Ce prix Nobel français veut détruire les déchets nucléaires avec des lasers

par   Laura Boudoux   | 8 avril 2019

Utili­ser des lasers pour détruire des déchets nucléaires en quelques minutes : voilà le projet incroyable du physi­cien français Gérard Mourou. Le lauréat du prix Nobel de physique 2018 affirme que cette tech­nique pour­rait permettre de réduire dras­tique­ment la durée de vie des déchets radio­ac­tifs, de quelques milliers d’an­nées à quelques minutes seule­ment, rapporte Bloom­berg. Gérard Mourou recon­naît qu’il faudra encore des années avant que cette solu­tion ne soit mise en place, mais il y travaille actuel­le­ment avec le profes­seur Toshiki Tajima.

Son annonce inter­vient alors que la France ouvrira le 17 avril 2019 son troi­sième débat public sur la gestion des déchets nucléaires. Avec les 58 réac­teurs du pays, la France était fin 2016 à la tête d’un stock d’1,54 million de mètres cubes de déchets radio­ac­tifs, rappor­tait Le Monde en 2018. Un chiffre qui ne cesse de croître et qui oblige la France à une réflexion autour du stockage des déchets et de leur destruc­tion.

« Ce serait le Saint Graal », déclare Chris­tian Char­don­net, chef du dépar­te­ment des grandes infra­struc­tures de recherche, ratta­ché au minis­tère de l’En­sei­gne­ment supé­rieur, de la Recherche et de l’In­no­va­tion, en évoquant la tech­nique imagi­née par Gérard Mourou. « Gérard est un scien­ti­fique doué et très enthou­siaste, et il n’a pas réalisé les espoirs que son discours de la remise des prix Nobel allait créer. Tous les moyens possibles doivent être étudiés, et nous sommes prêts à le finan­cer si néces­saire », assure Chris­tian Char­don­net.

Le procédé sur lequel travaillent Gérard Mourou et le profes­seur Tajima s’ap­pelle la trans­mu­ta­tion, qui permet de chan­ger la compo­si­tion du noyau d’un atome en le bombar­dant avec un laser. « C’est comme le karaté », explique Gérard Mourou. « On libère une force très intense dans un laps de temps très court. » La tech­nique anni­hi­le­rait la compo­sante radio­ac­tive des déchets nucléaires, les rendant ainsi inof­fen­sifs. Il pour­rait s’écou­ler des décen­nies avant qu’elle soit au point, mais le jeu en vaut clai­re­ment la chan­delle.

Sources : Bloom­berg

Free Download WordPress Themes
Download WordPress Themes Free
Free Download WordPress Themes
Download WordPress Themes
download udemy paid course for free

PLUS DE SCIENCE