Ces cher­cheurs auraient trouvé la preuve que notre univers est un holo­gramme

par   Nicolas Prouillac et Arthur Scheuer   | 8 février 2017

holographic-universe Le 31 janvier dernier, une équipe de cher­cheurs issus de diffé­rentes univer­si­tés mondiales ont déclaré avoir trouvé une « preuve substan­tielle » de la nature holo­gra­phique de notre univers. L’étude, menée conjoin­te­ment par des scien­ti­fiques des univer­si­tés de Southamp­ton (Angle­terre), Water­loo (Canada), Lecce et Salento (Italie), corro­bo­re­rait une théo­rie avan­cée par de nombreux d’as­tro­phy­si­ciens. Depuis la Chine ancienne jusqu’à Matrix, l’idée selon laquelle notre réalité physique serait en vérité une simu­la­tion élabo­rée a fait des émules. Aujourd’­hui, des person­na­li­tés telles qu’E­lon Musk ou l’as­tro­phy­si­cien Neil deGrasse Tyson se sont décla­rés publique­ment convain­cus de la forte proba­bi­lité que l’uni­vers que nous perce­vons soit généré par une/des machine(s) extrê­me­ment avan­cées. Pour les cher­cheurs respon­sables de l’étude, l’uni­vers que nous perce­vons pour­rait être la repré­sen­ta­tion holo­gra­phique en trois dimen­sions d’un univers en deux dimen­sions. Fou. 17_03 Timeline of the holographic universe_see press release for details_Credit Paul McFadden.jpg_SIA_JPG_background_image « Imagi­nez que tout ce que vous voyez, ressen­tez et enten­dez en trois dimen­sions (plus votre percep­tion du temps) émane en fait d’un champ plat en deux dimen­sions », synthé­tise le profes­seur de sciences mathé­ma­tiques Kostas Sken­de­ris, de l’uni­ver­sité de Southamp­ton. « C’est la même idée que pour les holo­grammes ordi­naires, où une image tridi­men­sion­nelle est enco­dée dans une surface bidi­men­sion­nelle – comme l’ho­lo­gramme d’une carte de crédit. Sauf que cette fois, c’est l’uni­vers entier qui est encodé ! » Ces recherches haute­ment tech­niques peuvent être compa­rées au fait de regar­der un film en 3D au cinéma. Nous voyons des images qui semblent avoir une profon­deur alors qu’elles émanent d’un écran plat. La diffé­rence, dans notre univers en trois dimen­sions, c’est que nous pouvons toucher les objets et que la « projec­tion » est « réelle » de notre point de vue. Les cher­cheurs sont arri­vés à ces conclu­sions après avoir analysé des varia­tions dans les traces lais­sées par la forma­tion de l’uni­vers, qu’on connaît sous le nom de fond diffus cosmo­lo­gique. Évidem­ment, pour l’heure, nous restons dans le champ de la physique théo­rique, mais son avan­cée pour­rait s’avé­rer cruciale. « Les scien­ti­fiques essaient depuis des décen­nies de combi­ner la théo­rie de la rela­ti­vité géné­rale d’Ein­stein et la théo­rie quan­tique. Certains pensent que le concept d’un univers holo­gra­phique pour­rait récon­ci­lier les deux », pour­suit le profes­seur Sken­de­ris. « J’es­père que nos recherches permet­trons de faire un pas de plus dans cette direc­tion. » Source : Univer­sité de Southamp­ton

Download Best WordPress Themes Free Download
Download Best WordPress Themes Free Download
Premium WordPress Themes Download
Free Download WordPress Themes
download udemy paid course for free