par Daniel Oberhaus | 7 septembre 2016

lingua cosmica

En juillet dernier, le milliar­­daire russe Iouri Milner a lancé une campagne inti­­tu­­lée Break­­through Initia­­tives (« projets révo­­lu­­tion­­naires »), un fonds de 100 millions de dollars qui seront accor­­dés exclu­­si­­ve­­ment à des scien­­ti­­fiques travaillant à la recherche d’une intel­­li­­gence extra­­­ter­­restre (Search for Extra Terres­­trial Intel­­li­­gence, SETI). Cette initia­­tive aurait pu se conten­­ter de donner un regain de légi­­ti­­mité à un domaine qui a beau­­coup de mal à être pris au sérieux depuis sa créa­­tion, mais elle a fait mieux que ça.

NEW YORK, NEW YORK - APRIL 12: Yuri Milner, Breakthrough Prize and DST Global Founder, demonstrates a new chip on stage as Yuri Milner and Stephen Hawking host press conference to announce Breakthrough Starshot, a new space exploration initiative, at One World Observatory on April 12, 2016 in New York City. (Photo by Bryan Bedder/Getty Images for Breakthrough Prize Foundation) *** Local Caption *** Yuri Milner
Iouri Milner lors du lance­­ment de Break­­through Initia­­tives
Crédits : Break­­through Initia­­tives

Le projet de Milner a avant tout remé­­dié au deuxième plus gros problème auquel la recherche fait face (le premier étant de mettre la main sur ces sata­­nés extra­­­ter­­restres) : trou­­ver les fonds néces­­saires afin de conti­­nuer à cher­­cher. Scru­­ter le cosmos en quête d’une forme de vie intel­­li­­gente coûte cher et demande beau­­coup de prépa­­ra­­tion en vue d’un premier contact – chose que certains scien­­ti­­fiques, comme Seth Shos­­tak, direc­­teur de l’Ins­­ti­­tut SETI en Cali­­for­­nie, s’at­­tendent à voir arri­­ver de notre vivant. L’argent de Milner servira essen­­tiel­­le­­ment à payer les factures pendant que les scien­­ti­­fiques du SETI font tout leur possible pour concré­­ti­­ser cette prise de contact. L’his­­toire pour­­rait s’ar­­rê­­ter là, mais la recherche d’ex­­tra­­ter­­restres fait face à bien des obstacles que l’argent ne saurait résoudre. La ques­­tion la plus épineuse n’est pas seule­­ment de trou­­ver quoi dire à E.T. quand il finira par appe­­ler : c’est de savoir comment nous le lui dirons. Les astro­­nomes et scien­­ti­­fiques spécia­­li­­sés dans la recherche d’une intel­­li­­gence « alien » cherchent une solu­­tion à ce problème de commu­­ni­­ca­­tion depuis un bon bout de temps. Ils ont trouvé quelques idées en chemin, certaines plus farfe­­lues que d’autres. L’une des premières solu­­tions fut suggé­­rée au début du XIXe siècle par l’as­­tro­­nome autri­­chien Joseph Johann von Littrow, qui proposa de creu­­ser de gigan­­tesques tran­­chées dans le désert du Sahara, de les remplir d’eau, de verser du kéro­­sène à la surface et d’y mettre le feu afin d’en­­voyer des messages enflam­­més à nos voisins plané­­taires.

00000
Littrow a un cratère à son nom sur la Lune
Crédits : NASA

Le plan de Littrow n’abou­­tit jamais, mais c’est la meilleure idée qu’on ait eu pendant près de 150 ans. Ce n’est qu’en 1960 qu’une autre idée a fait son appa­­ri­­tion.  Elle conti­­nue d’ailleurs encore aujourd’­­hui d’in­­fluen­­cer le domaine de l’exolin­­guis­­tique, auquel elle a donné nais­­sance. Elle se présen­­tait sous la forme d’un livre inti­­tulé Lincos : projet d’un langage pour les rapports cosmiques. Sa publi­­ca­­tion marqua la créa­­tion du premier langage arti­­fi­­ciel élaboré dans le seul but de commu­­niquer avec une forme de vie extra­­­ter­­restre. Lincos, l’abré­­via­­tion de lingua cosmica, a été créé par le mathé­­ma­­ti­­cien juif alle­­mand Hans Freu­­den­­thal. Né en 1905, Freu­­den­­thal a débuté sa carrière acadé­­mique comme confé­­ren­­cier à l’uni­­ver­­sité d’Am­s­ter­­dam en 1930, poste qu’il occupa jusqu’à l’in­­va­­sion nazie des Pays-Bas en 1940. Après avoir perdu son travail, Freu­­den­­thal s’est fait discret durant les années d’oc­­cu­­pa­­tion. Il fut envoyé au camp de travail d’Ha­­velte en 1944, mais il est parvenu à s’échap­­per quelques mois plus tard. Le fugi­­tif a rejoint Amster­­dam, où il a assisté à la libé­­ra­­tion du pays par les Alliés en mai 1945. Peu de temps après la fin de la guerre, Freu­­den­­thal s’est vu offrir une chaire de géomé­­trie à plein temps à l’uni­­ver­­sité d’Utrecht. Fervent défen­­seur des réformes éduca­­tives des années d’après-guerre, Freu­­den­­thal s’est opposé avec véhé­­mence à l’in­­tro­­duc­­tion des « mathé­­ma­­tiques modernes », une méthode d’en­­sei­­gne­­ment rigou­­reu­­se­­ment logique, dans le programme néer­­lan­­dais. Il préfé­­rait les méthodes péda­­go­­giques liant les prin­­cipes mathé­­ma­­tiques à la vie de tous les jours, ce en quoi les mathé­­ma­­tiques modernes échouaient lamen­­ta­­ble­­ment. La combi­­nai­­son de ces deux inté­­rêts – la logique et les maths appliquées – fut le terreau fertile de l’ima­­gi­­na­­tion de Freu­­den­­thal. Il donna nais­­sance à Lincos, un langage utili­­sant les mathé­­ma­­tiques afin de trans­­mettre à la fois des véri­­tés univer­­selles et des détails de la vie terrienne à de poten­­tiels inter­­­lo­­cu­­teurs cosmiques.

Les messages Evpa­­to­­ria

Bien qu’il soit consi­­déré comme un tour­­nant majeur par la commu­­nauté des cher­­cheurs d’une intel­­li­­gence extra­­­ter­­restre, Lincos n’a jamais attiré l’at­­ten­­tion du grand public. Cela s’ex­­plique proba­­ble­­ment du fait que le texte de Freu­­den­­thal se résume essen­­tiel­­le­­ment à un jargon dense et tech­­nique entre­­coupé de formules mathé­­ma­­tiques incom­­pré­­hen­­sibles pour le lecteur lambda. Pour l’as­­tro­­phy­­si­­cien Yvan Dutil, cher­­cheur au sein de la Télé-Univer­­sité de l’uni­­ver­­sité du Québec, il s’agit d’un « travail révo­­lu­­tion­­naire ». « Mais à part ça, le livre de Freu­­den­­thal est le plus ennuyeux que j’ai jamais lu de ma vie. À côté, les tables de loga­­rithmes sont le sommet du cool. »

Le Allen Telescope Array, projet commun de l'institut SETI et du laboratoire de radioastronomie de BerkeleyCrédits : Wikipédia
Le Allen Teles­­cope Array, utilisé par l’Ins­­ti­­tut SETI
Crédits : Wiki­­pé­­dia

Dans son intro­­duc­­tion à Lincos, Freu­­den­­thal expliquait que son but premier était « de créer un langage pouvant être compris par une personne étran­­gère à nos langages natu­­rels et à leurs struc­­tures syntaxiques ». « Les messages trans­­mis au travers de ce langage », disait-il, « contiennent non seule­­ment des mathé­­ma­­tiques, mais en prin­­cipe l’es­­sen­­tiel de notre savoir. » Pour y parve­­nir, Freu­­den­­thal a déve­­loppé Lincos comme une langue orale plutôt qu’é­­crite. Elle est compo­­sée de phonèmes et non de lettres, et régie par la phoné­­tique, non par l’or­­tho­­graphe. Le langage lui-même est consti­­tué d’ondes radio non modu­­lées de longueur et de durée variables, retrans­­crites dans un code mélan­­geant des symboles emprun­­tés aux mathé­­ma­­tiques, à la science, à la logique symbo­­lique et au latin. Grâce à diffé­­rentes combi­­nai­­sons, elles peuvent être utili­­sées pour trans­­mettre aussi bien des prin­­cipes mathé­­ma­­tiques basiques que des expli­­ca­­tions de concepts abstraits comme l’amour et la mort. Freu­­den­­thal écrit que le tout premier message envoyé en Lincos doit être numé­­ral, afin d’ini­­tier le desti­­na­­taire aux mathé­­ma­­tiques. Il se compo­­sera ainsi de pulsa­­tions courtes et régu­­lières, ou « bips », le nombre de pulsa­­tions corres­­pon­­dant à un chiffre précis : un bip pour 1, deux bips pour 2, et ainsi de suite. L’étape suivante est de trans­­mettre des formules basiques à l’aide de symboles comme =, + ou > pour expliquer les proprié­­tés de la nota­­tion humaine et des connais­­sances mathé­­ma­­tiques simples (par exemple : « . . . . . > . . . . » pour signi­­fier que 5 est supé­­rieur à 4). Les messages succes­­sifs seront de plus en plus complexes, passant des chiffres et des formules basiques à des sujets sophis­­tiqués comme les compor­­te­­ments humains.

Hans FreudenthalCrédits : Wikipédia
Hans Freu­­den­­thal
Crédits : Wiki­­pé­­dia

Malgré sa métho­­do­­lo­­gie rigou­­reuse et cohé­­rente, l’une des prin­­ci­­pales critiques adres­­sées à Lincos était que Freu­­den­­thal ne prenait pas en compte le fait que les extra­­­ter­­restres sont suscep­­tibles de ne pas du tout penser comme nous, auquel cas notre logique leur échap­­pera tota­­le­­ment. Freu­­den­­thal a reconnu cette limite. Il écrit avoir été contraint de « suppo­­ser que la personne qui rece­­vra mes messages est humaine ou qu’elle possède du moins des capa­­ci­­tés cogni­­tives semblables à celles d’un humain, car je ne saurais pas comment commu­­niquer avec un indi­­vidu ne remplis­­sant pas ces condi­­tions. » Selon Dutil, cette réflexion fait l’objet d’un consen­­sus au sein des membres de la commu­­nauté scien­­ti­­fique. Beau­­coup affirment que s’il existe une forme de vie intel­­li­­gente dans l’uni­­vers, il y a de fortes chances pour qu’elle pense comme nous – ou qu’elle soit au moins fami­­lière avec nos mathé­­ma­­tiques. Si une civi­­li­­sa­­tion a été capable d’éla­­bo­­rer de quoi rece­­voir notre message, cela signi­­fie que ses membres comprennent les mathé­­ma­­tiques et les sciences néces­­saires à la construc­­tion d’un tel appa­­reil. Le célèbre spécia­­liste des sciences cogni­­tives et de l’in­­tel­­li­­gence arti­­fi­­cielle Marvin Minsky incline lui aussi à penser que de tels extra­­­ter­­restres seraient dotés d’un esprit simi­­laire au nôtre. Dans un essai dédié à la mémoire de Freu­­den­­thal, il écrit que les extra­­­ter­­restres sont soumis aux « mêmes contraintes fonda­­men­­tales que nous : les limites de l’es­­pace, du temps et de la matière ». Le 13 octobre 1990, Freu­­den­­thal a été retrouvé inanimé sur un banc par des écoliers, à Utrecht. Il avait succombé à la contrainte tempo­­relle de l’hu­­ma­­nité lors de sa prome­­nade quoti­­dienne. Il est décédé avant d’avoir achevé sa lingua cosmica : le Lincos de 1960 devait être le premier de deux volumes, le second devant renfer­­mer diffé­­rentes façons d’en­­voyer des messages sur « la Matière », « la Vie » et « la Terre ».

LISEZ ICI LA SUITE DE L’HISTOIRE

DÉCOUVREZ LES LANGAGES SUR LESQUELS LES SCIENTIFIQUES TRAVAILLENT AUJOURD’HUI

ulyces-langageet-couv01


Traduit de l’an­­glais par Myriam Vlot, d’après l’ar­­ticle « Buil­­ding a Language to Commu­­ni­­cate With Extra­­ter­­res­­trials », paru dans The Atlan­­tic. Couver­­ture : Créa­­tion graphique par Ulyces.


Down­load WordP­ress Themes Free
Down­load Premium WordP­ress Themes Free
Down­load Nulled WordP­ress Themes
Down­load Nulled WordP­ress Themes
down­load udemy paid course for free
Free Download WordPress Themes
Download Premium WordPress Themes Free
Download Best WordPress Themes Free Download
Download WordPress Themes
udemy course download free

PLUS DE SCIENCE

Exopla­nètes : comment trou­ver une nouvelle Terre ?

116k 13 septembre 2019 stories . science

Peut-on recréer la conscience en labo­ra­toire ?

266k 11 septembre 2019 stories . science

Existe-t-il des univers paral­lèles ?

148k 5 septembre 2019 stories . science