Avec la biolo­gie synthé­tique, la science a cracké le code de la vie

par   Ulyces   | 29 mars 2017

Faute de réus­sir à sauver toutes les espèces animales, l’Homme pourra peut-être en créer de nouvelles en labo­ra­toire. C’est la promesse faite par la biolo­gie synthé­tique, dont la méthode est ados­sée sur un lent appren­tis­sage de la struc­ture du génome. En la matière, l’écri­ture est venue après la lecture. L’Homme a d’abord appris à déchif­frer l’ADN des créa­tures qui l’en­tou­raient, puis s’est éver­tué à dépla­cer leurs gênes. En en trans­fé­rant un d’une plante à une autre, il a créé un orga­nisme géné­tique­ment modi­fié. :/ Le rece­veur dispose ainsi d’une propriété du donneur, ce qui permet par exemple à des légumes de mieux résis­ter à certains insectes. De même avec les animaux : un chat doté d’un gène de méduse devient fluo­res­cent dans le noir. Main­te­nant que les scien­ti­fiques connaissent avec préci­sion les compo­sants chimiques de l’ADN (A, C, T et G) ils peuvent les agen­cer pour donner la vie. D’abord écrit sur ordi­na­teur, le génome souhaité est ensuite imprimé sous forme de compo­sants chimiques. Il faut pour cela mettre A, C T et G dans le sens idoine. Une fois assem­blés, ceux-ci sont insé­rés dans une cellule vide, laquelle va alors se divi­ser. En appliquant ce procédé, des groupes de scien­ti­fiques ont commencé à réécrire le génome de petits orga­nismes pour essayer de les faire naître in vitro. Mais il est encore un peu tôt pour dire si cela va fonc­tion­ner. Et cela soulève de très nombreuses ques­tions éthiques. Source : World Science festi­val

Download Best WordPress Themes Free Download
Download Premium WordPress Themes Free
Download Nulled WordPress Themes
Download WordPress Themes Free
free download udemy course