fbpx

Ces trois entre­prises vont conce­voir les vais­seaux qui ramè­ne­ront les humains sur la Lune

par   Denis Hadzovic   | 1 mai 2020

La NASA vient de dési­gner les trois entre­prises char­gées de construire les vais­seaux qui enver­ront ses astro­nautes sur la Lune dans les années à venir, nous infor­mait la BBC jeudi 30 avril. À elles trois, Blue Origin, SpaceX et Dyne­tics se parta­ge­ront près d’un milliard de dollars de subven­tions pour mener à bien l’am­bi­tieux programme Arte­mis.

La Maison-Blanche à l’am­bi­tion envoyer le prochain homme et la première femme sur la Lune en 2024. L’en­tre­prise de Jeff Bezos Blue Origin, celle d’Elon Musk SpaceX, et la plus discrète Dyne­tics ont été sélec­tion­nées pour travailler sur les alunis­seurs qui rendront le programme Arte­mis possible – du nom de la déesse de la Lune et sœur d’Apol­lon, qui donnait son nom au célèbre programme Apollo lors duquel le premier homme a posé le pied sur notre satel­lite.

L’alu­nis­seur créé par SpaceX
Crédits : SpaceX

Depuis 1972, aucun astro­naute n’a plus marché sur la Lune. 52 ans plus tard, cette mission annonce le grand retour de l’hu­ma­nité à la surface du seul satel­lite natu­rel de la Terre. Le programme Arte­mis devrait coûter pas moins de 35 milliards de dollars au cours des quatre prochaines années.

« C’est la première fois depuis l’époque d’Apollo que la NASA finance direc­te­ment un système d’at­ter­ris­sage habité sur la Lune, et main­te­nant nous avons des entre­prises sous contrat qui font le travail pour le programme Arte­mis », a déclaré Jim Bridens­tine, l’ad­mi­nis­tra­teur de la NASA. À elles trois, les entre­prises rece­vront au total 967 millions de dollars pour déve­lop­per leurs projets.

Bridens­tine précise que contrai­re­ment à la mission de 1972, cette-fois ci les astro­nautes n’iront pas sur la Lune juste pour y lais­ser des empreintes et plan­ter des drapeaux. « Nous y allons pour y rester dura­ble­ment avec des vais­seaux, des robots, des rovers et des humains. » La Lune pour­rait être utili­sée comme un terrain de test afin d’ai­der les astro­nautes à prépa­rer, puis à réali­ser, un voyage sur Mars.

Source : BBC News

Plus de turfu