Cet Anglais est jugé pour terro­risme après s’être battu contre l’État isla­mique en Syrie

par   Malaurie Chokoualé Datou   | 16 avril 2019
Crédits : Aidan James/Face­book

Pendant quatorze heures, le jury a déli­béré sans réus­sir à se pronon­cer. Le 15 avril, le Britan­nique Aidan James a ainsi appris qu’il allait devoir faire face à un nouveau procès. BBC News explique qu’il est la première personne a être traduite en justice pour terro­risme après avoir combattu l’État isla­mique en Syrie.

Origi­naire de Formby dans le nord-ouest de l’An­gle­terre, Aidan James a volon­tai­re­ment rejoint en Syrie l’or­ga­ni­sa­tion mili­taire kurde des Unités de protec­tion du peuple (YPG) en 2017. Aidan James a été arrêté à son arri­vée à l’aé­ro­port de Liver­pool en février 2018, après avoir passé cinq mois à l’étran­ger. Il nie en bloc les accu­sa­tions dont il fait l’objet, expliquant qu’il n’y avait aucun but terro­riste dans ses acti­vi­tés mais unique­ment de combattre l’EI. France 24 rapporte d’ailleurs qu’ils seraient 1 500 à 2 000 combat­tants étran­gers à avoir rejoint les rangs des YPG entre 2013 et 2018.

Si le groupe est consi­déré comme terro­riste par la Turquie, il n’est pas classé comme tel au Royaume-Uni. Les procu­reurs ont toute­fois fait savoir que ses actions au sein des YPG répon­daient à la défi­ni­tion du terro­risme établie par le droit britan­nique, soit « une acti­vité ayant pour but de promou­voir une cause poli­tique, reli­gieuse ou idéo­lo­gique » – les YPG étant les milices du Parti de l’union démo­cra­tique (PYD), consi­déré comme la branche syrienne du PKK.

Le jury n’ayant pas pu arrê­ter un verdict, Aidan James a été libéré et les procu­reurs ont annoncé qu’ils deman­de­raient un nouveau procès. Le 1er mai prochain, une audience fixera une nouvelle date de procès.

Sources : BBC News/France 24

Download WordPress Themes
Download Premium WordPress Themes Free
Premium WordPress Themes Download
Premium WordPress Themes Download
free download udemy paid course

Plus de monde