fbpx

Ce village indo­né­sien recrute des « fantômes » pour faire respec­ter le confi­ne­ment

par   Ulyces   | 14 avril 2020

Le village de Kepuh, sur l’île indo­né­sienne de Java, recrute des volon­taires dégui­sés en fantômes pour effrayer les habi­tants afin qu’ils restent confi­nés chez eux, rappor­tait Reuters le 13 avril. Ces macabres épou­van­tails, appe­lés pocong, repré­sentent les âmes des morts piégées à la surface de la Terre – et les habi­tants de Kepuh n’ont aucune envie de croi­ser leur chemin.

D’après le décompte de l’uni­ver­sité Johns Hopkins, l’In­do­né­sie compte actuel­le­ment 4 500 cas confir­més de Covid-19, dont quelque 400 morts. Certains obser­va­teurs craignent cepen­dant que la situa­tion n’em­pire dans le pays si ses habi­tants ne respectent pas la distan­cia­tion sociale. Voilà pourquoi les auto­ri­tés ont recours à des méthodes effrayantes pour pous­ser les gens à rester chez eux.

Selon les jour­na­listes de Reuters sur le terrain, les pocong ont malheu­reu­se­ment l’ef­fet inverse : des gens sortent de chez eux seule­ment dans le but de repé­rer les « fantômes ». Mais un habi­tant du village n’est pas de cet avis. « Depuis que les pocong sont appa­rus, les parents et leurs enfants ne quittent plus leurs maisons », témoigne Karno Supadmo. « On ne voit plus les gens se rassem­bler dans les rues pour les prières du soir. »

Il n’y a pas encore de confi­ne­ment à propre­ment parler en Indo­né­sie, mais si la situa­tion conti­nue de s’ag­gra­ver, le président Joko Widodo sera contraint de mettre en place des mesures plus dras­tiques que des faux fantômes pour stop­per l’épi­dé­mie.

Source : Reuters

Plus de mystère