplie de radios et d’or­­di­­na­­teurs. C’était assez impres­­sion­­nant et ce fut une grande source d’ins­­pi­­ra­­tion. Et puis, à la toute fin des années 1970, ma famille a acheté un Apple II Plus, une machine extra­­or­­di­­naire. Elle était si simple, faite d’un seul bloc, vous pouviez tout apprendre, tout comprendre de son fonc­­tion­­ne­­ment, interne comme externe. Tout comprendre de son langage, de son élec­­tro­­nique… C’était une invi­­ta­­tion à la décou­­verte. Il n’y avait aucun logi­­ciel préins­­tallé contrai­­re­­ment aux ordi­­na­­teurs actuels, tout était à faire et à expé­­ri­­men­­ter. Je débu­­tais complè­­te­­ment, mais j’ai installé toutes sortes de programmes, des jeux, des logi­­ciels musi­­caux… J’ai vrai­­ment assisté à la nais­­sance d’un nouveau média.

John Underkoffler présente son interface utilisateurCrédits : TED
John Under­­kof­­fler présente son inter­­­face utili­­sa­­teur
Crédits : TED

Enfant du MIT Media Lab

Mais après le bac, je voulais abso­­lu­­ment deve­­nir chimiste ou ingé­­nieur chimiste. Enfant, mon idole était Marie Curie, et je me passion­­nais pour la physique et la chimie. Au lycée, mon mentor et modèle était une profes­­seure incroya­­ble­­ment charis­­ma­­tique qui avait autre­­fois été chimiste. Malgré tous ces signes promet­­teurs, j’ai rapi­­de­­ment compris en arri­­vant à la fac que ce n’était pas ma voie. J’étais en réalité très mauvais dans ce domaine. À la place, je me suis tourné vers l’ima­­ge­­rie. Et le Media Lab. Je suis un enfant du MIT Media Lab. Je suis arrivé à MIT en 1984, pile au bon moment. Les fonda­­teurs du Media Lab, Nicho­­las Negro­­ponte et Jerome Wies­­ner, avaient réussi à lever les fonds néces­­saires et la construc­­tion des bâti­­ments était finie. J’ai rejoint le Media Lab six ou neuf mois avant son ouver­­ture offi­­cielle. J’étais un petit jeune sous-quali­­fié embarqué dans une aven­­ture incroyable. De nombreuses disci­­plines qui n’avaient jamais eu l’oc­­ca­­sion jusqu’à présent de se rencon­­trer se retrou­­vaient à coha­­bi­­ter sous le même toit. Dans le Media Lab, d’émi­­nents infor­­ma­­ti­­ciens travaillaient aux côtés de réali­­sa­­teurs de docu­­men­­taires, des archi­­tectes avec des physi­­ciens, et ainsi de suite. De toutes ces colla­­bo­­ra­­tions – parfois fruc­­tueuses, parfois catas­­tro­­phiques –, beau­­coup de concepts nova­­teurs ont émergé.

Au Media Lab, il conçoit un programme de musique assistée par ordinateur Crédits : John Underkoffler
Au Media Lab, il conçoit un programme de musique assis­­tée par ordi­­na­­teur
Crédits : John Under­­kof­­fler

Pour un inadapté comme moi, qui n’au­­rait jamais eu sa place dans un dépar­­te­­ment scien­­ti­­fique clas­­sique, le Media Lab était le para­­dis sur Terre. Et tout natu­­rel­­le­­ment, j’y suis resté long­­temps, de 1984 à 2000. Tant de choses extra­­or­­di­­naires sont arri­­vées à cette époque et à cet endroit. Les huit premières années au Media Lab, j’ai travaillé sur les holo­­grammes grâce aux lasers et à la créa­­tion d’image en 3D. Mais très rapi­­de­­ment, entre le milieu des années 1980 et le début des années 1990, tous les corps de métier se sont infor­­ma­­ti­­sés. Le temps passant, je me suis mis à utili­­ser des ordi­­na­­teurs toute la jour­­née. Et un jour de 1992, l’im­­mo­­bi­­lité des holo­­grammes et leur manque d’in­­te­­rac­­ti­­vité m’a vrai­­ment frus­­tré. On pouvait simple­­ment les regar­­der, et moi je voulais davan­­tage. Alors je me suis réorienté et j’ai commencé à conce­­voir de nouvelles inter­­­faces utili­­sa­­teurs. En 1984, le McIn­­tosh faisait son appa­­ri­­tion sur le marché – une étape incroyable dans l’his­­toire de l’in­­for­­ma­­tique. L’or­­di­­na­­teur appre­­nait soudain à parler avec des images, et nous appre­­nions à comprendre et à utili­­ser ces images et ces icônes. C’était la tran­­si­­tion entre le texte unidi­­men­­sion­­nel et l’image vecto­­rielle en deux dimen­­sions. Aupa­­ra­­vant, l’uti­­li­­sa­­teur tapait du texte et rece­­vait une réponse textuelle sur l’écran. Il faisait appel à la partie de son cerveau consa­­crée au langage abstrait. Mais le McIn­­tosh s’adres­­sait à l’autre partie, la partie vecto­­rielle. D’un certaine manière, il s’agit de la partie la plus terre à terre du cerveau, la plus basique. Et cela a ouvert le monde à l’in­­for­­ma­­tique, car un grand nombre de personnes pouvaient dès lors utili­­ser l’or­­di­­na­­teur et profi­­ter de ses avan­­tages. En 1994, dix ans après la sortie du McIn­­tosh, j’ai naïve­­ment cru que dix ans d’exis­­tence suffi­­saient pour une inter­­­face utili­­sa­­teur, et qu’il était temps d’en créer une nouvelle. Les ordi­­na­­teurs avaient dix ans de plus et étaient plus puis­­sants, utili­­saient Inter­­net, et regor­­geaient de capa­­ci­­tés extra­­or­­di­­naires. Il était évident pour moi qu’il fallait offrir aux gens une nouvelle inter­­­face, une nouvelle façon d’in­­te­­ra­­gir avec les machines. J’ai alors commencé toute une série d’ex­­pé­­ri­­men­­ta­­tions et construit des proto­­types qui, je l’es­­pé­­rais, permet­­traient d’uti­­li­­ser les ordi­­na­­teurs d’une façon plus humaine, plus puis­­sante, et peut être moins abstraite. Une utili­­sa­­tion plus proche des inter­­ac­­tions qu’un peintre, qu’un desi­­gner ou un sculp­­teur peuvent avoir avec la tech­­no­­lo­­gie.

Le système d'exploitation g-speakCrédits : Oblong Industries
Le système d’ex­­ploi­­ta­­tion g-speak
Crédits : Oblong Indus­­tries

Évidem­­ment, j’étais trop naïf et il était bien trop tôt. Trente ans après, nous utili­­sons toujours l’in­­ter­­face McIn­­tosh. Mais je pense qu’à présent, assez de temps a passé, et les choses sont prêtes à chan­­ger. J’ai alors passé  toute une année à construire un système d’ex­­plo­­ra­­tion et d’in­­for­­ma­­ti­­sa­­tion de la musique. Grâce à des graphiques très détaillés, l’uti­­li­­sa­­teur pouvait voguer entre les parti­­tions, les notes, et la progres­­sion se synchro­­ni­­sait avec la version origi­­nale du morceau. Ce projet était extrê­­me­­ment distrayant et a augmenté mes compé­­tences tech­­niques et esthé­­tiques. Il s’agis­­sait pour moi de la première étape vers un monde entiè­­re­­ment synthé­­tique. J’étais très influencé par le concept de cyber­­monde présenté dans les romans de science-fiction de William Gibson et Neal Stephen­­son. Pour moi, il était temps d’in­­ven­­ter ce cybe­­res­­pace. Mais tout ne s’est pas passé comme je l’ima­­gi­­nais. Mon super­­­vi­­seur de l’époque – qui n’était pas encore le profes­­seur Hiro­­shi Ishii –, a détesté ce projet parce qu’il détes­­tait lui-même la musique. Je n’avais jamais rencon­­tré personne qui n’ai­­mait pas la musique ou qui n’était pas capable de la comprendre ! J’ai ainsi perdu plus d’un an de ma vie. Je ne savais plus quoi faire, tout était bouché. L’uni­­ver­­sité a même essayé de me renvoyer après cette débâcle. Fort heureu­­se­­ment, le profes­­seur Hiro­­shi Ishii, le direc­­teur actuel du Tangible Media Group, un des pôles du Media Lab, m’a défendu et soutenu dans l’ad­­ver­­sité. J’ai passé des mois et des mois à essayer de trou­­ver un autre projet. Jusqu’au jour où mon meilleur ami m’a dit : « C’est le Media Lab. Réflé­­chis au truc le plus stupide et le plus cher que tu puisse trou­­ver. Ça va forcé­­ment marcher. »

L’idée de génie

C’était le coup de pouce qui m’a permis de sortir de l’im­­passe dans laquelle je me trou­­vais. J’ai commencé à regar­­der l’am­­poule de mon bureau. J’ai commencé à penser à l’éclai­­rage et à cet objet vieux de 110 ans, qu’on trou­­vait dans chaque bâti­­ment et dans chaque chambre de chaque bâti­­ment. Nous plaçons les ampoules au plafond afin qu’elles puissent éclai­­rer l’in­­té­­gra­­lité d’une pièce. Elles « voient » tout.

La Lumi­­nous Room a amené Holly­­wood à entrer en contact avec moi pour travailler sur le film Mino­­rity Report.

Je me suis alors demandé ce qu’il se passe­­rait si on plaçait des appa­­reils infor­­ma­­tiques au plafond. Si, à la place des fila­­ments de l’am­­poule qui éclairent à la même inten­­sité dans toutes les direc­­tions, on instal­­lait un projec­­teur. Ce projec­­teur, si tous les pixels de même couleur et de même inten­­sité étaient acti­­vés, pour­­rait tout de même éclai­­rer la pièce. Mais si vous envoyiez un signal diffé­rent à l’in­­té­­rieur du projec­­teur, que vous lui faisiez envoyer une image ou une vidéo, alors vous pour­­riez injec­­ter des infor­­ma­­tions dans le monde réel. Et pourquoi ne pas inté­­grer une caméra dans le projec­­teur en bonus ? Ainsi, l’am­­poule ne se contente plus d’en­­voyer de la lumière, elle la reçoit égale­­ment, et capte des infor­­ma­­tions. C’est ainsi qu’est né le I/O Bulb. Le concept était de créer un tout nouveau genre d’in­­ter­­face utili­­sa­­teur, moins indi­­recte que l’uti­­li­­sa­­tion de la souris. Fina­­le­­ment, lorsque l’uti­­li­­sa­­teur utilise une souris, sa main est à un endroit, et ce qui lui importe, les pixels, sont à un autre endroit. L’idée est de proje­­ter et de collec­­ter des infor­­ma­­tions au même endroit, là où l’être humain se tient, et là où sont ses mains. Une nouvelle forme d’in­­te­­rac­­tion devient alors possible, entiè­­re­­ment centrée sur l’hu­­main plutôt que sur la tech­­no­­lo­­gie. L’in­­te­­rac­­tion peut se faire sur n’im­­porte quelle surface de la pièce, et plus unique­­ment sur les éléments infor­­ma­­tiques dédiés. Cette idée s’est révé­­lée fruc­­tueuse. Avec le Tangible Media Group, nous y avons travaillé pendant des années, et nous avons baptisé cet ensemble de systèmes et de proto­­types Lumi­­nous Room. Et c’est la Lumi­­nous Room qui a amené Holly­­wood à entrer en contact avec moi pour travailler sur Mino­­rity Report.

Avec le Tangible Media Group, il crée la Luminous RoomCrédits : John Underkoffler
Avec le Tangible Media Group, il crée la Lumi­­nous Room
Crédits : John Under­­kof­­fler

Quand Steven Spiel­­berg a choisi d’adap­­ter Mino­­rity Report, il voulait que le monde de 2054 soit le plus crédible possible. Il voulait que le public, devant le film, comprenne instinc­­ti­­ve­­ment toutes les étapes qui sépa­­raient 2002 de 2054, comment cette évolu­­tion avait été possible. Mais c’est une tâche extrê­­me­­ment ardue que de conce­­voir cinquante ans de sciences et de tech­­niques. Il faut imagi­­ner les moyens de trans­­ports, l’agri­­cul­­ture, l’ar­­chi­­tec­­ture, la socio­­lo­­gie, la mode… Il faut que tout soit réflé­­chi, logique et parfai­­te­­ment cohé­rent. La tâche a incombé à Alex Mcdo­­well, le plus talen­­tueux des chefs déco­­ra­­teurs du monde. Il trou­­vait extra­­or­­di­­naire de pouvoir être le père de tout un univers. Il a alors fait le tour de monde et voyagé à travers toute l’Amé­­rique à la recherche de nouvelles inno­­va­­tions tech­­niques et d’idées futu­­ristes à inté­­grer dans le film. C’est ainsi qu’il a décou­­vert nos travaux sur la Lumi­­nous Room au Media Lab. Soudain, le prin­­ci­­pal problème du film, à savoir l’as­­pect des ordi­­na­­teurs, trou­­vait sa solu­­tion. Un beau jour, je suis monté dans un avion et je suis parti créer le monde de 2054 avec Alex McDo­­well et Steven Spiel­­berg. Quand j’ai commencé à travailler en 2000 sur Mino­­rity Report, l’idée d’un consul­­tant scien­­ti­­fique ou tech­­no­­lo­­gique sur un film était inédite, alors qu’a­­voir recours à des consul­­tants et des experts sur les tour­­nages était tout de même monnaie courante.

g-speak est basé sur le mouvementCrédits : Oblong Industries
G-speak est basé sur le mouve­­ment
Crédits : Oblong Indus­­tries

Pour un film sur la chirur­­gie, il y a toujours un méde­­cin réfé­rent ; un drame judi­­ciaire a forcé­­ment besoin d’un conseiller juri­­dique. Si c’est un road movie, le réali­­sa­­teur fait appel à des conseillers mili­­taires, et si c’est un drame poli­­cier, à des agents des forces de l’ordre. Mais intro­­duire la science et la tech­­nique dans la réali­­sa­­tion d’un film était une véri­­table nouveauté. Malgré cela, les gens ont été complè­­te­­ment embal­­lés par l’at­­ten­­tion portée à la créa­­tion du futur de Mino­­rity Report et à la crédi­­bi­­lité tech­­no­­lo­­gique du film. D’autres réali­­sa­­teurs ont voulu eux aussi appor­­ter du soin à l’es­­thé­­tique et à la logique tech­­no­­lo­­gique de leurs œuvres, eux aussi ont voulu un back­­ground pour leur univers. Des collègues et moi-même sommes ainsi deve­­nus conseillers tech­­niques sur diffé­­rents films. Pour ma part, après Mino­­rity Report, j’ai travaillé après sur Hulk, du génial Ang Lee. J’ai parti­­cipé à de nombreux films, dont le plus récent d’entre eux est Iron Man. Je devais travailler sur ce person­­nage, ce géant égoïste, à la fois scien­­ti­­fique et ingé­­nieur. Nous devions trou­­ver comment un super-héros, créa­­teur de ses propres pouvoir, peut réagir, parler, comment il pense le monde autour de lui et quels les outils il peut créer et utili­­ser.

MetamorFaces, un des premiers systèmes interactifs de modélisation du visageCrédits : John Underkoffler
Meta­­morFaces, un des premiers systèmes inter­­ac­­tifs de modé­­li­­sa­­tion du visage en 3D
Crédits : John Under­­kof­­fler

Le travail entre Mino­­rity Report et Iron Man était très diffé­rent. Mino­­rity Report est un chemin à la fois inté­­rieur et exté­­rieur. C’est l’his­­toire d’un monde, d’un système qui se veut utopique, où des enfants pres­­cients peuvent prédire les crimes à venir. Mais ce système est corrompu. Il s’agit égale­­ment de l’his­­toire et du chemi­­ne­­ment inté­­rieur de John Ander­­ton, le person­­nage incarné par Tom Cruise, qui inter­­a­git avec un système corrompu qui est l’écho de son propre passé. Iron Man est une pure fable person­­nelle, une histoire d’ego. L’his­­toire d’un homme parti­­cu­­liè­­re­­ment talen­­tueux, Tony Stark, un ingé­­nieur incroya­­ble­­ment égotique qui construit lui-même l’uni­­vers qui l’en­­toure. Il conçoit des solu­­tions à ses problèmes, il construit toutes ces choses pour lui-même. Il se construit une armure, il se construit un ordi­­na­­teur… La tâche était donc philo­­so­­phique­­ment complè­­te­­ment diffé­­rente. Nous n’avions pas à conce­­voir un monde avec lequel toute une popu­­la­­tion inter­­a­git, mais le monde d’un seul homme, que lui seul utilise.

~

Il y a un cercle vertueux entre le cinéma et la science, ils s’in­­fluencent sans cesse, et cette inspi­­ra­­tion n’est jamais allée aussi vite : la réalité rattrape la fiction. Je suis véri­­ta­­ble­­ment obsédé par les inter­­­faces utili­­sa­­teurs, je veux rendre les ordi­­na­­teurs plus humains, plus compé­­tents. En faire de véri­­tables parte­­naires et outils pour les êtres humains, plutôt que les êtres humains soient dépen­­dant des ordi­­na­­teurs – ce qui est plus ou moins le cas aujourd’­­hui.

Le moteur de la conscience est le résul­­tat du mouve­­ment.

Je pense que pour y parve­­nir, ce n’est ni l’in­­for­­ma­­tique, ni les autres inter­­­faces utili­­sa­­teurs qu’il faut étudier. Il faut étudier l’en­­semble des acti­­vi­­tés humaines : la musique, la danse, l’ar­­chi­­tec­­ture, la sculp­­ture et avant tout le cinéma. Car le cinéma saisit le temps et l’es­­pace. C’est l’art de la narra­­tion, il décrit la façon dont les gens se réunissent, dont les corps et les objets se déplacent à travers l’es­­pace et inter­­a­gissent les uns avec les autres. À l’ins­­tar de la biolo­­gie. Ce qui nous importe le plus, c’est la conscience, et le moteur de la conscience est le résul­­tat du mouve­­ment. La biolo­­gie est à l’heure actuelle le meilleur moyen de comprendre l’ori­­gine de la conscience et de l’in­­tel­­li­­gence. Les plantes n’ont pas de conscience parce qu’elles ne bougent pas, elles n’ont pas besoin de comprendre le monde qui les entoure et de plani­­fier des choses. Mais les animaux, les créa­­tures vivantes ont besoin de plani­­fier. Elles ont besoin  de déter­­mi­­ner vers quoi nager ou de quoi s’échap­­per, ce qu’elles peuvent manger, ou comment commu­­niquer. C’est le mouve­­ment qui déter­­mine qui nous sommes, qui nous offre une conscience. Nous sommes des créa­­tures en mouve­­ments et le mouve­­ment est à l’ori­­gine de la plupart de nos pensées et de notre sens esthé­­tique. C’est donc cela que nous devons utili­­ser, ce à quoi nous devons penser en réali­­sant des ordi­­na­­teurs et des inter­­­faces utili­­sa­­teurs.

De la fiction à la réalité

Quelques années après la sortie de Mino­­rity Report, une chose étrange s’est produite. L’in­­té­­rêt pour les inter­­­faces utili­­sa­­teurs, pour les inter­­­faces gestuelles du film, n’a pas dimi­­nué. Les jour­­na­­listes et le public conti­­nuaient d’en parler, et les gens ont commencé à réflé­­chir à l’in­­té­­rêt de telles inter­­­faces. Les grandes entre­­prises m’ap­­pe­­laient sans cesse pour savoir si ce que j’avais inséré dans le film était une simple idée ou une réalité. Et si c’était une réalité, elles voulaient l’ache­­ter et l’uti­­li­­ser.

Le Projet Mezzanine Crédits : Oblong Industries
Le Projet Mezza­­nine
Crédits : Oblong Indus­­tries

À la longue, j’ai pris conscience qu’il était temps pour moi de fonder ma propre société, d’ap­­por­­ter mes idées dans le monde réel et non plus seule­­ment au cinéma. Ces idées étaient peut-être bonnes, et le monde était peut-être enfin prêt à chan­­ger d’in­­ter­­face utili­­sa­­teur. Ainsi, avec des collègues, nous avons créé Oblong, une entre­­prise dont le but est de chan­­ger l’uti­­li­­sa­­tion des ordi­­na­­teur, mais d’une manière parti­­cu­­lière : en commençant par l’in­­ter­­face utili­­sa­­teur. Chez Oblong, nous travaillons sur g-speak et sur le projet Mezza­­nine. G-speak est essen­­tiel­­le­­ment une plate­­forme logi­­cielle, autre­­ment dit un système d’ex­­ploi­­ta­­tion. Il s’agit du système d’ex­­ploi­­ta­­tion sur lequel se basent tous les systèmes d’Oblong. Mezza­­nine se base donc sur g-speak, de la même façon que Skype utilise Windows ou l’OS X d’Apple. Mais g-speak est le système d’ex­­ploi­­ta­­tion à utili­­ser pour élabo­­rer des programmes comme Mezza­­nine, qui se déplacent sur de nombreux écrans et espaces d’af­­fi­­chage, et qui permettent à plusieurs personnes d’in­­te­­ra­­gir au même moment, de plusieurs façons diffé­­rentes et avec divers mouve­­ments. Mezza­­nine est l’or­­di­­na­­teur dont nous rêvions depuis toujours : un complé­­ment, une pièce rajou­­tée qui s’im­­brique parfai­­te­­ment avec les ordi­­na­­teurs que nous possé­­dons aujourd’­­hui. Il faut recon­­naître que ces ordi­­na­­teurs sont quelques peu limi­­tés, conçu pour un unique indi­­vidu. C’est un peu comme n’avoir qu’un seul ami ou une seule personne à qui parler. L’or­­di­­na­­teur ne pense qu’à vous, il ne se soucie que d’une personne à la fois.

John Underkoffler au Web SummitCrédits : Web Summit
John Under­­kof­­fler au Web Summit
Crédits : Web Summit

Cela signi­­fie que l’ac­­ti­­vité humaine la plus impor­­tante, à savoir la colla­­bo­­ra­­tion ou la conver­­sa­­tion, est par essence impos­­sible dans le monde numé­­rique. Et ce unique­­ment à cause de nos concep­­tions et de l’éla­­bo­­ra­­tion de nos ordi­­na­­teurs. Mezza­­nine est donc l’autre moitié de l’or­­di­­na­­teur, celle consa­­crée à la colla­­bo­­ra­­tion, à la conver­­sa­­tion. C’est un ordi­­na­­teur « archi­­tec­­tu­­ral » qui utilise dans l’es­­pace des pixels et des écrans sur plusieurs murs à la fois. Il remplit la pièce de pixels, d’in­­for­­ma­­tique, de savoirs et d’in­­for­­ma­­tions, dispo­­nibles symé­­trique­­ment et démo­­cra­­tique­­ment pour tous les utili­­sa­­teurs présents dans la pièce. Mezza­­nine tire son inspi­­ra­­tion de l’ar­­chi­­tec­­ture. En tant qu’êtres humains, nous construi­­sons des pièces, des immeubles, des espaces et des formes qui peuvent conte­­nir nos acti­­vi­­tés. Elles sont à l’échelle humaine et ont pour but spéci­­fique de rassem­­bler les gens pour parler, manger, se battre, créer, compa­­tir, analy­­ser, travailler… Mezza­­nine, c’est trans­­for­­mer l’in­­for­­ma­­tique en une forme archi­­tec­­tu­­rale. C’est être acces­­sible à tous, permettre à n’im­­porte qui de rentrer dans la pièce et de commen­­cer à jeter des idées sur les murs, dépla­­cer ces idées et les rassem­­bler, les juxta­­po­­ser. G-speak et Mezza­­nine n’in­­carnent pas forcé­­ment l’ave­­nir de l’in­­for­­ma­­tique. Mais ils le seront si nous avons envie d’évo­­luer dans une société saine. Je crois sincè­­re­­ment que la créa­­tion d’in­­ter­­faces utili­­sa­­teurs est un acte poli­­tique, et si nous construi­­sons des inter­­­faces qui limitent les gens, si nous leur permet­­tons unique­­ment de regar­­der des films et d’ache­­ter, alors c’est un bien étrange monde que nous créons. C’est le monde d’aujourd’­­hui. Je suis beau­­coup plus inté­­ressé par une inter­­­face qui permet à l’uti­­li­­sa­­teur d’être actif, puis­­sant, expres­­sif, qui auto­­rise les gens à colla­­bo­­rer les uns avec les autres. Qui les auto­­rise à trans­­for­­mer leurs idées en réalité. Et tout cela est bien plus complexe et sophis­­tiqué que de regar­­der un film ou que d’ache­­ter un produit en ligne. Nous avons besoin d’un nouveau modèle d’in­­ter­­face, et c’est la raison pour laquelle la concep­­tion d’in­­ter­­faces utili­­sa­­teur est une tâche conti­­nue, qui néces­­site des centaines de personne pour que ce soit réussi.D’après moi, c’est extrê­­me­­ment impor­­tant, car aujourd’­­hui, nous, les êtres humains, avons décidé d’être à moitié biolo­­gique et à moitié numé­­rique. Nous avons fait ce choix sans en discu­­ter, mais nous vivons main­­te­­nant avec les ordi­­na­­teurs, ils nous enva­­hissent. Si notre espèce tient à rester équi­­li­­brée, alors nous devons prendre le contrôle sur ces appa­­reils, et faire d’eux nos parte­­naires créa­­tifs. Des outils créa­­tifs plutôt que des outils commer­­ciaux.

Les Mezzanine Room travaillent ensembleCrédits : Oblong Industries
Les Mezza­­nine Room travaillent ensemble
Crédits : Oblong Indus­­tries

G-speak et Mezza­­nine devraient se propa­­ger partout, entrer dans chaque affi­­chage, chaque écran, chaque ensemble de pixels, et lorsque ce sera le cas, la commu­­ni­­ca­­tion et la colla­­bo­­ra­­tion – et non plus la consom­­ma­­tion – devien­­dront les prin­­ci­­pales acti­­vi­­tés d’un ordi­­na­­teur. Aujourd’­­hui, si une idée vient à l’es­­prit d’une personne, la chose la plus natu­­relle pour elle est d’en parler à quelqu’un, ou à défaut, de s’em­­pa­­rer d’un bout de papier et d’un crayon. Natu­­rel­­le­­ment, elle va faire un croquis ou écrire cette idée dont elle veut tant se souve­­nir et travailler dessus plus tard. Je pense qu’il devrait en être ainsi pour les ordi­­na­­teurs : ils devraient être un moyen de se souve­­nir et de discu­­ter, d’en­­ga­­ger des conver­­sa­­tions, et de synthé­­ti­­ser. Cela peut sembler impos­­sible pour un ordi­­na­­teur, mais c’est seule­­ment dû au fait que dans la vie quoti­­dienne, on attrape un stylo ou un crayon, un geste telle­­ment natu­­rel qu’on n’y réflé­­chit plus. Je voudrais donc que pour l’in­­for­­ma­­tique, pour ces appa­­reils que nous trans­­por­­tons, ce soit la même chose et qu’au­­to­­ma­­tique­­ment, sans avoir à y penser, nous puis­­sions conser­­ver et trans­­for­­mer nos idées ainsi. Plus de cinquante entre­­prises à travers le monde utilisent déjà Mezza­­nine. On peut trou­­ver actuel­­le­­ment Mezza­­nine et g-speak sur six conti­­nents. Mezza­­nine permet de rassem­­bler des colla­­bo­­ra­­teurs, où qu’ils soient. Une Mezza­­nine Room peut entrer en contact avec une autre, et les pixels sont ainsi parta­­gés, traver­­sant les distances qui les séparent.

G-speak se base sur les mouvements et le partageCrédits : Oblong Industries
G-speak se base sur les mouve­­ments et le partage
Crédits : Oblong Indus­­tries

Dentsu Aegis, l’agence de publi­­cité, possède aujourd’­­hui des Mezza­­nine Room à New York, Londres et Singa­­pour, afin que leurs équipes du monde entier puissent colla­­bo­­rer visuel­­le­­ment et simul­­ta­­né­­ment. Ce n’est plus seule­­ment une affaire de télé­­phone ou de chat vidéo, mais d’idées visuelles qui peuvent traver­­ser natu­­rel­­le­­ment les fron­­tières. Je souhaite que ces possi­­bi­­li­­tés et ces capa­­ci­­tés soient acces­­sibles à tous les êtres humains, dans leur vie profes­­sion­­nelle ou chez eux.


Traduit de l’an­­glais par Claire Ferrant et Clémence Postis. Couver­­ture : g-speak, Oblong Indus­­tries

Down­load Nulled WordP­ress Themes
Down­load Best WordP­ress Themes Free Down­load
Down­load WordP­ress Themes
Down­load Best WordP­ress Themes Free Down­load
down­load udemy paid course for free
Download Premium WordPress Themes Free
Download WordPress Themes Free
Download Best WordPress Themes Free Download
Download Best WordPress Themes Free Download
free download udemy paid course

PLUS DE SCIENCE

Exopla­nètes : comment trou­ver une nouvelle Terre ?

169k 13 septembre 2019 stories . science

Peut-on recréer la conscience en labo­ra­toire ?

218k 11 septembre 2019 stories . science

Existe-t-il des univers paral­lèles ?

184k 5 septembre 2019 stories . science