fbpx

Ces scien­ti­fiques ont créé un métal qui n’exis­tait pas sur Terre et pour­raient révo­lu­tion­ner le voyage spatial

par   Nicolas Prouillac et Arthur Scheuer   | 27 janvier 2017

metal_hydrogen_triptych_605 Dans cette vidéo datant du 25 janvier dernier, des scien­ti­fiques de l’uni­ver­sité de Harvard expliquent avoir réussi à créer de l’hy­dro­gène métal­lique à partir d’hy­dro­gène liquide. Près d’un siècle sa théo­ri­sa­tion, les scien­ti­fiques Isaac Silvera et Ranga Dias ont accom­pli un acte de trans­mu­ta­tion sans précé­dent. « L’hy­dro­gène métal­lique est le Graal de la physique des hautes pres­sions », explique Silvera, car il n’existe pas sur Terre. « Donc quand vous l’ob­ser­vez, vous obser­vez quelque chose qui n’a jamais existé avant. » Pour l’ob­te­nir, il faut que l’hy­dro­gène soit soumis à une extrême pres­sion. Mais même à des tempé­ra­tures très basses, l’hy­dro­gène métal­lique est à l’état liquide. De ce fait, il pour­rait révo­lu­tion­ner le voyage spatial : utilisé comme carbu­rant de fusée, il serait cinq fois plus effi­cace que la combi­nai­son actuelle d’hy­dro­gène liquide et d’oxy­gène liquide. La fusion nucléaire pour­rait égale­ment en béné­fi­cier gran­de­ment. Durant leurs expé­riences, Silvera et Dias ont soumis l’hy­dro­gène à une pres­sion plus impor­tante que celle du centre de la Terre. « L’une des prédic­tions les plus impor­tantes est que l’hy­dro­gène métal­lique est méta-stable », pour­suit Silvera. « Cela signi­fie qu’une fois la pres­sion reti­rée, il restera métal­lique, de la même manière que les diamants restent des diamants après que la pres­sion et la chaleur intenses sont retom­bées sur le graphite. » Après 40 ans de travaux sur l’hy­dro­gène métal­lique et un siècle après que son exis­tence a été prédite, les résul­tats de l’ex­pé­rience des scien­ti­fiques de Harvard sont épous­tou­flants. https://www.youtube.com/watch?v=1qitm5f­teL0 Source : Harvard Univer­sity/YouTube