par Jeremy Relph | 21 janvier 2015

Les campe­­si­­nos

Notre fixeur arrête le véhi­­cule au bord de la route de terre, à deux pas d’une petite boutique de snacks et de sodas. Des hommes sont assis à l’ombre, d’autres sont appuyés contre des poteaux. Leurs regards se détournent de l’écran de télé placé en hauteur, sur lequel Will Smith incarne Moha­­med Ali, pour nous dévi­­sa­­ger. Ce maga­­sin est en quelque sorte le centre-ville. Un homme impo­­sant à la chemise trop serrée s’ap­­proche de la voiture et se penche à la fenêtre. Il veut savoir ce que nous faisons là. Il est coiffé d’un chapeau de cow-boy et porte une mous­­tache. Un pisto­­let noir est accro­­ché à sa cein­­ture. Nous sommes ici pour rendre compte du conflit qui fait rage entre les paysans pauvres et les riches proprié­­taires terriens de Taujica, une petite ville située dans la région de Bajo Aguán, au Hondu­­ras. À cinq heures de voiture se trouve San Pedro Sula, la capi­­tale du meurtre. Les routes qui nous ont conduits jusqu’ici coupent à travers la montagne, progres­­sant au milieu d’une végé­­ta­­tion luxu­­riante et embras­­sant la mer des Caraïbes.

ulyces-anarchiehonduras-01-2
Taujica se situe dans le dépar­­te­­ment de Colón

De temps à autre, un village ou un poste de contrôle poli­­cier fait son appa­­ri­­tion. On trouve toujours des postes à Bajo Aguán, mais ils sont tenus par des campe­­si­­nos, de petits fermiers. L’anar­­chie règne depuis long­­temps au Hondu­­ras. Rien que depuis octobre, seize mille enfants ont quitté le pays pour rejoindre les États-Unis – un nombre si impor­­tant que Washing­­ton envi­­sage de garan­­tir le statut de réfu­­gié pour certains d’entre eux, avant même qu’ils ne s’en­­fuient. Ces enfants fuient le crime et la pauvreté : San Pedro Sula et Tegu­­ci­­galpa, les deux plus grandes villes du pays, détiennent respec­­ti­­ve­­ment la première et la quatrième place mondiale en matière de crimi­­na­­lité par habi­­tant. Ils fuient égale­­ment l’injus­­tice qui sévit dans les zones rurales du Hondu­­ras. Aujourd’­­hui, Bajo Aguán est offi­­cieu­­se­­ment inter­­­dite d’ac­­cès à l’ar­­mée et à la police. Les campe­­si­­nos sont les victimes d’es­­ca­­drons indé­­pen­­dants mais aussi de forces gouver­­ne­­men­­tales, et les diri­­geants hondu­­riens ne font pas grand chose pour les proté­­ger. Le parti Natio­­nal au pouvoir, très à droite, assure la protec­­tion des proprié­­taires terriens. Ils visent à main­­te­­nir la sécu­­rité en répon­­dant à la violence par la force, quand le parti de gauche s’obs­­tine à faire le portrait mono­­chrome des campe­­si­­nos, en victimes animées d’élans paci­­fistes. Dans l’œil du cyclone, des terres fertiles géné­­rant d’énormes béné­­fices. Bajo Aguán est le carre­­four de la produc­­tion d’huile de palme et le théâtre de batailles pour les droits fonciers. L’huile de palme est partout : dans les glaces Ben & Jerry’s, dans le sham­­poing pour bébés John­­son’s, et même dans les Pringles. Ces dix dernières années, de grandes compa­­gnies d’hy­­dro­­car­­bures, comme BP, ont proclamé que l’huile de palme serait le carbu­­rant de demain.

L’huile et le sang

La proli­­fé­­ra­­tion du nombre de plan­­ta­­tions à travers le conti­nent afri­­cain a mis en danger la vie des chim­­pan­­zés, aujourd’­­hui mena­­cés d’ex­­tinc­­tion. En Indo­­né­­sie et en Malai­­sie, qui en sont les premiers produc­­teurs mondiaux, son extrac­­tion est assor­­tie de viola­­tions des droits de l’homme. Il n’en va pas autre­­ment au Hondu­­ras.

ulyces-anarchiehonduras-03
Miguel Facussé
Diri­­geant de Dinant Corpo­­ra­­tion
Crédits : Gustavo Bueso

Le récent rapport de Human Rights Watch, « There Are No Inves­­ti­­ga­­tions Here » (Ici, il n’y a aucune enquête), semble avoir poussé le gouver­­ne­­ment à créer une unité spéciale d’in­­ves­­ti­­ga­­tion en charge des crimes de Bajo Aguán. Reste à savoir ce qu’elle dévoi­­lera, et qui elle pour­­sui­­vra en justice. Des groupes de défense des droits de l’homme ont signalé qu’au moins soixante-dix-sept campe­­si­­nos avaient été tués lors d’at­­taques ciblées depuis janvier 2010, plusieurs mois après le dernier coup d’État du pays. Le président évincé du parti Libé­­ral, José Manuel Zelaya Rosales, avait aupa­­ra­­vant pris la déci­­sion de réexa­­mi­­ner les plaintes des campe­­si­­nos à propos des titres fonciers. Le coup d’État a été repoussé par de riches proprié­­taires terriens ainsi que par Miguel Facussé, diri­­geant de la Dinant Corpo­­ra­­tion, le plus gros raffi­­neur d’huile de palme du pays. Peu après, Facussé a reçu un prêt de trente millions de dollars octroyé par la Société finan­­cière inter­­­na­­tio­­nale de la Banque Mondiale, afin d’agran­­dir ses plan­­ta­­tions de palmiers en Afrique. La seconde partie du prêt n’a pas été versée : la Banque Mondiale y a subi­­te­­ment mis fin après avoir pris connais­­sance d’actes de viola­­tions des droits de l’homme. La réalité de la situa­­tion est encore plus complexe : d’après les comptes-rendus de la presse locale, certains campe­­si­­nos repré­­sentent une menace gran­­dis­­sante pour leurs pairs. Les faits prennent à contre-pied la pensée domi­­nante selon laquelle les campe­­si­­nos sont simple­­ment des victimes. Les mouve­­ments actuels imitent vrai­­sem­­bla­­ble­­ment le gouver­­ne­­ment dans leur façon de réduire au silence les véri­­tés qui dérangent. C’est parti­­cu­­liè­­re­­ment vrai dans la commu­­nauté de Taujica, foyer de deux mouve­­ments de campe­­si­­nos, le MUCA (Mouve­­ment uni des campe­­si­­nos de la région de l’Aguán) et le MOCRA (Mouve­­ment des campe­­si­­nos pour la récu­­pé­­ra­­tion de la région de l’Aguán). Ces deux mouve­­ments luttent pour la même chose : la terre, syno­­nyme de pouvoir au Hondu­­ras. Ce faisant, les diffé­­rents groupes s’af­­frontent et ajoutent sans cesse au chaos ambiant. Aucun d’eux, bien sûr, n’ad­­met cette réalité. Au lieu de cela, c’est la sécu­­rité de la Dinant Corpo­­ra­­tion qu’on tient pour respon­­sable de toutes ces violences.

« La police et les mili­­taires au service de Facussé entre­­tiennent la violence et la répres­­sion. » — Celio Rodri­­guez

La récente montée de la crimi­­na­­lité est la dernière phase d’une bataille vieille de plusieurs décen­­nies pour la défense des droits fonciers au Hondu­­ras, qui s’est enve­­ni­­mée à cause de la pauvreté et de la mauvaise tenue des registres. « Le système de la propriété foncière est remarqua­­ble­­ment faussé dans ce pays », déclare Larry Birns, direc­­teur du Conseil des affaires hémi­s­phé­­riques basé à Washing­­ton D.C. « 10 % de la popu­­la­­tion détient 80 % des terres. Le pays est aux mains d’une oligar­­chie, essen­­tiel­­le­­ment dans l’agri­­cul­­ture. Les grandes familles de proprié­­taires terriens comme les Facussé exercent une influence consi­­dé­­rable non seule­­ment sur les forces mili­­taires, mais sur tout l’ap­­pa­­reil poli­­tique. » La ville de Taujica est divi­­sée : les terres indé­­pen­­dantes des campe­­si­­nos font face aux terres des Facussé, de l’autre côté de la rue. Au poste de police, j’in­­dique le nom d’un contact appar­­te­­nant au mouve­­ment des campe­­si­­nos. L’agent, boudiné dans sa chemise bouton­­née jusqu’en haut, se redresse et fait un signe en direc­­tion d’un petit quar­­tier et d’un circuit de chemins de terre partant du maga­­sin. De jeunes motards font la course sur ces routes acci­­den­­tées, et de frêles grillages font office de fron­­tières entre les proprié­­tés. Le contraste entre les proprié­­tés est flagrant. Dans un des jardins appar­­te­­nant à un employé de Dinant Corp., la terre est propre et ratis­­sée, ce qui est rare­­ment le cas sur les autres terrains. À quelques pas de là, une femme s’adresse à nous depuis la pénombre d’un arbre : « J’en­­tends tout le temps des coups de feu, là-bas au coin de ces rues. Dès qu’ils se mettent à boire, les campe­­si­­nos dégainent leurs armes. Il faut pas être surpris si quelqu’un meurt. » Quelques rues plus loin, nous parlons à Rodolfo Rodri­­guez, 73 ans, un campe­­sino vivant au sein de la commu­­nauté. Il lui manque une main et il est maculé de terre. Son jardin est jonché de plas­­tiques, il y a même un mate­­las. Il inter­­­pelle un ami qu’il aperçoit dans la rue. Ce dernier porte une chemise bleue en mauvais état qui recouvre son ventre proémi­nent. Il reste debout face à nous alors que nous nous asseyons pour parler à l’ombre de l’étrange maison. Ses enfants, qui ne portent pas de panta­­lons, jouent sur le mate­­las.

ulyces-anarchiehonduras-02
Rodolfo Rodri­­guez
Un campe­­sino de Taujica
Crédits : Domi­­nic Bracco II

Les deux amis échangent des regards alors que nous abor­­dons le thème de la violence. Rodri­­guez prend la parole : « C’est une chose dont on parle, mais ce n’est pas véri­­ta­­ble­­ment un problème. Les gens s’adaptent. Les gens s’ha­­bi­­tuent à tout. Je n’étais pas habi­­tué à la violence, les choses ne se passaient pas comme cela avant. Ça a commencé à dégé­­né­­rer il y a huit ou dix ans. » Sans surprise, l’ami de Rodri­­guez ne souhaite pas divul­­guer son nom. Au vu des violences qu’ils subissent, les campe­­si­­nos se méfient des étran­­gers. Il s’ex­­prime bruyam­­ment, sur un ton peu amène, et lorsqu’il nous parle direc­­te­­ment, il se redresse et nous toise de toute sa hauteur. « Les gens nous taxent de guérille­­ros », dit-il, bien qu’au­­cun de nous n’ait employé le terme. Il relève sa chemise. « Tout ce que j’ai, c’est ma cein­­ture », déclare-t-il en se tapant sur le ventre pour appuyer le fait qu’il n’est pas armé. « Et tout ce que nous voulons, c’est nous battre pour nos enfants. » Notre présence ne dérange pas mon autre contact, Euge­­nio Ayala. Nous le rejoi­­gnons pour assis­­ter à un match de foot sur un terrain des envi­­rons, où s’af­­frontent les équipes locales pour rempor­­ter un prix de quinze mille lempi­­ras hondu­­riens, à peine six cents euros. « C’est ici qu’est née la lutte du MUCA, sur ce terrain », affirme Celio Rodri­­guez, 34 ans, président de la colo­­nie Nueva Confianza (Confiance Nouvelle). Rodri­­guez raconte que le terrain a été racheté à Facussé il y a tout juste un an, grâce à un crédit d’État éche­­lonné sur quatorze ans. « La violence a chuté mais cela ne veut pas dire que tout va bien. La police et les mili­­taires au service de Facussé entre­­tiennent la violence et la répres­­sion. » D’après les campe­­si­­nos, tout a commencé à cause de Facussé. Nous obser­­vons les joueurs se bous­­cu­­ler sous le soleil. Au centre du terrain se dresse un mât en haut duquel s’élève le drapeau rouge du parti LIBRE (pour « Liberté et Recom­­men­­ce­­ment »). On entend des bruits sourds prove­­nant de la rue, de l’autre côté du terrain. Dans la petite troupe des spec­­ta­­teurs, quelqu’un déclare : « Il est un peu tôt pour des coups de feu. »

Les champs meur­­triers

Les affron­­te­­ments entre campe­­si­­nos et la multi­­pli­­ca­­tion des gangs armés de Bajo Aguán sont le prolon­­ge­­ment natu­­rel du vide poli­­tique créé par l’inap­­ti­­tude du gouver­­ne­­ment à admi­­nis­­trer le pays. En ce sens, la situa­­tion est iden­­tique dans de nombreuses zones de San Pedro Sula contrô­­lées par des gangs. Le gouver­­ne­­ment hondu­­rien agit de façon contra­­dic­­toire : pour répondre au problème de la violence, le parti Natio­­nal au pouvoir a envoyé des troupes à chaque coin de rue, quand l’op­­po­­si­­tion – incar­­née par le parti Libé­­ral – pense qu’il faut se préoc­­cu­­per unique­­ment des problèmes liés au droit foncier. Il suffit de jouer le jeu du parti au pouvoir pour atti­­rer l’at­­ten­­tion sur soi. Dans ce contexte compliqué, aucun des partis n’a véri­­ta­­ble­­ment tort. La flam­­bée de la violence exige une réponse adap­­tée à la situa­­tion de crise. Mais une solu­­tion sur le long terme – s’at­­taquant à la pauvreté et à d’autres problèmes de fond –, qui n’aura sans doute pas de consé­quences immé­­diates, est indé­­nia­­ble­­ment néces­­saire pour l’ave­­nir.

~

Et cepen­­dant, une alter­­na­­tive existe et se fraie peu à peu un chemin entre les factions de campe­­si­­nos, les gangs et même la loi. Un ami nous présente à un campe­­sino que j’ap­­pel­­le­­rai Raul Mendoza. Mendoza est un jeune agri­­cul­­teur et vit paisi­­ble­­ment (donc à l’écart) sans jamais avoir pris parti, ni pour Facussé, ni pour les mouve­­ments campe­­si­­nos, ni pour le gouver­­ne­­ment.

Des hommes armés de machettes et de pisto­­lets nous fixent et s’ap­­prochent de la voiture.

C’est un incroyable défi dans une commu­­nauté aussi refer­­mée sur soi, où tout le monde a la langue bien pendue. Il arbore un large sourire et rit faci­­le­­ment. Ancien taulard, il est sûre­­ment la personne la plus honnête que nous ayons rencon­­trée au Hondu­­ras. La prison l’a préparé à son retour à Bajo Aguán. « Être mis au ban et contraint à l’hu­­mi­­lité m’a ensei­­gné la sagesse. C’est la loi du plus fort qui l’em­­porte », dit-il. Nous prenons la voiture pour retrou­­ver Mendoza en ville et nous sortons des terres. La route est déserte mais ça et là, nous croi­­sons quelques campe­­si­­nos, l’un sur un VTT, l’autre sur une chariote tirée par un cheval. Le soleil brille à travers les nuages, les rayons perçant tant bien que mal le ciel gris : ce sont les Killing Fields (les champs meur­­triers) du Hondu­­ras. D’un côté, on trouve la terre indé­­pen­­dante des campe­­si­­nos, de l’autre, la terre de Facussé. En qualité d’in­­dé­­pen­­dant, Mendoza peut s’adres­­ser à la sécu­­rité de Facussé, ce qui n’est pas le cas des autres campe­­si­­nos. En résumé, alors que la garde de Facussé et les campe­­si­­nos du MUCA et du MOCRA sont en guerre, Mendoza, lui, se retrouve dans une posi­­tion neutre un peu étrange. « Il y a des problèmes, il y a des problè­­mes… » dit-il en regar­­dant par la fenêtre. L’en­­thou­­siasme de Mendoza et la faci­­lité avec laquelle il recon­­nait sa chance ou ses torts le diffé­­ren­­cient des membres des mouve­­ments de campe­­si­­nos que nous avons rencon­­trés. Nous rejoi­­gnons un autre repré­­sen­­tant du mouve­­ment MUCA pour une visité guidée de leur colo­­nie, un quar­­tier rési­­den­­tiel fermé où vivent sept cents familles. Le soleil mati­­nal a incité tout le monde à travailler à l’ombre des palmiers à huile, ou bien à l’in­­té­­rieur. En juin 2012, ils ont acheté la terre en contrac­­tant des emprunts d’État. Ils ont pu rache­­ter quatre mille des onze mille hectares de terre que le président d’après le coup d’État, Pepe Lobo, leur avait concédé. Alors que le MUCA fait en sorte de deve­­nir auto-suffi­­sant, le défi actuel est d’évo­­luer du statut de résis­­tant à celui de bon payeur, en rembour­­sant les vingt millions de dollars de prêt.

L'Ancien Président Hondurien Manuel Zelaya Conférence du Parti Libre Crédits : Dominic Bracco II
L’an­­cien Président hondu­­rien Manuel Zelaya
Confé­­rence du parti LIBRE
Crédits : Domi­­nic Bracco II

Toute­­fois, la coopé­­ra­­tive a pris énor­­mé­­ment d’am­­pleur. Elle possède quatre bassins de pois­­sons et un poulailler non loin. Pendant notre visite, nous avançons un peu plus loin dans la colo­­nie et nous regar­­dons des campe­­si­­nos travailler la terre sous des rangées de palmiers. En partant, notre guide, un membre connu de la commu­­nauté, se dissi­­mule derrière une vitre sans tain. Des hommes armés de machettes et de pisto­­lets nous fixent et s’ap­­prochent de la voiture. « Qu’est-ce que vous foutez ici ? » demande l’un d’eux. Si notre guide les entend, il ne fait pas un geste. Bien que nous dispo­­sions des contacts appro­­priés, menace et méfiance planent toujours ici. Par une belle mati­­née, nous nous prome­­nons seuls sur les terres en compa­­gnie de Mendoza. Le soleil, qui traverse la voûte des palmiers, illu­­mine le paysage et fait briller les flaques d’eau lais­­sées par la dernière inon­­da­­tion. C’est unique­­ment dans des lieux comme ceux-là, à l’écart du reste des terres, que Mendoza se sent libre de parler. Il rit de nous voir livrer bataille contre les mous­­tiques. « On ne peut pas vrai­­ment dire que je suis un homme libre », déclare-t-il avec les arbres et le ciel pour seuls témoins. Certains détails permet­­tant l’iden­­ti­­fi­­ca­­tion des personnes ont été modi­­fiés.


Traduit de l’an­­glais par Jérémy Da Costa et Salomé Vincen­­don d’après l’ar­­ticle « In the Land Without Law », paru dans Roads & King­­doms. Couver­­ture : Un campe­­sino hondu­­rien, par Domi­­nic Bracco II. Créa­­tion graphique par Ulyces.

Down­load Best WordP­ress Themes Free Down­load
Premium WordP­ress Themes Down­load
Down­load Best WordP­ress Themes Free Down­load
Down­load Nulled WordP­ress Themes
free down­load udemy paid course
Download Best WordPress Themes Free Download
Download Premium WordPress Themes Free
Download Premium WordPress Themes Free
Premium WordPress Themes Download
udemy paid course free download

Plus de monde