Ce scien­ti­fique veut utili­ser l’éner­gie des trous noirs pour propul­ser les vais­seaux spatiaux

par   Laura Boudoux   | 14 mars 2019
Crédits : LIGO/A. Simon­net

Les vais­seaux spatiaux du futur pour­raient bien être propul­sés par la force gravi­ta­tion­nelle d’un trou noir. C’est ce qu’i­ma­gine le profes­seur David Kipping, respon­sable du labo­ra­toire Cool Worlds de l’uni­ver­sité Colum­bia. Dans une étude publiée le 11 mars 2019, le scien­ti­fique explique que cette tech­nique pour­rait permettre aux vais­seaux spatiaux d’at­teindre des vitesses suffi­santes pour leur permettre de sortir de notre système solaire. Une tech­nique bapti­sée Halo Drive.

« Le voyage inter­stel­laire est un des défis tech­niques les plus diffi­ciles que nous puis­sions conce­voir. Pour les effec­tuer sur une échelle de temps de plusieurs siècles, ou moins, une propul­sion rela­ti­viste est néces­saire », explique le cher­cheur à Universe Today. Utili­ser les trous noirs permet­trait ainsi d’évi­ter des dépenses éner­gé­tiques monu­men­tales, les quan­ti­tés de carbu­rant pour atteindre une vitesse rela­ti­viste – c’est-à-dire proche de celle de la lumière dans le vide – étant astro­no­miques.

Comment cette méthode de propul­sion fonc­tionne-t-elle en théo­rie ? Ce n’est pas simple : le vais­seau doit appro­cher d’un trou noir binaire, un système hypo­thé­tique consti­tué de deux trous noirs tour­noyant l’un autour de l’autre à une vitesse déli­rante, géné­rant dans leur valse cosmique une quan­tité pharao­nique d’éner­gie gravi­ta­tion­nelle. Un vais­seau pourvu d’un système de propul­sion Halo Drive, c’est-à-dire capable de tirer parti de l’éner­gie gravi­ta­tion­nelle pour avan­cer à une vitesse proche de celle de la lumière.

Le nombre de trous noirs présents dans la Voie lactée, qui pour­rait atteindre 100 millions, pour­rait par ailleurs former un véri­table réseau éner­gé­tique faci­li­tant les voyages dans l’es­pace, explique David Kipping. Il reste cepen­dant de nombreuses recherches à faire avant une utili­sa­tion effec­tive des trous noirs. Il faudra d’abord prou­ver leur exis­tence, puis parve­nir à atteindre un tel objet céleste, de manière précise, et avec un engin spatial adapté.

« J’ai tendance à penser aux trous noirs comme à un système routier inter­stel­laire : vous devez payer un droit de péage unique pour accé­der à l’au­to­route, mais une fois que vous y êtes, vous pouvez parcou­rir la galaxie autant que vous le souhai­tez, sans dépen­ser de carbu­rant », promet le profes­seur.

Sources : Cool Worlds / Universe Today

 

Download Best WordPress Themes Free Download
Download Best WordPress Themes Free Download
Free Download WordPress Themes
Premium WordPress Themes Download
online free course

PLUS DE SCIENCE