Cet astro­nome de Harvard assure qu’Ou­mua­mua peut être une sonde extra­ter­restre

par   Nicolas Prouillac et Arthur Scheuer   | 18 janvier 2019
Crédits : ESA/Hubble, NASA, ESO, M. Korn­mes­ser

Le 19 octobre 2017, un étrange objet inter­stel­laire était repéré dans notre système solaire par les astro­nomes de l’uni­ver­sité d’Ha­waï. Nommé Oumua­mua, qui signi­fie « messa­ger » en hawaïen, il pour­rait être selon l’as­tro­nome Avi Loeb, profes­seur à Harvard, « une sonde tota­le­ment opéra­tion­nelle envoyée inten­tion­nel­le­ment aux abords de la Terre par une civi­li­sa­tion étran­gère ». Si Oumua­mua a des chances d’être un signal lancé par des extra­ter­restres d’après le Pr Loeb, c’est notam­ment notam­ment car « il ne dégage aucune chaleur et est beau­coup plus brillant qu’un asté­roïde ou une comète typiques », explique le cher­cheur.

Oumua­mua, dont la forme a souvent été compa­rée à celle d’un joint de beuh dans nos pages, « possède une géomé­trie extrême et est poussé par une force diffé­rente », précise Avi Loeb au New Yorker dans une inter­view publiée le 16 janvier. « Il est très probable qu’il ait été fabriqué arti­fi­ciel­le­ment par une civi­li­sa­tion tech­no­lo­gique », estime l’as­tro­nome après avoir étudié Oumua­mua. D’après lui, l’exis­tence d’une vie extra­ter­restre ne doit pas être perçue comme de la « spécu­la­tion » pour deux raisons. « La première, c’est que nous exis­tons. Et la seconde, c’est qu’au moins un quart des étoiles dans la Voie lactée possèdent une planète telle que la Terre, avec des condi­tions très simi­laires. Il est donc très probable que nous ne soyons pas seuls », affirme-t-il. 

Il se pour­rait en revanche que les êtres ayant envoyé Oumua­mua aient aujourd’­hui dispa­rus, toujours d’après Avi Loeb. « Imagi­nez une autre histoire, au sein de laquelle les nazis détiennent l’arme nucléaire et la Seconde Guerre mondiale s’achève diffé­rem­ment. On peut imagi­ner une civi­li­sa­tion ayant déve­loppé une telle tech­no­lo­gie qu’elle l’aura conduit à sa propre destruc­tion », estime ainsi le cher­cheur. « Il est possible que cette civi­li­sa­tion ne soit plus en vie, mais qu’elle nous ait envoyé cet engin spatial. Nous avons bien nous-mêmes envoyé Voya­ger I et Voya­ger II », conclut Avi Loeb, préco­ni­sant à tous de « garder l’es­prit ouvert ».

Sources : The New Yorker

Download Nulled WordPress Themes
Download Nulled WordPress Themes
Download WordPress Themes Free
Download Premium WordPress Themes Free
online free course

PLUS DE SCIENCE